Randonnée : L’itinéraire est très bien balisé (jaune) et les lieux-dits sont bien marqués par des panonceaux


Download 143.5 Kb.

Sana18.04.2017
Hajmi143.5 Kb.

 

 

Balade Beaucroissant – Chapelle de Parménie 



14 février 2014 

V0 14/02/2014 

Randonnée : 

L’itinéraire  est  très bien  balisé  (jaune) et  les  lieux-dits  sont  bien 

marqués par des panonceaux.

 

A partir du stationnement qui se situe au niveau des tennis emprunter sur 800 

m environ la route en direction de l’Ouest, elle longe les étangs, prendre alors la 

piste direction Sud, elle passe au lieu-dit « les Etangs » pour prendre peu après 

la direction Sud-Est et atteindre « la Pierre Pucelle ». De la « Pierre Pucelle » la  

montée en sous-bois direction Sud-Ouest conduit à la « Combe Noire » et enfin le sentier direction Sud-Est aboutit 

à la « Chapelle de Parmélie » (Il est possible alors d’aller jusqu’à la table d’orientation). 

Le retour se fait par la route goudronnée qui passe au lieu-dit « Domaine de Parménie » puis descend sur 800 m 

jusqu'au col de Parménie. Prendre le sentier en montée sur la gauche, suivre alors le balisage jaune, le chemin 

passe à « Les Vernes » puis à ‘Mollard Cheval » et atteint « Les Clos » et le point de départ. 



Voici  un  itinéraire  facile  agréable  et  familial  dans  le  Pays  de  Bièvre-Valloire  à  proximité  de  la  cité  de 

Beaucroissant. Au départ l’itinéraire longe les étangs sur lesquels s’ébattent  colverts, foulques et autres 

oiseaux … La piste après un passage en forêt atteint le domaine de Parménie, lieu riche en histoire depuis 

la période néolithique jusqu’à nos jours. La chapelle construite en galets roulés et restaurée à plusieurs 

reprises mérite que l’on s’y arrête. Un petit tour vers la table d’orientation s’impose : la vallée de l’Isère 

est à vos pieds avec en fond les massifs du Vercors, de la Chartreuse, de Belledonne et du Mont Blanc 

par temps clair. Le retour, en fin de parcours chemine à travers une châtaigneraie dense.  

nse.  

Carte IGN TOP 25 3234 O Tullins 

Longueur 

7,900 Km 

Dénivelé + 

350 m 

Dénivelé - 

350 m 

Durée 

3h 00 

Alt. Max 

741 m 

Alt. Min 

425 m 

 

Profil randonneur 

Vit. montée 

300 m/h 


Vit. descente 

400 m/h 


Vit. plat 

4 km/h 


Départ Grenoble :

 Depuis Grenoble, prendre l’autoroute A49 direction Valence, 

prendre  la  sortie  N°11  « Tullins ».  Par  la  D45  passer  à  Tullins,  traverser 

Renage puis entrer dans Beaucroissant. Au rond-point, prendre la 2nde sortie 

puis immédiatement  prendre à droite le Chemin du Sabot puis à gauche la Rue 

de la Fontaine, le Chemin des Etangs sur la droite et enfin sur la droite Le Clos 

et les terrains de Tennis lieu de stationnement. 

La Chapelle de Parménie -

 

IMG_5684_web 



 

 

 



 

 

 



 

Balade vue en plan 

0,5Km 

Col de Parménie 

Départ 

Beaucroissant 

Tennis 

Les Etangs 

Pierre Pucelle 

La Combe Noire 

Domaine de Parménie 

Les Vernes 

Les Clos 

Chapelle de 

Parménie 

Mollard Cheval 

 

 

 



Balade coupe 

7,900 km 

0,000 km 

4,830 km 

1,630 km 

3 ,330 km 

6,220 km 

Départ 

425 m 


Arrivée 

425 m 


Les Clos 

425 m 


Chapelle de Parménie 

741 m 


Col de Parménie 

571 m 


Les Etangs 

425 m 


La Pierre Pucelle 

480 m 


Combe Noire 

550 m 


Domaine de 

Parménie 

700 m 


Les Vernes 

500 m 


12h 20 

09h 10 

11h 20 

11h 00 

09h 50 

11h 50 

Mollard Cheval 

470 m 


A49 

Grenoble 

Sortie N°11 

Tullins 

D45 

Beaucroissant 

Accès 

 

 

 



Départ  



Beaucroissant 

Tennis  

Etangs  

Balade Départ 

 

 

 



 

 

 



 

 

 



 

Beaucroissant 



Départ 



Col de 

Parménie 

Les Etangs 

Pierre 

Pucelle 

Combe Noire 

Chapelle de 

Parménie 

Mollard 

Cheval 

Les Vernes 

Vue Google 3D 

 

Toponymie 

Beaucroissant 

http://henrysuter.ch/ 

Commune  et  village  du  Pays  voironnais  (Rives, 

arrondissement 

de 


Grenoble, 

Isère), 


castrum 

Bellicrescentis  au  XIIIème  siècle,  Bel-Creyssent  au 

XIVème siècle, Beaucressant et Beaucroyscent au XVIème 

siècle,  latin  bella,  «  belle  »,  et  crescentia,  «  croissance  », 

lieu où les plantes croissent bien.  

 

Parménie 

Dauphiné mystérieux et légendaire Par Gilbert Coffano 

Certains érudits affirment que l’on célébrait jadis le culte d’Isis en ce lieu. Plus tard des druides 

y  auraient  officié  …  Parménie  (  dont  le  nom  vient  du  bas  latin  para  moenia  signifiant  autour 

des remparts) fut vraisemblablement un secteur stratégique à l’époque romaine. 

Les Clos 

(http://henrysuter.ch/)

 

Clos,  enclos,  lieu  clôturé  de  murs  ou  de  haies,  souvent  situé  près  de  la  maison  ;  ce  terme 

désignait  un  terrain  affranchi,  moyennant  redevance,  de  la  vaine  pâture,  c´est-à-dire  du droit 

de  tous  les  membres  d´une  communauté  de  faire  paître,  à  une  certaine  époque  de  l´année, 

leur bétail indistinctement sur tous les fonds. Latin clausum, « enclos fermé », de claudere, « 

fermer ». 



Pierre Pucelle 

Jacquot L. Les Roches faussement prétendues à Empreintes humaines et à Sabots d'Équidés 

du Chablais et de l'Isère. In: Bulletin de la Société préhistorique de France. 1909, tome 6, N. 

10. pp. 525-536. 

La  légende  veut  que  cette  pierre  ait  été,  en  quelques  sortes,  le  prie-Dieu  d’une  sœur  du 

couvent, dont les génuflexions répétées ont fini par entamer la roche à l’endroit des genoux et 

des  mains.  A  en  juger  par  les  cavités  laissées,  cette  nonne  devait  avoir  les  articulations 

étrangement pointues et les mains plutôt larges … 

Combe Noire 

http://henrysuter.ch/ 

Combe  foncée,  obscure,  parfois  en  raison  de  forêts 

d´épicéas. 

Mollard Cheval 

(http://henrysuter.ch/)

 

Français  cheval,  du  latin  caballus,  caballa,  «  mauvais  cheval,  cheval  hongre  »,  gaulois 

caballos,  «  cheval  »,  nom  souvent  donné  par  métaphore  à  une  élévation.  C´est  aussi  un 

patronyme. …/ … 

Mollard Cheval, lieu-dit (Beaucroissant, Grenoble, Isère) ; … / … 

Les Vernes 

(http://henrysuter.ch/)

 

Verne, vergne, nom local de l´aulne glutineux (Alnus glutinosa). 

Nom  vernaculaire  de  l´aulne  glutineux  (Alnus  glutinosa),  famillier  des  lieux  humides  et  des 

bords de rivières. Patois féminin vergna, verna, vieux français masculin vergne, verne, gaulois 

verna,  «  aulne  »,  *vernacum,  *verneton,  «  aulnaie  »,  racine  indo-européenne  *u_er-(e)na,  « 

aulne, peuplier ». 



Histoire et légendes 

Le lavoir 

Superbe  lavoir,  particulièrement  bien  conservé,  et  disposant  encore  de  tous  ses 

aménagements d'origine.  

Rue de la Fontaine. Hors circuit / Du carrefour « Le Clos » aller-retour possible (600 m).  



 

 

 



Histoire et légendes 

La Pierre Pucelle (près de Beaucroissant, Isère).

 

Un peu plus … 

 

Jacquot L. Les Roches faussement prétendues à Empreintes humaines et à Sabots d'Équidés du Chablais et de 



l'Isère. In: Bulletin de la Société préhistorique de France. 1909, tome 6, N. 10. pp. 525-536 

Une légende … 

 

La « Pierre Pucelle ou de la Louise » 

 

Au  bout  du  chemin  du  Touret,  vous  trouverez 



peut-être  une  pierre,  mystérieuse  que  les 

scientifiques  appellent  «  pierre  à  cupules  »  à 

cause  de  ses  petites  cavités.  Une  légende  s'y 

rattache:  alors  que  le prieuré  de  Parménie  était 

à  l'abandon  à  la  fin  du  XVI/'  siècle,  Louise 

Hours, habitante d'origine modeste, entreprit de 

reconstruire 

le 


sanctuaire. 

Elle 


montait 

régulièrement 

sur 

son 


âne 

les 


pierres 

ramassées dans la plaine. Un jour, un bloc• mal 

arrimé tomba et commença à dévaler la pente.  

Pour sauver ses camarades, Louise/se précipita 

et, douée d'une force miraculeuse, stoppa net le 

bloc. Ses doigts et ses genoux se seraient alors 

enfoncés dans la pierre. 

La Pierre Pucelle se trouve approximativement  à 1.000 ou 1.300 mètres Sud du chef-lieu de 

Beaucroissant, dans le bas du talus Est, qui borde  un assez bon Chemin d'exploitation —  à 

rampe  plutôt  raide  traversant  les  Grands-Fonds  pour  ensuite  se  partager  et  entourer  la 

hauteur, sur laquelle est construit le couvent de Parménie. 

Toute  cette  partie  du  pays  est  boisée,  coupée  de  ravines  et  montueuse  ;  elle  fait  contraste 

avec la large terrasse plane, nue, et cultivée, traversant toute l'étendue des Terres- Froides de 

l'Ouest à l'Est (de Saint-Rambert à Voiron) : terrasse qu'on appelle la plaine de la Bièvre et qui 

sépare de façon très nette le massif de la Chartreuse de la chaîne de collines délimitant 

la vallée de l'Isère; elle pourrait bien avoir été la route habituelle des migrations préhistoriques 

et avoir vu, plus tard, passer les troupes d'Annibal, qui se seraient ainsi trouvées en pleine île 

allobroge : ile formée au Nord et à l'Ouest par le Rhône, au Sud par l'Isère, à l'Est par le lac 

du Bourget, qui se déverse actuellement dans le Rhône mais qui pouvait avoir primitivement 

un second écoulement dans l'Isère, avant l’éboulement du Mont Granier; catastrophe qui a eu 

pour  résultat  de  boucher  en  partie  la  vallée  par  l'amoncellement  des  éboulis  aujourd'hui 

appelés  abîmes  de  Myans  (Mi-an  :  eau  par  moitié  ;  Montmélian  :  mons-meli-an,  montagne 



entre deux eaux; Mélan, Meylan : lieux dits dans des vallées que remplissaient jadis les eaux 

de l'Isère, du Giffre, etc). 

Cette digression a pour but de bien préciser que la contrée a dû être de tout temps un lieu de 

passage et, conséquemment, d'habitat. 

Dans  Beaucroissant  même,  du  reste,  se  voient  encore  les  ruines  d'un  solide  château-fort 

construit  en  cailloux  roulés,  mais  dont  les  murailles,  de  1m20  à  2  mètres  d'épaisseur,  ont 

résisté  aux  ravages  des  siècles,  aux  attaques  des  musulmans  et  des  partisans  (à  l'époque 

des  guerres  de  religion)  et  aux  entrepreneurs  modernes.  La  foire  —  qui  dure  du  4  au  6 

septembre — est la plus connue du Sud-Est et est le rendez-vous de tous les maquignons. 

Dans les bois environnants les gros blocs de pierre dure sont rares. Ceux que nous avons vus 

sont de petits quartiers de roc, généralement en grès dur. 

 


 

 

 



 

 

 



 

 

La  Pierre  Pucelle,  à  en  croire  la  tradition  locale,  aurait  déboulé  du  sommet  de  la  colline 



qu'occupe le couvent de Parménie : si cela est vrai, il faut qu'il y ait bien longtemps, et que cet 

accident se soit produit avant que les pentes ne fussent boisées ! 

La légende veut que cette pierre ait été, en quelque sorte, le prie-Dieu d'une sœur du couvent, 

dont  les  génuflexions  répétées  ont  fini  par  entamer  la  roche  à  l'endroit  des  genoux  et  des 

mains.  A  en  juger  par  les  cavités  laissées,  cette  nonne  devait  avoir  les  articulations 

étrangement pointues et les mains plutôt larges... 

La  pierre  se  présente  sous  la  forme  d'un  bloc  de  grès  dur  au  grain  irrégulier  et  veiné  de 

quartz, renfermant des éléments de natures différentes qui ont été enlevés et ont laissé à leur 

place des alvéoles que l'eau des pluies, la poussière et la mousse ont rempli, puis approfondi 

et élargi de la façon la plus capricieuse. D'une façon générale, le bloc rappelle une sorte de « 

clef de voûte » renversée, la partie large en-dessous, l'arête en-dessus. Ses dimensions sont 

les suivantes : longueur, lm30 à lm40 ; largeur moyenne, 0m90; hauteur, 0m60; longueur des 

petits côtés : l'un 0m90 l'autre 0m60. Mais les diverses faces sont irrégulières, n'ont jamais été 

taillées et ce n'est que pour faciliter la description que nous avons parlé de la figure d'une clef 

de voûte {Fig. 6). 

Depuis  la  Pierre  Pucelle,  on  voit  parfaitement  la  plaine,  la  Tour  de  Clermont  (bâtie  sur  le 

versant  opposé  de  la  vallée),  la  hauteur  qui  sépare  la  Bièvre  du  lac  de  Paladru  (Nombreux 

palafittes), une partie du massif de la Chartreuse. 

Histoire et légendes 

(suite)


 

La Pierre Pucelle (près de Beaucroissant, Isère).

 

Fig.  6.  —  La  Pierre  Pucelle.  — 



Légende  :  T  В.,  talus  boisé;  —  C. 

E., chemin d'exploitation; — A. В., 

arête en dos ď’âne. 

 

Sur  le  plan  Sud  supérieur,  nous  remarquons  deux  grandes  cavités  parallèles  entre  elles  et 



avec  la  pierre,  espacées  de  0m20  l'une  de  l'autre,  non  polies  et  mesurant  respectivement  : 

longueur, 0m30 et 0m40; largeur, 0m15 et 0m20; profondeur, 0m20 à 0m30. Sur le plan Nord 

supérieur, nous relevons : 1° près de l'arête, un groupe de cinq cavités de petites dimensions, 

très irrégulières, plutôt ovales que rondes et rangées en cercle. Largeurs : 0,07-0,01-0,02-0,03 

et  0,03;  longueurs  :  0,10-0,03,  0,04-0,04  et  0m05;  creux:  0,10-0,02-0,03-0,04  et  0m04.  On 

peut considérer la plus grande comme le centre et les quatre autres comme un demi-cercle. 

Quelques  cavités  sans  importance,  et  que  nous  ne  saurions  accepter  pour  des  cupules, 

occupent  le  même  côté  de  la  face  Nord,  mais  plus  à  droite.  Enfin,  nous  remarquons  deux 

longues rainures partant du dos d'âne pour aller aboutir à l'arête terminale Nord; comme je les 

prends  pour  des  fissures  naturelles,  mon  compagnon  (Mr  L.  Carrière,  propriétaire  de  l'usine 



de ciments delà Porte-de-France.) me fait observer que ces raies sont tracées dans un sens 

sensiblement  contraire  à  celui  du  fil  de  la  pierre,  et  très  oblique  par  rapport  aux  veines  de 

quartz que renferme notre bloc de grès. Leur creux  est de 0m01, leur largeur de 0m015, en 

moyenne. 

 


 

 

 



Histoire et légendes 

Domaine de Parménie 

Point  stratégique  indéniable  au  cœur  de  l'Isère,  Parménie  culmine  à  sept  cent  trente-deux 

mètres  d  altitude,  commandant  majestueusement  deux  larges  plaines:  celle  de  l'Isère,  qui 

s'étend sereinement au pied des superbes falaises calcaires du Vercors et celle de la Bièvre, 

curieusement  privée  de  cours  d'eau  depuis  une  époque  fort  lointaine,  mais  qui  n’en  est  pas 

moins verdoyante. A l'horizon, on peut aussi apercevoir d'un côté la grande vallée du Rhône 

et le massif du Mont-Pilat et de l'autre les Grandes Alpes couronnées parle mont Blanc et son 

inséparable manteau neigeux. Dans toutes les directions autour de la colline, une quarantaine 

de  villages  blottis  près  de  leur  église  s'incrustent  délicatement  dans  la  campagne  riche  et 

fertile.  

Il n'est pas étonnant que ce site exceptionnel ait attiré irrésistiblement les hommes depuis fort 

longtemps.  Remarquable  poste  d'observation,  il  fut  à  différentes  époques  .méthodiquement 

occupé par des sentinelles vigilantes, qui pouvaient voir surgir de très loin armées ou troupes 

de pillards, tant redoutées autrefois.  

Également  lieu  privilégié  pour  une  sereine  méditation,  Parménie  fut  aussi  très  tôt  vouée  au 

culte.  Et  sans  doute  bien  avant  les  Romains,  qui  lui'  ont  pourtant  donné  son  nom:  Para 

Moenia  (« autour  des remparts  »). Les  Romains  l'avaient  consciencieusement  investie,  pour 

mieux protéger leur voie qui passait sur son flanc, mais aussi la ville proche de Moirans, qui 

était  une  des  résidences  de  l'empereur  Gratien,  lequel  allait  changer  l'appellation  de  la 

bourgade de Cularo en Gratianapolis «( ville de l'empereur Gratien »), qui deviendra plus tard 

Grenoble. 

Les mystères du Dauphiné Par Claude Muller 

LE MONTAGNARD DE PARMÉNIE - FRÈRE LEO BURKHARD, FEC (1922-2007) 


 

 

 



 

 

 



 

 

 



 

 

 



La  colline  accueillit  vraisemblablement  un  oppidum 

satellite  du  camp  de  César  implanté  à  Plan,  petite 

commune  voisine  Sur  les  premiers  contreforts,  les 

vestiges  d'un  autel  dédié  à  Mercure  ont  été  exhumés 

et sont conservés au musée de Vienne. On peut y lire 

l'épitaphe  suivante:  MERCURIO  AUG-ARTAIO  SACR 

SEX-GEMINUS CUPITUS EXVOTO.  

Histoire et légendes 

(suite)


 

Domaine de Parménie 

Ces lieux si propices à l'observation et 

à  la  méditation  avaient  été  occupés  à 

une  époque  fort  reculée.  Sur  le  petit 

sentier ombragé qui monte directement 

de  Beaucroissant  au  sommet  de 

Parménie,  on  peut  voir  une  pierre  à 

cupules,  appelée  pierre  pucelle  ou 

encore pierre du scel, auréolée comme 

il se doit de nombreuses légendes qu’il 

serait fastidieux de rappeler ici.   .  

D’après  Pierre  Bische,  auteur  de 

l'ouvrage  Rétrospectives  sur  la  plaine 

de  la  Bièvre,  ce  serait  le  seul 

monument  de  l'époque  néolithique 

subsistant  dans  la  région.  Il  aurait  pu 

être  l'objet  d'un  culte  s'étendant  sur 

une assez longue période. 

Dès l'apparition du christianisme, Parménie devint un point incontournable de rencontres, lieu 

de  recueillement  et  de  prière.  Des  historiens  nous  apprennent  que,  lorsque  les  Sarrasins 

chassèrent  de  leur  siège  les  évêques  de  Grenoble,  ceux-ci  vinrent  se  réfugier  à  Parménie 

domaine  .qui  leur  aurait  été  donné  par  l'archevêque  de  Vienne.  Mais  les  évêques  ont-ils 

vraiment  été  chassés  par  ces  envahisseurs?  Ces  derniers  sont-ils  seulement  venus  à 

Grenoble? Ce n'est pas prouvé. Cela dit à plusieurs reprises les évêques ont fait de Parménie 

une de leurs résidences temporaires.  

Dans  une  intéressante  brochure  sur  l’histoire  du 

site,  Leo  C.  Burkhard  et  C.  Bouvier  écrivent  a  ce 

propos:  «  Les  évêques  de  Grenoble  auraient 

séjourné,  par  intervalles,  pendant  deux  siècles,  y 

établissant  une  chapelle  épiscopale  dédiée  à  la 

Sainte-Croix,  qu'ils  confièrent  au  XIIe  siècle  aux 

chanoines  réguliers  de  Saint-Augustin.  Parménie 

devint  alors  un  prieuré  fortifié.  Les  évêques 

retournaient régulièrement célébrer à Parménie la 

fête de la Sainte-Croix, le 14 septembre. 

Ce pèlerinage prit date définitivement dans l'histoire du Dauphiné l'année qui suivit la terrible 

inondation  de  Grenoble  en  1219,  quand  Pierre  de  Seyssins  se  rendit  à  la  tête  de  toute  la 

population de la région sur la sainte montagne de Parménie pour remercier le Seigneur et sa 

Sainte Mère de les avoir sauvés de cette catastrophe. » 


 

 

 



 

 

 



 

 

 



 

 

 



 

 

 



 

Ce  pèlerinage  fut  à  l'origine  de  la  célèbre 

foire  de  Beaucroissant,  une  des  plus  vieilles 

foires  d'Europe.  Un  petit  marché  réunissant 

quelques  producteurs  locaux  se  tenait  déjà 

là,  au  pied  de  la  colline,  quand  les  pèlerins 

vinrent  en  nombre  en  1220.  Ces  derniers, 

bien entendu, s’y approvisionnèrent. L'année 

suivante,  pour  répondre  aux  désirs  des 

pèlerins,  il  était  déjà  bien  plus  important.  Et, 

rapidement, il devint une foire.  

La "colline inspirée" allait-elle être définitivement délaissée par les hommes? Non. Car après 

un très long silence une humble bergère de la région, Louise Hours, entreprit au XVII"~ siècle 

la tâche colossale de rebâtir la chapelle comme elle l'était initialement, ainsi qu'un petit cloître, 

fondant ensuite une maison de retraites spirituelles.  

Après  d'innombrables  démarches  et  d'inlassables  quêtes,  avec  un  courage  remarquable  et 

une  ténacité  exemplaire,  elle  avait  pu  mener  son  œuvre  à  bien.  Sa  tâche  s'étendit  sur  un 

demi-siècle ! Elle quitta ce monde le 22 janvier 1727, « en odeur de sainteté ». 



Histoire et légendes 

(suite)


 

Domaine de Parménie 

Un peu plus tard, le 13 septembre 1259 le chapitre de Parménie faisait don du domaine aux 

moniales  de  la  chartreuse  de  Prérnol,  et  Parménie  devenait  ainsi  une  nouvelle  chartreuse, 

accueillant  une  future  sainte,  Béatrix  d'Ornacieux,  qui  avait  une  dévotion  spéciale  pour  la 

Passion  du  Christ.  Après  sa  mort,  en  1302,  son  culte  se  répandit  rapidement  dans  tout  le 

Dauphiné. Ses reliques sont exposées de nos jours dans la chapelle restaurée. 

En  1391,  les  troupes  dévastatrices  du  prince 

d'Orange incendièrent la  chartreuse de Parménie, et 

les moniales, affolées, durent se réfugier en hâte aux 

Écouges,  dans  le  Vercors.  Les  bâtiments  tombèrent 

tristement en ruines et, petit à petit, la colline sombra 

presque dans l'oubli. De temps en temps, cependant, 

les  évêques  de  Grenoble  et  des  fidèles  venaient 

encore  prier  sur  la  tombe  de  la  sainte  et  de  ses 

compagnes.  Mais,  plus  personne  n'habitant  sur  le 

site,  la  nature  envahissait  tout.  Des  arbustes 

poussaient  sur  les  vestiges  des  pans  de  murs  qui 

osaient toujours 

En  1714,  elle  avait  eu  la  joie  d'accueillir  en  ce  haut 

lieu  du  Dauphiné  le  futur  saint  Jean-Baptiste  de  la 

Salle.  Une  rencontre  providentielle,  selon  le  frère 

Burkhard, qui n'hésita pas à écrire : « Si la .rencontre 

de  ces  deux  saints  personnages  n'avait  pas  eu  lieu, 

l'œuvre  de  M.  de  la  Salle  aurait  péri  avec  lui  et  son 

souvenir}  au  lieu  de  rayonner  à  travers  le  monde 

entier,  serait  aujourd'hui  mêlé  aux  nombreuses 

légendes de Parménie, »  

Pour  fuir  les  attaques  répétées  et  féroces  des 

jansénistes, le fondateur des Écoles chrétiennes était 

venu se réfugier à Grenoble, où il enseigna pendant 

quelque temps, puis à Parménie pour se ressourcer. 

Sœur  Louise  se  révéla  alors  pour  l'homme,  fatigué 

une très précieuse conseillère. 


Histoire et légendes 

(suite)


 

Domaine de Parménie 

«  L'influence  de  la  sœur  Louise  est  inestimable,  reconnut  le  frère 

Burkhard. Aujourd’hui, l’Institut des frères des Écoles chrétiennes est 

parmi  les  plus  florissants  de  l'Église  et  le  plus  important  de  ceux 

voués  exclusivement  a  l'œuvre  de  l'éducation.  Ne  faut-il  pas  dire, 

paradoxalement, qu’il le doit à une pauvre bergère qui n’avait eu, elle, 

aucune éducation? »  

Le  frère  américain  sut  faire  habilement  passer  ce  message  dans  un 

livre  intitulé  Un  gamin  de  Paris  qui  retrace  la  vie  du  saint  et  qui  fut 

adapté  au  cinéma  en  1969  sous  un  titre  plus  évocateur  encore  :  La 



Rencontre de Parménie

Des années passèrent, sereines, paisibles. Puis la Révolution déferla 

sans  pitié  sur  Parménie,  qui  fut  vendue  comme  bien  national  le  10 

avril  1793  à  François  Bret,  négociant  à  Renage  et  à  divers  autres 

particuliers  pour  la  somme  totale  de  quatorze  mille  six  cent  trente 

livres.  

Des années passèrent, sereines, paisibles. Puis la Révolution déferla sans pitié sur Parménie, 

qui fut vendue comme bien national le 10 avril 1793 à François Bret, négociant à Renage et à 

divers autres particuliers pour la somme totale de quatorze mille six cent trente livres.  

Des années passèrent, sereines, paisibles. Puis la Révolution déferla sans pitié sur Parménie, 

qui fut vendue comme bien national le 10 avril 1793 à François Bret, négociant à Renage et à 

divers autres particuliers pour la somme totale de quatorze mille six cent trente livres.  

 Peu de temps après intervenait curieusement sur les lieux un 

prêtre constitutionnel qui laissa un triste souvenir: il vendait à 

qui le voulait des parcelles de Parménie ... pour des places au 

paradis  !  Cette  scandaleuse  escroquerie  fut  doublée  de 

cérémonies  sacrilèges  au  cours  desquelles  Claude  Dubia, 

marchand  de  vin  lyonnais,  devenait  tout  bonnement  le 

prophète Élie et Nanon Bonneton de Charnecles ... la Vierge 

Marie! Un jugement de la cour de Grenoble, le 2 mai 1829, mit 

fin  à  cette  pénible  affaire,  condamnant  le  seul  survivant 

Claude  Dubia,  pour  escroquerie.  Aujourd'hui  encore,  on  peut 

voir,  gravées  au  pied  d'un  mur,  une  croix  et  deux  étoiles  de 

part  et  d  autre,  ainsi  qu'une  inscription  au-dessous:  «  A.M. 

[abbé  Marion]  1812  ».  Le  seul  vestige  du  passage  de  la  «  

secte des saints ».  



Mais  une fois  de  plus,  Parménie  avait  souffert,  terriblement  souffert.  Et  c'est  à nouveau une 

humble femme qui vint courageusement à son secours: Rosalie Dupont, d'Izeaux, village situé 

au  bas  de  la  colline.  Elle  permit  non  sans  mal  la  récupération  du  domaine  en  triste  état  par 

l’évêché  et  s'y  dévoua  inlassablement,  faisant  entreprendre  de  nombreux  travaux  de 

restauration. Elle y décéda le 23 mai 1873, après toute une vie consacrée essentiellement à la 

rénovation de ce haut lieu. 

Prêtres  séculiers,  pères  capucins,  oblats  de  Marie  immaculée  et  moines  olivétains  se 

succédèrent à la tête du sanctuaire. de 1820 à 1880. Mais un décret de Jules Ferry contre les 

ordres religieux allait, cette dernière année, interdire l'accès de la chapelle. Un nouveau coup 

était durement porté contre Parménie ...  

Parménie  qui,  à  nouveau,  fut  abandonnée  aux  inévitables  emprises  du  temps  et  surtout  à 

celles, pires encore, des hommes peu scrupuleux. Bien des années passèrent, les bâtiments 

redevenant des tas de ruines misérables, bousculées, malmenées, retournées ...  

 

Histoire et légendes 

(suite)

 

Domaine de Parménie 

La  chapelle  dans  les  années  1960 

avant la restauration 

 


Arriva enfin le frère Leo C. Burkhard, docteur ès lettres de l'université de Grenoble, qui avait 

choisi Parménie pour thème de sa thèse. Il allait non seulement entreprendre la restauration 

des lieux, mais aussi leur extension, s'appuyant sur une solide association dont il était l'âme: 

Les Amis de Parménie.  

La colline inspirée a retrouvé son rayonnement d'antan, ouvrant à tous un important centre de 

rencontres.  

« Ce haut lieu porte en lui une force d'attachement en profondeur, un mystère qui oblige au 

respect, une grâce de recueillement et de profond silence », nous avait-il confié en 1969, peu 

avant  la  première  projection  du  film  dont  il  était  si  fier.  En  reconnaissance  de  son  travail,  le 

Gouvernement français lui a décerné l’Ordre National du Mérite en 1990.  



Histoire et légendes 

(suite)


 

Domaine de Parménie 

«  En  ce  pays  rude  et  pauvre  qu’était  le 

Dauphiné,  la  colline  de  Parménie  fut,  tout  au 

long de l’Histoire, un haut lieu spirituel…Qu’il 

y ait ainsi, à travers le monde, des endroits où 

souffle  l’Esprit,  nous  le  savons  bien.  Mais 

nous 

sommes 

portés 

à 

croire 

qu’ils 

s’appellent  le  Sinaï,  ou  Subiaco…  En 

revanche,  nous  ne  savons  pas  voir  qu’il  en 

existe  tout  près  de  nous…  Parménie  est  de 

ces  sites  privilégiés…  Léo  Burkhard  n’a  pas 

seulement  sauvé  quelques  pierres…  il  a  fait 

mieux…  il  a  restitué  une  partie  de  son  âme  à 

notre Dauphiné.» 

Paul Dreyfus 

 

 

 



 

 

 



 

 

 



 

 

 



 

 

 



 

 

 



 

 

 



 

 

 



 

Faune 

 

 

 



 

Foulque macroule - 

Fulica atra (Linnaeus, 1758)



 

Curieux oiseau, la foulque macroule, contrairement à ce que certains pensent, ne fait 

pas parti de la famille des canards mais bien de celle des rallidés au même titre que le 

râle des genêts ou la poule d’eau. 

Plus grande que la poule d'eau, la foulque macroule est un oiseau de forme arrondie, 

au plumage entièrement noir, rehaussé par un bec et un écusson frontal blanc pur. Elle 

a  un  corps  de  canard  avec  un  bec  pointu,  des  yeux  ronds  et  rouges,  des  rémiges 

secondaires bordées de blanc et des pattes verdâtres. 



Photo prise sur l’étang de Beaucroissant 

 


 

 

 



 

 

 



Canard colvert - 

Anas platyrhynchos (Linnaeus, 1758)



 

Le canard colvert mâle a un long corps gris, avec la poitrine brun-lilas. On peut 

voir un miroir irisé bordé de blanc sur les ailes du mâle et de la femelle, et des 

plumes recourbées vers le haut sur la courte queue du mâle. Le croupion et les 

sous-caudales sont noirs.  

La tête et le cou présentent des plumes vertes irisées, séparées de la poitrine 

par  un  collier  blanc.  Le  bec  est  grand  et  jaune, et  porte  un  onglet  noir  à  son 

extrémité. Les yeux sont foncés. Les pattes et les doigts sont rouge orangé.  

La  femelle  est  plus  brune  que  le  mâle,  tachetée  de  chamois,  blanc  et  brun 

foncé. La face est brun clair avec la ligne noire en travers des yeux. La calotte 

présente des stries foncées. Les parties inférieures sont claires avec la queue 

blanchâtre,  les sous-caudales claires ainsi que l'abdomen.  

Le bec est orange ou jaune, avec quelques taches noires au milieu. Les pattes 

sont rouge orangé.  

 

Couple : Femelle à gauche et mâle ci-dessus, 

photo wikipedia 

 

Mâle, photo prise sur l’étang de Beaucroissant 

 


 

 

 



 

 

Photos  



 

 

 



 

 

Photo: Balade 

Départ, le parking des Tennis 

Bièvre Est 

IMG_5673_web

 


 

 

 



 

Les étangs 



Photo: Balade 

Bièvre Est 

IMG_5675_web 

IMG_5676_web 

IMG_5677_web

 

IMG_5677_web



 

 

 

 



 

 

 



 

 

 



Montée vers La Pierre Pucelle 

Photo: Balade 

Bièvre Est 

IMG_5679_web 

IMG_5681_web

 

 


 

 

 



Photo: Balade 

Montée vers le Domaine de Parménie 

Bièvre Est

 

IMG_5686_web



 

 

 

Photo: Balade 

Arrivée vers la Chapelle de Parménie 

Bièvre Est 

IMG_5685_web

 


 

La Chapelle 



Photo: Balade 

Bièvre Est 

IMG_5687_web 

IMG_5691_web

 


 

 

Passage au col de Parménie 



Photo: Balade 

Bièvre Est 

IMG_5695_web

  

IMG_5696_web



 

 

 

Photo: Balade 

Cheminement dans la châtaigneraie au retour 

Bièvre Est 



IMG_5697_web

 


Do'stlaringiz bilan baham:


Ma'lumotlar bazasi mualliflik huquqi bilan himoyalangan ©fayllar.org 2017
ma'muriyatiga murojaat qiling