Precorb’info Site web


Download 1.71 Mb.
Pdf просмотр
Sana12.06.2019
Hajmi1.71 Mb.

 

 

 



PRECORB’info 

 

 



Site web :  

 

www.precorbin.fr 

Département de la 

 

Manche 

Canton de 

 

Torigni-sur-Vire 

 

Commune de Précorbin 



 

 

 



 

 

 



 

 

 



 

 



 

                                                                          

 

 

 





 





Mairie : 16 route de Torigni – 50810 PRECORBIN - Tel. 02.33.56.16.19 Fax 02.33.57.62.02  

mail : mairie-precorbin@wanadoo.fr - Ouverture au public : mardi et vendredi de 16 h à 18 h 30  



Précorbin 

 

       



 

Sommaire 

page 2 

 

 



 

Le mot du Maire 

page 3 

 

 



Infos pratiques 

page 4 


 

 

Infos jeunesse 



page 5 

 

 



Ecole et transports 

page 6 


 

 

 



Bon à savoir 

page 7 


 

 

Budget communal 



page 8 

 

 



Etat Civil/découverte 

page 9 


 

 

Les associations 



page 10 

 

 



Histoire 

page 11/13 

 

 

Memento 



page 14   

 

 



 

  



 

       


Le mot du Maire 

 

 



 

 

 



 

 

Le  13



ème

  Précorb’info  va  vous  permettre,  comme  les  années  précédentes,  de  connaître  les 

décisions  prises  par  le  Conseil  Municipal.  Je  remercie  la  commission  et  Mme  Laloy-Olivier 

pour cette présentation. 

 

 

L’année 2012 a été quelque peu mouvementée pour les arrêts de bus pour les collèges 



et lycées, un seul point ayant été retenu par le Conseil Général : le bourg. Après négociation 

et apportant les preuves de la pérennité de deux points supplémentaires au Mesnil Reine et 

au Hameau l’Honoré, ces deux points ont pu être maintenus. Le soutien des parents d’élèves 

dans cette action a été un élément positif pour permettre d’obtenir ces trois points. (voir en 

page 6) 

 

 



Depuis  le  1

er

  janvier  2013,  Précorbin  adhère  au  regroupement  pédagogique 



intercommunal de Saint-Jean-des-Baisants et prend la dénomination de « Syndicat Scolaire 

Intercommunal  de  Saint-Jean-des-Baisants/Rouxeville/Précorbin ».  Ce  regroupement  se 

justifie par le nombre d’enfants déjà scolarisés, la fréquentation au centre de loisirs « Les 

Petits  Lutins »  pour  la  garderie  péri-scolaire  et  les  activités  durant  les  vacances.  (voir  en 

page 6) 

 

 



Le 1

er

 janvier 2014, Précorbin, comme toutes les communes de l’arrondissement sauf le 



canton de Canisy, vont être regroupées pour former la Communauté d’Agglomération Saint-

Loise  « Saint-Lô  Agglo ».  Une  forte  majorité  de  communes  a  approuvé  cette  fusion.  Une 

délégation travaille à ce jour, sur les compétences que va prendre cette structure ainsi que la 

gouvernance. (retrouvez le lien en page 7) 

 

 

Le  programme  de  travaux  2012  a  été  en  partie  réalisé.  Le  programme  concernant  le 



parking,  le  terrain  de  pétanque  et  l’aménagement  des  trottoirs  route  de  Caumont  sont 

budgétisés pour 2013 ainsi que l’accessibilité handicapé à la salle polyvalente. (voir en page 8) 

 

 

Le  Conseil  Municipal  et  moi-même  vous  souhaitons  à  tous  une  bonne  lecture  et  de 



bonnes vacances d’été. 

 

                                                                Etienne Delafosse.



 

 

 



                                                                          

 

 



 

 

 



 

 

 

 

                 INFOS PRATIQUES 

 

Ouverture de la Mairie au public le mardi et le vendredi de 16 h 00 à 18 h 30 

tel : 02.33.56.16.19 

Fax : 02.33.57.62.02 ou mairie-precorbin@wanadoo.fr 

 

                    Listes électorales

 

:

  

 



 

     Les  nouveaux  habitants  de  la  commune  sont  invités  à  se  présenter  à  la  Mairie  avant  le  31 

 

 

     décembre de  chaque  année  pour  s’inscrire  sur  les  listes  électorales.  Se  munir  du  livret  de 



 

 

     famille, de la carte d’identité et d’un justificatif de domicile (facture EDF, eau, tél. …) 



 

     

 

 

    Carte d’identité :

  

Gratuite sauf en cas de perte (25 €). Se présenter en mairie pour établir un dossier avec les 



pièces  à  fournir  (copie  intégrale  de  l’acte  de  naissance  ou  livret  de  famille,  2  photos, 

justificatif de domicile, ancienne carte), validité 10 ans. 

 

Passeport biométrique :

  

Prendre rendez-vous auprès de la Mairie de Saint-Lô ou Agneaux (pour les plus proches) 86 €       



pour un majeur, validité de 10 ans ; 42 € pour un mineur plus de 15 ans, 17 € pour un mineur de 

moins de 15 ans, validité de 5 ans.  

 

Recensement militaire dès vos 16 ans (et dans les 3 mois qui suivent) :

  

Un  certificat  de  recensement  sera  établi  sur  présentation  du  livret  de  famille,  carte 



d’identité et justificatif de domicile. Ce certificat est nécessaire pour passer les différents 

examens scolaires et de conduite. 

 

                             Pour toute demande concernant un service public, ayez le réflexe 3939 



 

 



Concessions/urne cinéraire :

  

Le prix de la concession cinquantenaire est de 252 €, l’urne cinéraire cinquantenaire de 126 € + 299 € (caveau) 



 

Location de la salle polyvalente :

    


 

 

 



 

 

TARIFS 2013 

Location privée jour hors commune : 230 €, jour et lendemain : 310 € 

Location privée jour commune : 200 €, jour et lendemain : 250 € 

Location association, repas dansant : 310 € 

Spectacles, arbres de Noël sans repas : commune 150 €, hors commune : 210 € 

Après-midi dansant : 155 € 

Réunion publique : 55 € 

Vin d’honneur : 37 € sans verre et 50 € avec 150 verres 

Couverts : 1 €/personne 

Téléphone : 0.50 € l’unité 

Ménage : 12.70 € l’heure 

Le gaz pour le chauffage et la cuisinière sont facturés suivant la consommation réelle 

Un chèque de 100 € d’arrhes est demandé lors de la réservation ainsi qu’une caution de 500 €. 

Prévoir une attestation d’assurance couvrant la manifestation. 

Demander une ouverture de débit de boissons 2

ème

 catégorie en Mairie pour les associations. 



 

INFOS JEUNESSE 



 

 

 

 



LISTE DES ASSISTANTES MATERNELLES  

 

 



Nathalie LEFEVRE, 62 Hôtel Hélard - 02.33.55.06.69  

       


Christèle MASSON, 12 la Fieffe - 02.33.55.24.27  

        


Lydie THEREAUX, 7 La Besnerie - 02.33.05.69.59 

        


Anne SABIN, 179 Le Mesnil Reine – 02.33.55.71.80 

          

 

     Isabelle  BEAURUEL , 39 le Sitier – 02.50.80.30.04 



          

 

     Vanessa MOULEC, 14 rue du Stade – 06.82.07.43.74 



          

 

     Céline PARIS, 36 rue du Stade – 06.74.34.88.90 



         

 

     Katia LECLAIR, 19 le Val Durand – 02.33.05.28.28 



         

     


     Marina BRION, 8 la Mérannière – 02.14.16.14.17

 

 



 

 

 



     

Laura BION , 16 D rue du Stade – 02.14.16.54.15 

 

 

 



     Séverine MARCHAND, 180 le Mesnil Reine – 06.34.62.37.84. 

 

 



LES COORDONNEES DU SERVICE DU RELAIS ASSISTANTES MATERNELLES (RAM) 

 

PMI : Infirmière : Mme LEJEUNE-BESSIN 

 

RAM : Charlotte GORDON – Virginie MESNIL 

Puéricultrice : Mme MAUNOURY (Saint Amand) 

Tel. : 02.33.56.71.25 ramccctorigni@orange.fr 

 

 

 

 

A

CC



UE

I

L



 

DE

 



L

OI

SI



RS 

« 

L



ES 

PE

TI



TS

 

LU



TI

NS

 



»

   

Ouvert à tous les enfants de 3 à 12 ans

 

   



 

 

 



Situé à 7 km de Saint-Lô dans l'enceinte de l'école de  

 

 



 

 

Saint-Jean  des  Baisants,  l’Accueil de  Loisirs  sans  hébergement 



 

 

 



 

« Les Petits Lutins »accueille toute l'année vos enfants

 

     du lundi au vendredi de 07 H 30 à 19 H 30 :

  

 



           En période scolaire : 07H30-08H45 / 16H30-19H30 

       Mercredi et vacances scolaires : 07H30-19H30 

   Retrouvez toutes les informations sur le site :  

https://sites.google.com/site/lutinslutins/

 

Tel. 02.33.56.04.77 


 

CREATION D’UN GROUPE SCOLAIRE pour 2013 



 

RPI SAINT JEAN/ROUXEVILLE/PRECORBIN 

Inscriptions 2013-2014

  

 

 

 

 

 

 

 

Le  nouveau  groupe  scolaire  situé  à  St-Jean-des-Baisants  accueillera  dès  la  rentrée 

2013 les enfants domiciliés sur la commune. Aucune dérogation ne pourra être acceptée 

sauf pour les enfants dont les aînés sont scolarisés hors RPI.  

Contact  et  inscriptions :  Mairie  de  Saint-Jean-des-Baisants  –  Tel.  02.33.55.62.74  – 

Ecole Primaire : 02.33.57.91.51 

 

 



TRANSPORTS SCOLAIRES MANEO 

 

 



           3 POINTS D’ARRET pour les collégiens et lycéens :  

                              - Le Bourg  

                              - Le Hameau l’Honoré  

                              - Le Mesnil Reine + maternelle 

                    

 

Inscriptions 2013-2014 en ligne sur le site du Conseil Général 



http://transports.manche.fr/ jusqu’au 25 juillet 2013 

 

 

ECOLE MATERNELLE ET PRIMAIRE : LES FRAIS DE SCOLARITE 

 

Pour l’année scolaire 2011/201257 enfants de maternelle et primaire ont été accueillis : 

 

RPI ST JEAN /ROUXEVILLE : maternelle : 13, primaire : 16 pour un coût de 12180 € 

ECOLE SAINT AMAND : maternelle : 8, primaire : 9 pour un coût de 6762 € 

ECOLE PUBLIQUE DE TORIGNI S/ VIRE : maternelle : 3 pour un coût de 1662 € 

ECOLE PUBLIQUE DE CONDE SUR VIRE : maternelle : 3 pour un coût de 1443 € 

ECOLE PRIVEE SACRE CŒUR TORIGNI : maternelle : 1, primaire : 2 pour un coût de 1260 € 

ECOLE PRIVEE INSTITUT AGNEAUX : primaire : 1 pour un coût de 420 €  

ECOLE PRIVEE INTERPAROISSIAL SAINT LO : primaire : 1 pour un coût de 420 € 

TOTAL DES FRAIS DE SCOLARITE : 24147 € 


 

 



 

 

PRESENCE VERTE : aide à la téléassistance 

« Un partenariat pour une vie plus sereine » 

Les frais d’abonnement sont de 24,90 €. 

La commune, par l’intermédiaire du CCAS, participe à raison de : 

-

 



7 € sur l’abonnement mensuel pour les personnes non imposables 

-

 



5 € sur l’abonnement mensuel pour les personnes imposables 

 

LES  ORDURES  MENAGERES  sont  ramassées  le  JEUDI  matin.  (décalage  les  jeudis  fériés  à 

partir du 1

er

 juillet 2013). Merci de déposer vos sacs et poubelles le mercredi soir. Pour tous 

renseignements, s’adresser à la Communauté de Communes de Torigni-sur-Vire.(voir brochure)  

 

NE  LAISSER  PAS  DIVAGUER  VOS  ANIMAUX  DOMESTIQUES,  de  nombreux  sacs  poubelles 

sont éventrés avant le passage du camion de ramassage !

 

 

 

 

               

UN GESTE CITOYEN POUR LA PLANETE ! Nous sommes tous concernés ! 

 

 

 

Ces conteneurs sont disponibles sur le parking de la salle polyvalente. 

 

 

 

 

Et la déchetterie route de Condé est ouverte pour les encombrants et autres     

 

 

 

déchets. (Fermé le dimanche) - Horaires d’ouverture : 9 à 12h et 14 à 18h. 

 

 

 

Numéro vert : 0 800 05 33 72 – SIVOM du Point Fort 

www.smpf50.fr 

 

 

 

 

 

 

       Il est formellement INTERDIT de déposer    

 

 

 

                      des déchets ménagers à côté des conteneurs.

  

 

 

 

 

 

LA NOUVELLE COMMUNAUTE D’AGGLOMERATION

, fusion de la communauté de Saint-Lô 

agglomération, des communautés de l’Elle, de Marigny, de la région de Daye, du canton 

de Tessy-sur-Vire, du canton de Torigni-sur-Vire et la commune de Domjean totalisera 

73  communes  et  une  population  d’environ  70  000  habitants.  Sa  date  d’entrée  en 

vigueur sera le 1

er

 janvier 2014.Toutes les informations sur le site :  



http://www.saint-lo-agglo.fr/La-communaute-d-Agglomeration

 

 



 

 

 

 

 

 

 

AVIS ATTENTION AUX ARNAQUES ! 



 

LE DEMARCHAGE A DOMICILE « porte à porte » ou téléphonique est une pratique 

commerciale  qui  consiste  à  solliciter  le consommateur  afin  de  lui  faire  souscrire  un 

contrat  (achat  encyclopédie,  pose  d’une  installation  sur  votre  habitation,  énergie, 

téléphone …) Cette démarche peut mettre le consommateur en infériorité par rapport 

au vendeur et le conduire à une commande qu’il regrettera peut-être. Les abus sont 

fréquents.  Soyez  donc  prudents  et  n’hésitez  pas  à  prendre  le  temps  de  la 

réflexion ! N’hésitez à venir vous informer auprès de votre Mairie ! 

http://www.economie.gouv.fr/dgccrf/demarchage-a-domicile-0

 

 


 

BUDGET COMMUNAL 



 

Résultats 2012 

 

 

Budget 



principal 

Mandats 

émis 

(a) 

Titres émis 

dont 1068 

(b) 

TOTAUX 

c = (b-a) 

Résultat/Solde 

d’exécution N-1 

(d) 

Solde des 

R.A.R. (e) 

Résultat/Solde 

(c + d+ e) 

Fonct. 

- 141 118,82  + 219 009,34  +  77 890,52 

+ 235 276,66 

        0,00 

+ 313 167,18 

Investis. 

- 94666,52 

+ 133 228,46  +  38 561,94 

- 77 513,05 

        0,00 

-   38 951,11 



 

TOTAUX 

 

- 235 785,34 

 

+ 352 237,80 

 

+ 116 452,46 

 

+ 157 763,61 

 

        0,00 

 

+ 274 216,07 

 

Investissements 2013 



 

Libellé des opérations 

Montant budgétisé 

Carte communale : révision 

6 500 

Voirie : chemin l’Eurière 



1 000 

Voirie : trottoirs route de Caumont 

7 000 

Parking Salle : parc de stationnement 



31 000 

Parking salle : marquage au sol 

10 000 

Voirie : salle : accessibilité handicapé (2012) 



5 450 

Aménagement aire de pétanque (2012) 

3 050 

Salle : programme accessibilité 



25 000 

Mairie : agencement bureau secrétariat 

2 190 

Participation Groupe scolaire RPI 



82374 

 

Les taux d’imposition sont identiques à l’année passée : 



 

 

 



 

 

 



Libellés 

Bases 

Taux 

Produit voté 

Taxe d’habitation 



399 300 

12,05 

48 116 

Taxe foncière bâti 



239 300 

8,25 

19 742 

Taxe foncière non bâti 



53 500 

20,32 

10 871 

CFE 


32 700 

12,33 

4 032 

Produit attendu pour 2013 

 

 



82 761 

 

 



Budget principal 2013 

Dépenses 

Recettes 

Fonctionnement 

475 747 


475 747 

Investissement 

141 079 


141 079 

 

TOTAL 

 

616 826 

 

616 826 

 

L’Etat Civil à partir de mars 2012 



 

       Depuis le mois de mars 2012, 9 nouveaux praticorbiniens ont vu le jour …  

 

 

 

Cloé LETOURNEUR, née le 10 juillet 2012 

 

Anaïs GONNAUD, née le 6 juillet 2012 

 

Léo BOISSEL, né le 16 juillet 2012 

 

Lorys YVOURY, né le 27 juin 2012 

 

Bastien LANGLOIS, né le 14 décembre 2012 

 

Alban POREE, né le 21 février 2013 

 

Capucine GASSMANN, née le 8 mars 2013 

 

Marcel FOUQUÉ, né le 28 mars 2013 

 

Louna ROGER, née le 12 mai 2013 

 

 

Et d’autres nous ont quittés : 

 

 

Sébastien PRESTAVOINE-BOHLY, le 10 juillet 2012 

 

Yvette MOULIN veuve LECANU, le 9 août 2012 

 

Thérèse VALLÉE épouse LAIGNEL, le 12 août 2012 

 

Ghislaine GODEY épouse CHAMPS, le 12 octobre 2012 

 

Gérard LEGRIX, le 17 novembre 2012 

 

Désiré SUHARD, le 4 décembre 2012 

 

Christiane AMY épouse LECHEVALLIER, le 19 décembre 2012

 

 

 

UNE SURPRENANTE DECOUVERTE ! 

 

         ****************** 



 

 

 



 

 

 



Lors des travaux de restauration du calvaire le 7  

 

 



 

 

 



 

décembre 2012, qu’elle ne fût pas la surprise des  

 

 

 



 

 

 



ouvriers quand ils soulevèrent le monument … 

 

 

 



 

 

 



 

??????????????????????????????????? 

 

 

 



 

 

 



 

Sous le socle du calvaire bâti en 1872, ils découvrirent 

 

 

 



 

 

 



un  autre  socle  et  une  partie  de  colonne  d’un  probable 

 

 



 

 

 



 

ancien  calvaire  …  Ses  deux  magnifiques  têtes  gravées 

 

 

 



 

 

 



dans le granit peuvent maintenant voir le jour … 

 

 



 

 

 



 

 

Reste  à  découvrir  les  origines  mystérieuses  de  cet 



 

 

 



 

 

 



édifice ! 

 

                                                           Vous pouvez les admirer dans le cimetière communal… 



 

10 

 

LES ASSOCIATIONS COMMUNALES 



 

ACPG-CATM - Président : René POISSON 

 

 



 

 

 



 

 

 



CLUB DE L’AMITIE - Président : Marcel LAGOUGE 

 

CLUB DU 3



ème 

AGE - Présidente : Geneviève POISSON 

 

COMITE DES FETES - Président : Laurent LECOT 

Le spectacle avec Paulo 

(la photo) 16 février a 

rencontré un beau succès auprès de la population. La 

pétanque (photo ci-dessous) a réuni une quarantaine 

d’équipe le 20 avril dernier et profité d’un franc 

soleil.  

Bientôt, vous 

pourrez retrouver 

le concours de 

pêche le 7 juillet 

puis le traditionnel 

méchoui communal le dimanche 4 août. L’année sera clôturée 

par l’arbre de Noël dédié aux enfants de la commune le 15 

décembre.

 

 

LES AMIS SOLIDAIRES – LAS - Président : Eric LEBIS 

L’association LAS propose des activités ouvertes à tous. 

Outre son engagement dans l’aide à la personne, elle 

propose des soirées et activités de loisirs : 

Le premier vide-greniers sur la commune a eu lieu le 9 

juin 2013 avec une trentaine d’exposants. 

Suivront  un  repas  choucroute  le  12  octobre  à  la  salle 

polyvalente  de  Précorbin,  un  festival  de  la  soupe  le  8 

novembre et une exposition « Noël provençal » le 13 et 14 décembre. 

 

                   Retrouvez toutes les infos du LAS sur http://www.lesamissolidaires.sitew.com 



11 

 

 



HISTOIRE : PRECORBIN DANS LA BATAILLE DE NORMANDIE EN 1944 

 

Bien  sûr,  en  ce  printemps  1944,  le  Cotentin  s’attendait  bien  à  quelque  chose.  Depuis  le  temps  qu’on  annonçait  ce 



débarquement, ici ou ailleurs, il finirait bien par se produire. 

A Cherbourg, des bombardements intervenaient régulièrement et les alertes antiaériennes étaient constantes ; n’était-ce 

pas  un  signe  parmi  d’autres.  Du  reste,  les  autorités  d’occupation  pressaient  la  préfecture  d’organiser  une  seconde 

évacuation, après celle d’avril 1943, vers le Loiret, l’Orne ou la région de Mortain. 

 

De  ce  point  de  vue,  Précorbin  apparaissait  bien  comme  un  havre  de  paix  et  Ernest  et  Madeleine  CARRE,  alors 



instituteurs  de  la  commune,  envisageaient  bien  d’y  faire  venir  leur  famille  trop  exposée  aux  environs  de  Cherbourg. 

Justement,  Pierre  et  Madeleine  LECOURTOIS  étaient  prêts  à  louer  une  petite  maison  qu’ils  possédaient  au  Hameau 

Rethel, à deux pas de l’école et de leur propre habitation. 

Vers la fin du mois de mai 1944, on organisa le déménagement d’Emilienne, leur belle-sœur, et de son fils Michel, d’un 

oncle et d’une tante, ainsi que d’une grand-mère et de la mère d’Emilienne. Le mari, ouvrier de l’Arsenal réfractaire au 

STO, avait dû trouver refuge dans la région de Bordeaux pour échapper à la traque de la milice. On s’installa mais les 

jours de tranquillité ne durèrent guère. 

 

Le  6  juin  au  matin,  on  entendit  vers  l’est  des  bruits  lointains  de  canonnade  mais  on  était  sevré  d’information  et  l’on 



n’imagina pas vraiment que la libération de la France venait de commencer. C’est le soir, vers 20 heures, que l’évidence 

d’événements  graves  se  matérialisa  lorsque  de  lourds  bombardiers  américains  déversèrent,  de  façon  inattendue,  leur 

chargement sur Saint-Lô. Dans la nuit, vers 2 heures, on entendit de nouveau des vrombissements d’avions et, encore et 

encore, de sourdes détonations provoquèrent aussitôt l’embrasement de la ville. On en apercevait les lueurs. 

Certains restèrent éveillés, incapables de retrouver le sommeil, d’autres se rendormirent d’un sommeil léger. 

 

Vers 5 heures du matin en ce 7 juin 1944, les époux LECOURTOIS furent réveillés par un grincement familier et virent 



que des soldats allemands actionnaient la roue de leur pompe à eau afin d’abreuver leurs chevaux. C’était à cette heure 

une  présence  inhabituelle  et  l’on  sortit  précipitamment  pour  voir  ce  qui  se  passait.  On  découvrit  vite  une  troupe 

conséquente  qui  avait  envahi  la  laiterie  pour  y  trouver  un  peu  de  repos.  Il  fallait  enjamber  ces  corps  allongés  pour 

effectuer les travaux quotidiens. 

Dans  le  même  temps,  l’école  avait  été  réquisitionnée  par  l’occupant  qui  avait  perdu  pendant  la  nuit  l’essentiel  de  ses 

cantonnements  et  recherchait  des  abris  pour  son  administration  et  le  logement  des  soldats.  Des  fermes  des  environs 

furent également envahies. 

Ernest et Madeleine CARRE trouvèrent refuge, avec le reste de la famille dans la petite maison de deux pièces de M. et 

Mme LECOURTOIS qui accueillait désormais huit personnes. 

Cette même journée du 7 juin, les vents d’ouest apportèrent sur Précorbin des restes de papier noirci venant des livres de 

messe de l’église Notre-Dame de Saint-Lô ou de la combustion des archives du département. Cette « pluie sinistre » dura 

plusieurs jours. 

Ainsi, on se rapprochait bien davantage des réalités de la guerre. 

 

Dans les jours qui suivirent, la situation devint très difficile car les bombardements se multipliaient et faisaient courir de 



grands risques. Le 11 juin, Mme FEUGERE, qui avait trouvé asile dans la commune quelques temps auparavant, était tuée 

par un éclat d’obus. Le 26 juin, c’est Georges TOSTAIN qui décédait à son tour des suites des bombardements. 

Comme en 1914, on se protégea en creusant des tranchées. Ernest CARRE et Pierre LECOURTOIS firent à leur tour une 

excavation derrière la petite maison, à proximité d’un poirier qui existe encore et la recouvrirent de tôles. C’est là que 

l’on s’abritait tous ensemble pendant les alertes mais, assez rapidement, le bruit de débris divers tombant sur les tôles fit 

craindre  que  l’on  ne  soit  enseveli  si  une  bombe tombait  à  proximité. On  essaya donc  une  autre  technique, protection 

dérisoire, en se blottissant sous quelques matelas reposant sur une table. 

 

Les  choses  empirant,  il  fallut  se  résoudre  à  quitter  le  Hameau  Rethel  pour  se  réfugier  à  1  km  de  là  chez  Mme 



LEBOUTEILLER, la maman de Madeleine LECOURTOIS, située au Val Durand. A cette courte distance, la situation était 

beaucoup plus calme. 

Là s’étaient regroupés les époux LECOURTOIS avec leur petit Georges, toute la famille CARRE, la famille EURY et une 

autre  encore.  Cela  faisait  du  monde  à  nourrir  pendant  environ  trois  semaines  mais  on  s’organisa  dans  la  plus  grande 

solidarité  et  avec  toute  la  chaleur  humaine  que  favorisent  ces  périodes  troublées ;  on  boulangeait  et  on  partageait  la 

soupe  au lard.  Et, dans  le  même  temps, les obligations  de  la ferme  demeuraient  et  il  fallait  chaque  jour  s’occuper des 

bêtes en dépit des bombes qui explosaient au hasard. 

 

Plusieurs événements perturbèrent ces jours agités de juin et juillet 1944. 



12 

 

Un  jour  qu’un  soldat  allemand  était  dans  les  parages,  le  jeune  Michel  CARRE,  âgé  de  quatre  ans,  le  traita  de  « sale 



Boche ». La réaction fut immédiate : tous les adultes présents furent alignés contre le mur par un homme tout empli de 

rage d’être ainsi insulté. Mais son attitude, dans les minutes qui suivirent fut beaucoup plus inattendue. Eprouvant sans 

doute cruellement l’absence de sa famille et comprenant peut-être qu’il pourrait ne plus jamais la revoir, il prit l’enfant 

dans ses bras et fondit en larmes ; après quoi, il relâcha tout le monde et s’esquiva. 

Un  autre  jour,  des  soldats  descendirent  chez  Mme  LEBOUTEILLER  pour  vérifier  que  l’ordre  de  remise  de  toutes  les 

armes en mairie décrété en 1940 avait bien été respecté. Avec l’ampleur nouvelle des combats, l’occupant se souciait des 

actions  de  la  résistance. Or, M.  LEBOUTEILLER  était décédé  à  cette  époque  et  l’on  avait  gardé  son  fusil sur le  dessus 

d’une armoire. Les soldats fouillèrent consciencieusement la ferme et, juchés sur une chaise, ils vérifièrent qu’il n’y avait 

rien sur cette grande armoire ; heureusement, la hauteur des corniches de nos armoires normandes ne leur permit pas 

d’apercevoir  le  corps  du  délit  et  ils  repartirent  miraculeusement  bredouilles.  Mais,  Mme  LEBOUTEILLER  avait  eu 

tellement peur qu’elle ordonna que le fusil soit immédiatement brisé et enterré profondément dans le jardin. 

La  troisième  alerte  fut  plus  sérieuse  et  concerna  l’essentiel  du  village.  Un  matin,  les  Allemands  constatèrent  qu’un 

parachute  rouge  était  étendu  sur  le  terrain  d’une  habitante.  Ne  trouvant  pas  le  parachutiste,  ils  présumèrent  des 

complicités  locales  et  entreprirent  immédiatement  de  rassembler  la  population  dans  une  ferme.  Leur  nervosité  était 

d’autant plus vive qu’un officier allemand avait été tué quelques jours plus tôt à l’entrée d’une exploitation voisine.  

Très  rapidement,  les  femmes  et  les  enfants  furent  enfermés  dans  la  boulangerie  et  séparés  des  hommes.  Toutefois,  il 

faisait très froid la nuit et, en ce mois de juin, il y avait encore de la blanche gelée. Le groupe constitué de 20 femmes fut 

donc autorisé à s’installer au chaud, dans la cuisine de la ferme, sous la garde de trois soldats en arme. Mais en y allant, 

elles  virent  les  hommes  alignés  et,  quelques  temps  après,  à  la  nuit  tombée,  on  entendit  un  camion  qui  les  embarqua 

pour une destination inconnue ;  chacun redoutait que ce ne fût à destination du « Saint Chemin », le mur des fusillés de 

Saint-Lô et le moral était au plus bas. 

Dans le camion, la nuit était noire, le trajet tortueux, et personne n’était capable de déterminer où l’on allait. On s’arrêta 

bientôt et l’on fut conduit dans un bâtiment inconnu, dans l’attente anxieuse de la suite des événements. Le petit jour 

arriva  et,  sous  prétexte  d’une  envie  naturelle  d’ailleurs  impossible  à  satisfaire  dans  la  tension  du  moment,  l’un  des 

hommes fut autorisé à sortir sous bonne garde et put se repérer. Le groupe était retenu dans le buret (porcherie) de la 

ferme  d’Auguste  LECOQ  à  Condé  sur  Vire.  Peu  après,  un  gros  soldat  allemand  vint  demander  si  tout  le  monde  était 

agriculteur ; Ernest CARRE se présenta comme le secrétaire de mairie de Précorbin et il fut aussitôt emmené en side-car 

vers  les  locaux  de  la  Kommandantur  pour  y  être  interrogé.  Il  sut  probablement  convaincre  ses  interlocuteurs  de 

l’innocence de ses onze compagnons puisqu’il revint avec un laisser-passer pour le groupe. On imagine aisément la joie 

et le soulagement des dames qui avaient été libérées dès le matin et se morfondaient quand, vers 16 heures, elles virent 

les hommes revenir à pied, fatigués mais libres et sains et saufs. 

Quand à la pauvre femme chez qui le parachute avait été trouvé et qui était gardée à part, elle fut également relâchée un 

peu plus tard après avoir été, elle aussi, questionnée. 

 

Pendant ce temps, les bombardements et les combats pour le contrôle de Saint-Lô s’intensifiaient et, sur injonction de 



l’occupant du 8 juillet au soir, le maire ordonna l’évacuation urgente de la population.  

Alors, on s’organisa pour l’exode vers le sud. Chez les LECOURTOIS, on disposait d’une carriole et d’un cheval que les 

Allemands  n’avaient pas pris  à  cause d’une  blessure  à  la  patte  mais  qui  était  à peu près  rétabli. On  y  embarqua  Mme 

LEBOUTEILLER, le petit Georges, une grand-mère ainsi qu’un aveugle de naissance qui allait faire tout le périple aller et 

retour  avec  la  famille.    Pierre  LECOURTOIS  guidait  l’équipage  tandis  que  Madeleine  LECOURTOIS  suivait  avec  un 

landau dans lequel on avait installé deux oies au cas où… 

Dans  la  famille  CARRE, le  strict  nécessaire  fut  transporté  sur  le  cadre  et  le  guidon  des  vélos  et  sur  une   remorque  de 

fortune  bricolée par l’oncle  avec  deux  roues de  bicyclette.  Cela  n’avait pas  fière  allure  mais  ce fut pratique.  La  Grand-

mère Montreuil, âgée de 81 ans, suivait en marchant avec les autres et se plaignit vite de la chaleur. On découvrit – il ne 

faut pas perdre ses biens précieux – qu’elle avait enfilé l’une sur les autres six couches de camisoles et de jupons. 

Les  parcours  varièrent  parfois  d’un  groupe  à  l’autre.  Certains  choisirent  la  route  de  Vire  et  furent  pris  dans  des 

bombardements  meurtriers.  Nos  deux  familles  choisirent  des  routes  moins  fréquentées  et  avancèrent  chacune  à  son 

rythme  mais  de  façon  coordonnée  et  avec  des  points  de  rendez-vous  convenus  à  l’avance ;  ainsi,  on  se  retrouva  au 

Chefresne où l’on décida que Heussé, dans le Sud extrême de la Manche, serait le but du périple. A pied ou en carriole 

on  fit  des  étapes  à  Tessy-sur-Vire  ou  à  Brectouville,  près  de  Villedieu  où  il  se  disait  que  le  percepteur  remettait  aux 

migrants un petit pécule, à Couloudray-Boisbenâtre, à Saint-Pois où était installé un centre d’accueil, à Juvigny-le-Tertre, 

à Mortain, à Notre-Dame-du-Toucher, à Buais et enfin à Heussé où l’on arriva à la fin du mois de juillet.  

On évita par chance l’essentiel des combats mais, avec une belle obstination, on demeura en permanence à la lisière des 

batailles de l’opération Cobra ou de la contre-attaque allemande sur Mortain, tous attentifs à la canonnade toute proche 

et aux survols par les redoutables avions alliés. 

 

De  grands  et de petits  événements  émaillèrent  ce  périple  aventureux.  Au  Chefresne,  un  soldat  allemand procéda  avec 



succès  à  l’accouchement  d’une  femme  en  transit  dans  la  commune ;  symétriquement,  dans  le  sud  de  la  Manche,  un 

soldat  américain  aida  au transfert  vers l’hôpital  de la  grand-mère  des  LECOURTOIS  qui  avait  eu un  malaise. A  Saint-



13 

 

Pois, on se battit frénétiquement… contre les puces de poules qui avaient envahi les lieux de couchage. A Mortain, des 



soldats allemands en déroute s’emparèrent de la carriole de la famille LECOURTOIS lui remettant en triste échange un 

banneau  à  lisier.  Partout  on  ressentit  le  soutien  de  la  population  locale  et,  en  dépit  des  difficultés  de  l’heure,  on  ne 

manqua jamais du couchage ou d’un minimum d’alimentation. 

 

Le  séjour  à  Heussé,  lui  aussi  marqué  par  quelques  péripéties,  ne  dura  pas  très  longtemps  car,  à  la  mi-août  1944,  le 



département  de  la  Manche  était  totalement  et  définitivement  libéré  après  plus  de  deux  mois  de  combats  acharnés  et 

particulièrement  meurtriers  pour  les  combattants,  bien  sûr,  mais  aussi  pour  la  population  civile  plongée  au  cœur  de 

cette bataille de Normandie qui vit s’affronter 2.000.000 de soldats. On décida donc de rentrer comme on le pouvait. 

La famille CARRE put trouver des camions militaires qui la remontèrent dans la journée du 15 août à travers Avranches, 

Coutances et Saint-Lô qui n’offraient plus que le triste et déchirant spectacle de leurs ruines encore fumantes. La famille 

LECOURTOIS, handicapée par son banneau, revint vers Précorbin à pied. 

 

Ce  qui  les  attendait  était  un  spectacle  de  désolation.  Outre  les  bombardements  que  l’on  avait  connus,  le  village  fut 



concerné,  dans  le  cadre  de    la  préparation  de  l’opération  Cobra  (percée  vers  Avranches)  lancée  le  25  juillet,  par  une 

attaque  de  diversion  à  l’Est  de  la  Vire  avec  l’objectif  de  prendre  la  route  menant  de  Saint-Lô  à  Caumont-l’Eventé  et 

surtout l’arête de Saint-Jean-des-Baisants, précédée par une intense préparation d’artillerie le 26 juillet au matin. 

La  maison  des  LECOURTOIS  n’était  plus  qu’un  amas  de  ruines  et  les  bêtes  en  liberté  s’étaient  dispersées  et  avaient 

dévasté  les  prairies  et  les  champs  de  céréales.  Le  mur  arrière  et  le  toit  de  la  petite  maison  étaient  gravement 

endommagés. Dans l’un et l’autre cas, meubles, vaisselle et linge avaient été pillés. Le toit de l’école aussi avait souffert 

des bombardements et, pendant plusieurs mois, les instituteurs furent logés dans le presbytère où Madeleine CARRE fit 

sa  classe ;  Ernest  CARRE put  récupérer  une partie  moins  abimée  de  l’école  pour  y  accueillir  ses  élèves  à  la  rentrée.  Et 

puis, partout aux alentours, des dizaines de trous de bombes allaient devoir être comblés. 

 

Ces  quelques  semaines  furent  une  époque  d’incertitude,  de  souffrance  et  de profond  traumatisme  pour  tous ceux  qui  



avaient été plongés dans ces événements inouïs ; mais ce fut aussi une période marquée par une très grande solidarité, 

une  chaleur  humaine  réconfortante  et,  par  dessus  tout,  le  bonheur  de  n’avoir  perdu  aucun  des  membres  de  cette 

aventure dans ces journées de grand chambardement. 

 

(récit de Madeleine LECOURTOIS et Jacques CARRE) 



 

 

 



 

 

 



 

 

 



 

 

 



 

 

 



 

 

 



 

 


14 

 

 



 

 

 



 

 

…………………………………………………………………………………………………………………………………………… 



 

…………………………………………………………………………………………………………………………………………… 

 

…………………………………………………………………………………………………………………………………………… 



 

…………………………………………………………………………………………………………………………………………… 

 

…………………………………………………………………………………………………………………………………………… 



 

…………………………………………………………………………………………………………………………………………… 

 

…………………………………………………………………………………………………………………………………………… 



 

…………………………………………………………………………………………………………………………………………… 

 

…………………………………………………………………………………………………………………………………………… 



 

…………………………………………………………………………………………………………………………………………… 

 

…………………………………………………………………………………………………………………………………………… 



 

…………………………………………………………………………………………………………………………………………… 



 

…………………………………………………………………………………………………………………………………………… 



 

 



Do'stlaringiz bilan baham:


Ma'lumotlar bazasi mualliflik huquqi bilan himoyalangan ©fayllar.org 2019
ma'muriyatiga murojaat qiling