Il y a des rencontres qui marquent les esprits, il y a des livres


Download 220.7 Kb.
Pdf просмотр
Sana15.05.2019
Hajmi220.7 Kb.

Préface 

 

Il y a des rencontres qui marquent les esprits, il y a des livres 



qui,  en  dehors  de  vous  raconter  une  histoire  ou  l’Histoire, 

égrènent  par  leurs  mots  un  passé  réel,  vécu  et  au  combien 

humain. 

 

Madame Janine Palacin, par ses écrits, ses souvenirs partagés 



avec d’autres Chaumontais, fait remonter en nous « ces Jadis » 

que nous mettons tous en exergue avec nos enfants. Ces traces 

indélébiles qui font ce que nous sommes. 

 

Chaumont-sur-Tharonne,  si  joli  village  au  cœur  de  la 



Sologne,  peut  se  vanter  de  compter  un écrivain  de  talent,  dont 

l’âge  n’a  d’égal  que  sa  gentillesse  et  son  dynamisme.  Vous 

découvrirez  au  fil  des  pages  des  histoires  d’Hommes  et  de 

Femmes,  qui  je  suis  persuadé  rappelleront  à  beaucoup  d’entre 

nous des souvenirs et serviront de base aux futurs habitants, et 

aux touristes en quête de connaissance. 

 

Les mots manquent parfois pour qualifier le respect que l’on 



peut avoir pour Janine Palacin, dire que l’on aurait apprécié de 

travailler  ensemble  sur  une  vision  d’intérêt  général  et  tirant 

toujours nos actes et notre Société vers le haut. 

 

Permettez alors simplement que je vous appelle Janine, avec 



tout le respect dû à la fonction d’Édile. 

Pascal Goubert de Cauville, 

maire de Chaumont-sur-Tharonne 




La guerre 1939-1945 

C’est la guerre ! Chaumont apprend la nouvelle ! 

 

Nous  étions  en  1939  au  tout  début  du  mois  de  septembre 



quand un matin, de très bonne heure, on entendit un roulement 

de tambour... Que se passait-il ? En général, le garde-champêtre 

faisait ses annonces vers midi !... Cependant, c’était bien lui, et 

les gens se précipitèrent sur la place. 

 

Ce  jour-là,  d’une  voix  forte  et  plus  solennelle  qu’à  l’habi-



tude,  M. Blanc  annonça  « l’ordre  de  mobilisation  générale ». 

Stupeur !... Il ne put d’ailleurs pas continuer, tant le brouhaha se 

mit  à  enfler  autour  de  lui.  On  lui  posait  un  tas  de  questions 

auxquelles, évidemment, il n’était pas en mesure de répondre. 

 

« Ça  veut  dire  que  c’est  la  guerre ? »  interrogea  une  jeune 



femme mariée depuis peu. Le mot une fois lâché, « la guerre ! », 

circula aussitôt de bouche en bouche. 

 

« Non, c’est pas possible ! affirmaient certains, comme pour 



conjurer le sort. 

 

— Hélas,  c’est  pourtant  vrai,  répondit  M. Blanc.  Vous 



n’avez  qu’à  aller  jusqu’à  la  mairie,  l’ordre  de  mobilisation  est 

affiché, daté du 3 septembre. » 

 

Des  femmes  se  mirent  à  pleurer  et  quelques  hommes 



lancèrent des jurons comme pour se soulager. 

10 

C

HAUMONT



-

SUR


-T

HARONNE


 

 

« Encore  une !  c’est  une  de  trop !  À  bas  la  guerre !... » 



criaient quelques jeunes susceptibles d’être concernés. 

Certains se livraient à quelques commentaires : 

 

« J’ai  lu  dans  le  journal,  il  y  a  un  moment  déjà,  qu’Hitler 



avait  fait  construire  une  ligne  de  défense...  sans  doute  que  ce 

n’est pas pour rien ! 

— Je  l’ai  lu  aussi...  même  qu’elle  a  été  construite  juste  en 

face de notre ligne Maginot ! 

 

— C’est  ben  c’qui  prouve  qu’i  nous  cherche,  poursuivit  un 



vieux  Chaumontais.  Et  nous,  qu’est-ce  qu’on  fait  pendant 

c’temps-là ?... Eh ben ! on s’contente de chanter !... on chante : 

“Nous irons pende not’ linge sur la ligne Siegfried !...” faut’i ête 

bête !... » 

 

Et  le  garde-champêtre,  quant  à  lui,  partait  annoncer  le 



message  aux  différents  carrefours  où...  (par  quel  miracle)  la 

nouvelle était déjà parvenue. 



Mais pourquoi la guerre ? 

 

Bien  des  fois  j’avais  entendu  mes  grands-parents  et  mes 



parents  parler  de  la  Grande  Guerre,  celle  de  14-18  contre 

l’Allemagne, qui avait fait tant de destructions, et surtout tant de 

morts  et  tant  de  blessés,  dont  mon  père  en  1917.  D’après  ce 

qu’ils croyaient, la guerre de 14-18 devait être la dernière, « la 

der des ders », comme disaient les vieux poilus. 

Et voilà que, cette fois encore, l’Allemagne était en cause. 

 

« Ils  nous  ont  bien  roulés  dans  la  farine !  s’énervaient 



quelques  Anciens.  Ils  n’ont  jamais  respecté  le  traité  de 

Versailles ! et ce n’est pas maintenant qu’ils vont le faire !... » 

Au contraire, une fois devenu chef de l’Allemagne, Hitler ou 

le  Führer  –  comme  on  l’appelait,  –  prétendit  s’attribuer  de 

nouveaux territoires. Sans tarder, il procéda au rattachement de 

l’Autriche, annexa une partie de la Tchécoslovaquie... et il s’en 

prenait maintenant à la Pologne. 


 

L

A GUERRE 



1939-1945

 

11 



 

 

Sans  doute  voulait-il  réaliser  au  plus  vite  son  programme 



établi  dans  Mein  Kampf 

1

,  selon  lequel  la  puissance  de 



l’Allemagne reposerait sur « son espace vital » et « la pureté de 

sa race » ! 

 

Mais...  lorsqu’il  fut  question  de  la  Pologne,  la  Grande-



Bretagne  et  la  France  mirent  le  holà.  Conformément  à  leurs 

engagements  avec  ce  pays,  ils  déclarèrent  la  mobilisation 

générale contre l’usurpateur ! 

 

C’était  le  3 septembre  1939  et,  pour  nous,  le  début  de  la 



guerre,  une  guerre  qui,  avec  toutes  ses  séquelles,  dura  près  de 

six ans et reste encore bien présente dans notre mémoire. 

 

 

 



Les réactions dans le village 

 

 



 

À  Chaumont,  la  nouvelle  se  répandit  à  une  vitesse  folle 

jusqu’au fin fond de la campagne et dans les fermes éloignées. 

Certains  restaient  hébétés,  ne  pouvant,  ou  ne  voulant  pas 

comprendre. D’autres juraient et s’en prenaient à Dieu. D’autres 

encore pensaient au travail : « C’est pas possible ! i manque pu 

qu’ça ! et qu’est-ce qui va entretenir les terres et s’occuper des 

récoltes ? et pis y’a les bêtes !... c’est la catastrophe ! » 

 

D’aucuns  pensaient  qu’« c’était  pas  la  peine  de  travailler 



pour en arriver là !... ». 

 

Dans  le  village  et  chez  les  commerçants,  on  ne  s’exprimait 



guère...  Les  Solognots  ont  d’ailleurs  la  réputation  d’être 

« taiseux »...  et  puis  quoi  dire ?...  et  à  quoi  bon ?  puisqu’on  ne 

pouvait rien empêcher. 

 

Curieusement, ceux qui s’exprimaient le plus, tout en gardant 



leur calme et une certaine réserve, étaient les Anciens de 14-18. 

Certains expliquaient qu’il n’y avait pas le choix et qu’il fallait 

bien y aller, une fois de plus, si l’on ne voulait pas voir la France 

annexée à son tour ! 

                                                      

1.  Mein Kampf : « Mon combat ». 



12 

C

HAUMONT



-

SUR


-T

HARONNE


 

 

 



 

Pourtant, ces hommes qui intervenaient ainsi avaient souffert 

sur  les  champs  de  bataille,  parfois  dans  les  tranchées  où  ils 

devaient se livrer à des corps à corps avec l’ennemi. Ils savaient, 

eux, ce qu’était la guerre ! 

 

Un  Chaumontais  était  revenu  aveugle,  plusieurs  avaient  été 



amputés d’une jambe, d’autres gardaient un membre estropié. Il 

y  avait  aussi  deux trépanés  reconnaissables  à  leur  claudication, 

comme désarticulés, à la manière d’un automate. 

 

Et  ces  « survivants »,  comme  ils  s’appelaient  eux-mêmes, 



ces  mutilés  qui  avaient  traversé  tant  de  périls  et  connu  tant  de 

souffrances,  voilà  qu’ils  venaient  redonner  du  courage  et 

remonter le moral aux autres. 

 

 



 

La drôle de guerre 

 

 



 

Depuis  le  3 septembre  et  la  déclaration  de  guerre  à 

l’Allemagne, nous nous attendions à une réaction immédiate sur 

notre frontière de l’Est. Des troupes y avaient été envoyées, des 

troupes  allemandes  s’y  trouvaient  également.  Mais... après  des 

jours  d’observation,  il  ne  se  passait  rien,  chacun  semblant 

attendre l’initiative de l’autre... « Une drôle de guerre

2

 », qui ne 



commençait pas ! 

 

Contrairement à nos prévisions, c’est sur le front occidental 



que  les  Allemands  déclenchent  l’offensive,  envahissant  à  la 

suite  les  Pays-Bas  et  la  Belgique  (qui  capitulent),  puis  le 

Luxembourg et le nord de la France. L’avancée fut si rapide que 

les  troupes  franco-britanniques  se  trouvèrent  piégées  dans  « la 

poche de Dunkerque », n’ayant d’autre solution que de rejoindre 

l’Angleterre...  soit  des  milliers  de  soldats  parmi  lesquels  des 

Solognots,  et  le  futur  colonel  Tortot  –  de  Chaumont-sur-

Tharonne  –  qui  nous  parla  bien  des  fois  de  « cette  traversée 

inattendue ». 

                                                      

2.  « La drôle de guerre » : expression de l’écrivain Roland Dorgelès. 


 

L

A GUERRE 



1939-1945

 

13 



 

 

Commence alors l’exode des populations du Nord qui fuient 



sous  les  bombardements :  ce  sont  des  Flamands,  des  Belges, 

auxquels se joindront bientôt des Français soumis à leur tour à 

des bombardements journaliers et dévastateurs. 

 

Certains  arrivèrent  dans  le  village,  s’arrêtant  parfois,  mais 



juste le temps de prendre un peu de repos, et de livrer quelques 

bribes de leur odyssée avant de repartir. 

 

Les  Chaumontais  parlaient  peu,  mais  ils  commençaient  à 



douter de l’avenir. La plupart restèrent sur place, beaucoup étant 

privés de moyens de transport ; d’autres préféraient tout simple-

ment s’en remettre au destin. 

 

 



 

Des soldats traversent Chaumont. Où en est-on  

de cette guerre ? 

 

 



 

Un jour, nous vîmes passer des jeunes hommes étrangers au 

village.  Ils  passèrent  juste  devant  notre  maison,  une  cinquan-

taine  à  peu  près,  parfois  par  petits  groupes  de  6  à  7,  parfois 

seuls. Tous portaient l’uniforme gris-bleu de l’armée, mais l’on 

pouvait  remarquer  que  si  certains  étaient  munis  d’un  fusil, 

d’autres  n’en  avaient  pas.  D’où  venaient-ils ?  Où  allaient-ils ? 

Nous  n’osions  pas  les  aborder  ni  leur  poser  de  questions, 

d’autant plus qu’ils semblaient fourbus et bien désemparés. On 

aurait dit qu’ils battaient en retraite. Ce n’était pas bon signe !... 

 

On  apprit  plus  tard  que  ces  hommes  appartenaient  à  la 



garnison  d’Orléans  et  qu’ils  avaient  subi  un  bombardement 

Place du Martroi où ils avaient laissé deux camarades : un mort 

et un blessé. Enfin, eux-mêmes avaient réussi à traverser le pont 

sur  la  Loire  et  peut-être  avaient-ils  été  pris  en  charge  dans  un 

convoi  militaire,  quelque  part  jusqu’à  Lamotte ?...  Sinon,  cela 

leur faisait bien des kilomètres dans les jambes !... 

 

Certains  firent  halte  sur  la  Place  du  Champ  de  foire  pour 



s’accorder un peu de repos, tandis que d’autres eurent la chance 

de trouver refuge chez des habitants où ils se ravitaillèrent. 



14 

C

HAUMONT



-

SUR


-T

HARONNE


 

 

 



 

Ils  devaient  ensuite  gagner  Romorantin  pour  se  diriger, 

paraît-il,  vers  Cahors.  Mais  comment ?  Le  savaient-ils  eux-

mêmes ?... Rien ne semblait vraiment établi. 

 

Effacées les certitudes de l’état-major qui se disait optimiste 



au départ du conflit et ne doutait pas de notre supériorité ! 

 

Le 14 juin 1940, les Allemands entrent dans Paris (déclarée 



ville  ouverte),  et  c’est  le  repli  des  armées  vers  la  Loire  et  au-

delà. 


 

La population, quant à elle, craignant le pire, continue de se 

lancer sur les routes, comme abandonnée à tous les hasards. 

 

Et  c’est  le  17 juin  que  le  maréchal  Pétain  demande 



l’armistice.  « Il  faut  cesser  le  combat ! »  disait-il  –  message 

transmis  par  haut-parleur  dans  tout  le  pays.  Et  soulagement 

immédiat  pour  ceux  qui,  comme  nous,  l’entendirent.  Nous 

étions sur les routes à nouveau, mon père ayant estimé que des 

affrontements  pourraient  avoir  lieu  sur  les  bords  de  Loire  et 

peut-être au-delà, dans notre Sologne. 

 

 

 



Le 18 juin 1940. Des soldats tués à Chaumont 

 

 



 

Et voilà que la déclaration du maréchal Pétain était suivie dès 

le  lendemain  18 juin  par  celle  du  général  de Gaulle  qui,  de  la 

BBC de Londres, lançait un appel à la résistance : « La France a 

perdu une bataille, mais elle n’a pas perdu la guerre !... » Hési-

tations... comment réagir ?... Et nous ne savions plus quoi penser. 

 

Dès notre retour à Chaumont, nous apprenions que précisé-



ment,  ce  18 juin,  un  jeune  lieutenant  français,  Delisle,  et 

plusieurs de ses hommes, des spahis algériens, avaient été tués. 

Ils avaient essayé de ralentir un groupe d’Allemands motorisés 

qui  se  dirigeaient  vers  Romorantin.  Les  Français,  dissimulés 

dans  les  « bois  de  l’Épinay »,  à  la  sortie  du  bourg,  lancèrent 

l’attaque sur le premier blindé. L’attaque fut vive, entraînant des 

victimes de part et d’autre... Un tank resta longtemps sur place, 

prolongeant le souvenir de cette intervention. Toutes les victimes 



 

L

A GUERRE 



1939-1945

 

15 



 

furent  inhumées  au  cimetière  du  village  en  attendant  d’être 

rapatriées dans leurs pays d’origine. Une stèle fut ensuite érigée 

au  lieudit  « L’Épinay »  à  la  mémoire  de  ces  soldats,  et  chaque 

année, le 18 juin, une délégation municipale va s’y recueillir. 

 

Le beau geste de la famille du lieutenant Delisle mérite d’être 



rapportée : celle-ci fit en effet parvenir 3 000 francs à la commune 

en mémoire de leur fils, et à destination « d’une personne s’étant 

distinguée en mettant son courage au service du pays ». 

 

 



Don Delisle 

Extrait des délibérations du conseil municipal  

de Chaumont-sur-Tharonne (le ??? 1946) 

 

  La famille du lieutenant Delisle, tué le 18 juin 1940, au combat 



de  l’Épinay,  ayant  manifesté  le  désir  d’établir  un  don  annuel  de 

3 000 francs et de l’attribuer à une personne s’étant distinguée soit 

comme combattant ou résistant, le C.M. tout en acceptant le don 

avec reconnaissance a estimé qu’il serait très délicat d’attribuer le 

don  dans  les  conditions  proposées  et  qu’il  serait  préférable  d’en 

faire bénéficier les orphelins de guerre. Ayant communiqué cette 

proposition  à  la  famille  Delisle,  M. le  Maire  fait  savoir  que,  par 

lettre  du  20 décembre,  elle  se  rallie  à  l’idée  de  répartition  aux 

orphelins, mais entre quelques-uns seulement (trois par exemple) 

chaque  année.  Le  Conseil  décide  alors  d’attribuer  le  don  de 

3 000 francs  de  1945  à  trois  orphelins  pris  dans  les  familles  les 

plus nombreuses. Cette somme sera versée sur un livret de Caisse 

d’Épargne avec la mention : « Don Delisle. Condition majorité ». 

 

 



 

Le village est « occupé » 

 

 



 

À  l’effondrement  rapide  de  l’armée  française  succéda 

l’occupation  par  les  Allemands,  et  nous  allions  bientôt  en 

ressentir les effets. Le village était dorénavant sous surveillance. 



16 

C

HAUMONT



-

SUR


-T

HARONNE


 

 

 



Quant  à  nous,  nous  étions  aux  premières  loges,  puisque  « la 

Kommandantur » s’était installée à deux pas, 5 rue de Lamotte. 

Pour  un  peu,  ils  auraient  pris  possession  de  la  maison  pendant 

notre  absence !  Heureusement,  elle  devait  être  trop  petite  pour 

eux !...  Reste  qu’elle  fut  occupée,  car  on  s’aperçut  bientôt  que 

toute  la  vaisselle  avait  été  sortie,  utilisée,  et  laissée  en  l’état, 

qu’une  croix  gammée  avait  été  taillée  dans  le  dossier  d’une 

chaise,  et  qu’enfin  une  date  et  une  initiale  étaient  gravées  sur 

une vitre comme pour laisser un souvenir... 

 

Le  premier  travail  de  l’armée  d’occupation  fut  d’ériger  un 



mât sur la grand’place, tout près encore de la demeure familiale. 

Bien sûr, il était peint aux couleurs de l’Allemagne : noir, rouge, 

jaune, et il était surmonté d’un drapeau à croix gammée. 

 

Notre  horloger,  M. Simon,  qui  était  jeune  à  l’époque,  et 



habitait juste en face de la place, pouvait suivre les manœuvres 

de près... Mais voilà qu’un jour, sans demander l’autorisation à 

qui que ce soit, les Allemands ne trouvèrent rien de mieux que 

de venir garer un tank dans la cour familiale. Que faire ?... Rien, 

évidemment,  il  fallait  subir !  Le  vainqueur  impose  toujours  sa 

loi !...  Autre  anecdote,  et  c’est  encore  M. Simon  qui  raconte : 

Au  cours  de  l’été  1940,  alors  que  les  Allemands  venaient  de 

débarquer  à  Chaumont,  trois  d’entre  eux  prirent  la  liberté...  de 

venir  se  laver  dans  le  puits...  un  puits  de  16 mètres  de 

profondeur  tout  de  même...  Et  le  puits  familial !  C’était  le 

comble !... Et sans plus de gêne, ils en prirent l’habitude. Il faut 

imaginer  les  conséquences  pour  la  maîtresse  de  maison  qui  ne 

pouvait donc plus s’approvisionner en eau que chez les voisins, 

ou  aller  jusqu’au  puits  communal.  C’est  qu’il  n’y  avait  pas 

encore l’eau courante à Chaumont. 

 

À part cela, il y avait du spectacle : les rassemblements des 



soldats  avaient  lieu  sur  la  place  presque  tous  les  jours  afin  de 

maintenir la cohésion, les hommes étant dispersés dans les fermes 

et plusieurs maisons du village. Il s’agissait aussi d’entretenir la 

forme  physique  par  l’exercice,  et  le  moral  par  la  référence  au 

chef  suprême :  Heil  Hitler  (le  bras  tendu).  Les  séances  se 

terminaient  généralement  par  des  chants  martiaux  que  les 

soldats rythmaient de leurs pas et de grands coups de talons. 


 

L

A GUERRE 



1939-1945

 

17 



 

Les restrictions 

 

 



 

Dans  un  pays  comme  le  nôtre,  riche  par  son  agriculture  et 

son élevage, nous ne mangions plus à notre faim et nous avions 

du  mal  à  l’admettre.  C’est  que  l’approvisionnement  de  la 

population  passait  après  la  réquisition  des  Allemands !  En 

somme, nous devions nous contenter des restes. 

 

Des  cartes  d’alimentation  furent  distribuées,  mais  elles 



assuraient juste le minimum vital, comme on peut en juger par 

les rations autorisées : 

 

pour une personne :   240 g de pain par jour (et 220 g par la suite) 



 

  

 



 

 

250 g de viande  



 

  

 



 

 

 



 

550 g de matière grasse (que ce soit  

  

 

 



 

 

 



       huile, beurre ou saindoux)  

 

 



 

 

 



 

 

 



75 g de fromage  

 

 



 

enfin   


500 g de sucre, 250 g de pâtes par mois.

 

 



 

Ajoutons que les commerçants, et principalement le boucher, 

étaient parfois obligés de fermer, faute d’approvisionnement. Et 

les jours d’ouverture, on avait intérêt à se lever de bonne heure... 

car il y avait la queue dès le petit matin. Enfin, pas question de 

choisir son morceau, il fallait prendre ce qu’il y avait. Il arrivait 

qu’on fasse la queue pour obtenir une tranche de « mou

3

 » par 



exemple. 

 

En temps normal, on aurait pu aller à « la braconne »... aux 



champignons  ou  aux  lapins  de  garenne...  mais  là,  on  aurait 

risqué de faire de mauvaises rencontres ! 

 

Encore  avions-nous  plus  de  possibilités  à  la  campagne.  On 



connaissait les fermiers chez qui l’on pouvait trouver un peu de 

beurre par ci, quelques œufs par là... Le temps était déjà loin où 

nous avions la vache, la chèvre, les poules et les lapins qui nous 

auraient  bien  aidés  à  apaiser  la  faim.  Grand-mère  était  trop 

                                                      

3.  « Mou » : poumon de certains animaux de boucherie (chair molle, peu 

nutritive). 

p

ar



 sem

ain




18 

C

HAUMONT



-

SUR


-T

HARONNE


 

 

 



fatiguée  et  trop  âgée  maintenant  pour  avoir  des  bêtes !  Une 

chance  encore  que  mes  parents,  qui  avaient  toujours  la 

boulangerie,  envoyaient  quelques  tickets  de  pain  de  temps  à 

autre,  ce  qui  permettait  de  faire  du  troc  et  d’améliorer 

l’ordinaire.  Enfin,  M. Godin,  le  fermier  du  « Petit  Vaullier », 

rendait bien service avec ses livraisons de lait dans « le pays ». 

 

En ville, le ravitaillement était encore plus problématique et 



il fallait souvent payer le prix fort... C’était « le marché noir »... 

Mais beaucoup n’avaient pas les moyens d’y recourir ! Certains 

n’hésitaient  pas  à  faire  des  40,  50 kilomètres  et  plus,  à  vélo, 

faute  d’autre  moyen  de  transport,  en  quête  de  ravitaillement 

pour nourrir la famille. Il fallait voir la charge ! et la fatigue, tant 

pour le cycliste que pour le vélo ! À cela s’ajoutait le problème 

du  chauffage !  insoluble  en  milieu  urbain,  d’où  les  consé-

quences en nombre de décès. 

 

« C’est vrai ça, admettaient les Solognotes, en ville i sont pus 



à plainde que nous ! » 

 

 



 

La poignée de main de Montoire ébranle les Chaumontais 

 

 



 

Le  mois  d’octobre  1940  marque  l’esprit  des  Solognots :  ce 

fut  « l’entrevue  de  Montoire »,  chez  nous,  dans  notre  propre 

département ! et qui se termina par la poignée de main Pétain-

Hitler.  Que  se  passait-il ?...  Cela  me  rappelait  le  marché  de 

Lamotte  quand  j’étais  enfant,  et  la  poignée  de  main  qu’échan-

geaient vendeur et acheteur lors d’une affaire conclue à propos 

d’une  chèvre,  d’un  porc  ou  d’un  mouton.  Un  peu  plus  tard,  le 

maréchal  crut  bon  d’ajouter :  « C’est  librement  que  je  me  suis 

rendu à l’invitation du Führer... une collaboration a été envisa-

gée entre nos deux pays ! » Collaboration !... le mot avait été dit, 

et ajoutait au trouble. Pour certains, c’était déjà une trahison. 

 

L’on  apprit  que,  sur  le  chemin  du  retour,  le  maréchal  était 



passé  par  Châteauroux  et  qu’il  avait  quitté  la  ville  sous  les 

applaudissements !...  Dans  le  village,  certains  commençaient  à 



 

L

A GUERRE 



1939-1945

 

19 



 

se demander si le chef de l’État avait bien mesuré le sens de ses 

paroles, ou s’il ne subissait pas l’influence de Pierre Laval qui, 

de  son  côté,  allait  bientôt  afficher  clairement  son  esprit  de 

collaboration  avec  l’Allemagne,  créant  la  milice  chargée  de 

traquer  les  résistants,  les  maquis,  les  juifs  et  les  réfractaires  

au S.T.O. 

 

À ce  moment-là,  je ne pouvais m’empêcher de penser à un 



vieux  Chaumontais  qui  avait  connu  le  maréchal  de  la  Grande 

Guerre, le soldat... qu’il admirait tant, l’artisan de la victoire de 

Verdun,  et  dont  il  avait  fait  encadrer  le  portrait  « pour  l’avoir 

dans sa maison ! », comme il disait. 

 

 

 



Les déportations : on en parle dans le village 

 

 



 

Dès 1941, le Commissariat général aux questions juives est 

créé, c’est le rouage français... pour faciliter les choses ! 

 

Ce  sont  d’abord  des  milliers  de  juifs  parisiens :  hommes, 



femmes  et  enfants  qui  sont  raflés  et  parqués  au  Vél’d’Hiv, 

comme  des  bêtes  destinées  à  l’abattoir.  Et  c’est  le  point  de 

départ de « la Shoah », ce mot, terrible, qui signifie « l’anéantis-

sement »... et c’est bien de cela qu’il s’agissait : des rafles..., des 

camps de concentration, et finalement de l’extermination. 

 

Ces  terribles  nouvelles  pénétraient  dans  nos  campagnes.  À 



Chaumont,  surtout  les  personnes  âgées  –  sans  doute  les  plus 

vulnérables – étaient ébranlées, d’autant plus que l’on entendait 

parler de camps de détention dans la région. « Il y avait, paraît-

il,  des  centres  à  Pithiviers,  à  Jargeau  et  à  Beaune-la-Rolande, 

bref  dans  le  Loiret...  et  « c’était  pas  si  loin  d’chez  nous »...  ça 

s’rait  des  juifs,  les  malheureux !...  et  y  aurait  aussi  des 

tsiganes...,  i  s’raient  parqués  derrière  des  barbelés...  et  l’pire,  i 

s’raient gardés par des Français !... si c’est pas malheureux ! Ça 

fait du mal d’entende ça !... Et ces pauv’gens, i’ z’allaient sans 

doute êt’ envoyés dans un camp en Allemagne, ça s’rait encore 

pire,  pasque  là-bas,  y’avait  les  chambres  à  gaz...  on  en  avait 


20 

C

HAUMONT



-

SUR


-T

HARONNE


 

 

 



entendu  parler !  c’est  malheureux...  d’voir  ça  à  not’  époque ! 

Comme si on n’avait pas assez de misère comme ça !... » 

 

Mais il existait un autre camp tout près de chez nous : c’était 



celui  de  Lamotte-Beuvron,  à  9 kilomètres.  Nous  ne  l’avons 

appris  qu’en  2005...  lorsque  le  président  du  Conseil  général, 

Maurice  Leroy,  accompagné  du  1

er

 vice-président,  député  du 



Loir-et-Cher,  Patrice  Martin-Lalande,  vinrent  fixer  une  plaque 

commémorative  de  ces  jours  sombres  sur  un  mur  du  « Centre 

hospitalier des Pins

4

 ». 



 

                                                      



4.  Aujourd’hui, « Institut médical de Sologne ». 



Do'stlaringiz bilan baham:


Ma'lumotlar bazasi mualliflik huquqi bilan himoyalangan ©fayllar.org 2019
ma'muriyatiga murojaat qiling