Rapport d’observations définitives commune de Sancoins


Download 0.81 Mb.
bet3/6
Sana14.08.2018
Hajmi0.81 Mb.
1   2   3   4   5   6
97,8 % 

96,7 % 

100,2 % 

100,9 % 

100,6 % 

DRF (en m

illiers d’euros)

 

2006 

2007 

2008 

2009 

2010 

2011* 

2012* 

Prévisions 

2 217 

2 498 


2 551 

2 529 


2 409 

2 451 


2 636 

Réalisations 

2 041 

2 343 


2 371 

2 365 


2 322 

2 392 


2 552 

Taux de réalisation 

92,1 % 

93,8 % 

92,9 % 

93,5 % 

96,4 % 

97,6 % 

96,8 % 

Source : CG 2006 à 2012. / * Provisions semi-budgétaires déduites. 

 

4.4.2. 


En section d’investissement

 

 



Le  taux  d’exécution  des  dépenses  d’équipement  est  globalement  d’un  niveau  très  modeste. 

Sur 


la  période  2006  à  2012,  le  taux  moyen  s’établit  à  seulement  47,74

 %.  Au  cours  de 

cette p

ériode,  le  taux  d’exécution  a  évolué  de  façon  très  erratique,  oscillant  entre  17,1



 % 

(minimum  atteint  en  2006),  et  79,4 %  (maximum  atteint  en  2011).  Les  années  les  moins 

performantes  sont  2006  (17,1 %)  et  2008  (28,2 %),  pour  lesquelles  le  montant  des  crédits 

annulés était comparable au produit annuel des contributions directes de l’exercice. Le taux de 

réalisation  des  crédits  d’équipement  2012  atteste  de  la  réelle  nécessité  pour  la  commune 

d’améliorer  la  qualité  de  ses  prévisions  budgétaires

 :  alors  que  le  volume  des  crédits  ouverts  

est peu élevé (575 

000 €) eu égard aux exercices précédents, le taux d’exécution des dépenses 

n’est que de 43,8

 %. 

 

Dans ses observations précédentes, la chambre avait déjà relevé le faible taux d’exécution des 



dépenses d’équipement. Selon les états IV B2.1 joints aux compte

s administratifs 2010 et 2012 

(seuls états produits), une unique autorisation de programme aurait été mise en place, relative 

aux investissements liés à la modernisation du marché aux bestiaux des Grivelles (autorisation 

de programme n° 1 

d’un montant de 1

 300 

000 €), qui n’a pas permis d’améliorer sensiblement 



le taux d’exécution des dépenses d’équipement. 

 

 



Les  constats  effectués  amènent  donc  une  fois  encore  à  encourager  la  commune  à  améliorer 

la programmation  de  ses  investissements  afin  de  favoriser  une  allocation  optimale  des 

ressources.  Il  est  indispensable  que  la  commune  se  dote  au  minimum  des  outils  suivants,  

qui font aujourd’hui défaut

 : 

 



une  programmation  pluriannuelle  des  crédits  d’équipement,  adaptée  à  ses

 moyens 


budgétaires et à sa capacité technique de réalisation ; 

 



des tableaux de bord de suivi budgétaire pour l’ensemble des dépenses et des

 recettes. 

 

En réponse, l’ordonnateur a indiqué que des tableaux de suivi des consommations des crédits 



sont en cours d’élaboration.

 

 



DEPENSES D’EQUIPEMEN



(c/20+21+23) en milliers d’euros

 

2006 

2007 

2008 

2009 

2010 

2011 

2012 

Prévisions (BP+DM+RAR) 

3 156 

3 079 


2 650 

1 941 


1 166 

803 


575 

Réalisations 

540 

1 946 


746 

1 197 


468 

638 


252 

Taux de réalisation  

17,1 % 

63,2 % 

28,2 % 

61,7 % 

40,1 % 

79,4 % 

43,8 % 

Restes à réaliser 

1 544 

746 


985 

336 


519 

69 


145 

Crédits annulés 

1 072 

387 


919 

408 


179 

96 


178 

16 

 

Rapport d’observations définitives –



 Gestion de la commune de Sancoins 

 10 février 2015 



Chambre régionale des comptes du Centre, Limousin

 

% Crédits annulés/Crédits ouverts 



34,0 % 

12,6 % 

34,7 % 

21,0 % 

15,35 % 

12,0 % 

31,0 % 

Source : CG 2006 à 2012, états des restes à réaliser 2006 à 2012. 



5.  LA SITUATION FINANCIERE DU BUDGET PRINCIPAL 

 

Le  budget  principal  concentre  l’essentiel  des  moyens



 :  93,52 %  en  fonctionnement,  

et  57,25 

%  en  investissement.  En  conséquence,  l’analyse  financière  de  la  commune  de 

Sancoins est axée sur le budget principal. 

 

5.1. 

APPRECIATION  D’EN

SEMBLE  SUR  LA  SITUATION  FINANCIERE 

2006-2012

1

 

Sur  la  période  2006-2012,  les  masses  budgétaires  en  fonctionnement  (opérations  réelles  

hors résultat reporté) évoluent de 2,276 

M€

 à 2,707 



M€

 en recettes, et de 2,041 

M€ 

à 2,552 


M€

 

en  dépenses



,  évolution  marquée  par  l’effet 

de  « ciseaux »  entre  les  recettes  et  les  dépenses,  

qui progressent de respectivement de 18,94 % et de 25,04 %. 

 

La structure financière de la commune de Sancoi



ns s’est modifiée au cours de la période 2006 

 

à  2012,  ainsi  qu’il  est  mis  en  évidence  dans  le  tableau  ci



-après  comparant  les  produits  et 

les charges  de  la  commune  de  Sancoins  avec  ceux  des  communes  de  la  même  strate 

démographique, allant de 2 000 à 3 500 habitants. 

 

Au cours de cette 



période, la commune a progressivement mais inégalement, selon qu’il s’agi

sse 


des  produits  ou  des  charges,  rattrapé  les  niveaux  moyens  de  sa  strate  d’appartenance 

 

alors  qu’elle  se  situait  à  un  niveau  nettement  inférieur  en  200



5.  Elle  possède  désormais  

un  niveau  de  ressources  inférieur  d’environ  20

  %  à  celui  de  sa  strate  (788 

/hab.  



contre  966 

€/

hab.)  mais  avec  un  niveau  de  dépenses  légèrement  supérieur  (779 



/hab.  


contre 764 

/hab.). 



 

Ce sont les ressources fiscales, et particulièrement les impôts prélevés sur les ménages, qui ont 

contribué à la progression des ressources de fonctionnement ci-dessus évoquée. La croissance 

des impôts ménages a été de 86,65 % sur la période considérée. 

L’effort fiscal de la commune 

de  Sancoins 



2 

est supérieur d’environ 41

  %  au  ratio  des  communes  relevant  de  sa  catégorie, 

ce 


qui dénote une pression fiscale forte, de sorte que les marges de manœuvre de la collectivité 

en matière de fiscalité et de création de ressources sont limitées.  

 

Après s’êt



re fortement dégradée sur la période 2007-2010 (épargne nette négative, doublement 

de  l’endettement),  la  situation  financière  de  la  commune  de  Sancoins  a  connu  une  relative 

amélioration à compter de 2011. 

Sur  les  exercices  2011  et  2012,  l’épargne,  générée 

essentiellement  par  deux  relèvements 

successifs  des  taux  d’imposition,  a  permis  de  financer

  le  remboursement  en  capital 

des 


emprunts,  ainsi  qu’une  petite  partie  des  investissements.  L’autofinancement  dégagé 

 

par la commune est resté cependant très faible au regard de s



a strate d’appartenance.

 

 



Produits 

PM 2005 

2006 

2007 

2008 

2009 

2010 

2011 

2012 

Commune 


(en 

€/habitant)

 

556 


578 

618 


649 

681 


700 

739 


788 

Strate (en €/habitant)

 

959 

981 

998 

1 025 

894 

917 

945 

966 

Ecart Cne/strate 

-42,02 % 

-41,08 % 

-38,08 % 

-36,68 % 

-23,83 % 

-23,66 % 

-21,80 % 

-18,43 % 

Charges 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commune 


(en 

€/habitant)

 

562 


543 

651 


661 

709 


694 

736 


779 

Strate (en €/habitant)

 

814 

826 

846 

885 

720 

731 

746 

764 

                                                 



1 

Cf. annexe n°2 pour l’analyse

 détaillée de la situation financière. 

2 Effort fiscal : résultat de la comparaison entre le produit effectif des impôts sur les ménages et le produit théorique 

(potentiel fiscal) que percevrait la commune si elle appliquait pour chaque impôt les taux moyens nationaux 



17 

 

Rapport d’observations définitives –



 Gestion de la commune de Sancoins 

 10 février 2015 



Chambre régionale des comptes du Centre, Limousin

 

Ecart Cne/strate 



-36,86 % 

-34,26 % 

-23,05 % 

-25,31 % 

-1,53 % 

-5,06 % 

-1,34 % 

1,96 % 

Source : fiches AE2F 2005-2012. 



5.2. 

L’IMPACT DU BUDGET 2

013 SUR LA SITUATION FINANCIERE 

 

Les  données  définitives  d’exécution  du  budget  2013 



confirment  le  redressement  financier 

constaté 

en 2011. L’évolution des ressources supérieure à celle des charges (+

 6,63 % contre 

+ 1,61  %)  a  permis  à  la  commune  de  dégager  une  épargne  brute  en  forte  progression  

par rapport à 2012, et 

d’un niveau suffisant pour couvrir le remboursement en capital de la dette 

et  les  investissements  limités  de  l’exercice.

  Comme  au  cours  des  exercices  précédents, 

l’autofinancement  net  reste  limité  au  regard  de  la  moyenne  des  communes 

comparables (94 

/hab. contre 127 



/hab.). 


 

L’absence  de  recours  à  l’emprunt  allié  au 

conforte

ment  de  l’autofinancement  a  permis 

une amélioration  très  nette  de  la  capacité  de  désendettement  qu

i  s’établit  favorablement  à 

3,3 années  en  2013.  Le  processus  de  désendettement  engagé  en  2013  doit  être  poursuivi 

au  cours  des  exercices  ultérieurs  pour  retrouver  une  capacité  d’endettement  pour  financer 

les investissements futurs et diminuer le coût de la dette. 

 

D’autant  que  des  points  de  fragilité  demeurent  et  que  d’autres  facteurs 



exogènes  rendent 

étroites les marges de manœuvre financière dont la collectivité bénéficie

 : 

 



la  persistance  d’un  fort 

taux  de  rigidité  des  charges  structurelles  (charges  de  personnel, 

intérêts, contingents) 

(0,61 contre 0,42 pour la strate d’appartenance en 2013)

 ; 

 

-  le  levier  fiscal  offre  peu  de  latitude :  la  pression  fiscale 



s’étant

  significativement  accrue, 

les 

bases d’imposition sont sensib



lement plus faibles que pour les autres communes de la strate 

d’appartenance

 ; 

 



les  concours  financiers  de  l’Etat  n’offrent  pas  davantage  de  marges  en  termes  de 

ressources nouvelles : la loi de finances pour 2013 prévoit un gel des dotations aux collectivités 

pour 2013 et leur diminution en 2014 et 2015 ; 

 



l’endettement ne paraît pas pouvoir être sollicité davantage

 

 



selon toute probabilité, des investissements indispensables de maintien et/ou d’amélioration 

du  patrimoine  communal  seront  à  réaliser  au  cours  des  exercices  à  venir.  La  situation 

du bâtiment  hébergeant  les  services  techniques  municipaux,  qui  présente  des  problèmes  

de sécurité significatifs, nécessite un examen attentif ; 

 

- enfin, 



s’il était en défaveur de la commune, le dénouement à ve

nir du contentieux opposant 

celle-ci aux ex-fermiers du marché aux bestiaux du parc des Grivelles déstabiliserait fortement 

les finances communales (cf. infra). 

 

Aussi,  dans  le  contexte  précédemment  décrit,  et  afin  de  maintenir  sa  solvabilité  financière, 



la 

commune  doit  maîtriser  l’évolution  de  ses  charges,  veiller  à  adapter  son  volume 

d’investissement à ses capacités financières et limiter

 son endettement. 

 

Budget principal / Données en milliers d'euros 

2012 

2013 

Ev. 2013/12 

Produits de fonctionnement 

2 639 

2 814 


6,63 % 

Charges de fonctionnement 

2 607 

2 649 


1,61 % 

Résultat comptable 

31 

166 

435,48 % 

Capacité d'autofinancement brute 

182 

437 

140,11 % 

Remboursement en capital de la dette 

100 

118 


18,00 % 

Capacité d'autofinancement nette 

82 

318 

287,80 % 

Dépenses d'équipement 

409 

267 


-34,72 % 

Emprunts souscrits 

325 

néant 


So 

Encours de dette au 31/12 

1 563 

1 455 

-6,91 % 

Source : fiches DGFIP d’analyses des équilibres financiers fondamentaux 2012 et 2013.

 


18 

 

Rapport d’observations définitives –



 Gestion de la commune de Sancoins 

 10 février 2015 



Chambre régionale des comptes du Centre, Limousin

 

 



 

6.  LA 

GESTION 

DU 

MARCHE 

AUX 

BESTIAUX 

« LE PARC DES GRIVELLES » 

 

6.1. 



LA PRESENTATION DU MARCHE AUX BESTIAUX 

 

6.1.1.  Les infrastructures abritant le marché 



 

Le  marché  au  bétail  du  parc  des  Grivelles  a  été  inauguré  le  3  juillet  1974.  Sa  construction 

coûté un peu plus de 4 M€ à l’époque. Le 



parc fait partie du domaine public communal. 

 

Bâti  au  nord  de  la  ville,  sur  un  terrain  clos  de  17  hectares,  le  bâtiment  en  forme  d’étoile 



 

à  trois branches  s'étend  sur  une  très  vaste  surface  de  35  000  m².  Chacune  des  branches  de 

l’étoile, dite «

 pavillon », est affectée à la présentati

on d’une ou plusieurs

 catégorie(s) 

d’animaux. 

Le  parc  des  Grivelles  comporte  des  surfaces  de  vente  où  les  animaux  sont  présentés 

aux acheteurs, des services administratifs et un lieu de restauration. 

 

Vieillissantes, ces installations présentent d’importan



ts problèmes de sécurité. Par procès-verbal 

du 28 


août 2013, la commission d’arrondissement pour la sécurité des établissements recevant 

du  public  (ERP)  a  émis  un  avis  défavorable  à  l’accès  du  public  dans  le  parc  des  Grivelles. 

Cet avis est motivé ainsi : 

 

« 



L’absence  de  contrôle  et  de  maintenance  des  installations  électriques  depuis 

trois  ans, 

conjuguée à des installations anciennes et en mauvais état, objet de nombreuses prescriptions 

importantes  (diagnostic  SOCOTEC  du  3  mai  2010)  non  suivies  d’effet,  n’e

st  plus  à  même 

d’assurer  pleinement  la  sécurité  du  public,  risques  importants  de  chocs  électriques.  […] 

Il appartient au maire, autorité de police, de fixer les délais de réalisation des prescriptions. »

3

 

 

A l’occasion de son contrôle, la commission a main



tenu de nombreuses prescriptions anciennes 

pour  lesquelles  aucune 

action  correctrice  n’a  été  engagée,  mais  a  également  formulé 

 

de nouvelles prescriptions : 



 

Prescriptions maintenues 

Nouvelles prescriptions 

-  faire  vérifier  le  réseau  de  robinets  incendie  armé  par 

un technicien compétent ou les déposer (PV du 6/04/2000) ; 

 

-  améliorer  la  sécurité  du  restaurant  Le  Berry  (isolation 



coupe-feu,  revêtements  muraux,  sol,  plafond,  arrêt  coup  de 

poing  pour  les  énergies  et  vanne  générale  gaz  à  installer… 

(PV des 24/09/2007, 31/08/2006, 19/06/2003) ; 

 

-  réseau  de  robinets  incendie  armé  de  la  halle  des  veaux 



broutards à remettre en état (PV du 31/08/2006) ; 

 

-  former  le  personnel  à  la  manipulation  des  extincteurs  et  à 



la 

conduite à tenir en cas d’incendie (PV du 20/10/

10) ; 

 

-  des  attestations  de  vérification  de  sécurité  de  certaines 



installations ne sont pas fournies. […]

 



mettre en accessibilité l’établissement (loi n°

 2005-102) ; 

remédier  au  mauvais  état  des  supports  d’éclairage  des 



halles de vente ; 

-  remettre  en  état  coupure  gaz  extérieur  du  restaurant 

Le Berry ; 

-  fournir  les  attestations  de  vérification  des  installations  et 

équipements gaz de la cuisine du restaurant ; 

remettre  en  état  ou  remplacer  l’éclairage  de  sécurité  du 



restaurant qui ne fonctionne pas ; 

faire  contrôler  l’ensemble  de  l’éclairage  de  sécurité  de 



l’établissement

 ; 


-  faire  contrôler  les  installations  électriques  du  bâtiment 

du  parc  et  faire  procéder  dans  les  plus  brefs  délais  à 

la remise  aux  normes  en  vigueur  de  celles-

ci  […] 

formulées  sur  le  rapport  diagnostic  SOCOTEC  du 

3 mai 2010, non suivi d’effet au jour de la visite

 ; 

- le local du transformateur électrique ne doit être accessible 

qu’aux personnes habilitées. […]

 

Source : PV de la commission ERP du 28 août 2013. 



 

                                                 



3 

PV de la commission ERP de l’arrondissement de Saint

-Amand-Montrond du 28 août 2013. 


19 

 

Rapport d’observations définitives –



 Gestion de la commune de Sancoins 

 10 février 2015 



Chambre régionale des comptes du Centre, Limousin

 

Au  total,  les  déficiences  observées  en  matière  de  sécurité  ont  exposé  le  marché 



aux bestiaux  à  un  risque  de  fermeture  administrative  si  des  travaux  de  mise  aux  normes  

des  installations  électriques  n’étaient  pas  engagés  dans  les  meilleurs  délais. 

 

Les constatations de la commission de sécurité ont mis en évidence des lacunes en matière 



d’entretien  et  de  maintenance  des  installations  du  parc  des  Grivelles.  L’absence  de  suites 

données  aux prescriptions  du  rapport-diagnostic  réalisé  par  la  société  SOCOTEC  en  2010, 

s’agissant de la

 conformité des installations électriques au cours des trois années ayant suivi 

sa rédaction,  en  atteste  particulièrement.  En  réponse  aux  observations  provisoires, 

l’ordonnateur  a  indiqué  que  des  travaux  de  mise  aux  normes  des  installations  électriques 

ont été engagés au cours du second semestre 2014. A cet égard, la chambre rappelle que  

si  ces  travaux  tardifs  permettent  d’écarter  le  risque  d’une  fermeture  administrative 

du marché, il 

n’en demeure pas moins qu’un certain nombre de mises en conformité relev

ant 

de  la collectivité



4

 

restent  à  mettre  en  œuvre  notamment  s’agissant  de  la  remise  en



 état  

des installations de défense contre l’incendie.

 

 

La  commune  est  invitée  à  tirer  toutes  les  conclusions  utiles  des  prescriptions  formulées  



par  la  commission  de  sécurité  des  ERP.  Dans  un  contexte  de  fortes  tensions  financières,  

il  serait  souhaitable  que  l’entretien  du  parc  fasse  l’objet  d’une  planification  technique  et 

financière  pour  permettre  la  réalisation  des  travaux  d’entretien  et  de  maintenance 

nécessaires.  A ce titre,  il  conviendrait  que  la  commune  établisse  un  plan  pluriannuel 

d’entretien  propre  au

 parc  des  Grivelles.  Elle  a  notamment  la  possibilité  de  constituer  

à  l’avenir,  des  provisions  pour  grosses  réparations  (c/1572)

,  comme  les  instructions 

budgétaires 

et  comptables  M4  et  M14  l’y  autorisent.  Cette  technique  comptable  permet 

l’étalement  sur  plusieurs  exercices  des

 charges  résultant  de  grosses  réparations  

et de travaux d’entretien, qui par leur nature ou leur importance, ne peuvent être supportées 

par le seul exercice au cours duquel elles sont engagées. 

 

6.1.2.  Le déclin du marché aux bestiaux de Sancoins 



 

Le marché aux bestiaux de Sancoins est confronté au déclin de son activité. Premier marché 

aux  bestiaux  au  milieu  des  années  1980,  il  occupe  désormais  le  13

ème 


rang  national 

des marchés spécialisés en bovins en 2010. Au cours de la décennie 2000-2010, les apports 

ont chuté d’environ 80

 %, passant de 305 000 têtes environ en 2000 à 66 000 têtes environ 

en  2010.  Cette  situation  s’explique  à  la  fois  par  des  donné

es  macroéconomiques  (crises 

sanitaires,  restructurations  des  filières,  baisse  de  la 

consommation  des  produits  carnés…) 

 

et  des  circonstances  locales  (survenance  d’impayés,  ouverture  de  nouveaux  marchés 



proches…).

 

 



Ce  recul  de  l’activité  se  constate  égaleme

nt  au  niveau  national :  la  part  des  marchés 

aux bestiaux  dans  le  négoce  de  bétail,  tous  modes  de  commercialisation  confondus,  

est  aujourd’hui  réduite  par  rapport  à  ce  qu’elle  fut  dans  les  années  1980

 

:  s’agissant  des 



bovins, elle n’est désormais que de 15

 %. 


 

Nonobstant  la  forte  contraction  de  son  activité,  le  marché  à  bestiaux  de  Sancoins  

reste  un 

équipement  important  pour  la  filière  locale  de  l’élevage.  Il  bénéficie  à  ce  titre 

d’une

 

reconnaissance par l’Etat dans le cadre des 



pôles 

d’excellence rurale.

 

 

 



                                                 




Do'stlaringiz bilan baham:
1   2   3   4   5   6


Ma'lumotlar bazasi mualliflik huquqi bilan himoyalangan ©fayllar.org 2019
ma'muriyatiga murojaat qiling