Présentation du protocole de surveillance Pratique : cas cliniques


Download 445 b.
Sana26.09.2018
Hajmi445 b.











Les bactériémies nosocomiales constituent un lourd fardeau en termes de morbidité et de mortalité dans les CH;

  • Les bactériémies nosocomiales constituent un lourd fardeau en termes de morbidité et de mortalité dans les CH;

  • Surveillance facile à partir des rapports du laboratoire de microbiologie;

  • Surveillance qui permet au CH d’identifier les sources et les causes les plus fréquentes des infections nosocomiales et d’établir des priorités;

  • Surveillance qui permet une vigie de l’évolution des principaux pathogènes et de leur résistance aux antimicrobiens.



La surveillance des bactériémies sur cathéters centraux s’incorpore à la surveillance des bactériémies nosocomiales;

  • La surveillance des bactériémies sur cathéters centraux s’incorpore à la surveillance des bactériémies nosocomiales;

  • La surveillance des bactériémies nosocomiales acquises dans les unités de dialyse du Québec s’ajoute à ce programme de surveillance.



Documenter l’incidence des bactériémies nosocomiales, les foyers d’origine, les unités géographiques et l’évolution dans le temps selon différents critères;

  • Documenter l’incidence des bactériémies nosocomiales, les foyers d’origine, les unités géographiques et l’évolution dans le temps selon différents critères;

  • Identifier les conditions sous-jacentes aux bactériémies;

  • Identifier les agents étiologiques associés aux bactériémies;



Documenter la morbidité et la mortalité associées aux bactériémies nosocomiales;

  • Documenter la morbidité et la mortalité associées aux bactériémies nosocomiales;

  • Documenter la proportion des bactériémies nosocomiales due à des bactéries multirésistantes;

  • Consolider le réseau provincial de surveillance des infections nosocomiales.



Centres hospitaliers de soins généraux et spécialisés (CHSGS) ayant autour de 1 000 admissions en soins de courte durée/an

  • Centres hospitaliers de soins généraux et spécialisés (CHSGS) ayant autour de 1 000 admissions en soins de courte durée/an

  • (excluant longue durée, psychiatrie, pouponnière)‏

  • Participation actuellement obligatoire



Inclusion :

  • Inclusion :

  • Tous les patients avec une bactériémie nosocomiale



Présence de bactéries ou champignons dans le sang chez un patient symptomatique [fièvre (> 38 °C rectal) ou frissons ou hypotension (ou hypothermie (˂ 36 °C), apnée ou bradycardie chez un enfant < 12 mois)].

  • Présence de bactéries ou champignons dans le sang chez un patient symptomatique [fièvre (> 38 °C rectal) ou frissons ou hypotension (ou hypothermie (˂ 36 °C), apnée ou bradycardie chez un enfant < 12 mois)].

  • Doit rencontrer un des 3 critères suivants…



Une hémoculture positive à un agent pathogène reconnu en l’absence d’une infection à un autre site (bactériémie primaire);

  • Une hémoculture positive à un agent pathogène reconnu en l’absence d’une infection à un autre site (bactériémie primaire);

  • OU

  • Une hémoculture positive à un agent pathogène reconnu et une infection documentée à un autre site (culture positive au même germe ou germe habituellement retrouvé dans ce site d'infection = bactériémie secondaire);

  • OU…



Deux hémocultures (même germe (espèce ou genre si non identifié à l’espèce) prélevées à des sites différents ou à des moments différents, mais n’excédant pas plus d’une journée entre les deux prélèvements, si l'isolat est une bactérie généralement considérée comme un contaminant (ex. : Staphylococcus coagulase négative tel que S. epidermidis; Micrococcus sp.; diphtéroïde tel que Corynebacterium sp. sauf C. diphteriae; Propionibacterium sp.; Bacillus sp. sauf B. anthracis; Streptococcus viridans, Aerococcus sp. et Micrococcus sp.). En pédiatrie, une hémoculture peut comporter une seule bouteille pour des raisons de volume.

  • Deux hémocultures (même germe (espèce ou genre si non identifié à l’espèce) prélevées à des sites différents ou à des moments différents, mais n’excédant pas plus d’une journée entre les deux prélèvements, si l'isolat est une bactérie généralement considérée comme un contaminant (ex. : Staphylococcus coagulase négative tel que S. epidermidis; Micrococcus sp.; diphtéroïde tel que Corynebacterium sp. sauf C. diphteriae; Propionibacterium sp.; Bacillus sp. sauf B. anthracis; Streptococcus viridans, Aerococcus sp. et Micrococcus sp.). En pédiatrie, une hémoculture peut comporter une seule bouteille pour des raisons de volume.



Signifie que

  • Signifie que

    • Hémocultures prélevées de telle façon que la préparation (asepsie) de 2 sites différents fut nécessaire
  • Ex : 2 bouteilles (aéro et ana) prélevés par un même cathéter jugulaire et positives pour Staph. Epidermidis : non valable



Bactériémie nosocomiale :

  • Bactériémie nosocomiale :

  • Microorganisme dans une hémoculture d’un

  • patient hospitalisé depuis plus de 2 jours.

  • Ce critère ne s’applique pas aux patients avec

  • cathéter central en ambulatoire ou patient

  • ayant eu toute procédure en externe.



Information à recueillir pour chaque cas de

  • Information à recueillir pour chaque cas de

  • bactériémie nosocomiale :

  • Information générale sur le patient

  • Facteurs de risque

  • Origine de la bactériémie

  • Complications



Âge

  • Âge

  • Sexe

  • Date d’admission à l’hôpital

  • Date d’admission aux soins intensifs

  • Date de la bactériémie

  • Service ou département du médecin traitant

  • Diagnostics principaux

  • Unité géographique où la bactériémie est diagnostiquée



Soins intensifs

  • Soins intensifs

  • Services ambulatoires

  • Unités générales ou spécialisées

  • (excluant les unités de soins de longue durée, psychiatrie, pouponnière)

  • Indiquer l’unité géographique où la bactériémie a été

  • acquise.



Soins intensifs (SI)‏

  • Soins intensifs (SI)‏

    • Date d’admission aux SI
  • La bactériémie doit être acquise plus de 48 H après

  • l’arrivée du patient aux SI ou jusqu’à 48 H après son

  • congé des SI.

  • Sinon, la bactériémie est rapportée à l’unité

  • sur laquelle le patient est hospitalisé soit avant ou

  • après l’épisode.



Services ambulatoires :

  • Services ambulatoires :

    • Chirurgie de jour
    • Hémodialyse
    • Médecine de jour
    • Oncologie
    • Soins à domicile
  • La bactériémie doit être rapportée aux soins ambulatoires

  • jusqu’à 48 H suivant son hospitalisation. Après 48 H la

  • bactériémie est rapportée à l’unité sur laquelle le patient est

  • hospitalisé.



Unités générales ou spécialisées :

  • Unités générales ou spécialisées :

    • Chirurgicale
    • Grands brûlés
    • Greffe de moelle osseuse
    • Greffe d’organes
    • Gynéco/obstétrique
    • Médicale (générale)‏
    • Pédiatrie générale


Neutropénie :

  • Neutropénie :

    • Taux <500/mm3 dans les 24 H précédant la bactériémie.
  • Néoplasie hématologique active :

    • Si processus invasif requérant une chirurgie, chimio, radiothérapie mais sans nécessité qu’elles aient lieu OU présence de métastases, soins palliatifs ou non en rémission dans les derniers mois.
  • Néoplasie non hématologique active

  • Diabète

  • Hyper-alimentation IV

    • HAIV dans les 72 H précédant la bactériémie.
  • Insuffisance rénale sous dialyse ou hémofiltration

  • Greffe de moelle osseuse allogénique

  • Greffe de moelle osseuse autologue (<3 mois)‏

  • Greffe d’organe solide

  • Soins palliatifs



Nombre d’hémocultures positives

  • Nombre d’hémocultures positives

  • (Nombre de sites ou temps de prélèvements différents)‏

  • .



Transfert aux soins intensifs au plus 72 H suivant une hémoculture positive en lien avec l’épisode actuel.

  • Transfert aux soins intensifs au plus 72 H suivant une hémoculture positive en lien avec l’épisode actuel.

  • Réadmission à l’hôpital au plus 72 H suivant une hémoculture positive en lien avec l’épisode actuel.

  • Décès dans le mois suivant la bactériémie.

  • La surveillance des complications s’effectue dans les 30 jours

  • suivant le diagnostic de l’infection.





Il doit y avoir présence d’un cathéter intravasculaire au moment de la bactériémie ou le jour précédant l’épisode (sauf si évidence clinique liant la bactériémie à un cathéter retiré depuis plus de 24 H, ex : thrombophlébite suppurée)

  • Il doit y avoir présence d’un cathéter intravasculaire au moment de la bactériémie ou le jour précédant l’épisode (sauf si évidence clinique liant la bactériémie à un cathéter retiré depuis plus de 24 H, ex : thrombophlébite suppurée)

  • ET aucun autre foyer d’infection pouvant expliquer la bactériémie.

  • Les patients avec cathéter central doivent être suivis jusqu’au lendemain du retrait du cathéter ou jusqu’au lendemain du congé des soins intensifs (dans le cas de la surveillance des BACC aux soins intensifs).



La bactériémie est considérée associée à un cathéter intravasculaire :

  • La bactériémie est considérée associée à un cathéter intravasculaire :

  • Une hémoculture positive avec un pathogène reconnu (prélevée par voie périphérique ou via le cathéter) à S.aureus, Candida sp., Malassezia furfur, Enterococcus sp ou bacille à Gram-négatif sans évidence de site d'infection autre que le cathéter intravasculaire en place OU

  • Deux hémocultures positives à un même germe habituellement considéré comme un contaminant, prélevées à des sites et des moments différents par voie périphérique ou via le cathéter, ET sans évidence de site d'infection autre que la présence d'un cathéter IV en place. Il ne doit pas y avoir plus d’une journée d’écart entre les prélèvements.



  • La présence des autres critères précédemment utilisés soient thrombophlébite septique, culture semi-quantitative du cathéter, même germe que l’écoulement purulent au site d’insertion n’est plus considérée.

  • Le fait qu’un traitement est débuté par le médecin ne rend pas valide une hémoculture qui ne remplit pas les critères usuels (ex : ¼ Staph spp.)



Nouvelle addition pour les patients avec BAC

  • Nouvelle addition pour les patients avec BAC

    • Adoptée par NHSN
  • Auparavant, mauvaise classification de bactériémies issues de translocations digestives (gonfle taux BAC)

    • Bactériémies non touchées par mesures de prévention des BAC


Nouvelles définitions pour patients avec bris de la barrières muqueuses (ex: GVHD, neutropéniques) à haut risque de tranlocation digestive

  • Nouvelles définitions pour patients avec bris de la barrières muqueuses (ex: GVHD, neutropéniques) à haut risque de tranlocation digestive



1) Une hémoculture positive à un agent pathogène de la flore intestinale sans autre microorganisme isolé que Bacteroides spp., Candida spp., Clostridium spp., Enterococcus spp., Fusobacterium spp, Peptostreptococcus spp., Prevotella spp., Veillonella spp., et les entérobactéries incluant Citrobacter spp., Enterobacter spp., Escherichia spp., Klebsiella spp., Proteus spp., Providencia spp., Salmonella spp., Serratia spp., Shigella spp., Yersina spp.;

  • 1) Une hémoculture positive à un agent pathogène de la flore intestinale sans autre microorganisme isolé que Bacteroides spp., Candida spp., Clostridium spp., Enterococcus spp., Fusobacterium spp, Peptostreptococcus spp., Prevotella spp., Veillonella spp., et les entérobactéries incluant Citrobacter spp., Enterobacter spp., Escherichia spp., Klebsiella spp., Proteus spp., Providencia spp., Salmonella spp., Serratia spp., Shigella spp., Yersina spp.;

  • OU

  • 2) Deux hémocultures positives à Streptococcus viridans sans autre microorganisme isolé;

  • ET…



Rencontrer un des 2 critères suivants :

  • Rencontrer un des 2 critères suivants :

  • Greffé de moelle osseuse ou de cellules souches allogéniques dans la dernière année avec un des 2 critères documentés suivants durant la même hospitalisation que la bactériémie,

    • Maladie du greffon (GVH) grade III ou IV :
  • 2) Diarrhée (chez les adultes : ≥ 1L/jour ; en pédiatrie: ≥ 20 cc/kg/jour) ou iléus accompagné de douleur abdominale dans les 7 jours précédant la bactériémie

  • 2) Neutropénie définie comme un taux de neutrophiles ou de leucocytes à < 0,5 X 109/L observé sur au moins 2 jours différents à l’intérieur de 7 jours autour de la bactériémie. (c’est-à-dire, le jour de la bactériémie, 3 jours avant et 3 jours après la bactériémie).



“Sans autre micro-organisme isolé”

  • “Sans autre micro-organisme isolé”

    • Aucun autre microorganisme reconnu comme un pathogène isolé (ex : S. aureus) ou commensal qui contiendrait les critères de bactériémie
    • Ex : S. aureus (2/4) et E. coli (4/4) chez neutropénique ne peut être inscrit comme BAC-BBM


Si un patient rencontre les critères pour une infection gastro-intestinale et que le microorganisme isolé est un pathogène logique pour cette infection, rapporter une bactériémie secondaire (ex: diverticulite)

  • Si un patient rencontre les critères pour une infection gastro-intestinale et que le microorganisme isolé est un pathogène logique pour cette infection, rapporter une bactériémie secondaire (ex: diverticulite)





















Bactériémie chez un patient pour qui l’investigation n’a pu être effectuée

  • Bactériémie chez un patient pour qui l’investigation n’a pu être effectuée

    • Ex: décès, soins palliatifs, etc.


La surveillance doit être initiée au début de la période administrative.

  • La surveillance doit être initiée au début de la période administrative.

  • Les informations sont saisies sur le portail Web dans un délai de 30 jours après la fin de la période administrative.



Recherche active des cas de bactériémies à partir du laboratoire de microbiologie;

  • Recherche active des cas de bactériémies à partir du laboratoire de microbiologie;

  • Révision du dossier médical;

  • Saisie d’une fiche pour chaque cas;



  • CAS CLINIQUES



Homme de 39 ans admis USI 24/4/2013 pour pneumonie nécrosante

  • Homme de 39 ans admis USI 24/4/2013 pour pneumonie nécrosante

    • 3/5/2013 : HC ½ S. epidermidis (KT central)
    • 4/5/2013 : HC ½ S. epidermidis (périphérique)
    • Dx médecin : KT sepsis ; cathéter central retiré le 5/5


S’agit-il d’une bactériémie nosocomiale ?

  • S’agit-il d’une bactériémie nosocomiale ?

    • OUI
    • NON


S’agit-il d’une bactériémie nosocomiale ?

  • S’agit-il d’une bactériémie nosocomiale ?

    • OUI
    • NON
  • Deux hémocultures (même germe (espèce ou genre si non identifié à l’espèce) prélevées à des sites différents ou à des moments différents, mais n’excédant pas plus d’une journée entre les deux prélèvements, si l'isolat est une bactérie généralement considérée comme un contaminant



Homme de 39 ans admis USI 24/4/2013 pour pneumonie nécrosante

  • Homme de 39 ans admis USI 24/4/2013 pour pneumonie nécrosante

    • 3/5/2013 : HC ½ S. epidermidis (KT central)
    • 4/5/2013 : HC ½ S. epidermidis (périphérique)
    • Dx médecin : KT sepsis ; cathéter central retiré le 5/5


H 52 ans, hospitalisé depuis 1 semaine à l’unité de cardiologie, transféré aux SI pour détérioration clinique, hyperthermie, hémocultures à S. aureus à ce moment associées à un cathéter central.

  • H 52 ans, hospitalisé depuis 1 semaine à l’unité de cardiologie, transféré aux SI pour détérioration clinique, hyperthermie, hémocultures à S. aureus à ce moment associées à un cathéter central.

  • Bactériémie acquise dans quelle unité géographique?



H 52 ans, hospitalisé depuis 1 semaine à l’unité de cardiologie, transféré aux SI pour détérioration clinique, hyperthermie, hémocultures à S. aureus à ce moment associées à un cathéter central.

  • H 52 ans, hospitalisé depuis 1 semaine à l’unité de cardiologie, transféré aux SI pour détérioration clinique, hyperthermie, hémocultures à S. aureus à ce moment associées à un cathéter central.

  • Bactériémie acquise dans quelle unité géographique?

    • Unité de cardiologie
    • Unité de soins intensifs


F 48 ans, transférée à l’unité d’urologie après un séjour de 5 jours aux soins intensifs;

  • F 48 ans, transférée à l’unité d’urologie après un séjour de 5 jours aux soins intensifs;

  • Sous traitement, détérioration clinique, hyperthermie 24 heures après son transfert;

  • Retransférée aux soins intensifs avec bactériémie associée à un cathéter central.

  • Bactériémie acquise dans quelle unité géographique?



F 48 ans, transférée à l’unité d’urologie après un séjour de 5 jours aux soins intensifs;

  • F 48 ans, transférée à l’unité d’urologie après un séjour de 5 jours aux soins intensifs;

  • Sous traitement, détérioration clinique, hyperthermie 24 heures après son transfert;

  • Retransférée aux soins intensifs avec bactériémie associée à un cathéter central.

  • Bactériémie acquise dans quelle unité géographique?

    • Unité d’urologie
    • Unité des soins intensifs


F 40 ans, hospitalisée à l’unité d’urologie;

  • F 40 ans, hospitalisée à l’unité d’urologie;

  • Congé de l’hôpital le 2 mai;

  • Retour à la maison avec sonde urinaire et soins à domicile die;

  • Se présente à l’hôpital le 6 mai avec bactériémie à départ urinaire.

  • Bactériémie acquise dans quelle unité géographique?

    • Unité d’urologie
    • Soins à domicile


F 40 ans, hospitalisée à l’unité d’urologie;

  • F 40 ans, hospitalisée à l’unité d’urologie;

  • Congé de l’hôpital le 2 mai;

  • Retour à la maison avec sonde urinaire et soins à domicile die;

  • Se présente à l’hôpital le 6 mai avec bactériémie à départ urinaire.

  • Bactériémie acquise dans quelle unité géographique?

    • Unité d’urologie
    • Soins à domicile


F 75 ans, hospitalisée aux soins intensifs depuis 5 jours avec cathéter implanté;

  • F 75 ans, hospitalisée aux soins intensifs depuis 5 jours avec cathéter implanté;

  • 1 hémoculture positive à SCN sans autre évidence de signe et symptôme;

  • Traitement Cipro débuté et cessé 24 heures plus tard.

  • Bactériémie acquise aux soins intensifs?

    • Oui
    • Non, ceci n’est pas une bactériémie


F 75 ans, hospitalisée aux soins intensifs depuis 5 jours avec cathéter implanté;

  • F 75 ans, hospitalisée aux soins intensifs depuis 5 jours avec cathéter implanté;

  • 1 hémoculture positive à SCN sans autre évidence de signe et symptôme;

  • Traitement Cipro débuté et cessé 24 heures plus tard.

  • Bactériémie acquise aux soins intensifs?

    • Oui
    • Non, ceci n’est pas une bactériémie


Patient suivi aux soins ambulatoires avec cathéter central;

  • Patient suivi aux soins ambulatoires avec cathéter central;

  • Hospitalisé à l’unité de médecine pour détérioration clinique, hyperthermie;

  • Diagnostic de bactériémie associé au cathéter central après 24 H d’hospitalisation.

  • Bactériémie acquise dans quelle unité géographique?

    • Unité de médecine
    • Soins ambulatoires


Patient suivi aux soins ambulatoires avec cathéter central;

  • Patient suivi aux soins ambulatoires avec cathéter central;

  • Hospitalisé à l’unité de médecine pour détérioration clinique, hyperthermie;

  • Diagnostic de bactériémie associé au cathéter central après 24 H d’hospitalisation.

  • Bactériémie acquise dans quelle unité géographique?

    • Unité de médecine
    • Soins ambulatoires


Patient se présente en clinique externe de médecine familiale le 2 juin;

  • Patient se présente en clinique externe de médecine familiale le 2 juin;

  • Hospitalisé le jour même à l’unité de pneumologie avec diagnostic de pneumonie;

  • Diagnostic de bactériémie à départ pulmonaire le 3 juin;

  • Aucune histoire d’hospitalisation antérieure et aucun lien avec autres milieux de soins.

  • Bactériémie acquise dans quelle unité géographique?

    • Soins ambulatoires
    • Unité de pneumologie
    • Autre : bactériémie acquise en communauté; non incluse dans la surveillance


Patient se présente en clinique externe de médecine familiale le 2 juin;

  • Patient se présente en clinique externe de médecine familiale le 2 juin;

  • Hospitalisé le jour même à l’unité de pneumologie avec diagnostic de pneumonie;

  • Diagnostic de bactériémie à départ pulmonaire le 3 juin;

  • Aucune histoire d’hospitalisation antérieure et aucun lien avec autres milieux de soins.

  • Bactériémie acquise dans quelle unité géographique?

    • Soins ambulatoires
    • Unité de pneumologie
    • Autre : bactériémie acquise en communauté; non incluse dans la surveillance


Femme de 82 ans hospitalisée depuis 5 jours aux soins intensifs pour choc cardiogénique. Bactériémie 4/4 S. aureus. Aucun foyer évident.

  • Femme de 82 ans hospitalisée depuis 5 jours aux soins intensifs pour choc cardiogénique. Bactériémie 4/4 S. aureus. Aucun foyer évident.

    • Cathéter jugulaire en place X arrivée, site insertion s/p
    • Possède aussi cathéter périphréique


Bactériémie attribuée à ?

  • Bactériémie attribuée à ?

    • Cathéter central dans tous les cas
    • Cathéter périphérique dans tous les cas
    • Cathéter périphérique si infection locale évidente (pus au site d’insertion et/ou culture positive pour le même germe au site du cathéter périphérique)


Bactériémie attribuée à ?

  • Bactériémie attribuée à ?

    • Cathéter central dans tous les cas
    • Cathéter périphérique dans tous les cas
    • Cathéter périphérique si infection locale évidente (pus au site d’insertion et/ou culture positive pour le même germe au site du cathéter périphérique)


Patient hospitalisé à l’unité de chirurgie;

  • Patient hospitalisé à l’unité de chirurgie;

  • Congé de l’hôpital suite à un traitement pour une bactériémie à S. aureus reliée à une infection de site chirurgical;

  • Réadmis 48 H après son congé avec diagnostic de bactériémie à Candida sp. d’origine urinaire.

  • La réadmission est une complication de la bactériémie ?

    • Oui
    • Non


Patient hospitalisé à l’unité de chirurgie;

  • Patient hospitalisé à l’unité de chirurgie;

  • Congé de l’hôpital suite à un traitement pour une bactériémie à S. aureus reliée à une infection de site chirurgical;

  • Réadmis 48 H après son congé avec diagnostic de bactériémie à Candida sp. d’origine urinaire.

  • La réadmission est une complication de la bactériémie ?

    • Oui
    • Non


Une patiente de 4 ans aux soins intensifs avec cathéter central présente fièvre et 1 HC positive pour SCN. Vancomycine débutée – 7 jours donnés.

  • Une patiente de 4 ans aux soins intensifs avec cathéter central présente fièvre et 1 HC positive pour SCN. Vancomycine débutée – 7 jours donnés.

    • Gardez-vous cette bactériémie dans votre surveillance?
    • Oui
    • Non


Une patiente de 4 ans aux soins intensifs avec cathéter central présente fièvre et 1 HC positive pour SCN. Vancomycine débutée – 7 jours donnés.

  • Une patiente de 4 ans aux soins intensifs avec cathéter central présente fièvre et 1 HC positive pour SCN. Vancomycine débutée – 7 jours donnés.

    • Gardez-vous cette bactériémie dans votre surveillance?
    • Oui
    • Non


Une patiente de 4 ans aux soins intensifs avec cathéter central présente fièvre et 1 HC positive pour SCN. Vancomycine débutée – 7 jours donnés.

  • Une patiente de 4 ans aux soins intensifs avec cathéter central présente fièvre et 1 HC positive pour SCN. Vancomycine débutée – 7 jours donnés.

    • Gardez-vous cette bactériémie dans votre surveillance?
    • Oui
    • Non


Patient intubé en salle d'opération pour pose cathéter tunnellisé. Extubé en salle de réveil;

  • Patient intubé en salle d'opération pour pose cathéter tunnellisé. Extubé en salle de réveil;

  • Le lendemain, fièvre et image radiologique compatible avec pneumonie;

  • Hémoculture positive à S. aureus.

    • Origine bactériémie?


Patient intubé en salle d'opération pour pose cathéter tunnellisé. Extubé en salle de réveil;

  • Patient intubé en salle d'opération pour pose cathéter tunnellisé. Extubé en salle de réveil;

  • Le lendemain, fièvre et image radiologique compatible avec pneumonie;

  • Hémoculture positive à S. aureus.

    • Origine bactériémie?
    • Réponse : pulmonaire avec présence d’un tube endotrachéal


Patient rencontre critère d’infection urinaire symptomatique (douleur sus-pubienne et >105 CFU/ml E. coli) et hémoculture positive à E. coli (4/4) et K. pneumoniae (1/4).

  • Patient rencontre critère d’infection urinaire symptomatique (douleur sus-pubienne et >105 CFU/ml E. coli) et hémoculture positive à E. coli (4/4) et K. pneumoniae (1/4).



Patient rencontre critère d’infection urinaire symptomatique (douleur sus-pubienne et >105 CFU/ml E. coli) et hémoculture positive à E. coli (4/4) et K. pneumoniae (1/4).

  • Patient rencontre critère d’infection urinaire symptomatique (douleur sus-pubienne et >105 CFU/ml E. coli) et hémoculture positive à E. coli (4/4) et K. pneumoniae (1/4).

    • Bactériémie secondaire à infection urinaire à E. coli et K. pneumoniae.
    • K. pneumoniae : pathogène logique pour ce type d’infection


Patient rencontre critère d’infection urinaire symptomatique (douleur sus-pubienne et >105 CFU/ml E. coli) et hémoculture positive à E. coli (4/4) et Staph spp (1/4).

  • Patient rencontre critère d’infection urinaire symptomatique (douleur sus-pubienne et >105 CFU/ml E. coli) et hémoculture positive à E. coli (4/4) et Staph spp (1/4).



Patient rencontre critère d’infection urinaire symptomatique (douleur sus-pubienne et >105 CFU/ml E. coli) et hémoculture positive à E. coli (4/4) et Staph spp (1/4).

  • Patient rencontre critère d’infection urinaire symptomatique (douleur sus-pubienne et >105 CFU/ml E. coli) et hémoculture positive à E. coli (4/4) et Staph spp (1/4).

    • Bactériémie secondaire à infection urinaire à E. coli
    • Staph spp : commensal avec une seule bouteille positive ne rencontre pas les critères


Patient post-op J6 résection colique. Fièvre et douleur abdominale. CT abdo : abcès fosse iliaque gauche et fuite anastomotique. Non drainable. Hémoculture positive E. coli.

  • Patient post-op J6 résection colique. Fièvre et douleur abdominale. CT abdo : abcès fosse iliaque gauche et fuite anastomotique. Non drainable. Hémoculture positive E. coli.



Patient post-op J6 résection colique. Fièvre et douleur abdominale. CT abdo : abcès fosse iliaque gauche et fuite anastomotique. Non drainable. Hémoculture positive E. coli.

  • Patient post-op J6 résection colique. Fièvre et douleur abdominale. CT abdo : abcès fosse iliaque gauche et fuite anastomotique. Non drainable. Hémoculture positive E. coli.

    • Bactériémie E. coli secondaire à infection site opératoire.


Patient post-trauma hospit X 10 jours fébrile avec nausée et douleur abdominale. CT scan démontre collection péri-splénique suggestive d’infection. Culture sur aspiration de collection démontre E. coli. Hémocultures démontrent 2/4 B. fragilis.

  • Patient post-trauma hospit X 10 jours fébrile avec nausée et douleur abdominale. CT scan démontre collection péri-splénique suggestive d’infection. Culture sur aspiration de collection démontre E. coli. Hémocultures démontrent 2/4 B. fragilis.



Patient post-trauma hospit X 10 jours fébrile avec nausée et douleur abdominale. CT scan démontre collection péri-splénique suggestive d’infection. Culture sur aspiration de collection démontre E. coli. Hémocultures démontrent 2/4 B. fragilis.

  • Patient post-trauma hospit X 10 jours fébrile avec nausée et douleur abdominale. CT scan démontre collection péri-splénique suggestive d’infection. Culture sur aspiration de collection démontre E. coli. Hémocultures démontrent 2/4 B. fragilis.



Patient post-trauma hospit X 10 jours fébrile avec nausée et douleur abdominale. CT scan démontre collection péri-splénique suggestive d’infection. Culture sur aspiration de collection négative. Hémocultures démontrent 2/4 K. pneumoniae.

  • Patient post-trauma hospit X 10 jours fébrile avec nausée et douleur abdominale. CT scan démontre collection péri-splénique suggestive d’infection. Culture sur aspiration de collection négative. Hémocultures démontrent 2/4 K. pneumoniae.



Patient post-trauma hospit X 10 jours fébrile avec nausée et douleur abdominale. CT scan démontre collection péri-splénique suggestive d’infection. Culture sur aspiration de collection négative. Hémocultures démontrent 2/4 K. pneumoniae.

  • Patient post-trauma hospit X 10 jours fébrile avec nausée et douleur abdominale. CT scan démontre collection péri-splénique suggestive d’infection. Culture sur aspiration de collection négative. Hémocultures démontrent 2/4 K. pneumoniae.

    • Bactériémie à K. pneumoniae 2aire infection intra-abdominale


Intraabdominal infections must meet at least 1 of the following criteria:

  • Intraabdominal infections must meet at least 1 of the following criteria:

  • 3. Patient has at least 2 of the following signs or symptoms: fever (>38°C), nausea*, vomiting*, abdominal pain*, or jaundice*

  • AND at least 1 of the following:

  • a. organisms cultured from drainage from an aseptically-placed drain (e.g., closed suction drainage system, open drain, T-tube drain, CT guided drainage)

  • b. organisms seen on Gram’s stain of drainage or tissue obtained during invasive procedure or from an aseptically-placed drain

  • c. organisms cultured from blood and imaging test evidence of infection (e.g., abnormal findings on ultrasound, CT scan, MRI, or radiolabel scans [gallium, technetium, etc.] or on abdominal x-ray)



12h post-changement néphrostomie ; fièvre. Hémoc ¾ S. epidermidis. Culture urine >108 Staph spp.

  • 12h post-changement néphrostomie ; fièvre. Hémoc ¾ S. epidermidis. Culture urine >108 Staph spp.



12h post-changement néphostomie ; fièvre. Hémoc ¾ S. epidermidis. Culture urine >108 Staph spp.

  • 12h post-changement néphostomie ; fièvre. Hémoc ¾ S. epidermidis. Culture urine >108 Staph spp.

    • Considérés comme microorganisme identiques puisque complémentaires


Homme 88 ans avec sonde à demeure en place depuis 3 mois. Admis pour fièvre et confusion. Hémoc 4/4 E. coli. Urine >108 E. coli.

  • Homme 88 ans avec sonde à demeure en place depuis 3 mois. Admis pour fièvre et confusion. Hémoc 4/4 E. coli. Urine >108 E. coli.



Homme 88 ans avec sonde à demeure en place depuis 3 mois. Admis pour fièvre et confusion. Hémoc 4/4 E. coli. Urine >108 E. coli.

  • Homme 88 ans avec sonde à demeure en place depuis 3 mois. Admis pour fièvre et confusion. Hémoc 4/4 E. coli. Urine >108 E. coli.

    • Bactériémie communautaire
    • Pas de changement récent de sonde
      • Cathéter urinaire retiré le jour même ou la veille
    • Changement de sonde : pas une procédure (foyer urinaire)


Femme 75 ans. Intubée depuis 7 jours. Fièvre, augmentation des besoin O2 et sécrétions abondantes et purulentes. Culture d’expectoration avec Candida albicans. Hémoc 2/4 Candida albicans

  • Femme 75 ans. Intubée depuis 7 jours. Fièvre, augmentation des besoin O2 et sécrétions abondantes et purulentes. Culture d’expectoration avec Candida albicans. Hémoc 2/4 Candida albicans



Femme 75 ans. Intubée depuis 7 jours. Fièvre, augmentation des besoin O2 et sécrétions abondantes et purulentes. Culture d’expectoration avec Candida albicans. Hémoc 2/4 Candida albicans

  • Femme 75 ans. Intubée depuis 7 jours. Fièvre, augmentation des besoin O2 et sécrétions abondantes et purulentes. Culture d’expectoration avec Candida albicans. Hémoc 2/4 Candida albicans

    • Fungémie n’est FORT PROBABLEMENT PAS 2aire à pneumonie.


En général, chez immunocompétents, hémocultures positives pour CoNS, contaminants usuels de la peau et levures ne sont pas l’agent étiologique d’une pneumonie, même acquise sous ventilateur

    • En général, chez immunocompétents, hémocultures positives pour CoNS, contaminants usuels de la peau et levures ne sont pas l’agent étiologique d’une pneumonie, même acquise sous ventilateur
    • Rechercher :
      • BAC
      • Foyer intra-abdominal (Candida spp)


Homme de 59 ans avec bactériémie à E. coli 4 jours suivant une biopsie transrectale de la prostate.

  • Homme de 59 ans avec bactériémie à E. coli 4 jours suivant une biopsie transrectale de la prostate.

    • Rapporter ?


Homme de 59 ans avec bactériémie à E. coli 4 jours suivant une biopsie transrectale de la prostate.

  • Homme de 59 ans avec bactériémie à E. coli 4 jours suivant une biopsie transrectale de la prostate.

    • Rapporter ?
  • OUI

  • Rapporter les bactériémies suivant une procédure (bx prostate, CPRE) jusqu’à 7 jours suivant cette procédure.



Patient avec cathéter tunnellisé à domicile

  • Patient avec cathéter tunnellisé à domicile

    • Admis pour chimiothérapie en hémato-onco. Frissons et hémoculture positive 24 heures post-admission


Patient avec cathéter tunnellisé à domicile

  • Patient avec cathéter tunnellisé à domicile

    • Admis pour chimiothérapie en hémato-onco. Frissons et hémoculture positive 24 heures post-admission
    • Soins ambulatoires


Patient avec cathéter tunnellisé à domicile

  • Patient avec cathéter tunnellisé à domicile

    • Admis pour chimiothérapie en hémato-onco. Frissons et hémoculture positive 24 heures post-admission
    • Soins ambulatoires
  • Même patient avec symptômes 3 jours après admission



Patient avec cathéter tunnellisé à domicile

  • Patient avec cathéter tunnellisé à domicile

    • Admis pour chimiothérapie en hémato-onco. Frissons et hémoculture positive 24 heures post-admission
    • Soins ambulatoires
  • Même patient avec symptômes 3 jours après admission



Patient avec cathéter tunnellisé à domicile

  • Patient avec cathéter tunnellisé à domicile

    • Admis pour chimiothérapie en hémato-onco. Frissons et hémoculture positive 24 heures post-admission
    • Soins ambulatoires
  • Même patient avec symptômes 3 jours après admission

    • Unité d’hémato-oncologie


Merci !!!

  • Merci !!!

  • Questions ?

  • Commentaires ?




Do'stlaringiz bilan baham:


Ma'lumotlar bazasi mualliflik huquqi bilan himoyalangan ©fayllar.org 2017
ma'muriyatiga murojaat qiling