Rapport d’observations définitives commune de Sancoins


  LA  FIABILITE  DES  COMPTES  ET  LA  TRANSPARENCE


Download 0.81 Mb.
bet2/6
Sana14.08.2018
Hajmi0.81 Mb.
1   2   3   4   5   6

4.  LA  FIABILITE  DES  COMPTES  ET  LA  TRANSPARENCE 

FINANCIERE 

 

4.1. 



LA STRUCTURE BUDGETAIRE 

 

Tableau n° 1 : Les différents budgets de la commune et leur situation au 31/12/2012 



Budget 

(données en milliers d'euros) 

SF + SI 

% Budget / 

B pal + BA 

Nature 

Date de création 

Budget principal (A) 

4 183 

76,75 % 

Services communaux 

 

BA Services collectifs (B) 

1 242 

22,79 % 

 

 

BA Eau 


59 

1,08 % 


Approvisionnement Eau Potable 

DCM 4/12/07 

BA Assainissement 

219 


4,02 % 

Assainissement collectif 

DCM 4/12/07 

BA Chaufferie bois 

964 

17,69 % 


Exploitation d’une chaufferie bois

 

et d’un réseau de chaleur



 

DCM 11/12/09 



BA Actions en faveur  

du logement et de l’habitat (C)

 

25 

0,46 % 

 

 

BA Logements sociaux 

21 

0,39 % 


Portage financier Logements sociaux 

NC 


BA Meunet Lot 1 

0,07 % 



Lotissement d’habitation

 

DCM 4/12/07 



BA Meunet Lot 2 

Inactif 


So 

Lotissement d’habitation 

 

DCM 4/12/07 



Total général (A+B+C) 

5 450 

100,00 % 

 

 

Source : compte de gestion 2012 et dossier permanent. 

 

En 2012, la commune de Sancoins comptait sept budgets (un budget principal et six budgets 



annexes). 

 

L’instruction budgétaire et comptable M14 rappelle le principe d’uni



té budgétaire qui impose 

que  l’ensemble  des  dépenses  et  des  recettes  figure  dans  un  document  unique. 

L’établissement  de  budgets  annexes  constitue  une  exception  à  ce  principe,  certains  sont 

obligatoires, d’autres facultatifs.

 

 

- Les trois budgets annexes (BA) de services collectifs représentaient 1,242 



M€

, soit 22,79 % 

des masses financières tous budgets confondus : 

 

 



* BA Eau / BA Assainissement 

: les services eau et assainissement étaient jusqu’au 

31  décembre 2007  réunis  au  sein  d’un  budget  unique.  Conformément  à l’engagement  pris 

par la commune lors du contrôle précédent, le budget unique a été scindé en deux budgets 

annexes  distincts  avec  effet  au  1

er

 janvier  2008.  Le  budget  Eau  a  été clôturé  au  1



er

  janvier 

2013  en  raison  du  transfert  de  la  compétence  « Eau  potable »  au SIAEP  de  la  Vallée  de 

Germigny ; 

 

 

* BA Chaufferie bois et réseau de chaleur : 



s’agissant d’un service public industriel et 

commercial  (SPIC),  l’exploitation  d’un  réseau  de  chaleur  (vente  à  des  tiers  de  l’énergie 

produite  par  une  chaufferie  à  bois)  était  et  demeure  individualisée  dans  un  budget  annexe 

conformément aux instructions budgétaires et comptables M4 et M14. 



11 

 

Rapport d’observations définitives –



 Gestion de la commune de Sancoins 

 10 février 2015 



Chambre régionale des comptes du Centre, Limousin

 

 



Les  budgets  retraçant  les  actions  en  faveur  du  logement  et  de  l’habitat  représentaient 

25 

000 €


, soit moins de 1 % des masses financières tous budgets confondus. 

 

*  BA  Logements  sociaux :  ce  budget  annexe  avait  pour  objet  la  construction  et 



le financement de logements sociaux sur le territoire communal 

 

 



* BA Lotissements d’habitation («

 Meunet Lot 1 » et « Meunet Lot 2 ») : la gestion de 

ces  opérations  lancées  en  2006-2007  dans  des  budgets  annexes  est  conforme  à 

la réglementation. Ces deux budgets annexes ont été clôturés au 1

er

 janvier 2013. 



 

Une suite positive a donc été donnée à l’observation de la chambre portant sur

 la séparation 

des budgets eau et assainissement. 

 

La  structure  budgétaire  de  la  commune,  simplifiée  par  la  clôture  de  trois  budgets  annexes  



au 1

er

 



janvier 2013, n’est toutefois pas conforme à la réglementation

 : la gestion comptable 

du  marché  aux  bestiaux  du 

parc  des  Grivelles  n’est  pas  individualisée  dans  un  budget 

annexe. 

 

A  la  suite  d’une  modification  des  statuts  du  syndicat  mixte  du  parc  des  Grivelles  (SMPG) 



 

par  arrêté  préfectoral  du  1

er

  août  2011  modifié,  la  commune  de  Sancoins  est  devenue 



autorité  organisatrice  du  service  public  de  marchés  aux  bestiaux,  compétence 

antérieurement assurée par le syndicat. Dans ce cadre, la collectivité a délégué la gestion de 

ce  service  à  un opérateur  privé  (la  société  anonyme  coopérative  des  Grivelles).  

Une convention d

’affermage a été signée par les parties le 14

 mai 2012 pour une durée de 

douze ans à compter de cette date (art. 2). 

 

Le marché aux bestiaux étant un service public à caractère industriel et commercial (SPIC) 



(articles L. 2224-18 à L. 2224-29 du CGCT), les instructions budgétaires et  comptables M4 

et  M14  imposent  la  constitution  d’un  budget  annexe  pour

 

ces  services  lorsqu’ils  sont 



affermés, sans considération d’un seuil de recettes.

 

 



Il  s’ensuit  qu’un  tel  budget  annexe  aurait  dû  être  créé  à  la  date  d’entrée

  en  vigueur  

de cette délégation de service public (DSP) 

; cette formalité n’a toutefois pas été effectuée. 

La circonstance  que  la  commune  impute  les  dépenses  et  recettes  afférentes  à  ce  service  

sur un code fonctionnel particulier et sur un chapitre opéra

tion s’agissant de l’investissement, 

n’est pas de nature à écarter l’obligation de créer un budget annexe.

 

 

En  conséquence,  la  commune  doit  individualiser  l’affermage  du  marché  aux  bestiaux 



 

dans  un  budget  annexe  pour  se  conformer  à  la  réglementation  en  vigueur.  La  chambre 

prend acte de l’engagement de la commune à créer ce budget annexe au 1

er janvier 2015. 

 

4.2. 

LA  PRODUCTION  DES  ETATS  ANNEXES  AUX  BUDGETS  ET 

COMPTES ADMINISTRATIFS  

 

Lors  du  contrôle  précédent,  la  chambre  avait  relevé  des  anomalies  sur  les  états  annexés 



aux 

documents budgétaires. En réponse à cette observation, l’ordonnateur alors en fonction 

s’était engagé à remédier à cette

 situation. 

 

Il  ressort  du  contrôle  effectué  aux  comptes  administratifs  (CA)  du  budget  principal  jusqu’à 



l’exercice  2012  q

ue  certaines  dispositions  des  articles  L. 2313-1  et  R. 2313-3  du  CGCT  

et  de  l’instruction  M14  relatives  aux  états  à  produire  en  annexe  du  budget  et  du  compte 

administratif ne sont toujours pas correctement appliquées. 

 

 


12 

 

Rapport d’observations définitives –



 Gestion de la commune de Sancoins 

 10 février 2015 



Chambre régionale des comptes du Centre, Limousin

 

 



- Les états de la dette présentent diverses insuffisances : 

 



l’état  relatif  aux  crédits  de  trésorerie  (IV  A  2.7)  n’est  pas  renseigné

  au  CA  2012  

alors que la commune utilise une ligne de trésorerie ; 

 



l’état  relatif  à  la  répartition  par  nature  de  dette  (IV  A  2.4)  ne  retient  que

  le  c/1641 

« Emprunts en euros » omettant ainsi le c/165 « Dépôts et cautionnements reçus » ; or, celui-ci 

présente  un  solde  créditeur  à  fin  2012  de  2 866,84 

€.

  Des  informations  sont  par ailleurs 



manquantes 

; il s’agit notamment de celles relatives au montant nominal (le montant emprunté à 

l’origine) et aux modalités de remboursement anticipé (conditions et c

oût) ; 


 

cet  état  présente  sur  la  période  sous  revue  des  discordances  d’encours,  de  capital 



remboursé, 

et d’intérêts payés avec les montants inscrits au compte de gestion. Outre l’omission 

du c/165 mentionnée ci-dessus et nonobstant la réduction observée 

des écarts sur l’encours de 

dette (- 230 

000 € 


en moyenne sur 

la période 2008 à 2010), il subsiste sur l’annexe au CA 2012 

une différence en moins de 2 866,12 

€ sur l’encours de dette par rapport au compte de gestion 

(1 560 136,12 

€ au lieu de 1

 563 002,24 

€)

 ; 



 

- la nouvelle annexe « Etat de la 

dette, répartition de l’encours (typologie)

 » (état IV A 2.8) 

rendue  obligatoire  à  compter  du  CA  2010,  a  été  produite  aux  CA  2011  et  2012,  mais 

elle comporte  une  erreur  matérielle 

:  l’emprunt  n°  246705  souscrit  auprès  de  Dexia  en  2005 

(CRD  au  31/12/2012 :  117 

000  €

)  est  classé  en  catégorie  1A  au  lieu  de  1B.  Il 



s’agit  en  effet 

d’un


 emprunt  à  barrière  simple  sans  effet  de  levier  (se  reporter  à  la  partie  de  la  situation 

financière consacrée à l’examen de l’endettement).

 

 

- La liste des concours attribués à des tiers, en nature ou en subventions (état B 1.7). 



 

Cet  état  annexe  était  systématiquement  omis  depuis  2009  (état  2008  produit  

mais non 

renseigné). L’ordonnateur y substituait dans l’état III

-A1 « Section de fonctionnement-

Détail  des  dépenses »  un  détail  des  subventions  versées  au  demeurant  peu  précis ; 

les 

bénéficiaires et les concours qui leur ont été versés n’étant pas toujours identifiés (par



 ex. CA 

2011, c/657420 Divers subventions : 4 390 

€). 

 

 



Un  état  conforme  à  la  maquette  réglementaire  a  été  produit  à  l’appui  du  compte 

administratif 2012.  Il  reste  toutefois  très  incomplet  et  peu  fiable.  Il  y  manque  les  prestations 

en nature  apportées  par  l

a  commune  (mises  à  disposition  d’équipements  et  de  salles 

aux 

associations  selon  les  réponses  de  l’ordonnateur)



,  et/ou  la  mention  sans  objet.  Le  détail  

par  bénéficiaire  (identité  et  montant  versé)  n’est  pas  précisé.  L’état  annexe  ne  retrace  pas 

l’intégral

ité des subventions versées par la commune : par exemple, les subventions versées au 

SMPG (75 

000 €, c/67444)

, et au CCAS (9 

000 €, c/657362) sont omises.

 

 



L’état du personnel (C1.1)

 doit être fiabilisé. 

 



Au  CA  2012,  la  partie  de  l’état  relative  aux  agents  titulaires  comptabilise



  à  la  fois 

les effectifs  des  agents  de  cette  catégorie  et  les  effectifs  des  agents  non  titulaires,  de  sorte 

qu’il

 

est  impossible  d’apprécier  la  part  respective  de  chacune  des  catégories  d’agents  dans 



l’effectif total salarié de la commune

 ; 


 

S’agissant des a



gents titulaires, les agents à temps non complet ne sont pas indiqués 

alors  que  la  collectivité  comptait  dans  ses  effectifs  un  agent  titulaire  à  temps  non complet,  

qui est passé à temps complet au 1

er

 octobre 2013 ; 



 

-  En  ce  qui  concerne  les  agents  non-titulaires :  des  informations  essentielles  sont 

manquantes 

:  le  secteur  d’emploi  et  le  motif  du  contrat  ne  sont  pas  indiqués.

  Les  données 

relatives  aux  rémunérations  doivent  être  revues  car  elles  ne  sont  pas  cohérentes :  un  adjoint 



13 

 

Rapport d’observations définitives –



 Gestion de la commune de Sancoins 

 10 février 2015 



Chambre régionale des comptes du Centre, Limousin

 

technique  de  2



ème

  classe  b

énéficierait  d’un  indice  brut  de  rémunération  de  2

 079,  indication 

manifestement erronée. 

 



Bien qu’étant facultatif pour les communes de moins de 3

 500 habitants, 

l’état relatif 

aux  organismes  dans  lesquels  a  été  pris  un  engagement  financier  (IV C.2),  a  été  produit 

mais  n’est  pas  renseigné  (non  produit  jusqu’en  2011).  Or,  la  commune  de  Sancoins 

souscrit des engagements financiers d’importance avec notamment



 : 

 



les délégations des services publics de l’eau potable et de l’assainissement collectif 

à VEOLIA (affermages) ; 

 



les  garanties  d’emprunt  accordées



 :  3,1 

M€  à  fin  2012  (créations  de  logements 

sociaux  et  construction  d’un  établissement  d’hébergement  de  personnes  âgées 

dépendantes, essentiellement). 

 

En  outre,  l’affermage  du  marché  aux  bestiaux  du  parc  des  Grivelles  (



convention 

d’affermage du 14 mai 2012 avec la «

 SA des Grivelles 

») n’est pas mentionné dans cet état



 

-  La  liste  des  organismes  de  regroupement  auxquels  adhère  la  commune  



(état IVC.3.1) est insuffisamment renseignée au CA 2012 : 

 



l’adhésion  de  la  commune  au  syndicat  mixte  du  parc  des  Grivelles  n’est  pas 

mentionnée ; 

il en est de même de l’adhésion au syndicat intercommunal de ramassage scolaire



 ; 

- la communauté de communes des Trois Provinces 

mise à part, la date d’adhésion à 

chacun  de  ces  organismes  (syndicat  pays  de  L

oire  val  d’aubois

,  SIVOS,  SMERCAB, 

syndicat 

d’électricité

-

syndicat départemental d’énergies du Cher) n’est pas indiquée



 ; 

le  mode  de  financement  n’est  pas  précisé  s’agissant  de  la  communauté  de 



communes des Trois Provinces ; 

-  le  mon

tant  des  participations  financières  acquittées  par  la  commune  n’est  pas 

retracé  avec  exactitude ;  ainsi  en  2012,  ce  sont  276 569,37 

€  qui  ont  été  versés 

aux organismes de regroupement (c/6554), et non pas 247 841 

€ comme indiqué dans l’état 

annexé au CA 2012. 

 



L’état  relatif  à  la  liste  des  établissements  publics  créés  (état  IV  C.3.2)



 

n’est  pas 

correctement  renseigné  au  CA  2011.  Les  informations  suivantes  relatives  au  CCAS  

sont manquantes 

: objet de l’établissement, date de création, référence à

 la délibération de 

création,  nature  de  l’activité  (SPIC/SPA),  assujettissement  ou  non  à  la  TVA.  Cet  état 

 

est produit mais non renseigné au CA 2012. 



 

- La liste des services individualisés dans un budget annexe (état IV C.3.3) 

n’est pas 

renseignée alors que la commune disposait en 2012 de six budgets annexes. 

 

Les  précédentes  remarques  de  la  chambre  n’ont  été  qu’insuffisamment  p



rises  en  compte. 

Les  états  à  produire  en  annexe  du  compte  administratif  ne  sont  pas  renseignés 

conformément à la réglementation, ce qui est de nature à affecter 

la qualité de l’information 

financière  et  la  lisibilité  des  documents  soumis  à  l’assemblée,  tan

t  à  destination  des  élus  

que  des  tiers.  Ces  lacunes  appellent  à  un  nouvel  effort  de  rigueur  dans  la  production  

des états budgétaires.  

 

La chambre rappelle la nécessité de remédier au manque de fiabilité des états d’information 



financière  annexés  aux  documents  budgétaires  par  une  révision  desdits  états  et  un  travail 

partenarial avec le comptable assignataire. 

 

 

 



14 

 

Rapport d’observations définitives –



 Gestion de la commune de Sancoins 

 10 février 2015 



Chambre régionale des comptes du Centre, Limousin

 

4.3. 



LA  PROCEDURE  DE  RATTACHEMENT  DES  CHARGES  ET  DES 

PRODUITS A L’EXERCIC

 

L’instruction  M14  précise  qu’à  la  clôture  de  chaque  exercice,  les  dépenses



  de 

fonctionnement régulièrement engagées mais non mandatées et correspondant à un service 

fait  avant  le  31 décembre,  ainsi  que  les  recettes  de  fonctionnement  non  mises 

en recouvrement  et  correspondant  à  des  prestations  effectuées  avant  le  31  décembre, 

doi

vent  être  intégrées  au  résultat  annuel.  Ce  principe  peut  faire  l’objet  d’aménagements 



lorsque les charges et les produits à rattacher ne sont pas susceptibles d’avoir une incidence 

significative  sur  le  résultat  de  l’exercice

 ;  toutefois,  il  importe  de  conserver  chaque  année, 

une procédure identique pour ne pas nuire à la lisibilité des comptes. 

 

Aux  termes  de  l’instruction  précitée,  la  procédure  de  rattachement  des  charges 



 

et 


des produits n’est obligatoirement applicable qu’aux communes comptant 3

 500 habitants  

et plus. Cependant, les collectivités dont la population est inférieure à ce seuil ont la faculté 

de procéder au rattachement de leurs charges et produits. 

 

Avec 3 


323 habitants, la commune de Sancoins n’est pas soumise à l’obligation de rattacher 

l

es  charges  et  les  produits  à  l’exercice  auquel  ils  se  rapportent.  Toutefois, 



 

par  une délibération  du  30 mars 

2009,  le  conseil  municipal  a  décidé  de  mettre  en  œuvre

 

cette technique comptable. 



 

Sur  la  période  2008  à  2012,  le  rattachement  annuel  des  intérêts  courus  non  échus  (ICNE) 

mis  à  part,  un  unique  rattachement  de  charges  a  été  opéré  en  2012  pour  38,684  €. 

 

Il  est  relatif  à  des  contributions  aux  organismes  de  regroupement.  Ce  constat  a  conduit  à 



vérifier la bonne application de la délibération du conseil municipal précitée. 

 

1)  Un  contrôle  par  sondage  de  la  correcte  imputation  des  dépenses  à  l’exercice 



 

via la vérification des dates de service fait a été effectué sur certains articles du chapitre 011. 

Les  comptes  6042  « 

Achats  d’études  (autres  que  terrain

s  à  aménager »,  60611  « Eau  et 

assainissement »,  60612  « Energie-Electricité »,  et  61522  « Entretien  et  réparations  -

Bâtiments »,  ont  été  examinés.  Certaines  factures  jointes  aux  mandats  émis  sur 

l’exercice 

2010  ont  présenté  une  date  de  service  fait  antérieure  au  1

er

 

janvier  2010  et  n’ont  pas  été 



rattachées  à l’exercice  2009.  Les  montants  en  cause (29  000 €

  au  total)  sont  significatifs ; 

ils représentent 16,86 % de la masse budgétaire examinée (172 

000 €)


 

2)  L’examen  des  mandatements  comptabilisés  en  2012



  au  c/6554  « Contributions  aux 

organismes de regroupement » (Cf. tableau ci-après) révèle des reports de charges de 2011 

sur cet exercice pour un montant de près de 48 000 €

 : 


 

Exercice 2012 

Mandats émis 

Objet dépense 

SIVOS 


35 

497,04 €


 

Contribution piscine 4

ème

 trimestre 2011 



SDE 18 

12 


460,00 €

 

Contribution maintenance éclairage public 2011 



TOTAL 

47 

957,04 €

 

 

 

 



Au  total,  ces  constats  mettent  en  évidence  une  application  imparfaite  du  principe 

d’indépendance  des  exercices. 

I

l  est  recommandé  à  l’ordonnateu



r  de  veiller  à  la  mise 

en 


œuvre complète de la délibération du 30 mars 2009 précitée

, et  de fixer  le cas échéant 

un seuil  monétaire  pour  permettre  le  rattachement  des  charges  et  produits  les  plus 

significatifs,  possibilité  que  la  commune  a  annoncé  vouloir  étudier  dans  sa  réponse 

aux observations provisoires. 


15 

 

Rapport d’observations définitives –



 Gestion de la commune de Sancoins 

 10 février 2015 



Chambre régionale des comptes du Centre, Limousin

 

 



4.4. 

LES TAUX D’EXECUTION

 BUDGETAIRE (BUDGET PRINCIPAL) 

 

4.4.1.  En section de fonctionnement 



 

Les  taux  de  réalisation  des  crédits  en  fonctionnement  sont  satisfaisants :  100,6 % 

en recettes, et 96,8 % en dépenses. 

 

RRF (en milliers d’euros)



 

2006 

2007 

2008 

2009 

2010 

2011 

2012 

Prévisions 

2 323 

2 417 


2 500 

2 439 


2 378 

2 510 


2 692 

Réalisations 

2 277 

2 385 


2 444 

2 358 


2 383 

2 533 


2 707 

Taux de réalisation 

98,0 % 

98,7 % 




Do'stlaringiz bilan baham:
1   2   3   4   5   6


Ma'lumotlar bazasi mualliflik huquqi bilan himoyalangan ©fayllar.org 2019
ma'muriyatiga murojaat qiling