Rapport d’observations définitives commune de Sancoins


Download 0.81 Mb.
bet4/6
Sana14.08.2018
Hajmi0.81 Mb.
1   2   3   4   5   6

4 

Article 6 de la convention d’affermage du 14 mai 2012

 : « Opérations obligatoires  - 

L’exploitant est chargé de 

l’exécution  de  toutes  les  prestations  néces

saires  au  bon  fonctionnement  du  marché,  sans  que  cette  liste  soit 

exhaustive, à savoir 

: […]


 

« - 


toutes opérations résultant des prescriptions sanitaires et des règles de sécurité en vigueur ( […], 

entretien 

du 

matériel  de  protection  contre  l’incendie

,  etc


…), 

hormis  celles  qui  imposeraient  des  mises 

en conformité nécessitant le remplacement global ou partiel des installations ou des appareils. »

 


20 

 

Rapport d’observations définitives –



 Gestion de la commune de Sancoins 

 10 février 2015 



Chambre régionale des comptes du Centre, Limousin

 

6.2. 



LA RESTRUCTURATION DU PARC DES GRIVELLES 

 

6.2.1.  La genèse du projet de restructuration 



 

Afin  de  conjurer  la  perte  d’attractivité  du  marché,  un  projet  de  restructuration  a  vu  le  jour 

en 2007-

2008,  sous  l’impulsion  de  l’association  des  utilisateurs  du  parc.  Au  c

ours  de 

l’année


 

2010, ce projet a été précisé grâce à l’appui technique d’un agent mis à disposition 

par le conseil général du Cher ; il a notamment animé un comité de pilotage et des groupes 

de  travail.  Les  orientations  ainsi  définies  (création  d’un  march

é  à  la  criée,  garantie  

des  paiements  aux  vendeurs)  ont  été  ensuite  validées  par  les  différents  partenaires 

impliqués  dans  le  comité  de  pilotage  parmi  lesquels,  la  commune  de  Sancoins,  le  SMPG,  

la chambre d’agriculture et l’association des utilisateurs. L

société d’économie mixte (



SEM) 

devant  assurer  la  gestion  du  parc  n’ayant  jamais  vu  le  jour,  des  membres  de  ladite 

association ont créé en 2011 une société anonyme coopérative, la SA des Grivelles, actuel 

délégataire du marché aux bestiaux. Moyennant des investissements conséquents financés 

pour  une  part  importante  par  la 

commune, la mise en œuvre du projet de restructuration a 

abouti  à  l’instauration  d’un

 marché  à  la  criée,  technique  de  vente  innovante  visant  à 

redynamiser le marché des Grivelles. 

 

6.2.2.  Le fonctionnement du marché aux bestiaux 



 

Comme dans d’autres marchés aux bestiaux, la vente au cadran (vente aux enchères) a été 

introduite à Sancoins, afin de lutter contre la désaffection des éleveurs et négociants locaux, 

et  ainsi  circonscrire  la  perte  de  vitesse  du  marché.  Un  rapport  du  conseil  général  de 

l’alimentation,  organe  rattaché  au  ministère  de  l’agriculture,  montre  que  les  marchés 

au cadran  sont  le  mode  de  vente  qui  connaît  la  meilleure  dynamique  dans  le  contexte 

national de déclin des marchés aux bestiaux. 

 

Deux  structures  de  commercialisation  coexistent  ainsi  depuis  novembre  2011  au  sein  du 



parc  des  Grivelles.  Aux  côtés  du  marché  de  gré  à  gré  préexistant,  un  type  particulier  de 

marché au cadran a été 

introduit. Il s’agit d’un marché à la criée tel qu’il en existe pour des 

produits comme les poissons, les fruits et légumes. Le marché des Grivelles est le premier 

marché de bétail vif français à mettre en œuvre cette technique de vente qui se caractérise 

par  des  transactions  plus  rapides  que  sur  un  marché  au  cadran  classique.  Pour  certaines 

catégories d’animaux vendus, une garantie des paiements à délais convenus a par ailleurs 

été mise en place au profit des éleveurs afin de lutter contre les impayés. 

 

Les  structures  de  commercialisation  des  bestiaux  ayant  été  remaniées  récemment,  il  est 



délicat de réaliser une évaluation fiable de l’impact de ces nouveaux modes de vente sur les 

apports  achetés  et  vendus  sur  le  marché.  Néanmoins,  les  quelques  retours  d’expérience 

faits par la presse spécialisée ont une tonalité plutôt positive. 

 

6.3. 



LA  REPRISE  DE  LA  GESTION  DU  MARCHE  PAR  LA  COMMUNE  DE 

SANCOINS 

 

6.3.1.  La résiliation de la DSP au 1



er

 septembre 2009 et le risque financier encouru 

par la commune 

 

Les  modalités  de  gestion  du  parc  des  Grivelles  ont  profondément  évolué  à  compter 



du second semestre  2009,  puisque 

l’exploitation  du  marché  aux  bestiaux  a  été  reprise 

en 

régie directe après qu’il eut été mis fin à la délégation de service public (DSP



) consentie à 

deux sociétés fermières. 

 


21 

 

Rapport d’observations définitives –



 Gestion de la commune de Sancoins 

 10 février 2015 



Chambre régionale des comptes du Centre, Limousin

 

Par délibération du 3 juin 2009, le comité syndical du SMPG a en effet décidé de prononcer, 



pour  motif  d’intérêt  général,  la  résiliation  anticipée  avec  effet  au  1

er

 septembre  2009  



de  la DSP  attribuée  depuis  1974  aux  mêmes  délégataires, la  SARL  « Les  Fils  de 

Madame Géraud » et la SAS Fréry.  

 

La délibération du comité syndical précise les raisons de la résiliation, notamment que le parc 



des Grivelles est sous-

occupé et que l’espace utilisé par les fermiers est excessif au regard 

de  l’activité  qu’ils  déploient

.  Il  est  ajouté  que  les  modalités  mises  en  place  en  1994  

pour  la gestion  du  marché  du  parc  des  Grivelles  ne  sont  plus  adaptées, 

et qu’


il  est  urgent  

de  réorganiser  la  gestion  de  ce  service  et  de  poser  la  question  de  la  résiliation  anticipée  

de la 

convention pour motif d’intérêt général.



  

 

L



a  commune  ne  s’est  pas  désintéressée  du  devenir  du  marché  aux  bestiaux  dont  elle  est 

propriétaire,  et  elle  a  sans  doute  exercé  une  influence  dans  la  décision  de  résiliation 

approuvée par le comité syndical.  

 

Le  syndicat  mixte  du  parc  des  Grivelles  a  mis  un  terme  au  bail  avec  les  fermiers  en  place 



à effet  du  1

er

  septembre  2009,  et  le  syndicat  mixte  du  parc  des  Grivelles  a  assuré  



depuis  cette  date  la  gestion  en  direct  du  marché.  Le  terme  mis  au  contrat  de  bail  génère 

désormais  un  différend  financier  entre  la  mairie  qui  a  repris  en  2011  la  compétence  

et la gestion du marché aux bestiaux et les anciens fermiers.  

 

* Sur les conséquences financières de cette décision de résiliation. 

 

En matière de 



résiliation d’une

 

délégation de service public pour un motif d’



intérêt général à 

l’initiative  du  délégant,  des  solutions  jurisprudentielles  bien  établies  imposent

  au  délégant, 

sur  le 


fondement  de  la  responsabilité  contractuelle,  d’indemniser

  son  délégataire  (Conseil 

d’Etat, 23 février 1906

. ville de Lyon). Le principe général est que le délégataire ne doit subir 

aucune conséquence de la résiliation prononcée dans l’intérêt général.

 

 

Or, il est fait observer que la délibération précitée du SMPG est  silencieuse sur le montant 



des indemnités impliquées par la résiliation 

alors qu’il s’agit de l’un des paramètres majeurs 

à  considérer  lors  d’une  décision  de  cette  nature.  Le  comité  syndical  s’est  en  effet  borné 

à décider  que  le  président  du  syndicat  mixte  serait  chargé  « du  règlement  des  comptes  



liés à l’exploitation.

 »  

 

Envisagée  depuis  la  mi-20085,  la  perspective  de  résiliation  a  donné  lieu  entre  la  fin  de 



l’année 2008 et le milieu de l’exercice 2009, à des échanges, lors desquels

 les ex-fermiers 

ont  informé  l’autorité  délégante  de  l’indemnité  à  laquelle

  ils  prétendaient :  « Suite  à 



la perspective  de  résiliation  du  contrat  évoqué  par  le  délégant,  le  délégataire  a  notifié 

le 

calcul  de  l’indemnité  financière  telle  que  prévue  à  l’article  38

-1-c  du  contrat. 

Cette indemnité liée à la quote-part des annuités non amorties sur les onze années restant à 

courir,  a  été  chiffrée  à  2 232 534  euros  sur  la  base  des  recettes  n-1  actualisées  de  la  part 

des tarifs non votés. » (Rapport du délégataire 2008, p. 4).  

 

Une fois la décision approuvée par le comité syndical, des tentatives de transaction amiable 



ont eu lieu sans succès, ce qui a conduit les ex-fermiers à porter le litige devant la justice :  

« Dans  la  perspective  de  la  résiliation  du  contrat  évoqué  par  le  délégant,  les  parties  ont 



travaillé sur un projet de transaction dans l’optique de prendre en compte l’intérêt de chacun

 

des  partenaires.  Les  différentes  versions  du  projet  n’ont  pu  aboutir  faute  d’accord 

 

                                                 



5 

Avenant n° 11 du 30 septembre 2008 à la convention de refonte du 24 novembre 1994 pour l’exploitation du 

marché  aux  bestiaux  dit  « Parc  des  Grivelles » :  « 

[…]  La  crise  que  connaît  la  filière  agricole  depuis  de 

nombreuses années a des répercussions sur le fonctionnement du Parc des Grivelles. Le Syndicat, par demande 

du 12 juin 2008, a souhaité mettre en œuvre une 

résiliation du contrat, et la recherche de nouveaux processus de 

gestion du site. […]

 ». 


22 

 

Rapport d’observations définitives –



 Gestion de la commune de Sancoins 

 10 février 2015 



Chambre régionale des comptes du Centre, Limousin

 

sur l’intégralité du document. Finalement, le syndicat mixte a notifié le 30 juin



 au délégataire 

la délibération  prise  le  3  juin 

approuvant  la  résiliation  du  contrat  d’exploitation  pour  motif 

d’intérêt général à effet du 1

er

 septembre 2009. 

L’Exploitant  est  fondé  à  être  indemnisé,  d’une  part,  des  conséquences

  des  manquements 

du 

Concédant  pendant  la  période  d’exploitation  effective

 

du  marché  et  d’autre  part, 

du 

préjudice que lui cause la résiliation d’un contrat pour l’exécution duquel il a effectué des 

investissements  directs  et  indirects  très  importants.  A  la  date  de  résiliation  effective 

du contrat,  le  préjudice  subi  à  raison  du  retard  tarifaire  a  été  chiffré  à  1 417 659  euros ;  

celui relatif au non reversement du trop payé de redevance à 787 

464 euros, et l’indemnité 

de résiliation contractuelle s’élève à 1

 494 288,68 euros, hors clause pénale.  

Malgré  des  tentatives  de  règlement 

amiable  du  litige,  il  n’a  pas  été  possible  de  trouver 

un 

accord sur l’indemnisation à laquelle l’Exploitant a indiscutablement droit. Ce dernier a

 été 

donc  contraint  de  s’adresser  à  la  justice  pour  obtenir  la  réparation  de  son  préjudice.

 » 

(Rapport du délégataire 2009, p. 4-5). 

 

Il  n’est  pas  douteux  que  la  question  indemnitaire  ait  été  évoquée  lors



  des  conciliations 

menées avec les ex-

fermiers, et il est établi qu’au moment où

 la résiliation a été prononcée, 

le  SMPG,  autorité  délégante,  et  la  commune  de  Sancoins,  principal  financeur  du  syndicat, 

connaissaient  le  montant  des  indemnités  réclamées  par  les  ex-fermiers,  qui  avaient  fait 

l’objet  d’une  demande  formelle  par  lettre  des  délégataires,  en  date  du  28  mai  2009, 

 

dont  l’existence  est  attestée  par



  les  conclusions  des  avocats  desdits  délégataires  

et par une brève mention dans la délibération syndicale.  

 

L’absence  de  mention  dans  la  délibération,  tant  du  montant  des  indemnités  revendiquées 



par  les  délégataires  que  des  modalités  de  financement  de  celles-ci, 

traduit  l’impréparation 

 

de cette rupture contractuelle, tant de la part du syndicat que de son principal contributeur, 



la commune. 

 

En  raison  de  l’échec  des  conciliations,  les  SARL  «



 Les  Fils  de  Madame  Géraud »  

et  SAS FRERY  ont  engagé  une  action  en  justice  pour  obtenir  réparation  du  préjudice  subi 

du 

fait  de  la  résiliation  de  la  convention  d’affermage.  Le



 28 juillet  2009,  la  commune  

et  le SMPG ont ainsi été assignés devant le tribunal de grande instance (TGI) de Bourges. 

Les indemnités  réclamées  par  les 

délégataires  évincés  s’établissent  à  un  total  de  3,7

 

M€

 



se décomposant comme suit : 

 

-1,418 



M€

 

au titre de l’absence de révision des tarifs perçus auprès des usagers



 ; 

-0,787 


M€

 au titre des redevances payées indûment ; 

-1,494 

M€

 



au titre de l’inde

mnité de résiliation (source : jugement du 6 mars 2014). 

 

Par  jugement  du  6  mars  2014,  le  TGI  de  Bourges  a  mis  hors  de  cause  la  commune  de 



Sancoins  et  condamné  le  syndicat  mixte  à  payer  aux  deux  sociétés  une  somme  

de  767 


674,03 €, dont 428

 

658,83 € pour insuffisance de recettes en l’absence de révision 



des tarifs,  et  339 

015,20  €  au  titre  du  trop

-perçu  de  redevance.  Le  tribunal  a  assorti 

sa 


décision de l’exécution provisoire. 

 

 

Par  arrêté  du  14 novembre 2014,  pris  sur  avis  de  la  chambre  régionale  des  comptes  

du 23 octobre 2014 déclarant la dépense obligatoire,  la préfète du Cher a inscrit  la somme  

de  767 674,03 

€ 

au  budget  2014  du  syndicat  mixte  du  parc  des  Grivelles,  cette  dépense 



étant  financée  par  une  reprise  de  provision  à  hauteur  de  60 000 

€ 

et  par  la contribution  



des membres du syndicat, dont la commune de Sancoins, à hauteur de 707 674,03 



 

In fine, 

la commune sera appelée à contribuer à l’indemnisation des délégataires du marché 

aux bestiaux évincés en 2009, la répartition de la somme entre les trois personnes morales 

publiques  membres  du  syndicat (commune  de  Sancoins,  chambre  départementale 

d’agriculture  du  Cher,  chambre  de  commerce  et  d’industrie  du  Cher)  n’étant  pas  à  ce jour 

déterminée. 



23 

 

Rapport d’observations définitives –



 Gestion de la commune de Sancoins 

 10 février 2015 



Chambre régionale des comptes du Centre, Limousin

 

Les  conséquences  financières  liées  à  la  résiliation  de  la  délégation  de  service  public  alors 



attribuée  aux  sociétés  SARL  « Les  Fils  de  Madame  Géraud »  et  SAS  FRERY  

n’ont  cependant  pas  été  totalement  anticipées  par  la  commune,  puisque  la  provision 

constituée pour faire face à ce litige s’élève à

 260 000 

€ à la fin de l’année 2014.

 

 

Le  jugement  précité  du  TGI  de  Bourges  est  frappé  d’appels  émanant  tant  de  la  partie 



requérante  (les  ex-délégataires  du  marché  aux  bestiaux)  que  de  la  partie  défenderesse 

(SMPG).  La  situation  financière  de  la  commune  pourrait  être  encore  plus  fragilisée  

si  la décision  de  la  cour 

d’appel  de  Bourges  augmentait  l’indemnisation  des  anciens 

délégataires, dont les prétentions initiales s’établissaient à 3,7

 

M€



.  

 

6.3.2.  Le transfert de la gestion du parc des Grivelles à la commune de Sancoins 



 

A  la  suite  de  la  rupture  unilatérale  de  la  délégation  de  service  public,  le  syndicat  mixte 

a repris la gestion du parc en régie à compter de septembre 2009. Au cours des exercices 

suivants,  il  est  apparu que  la  gestion  directe  n’était  pas  satisfaisante.

  Alors  que  le  résultat  

de  clôture  du  syndicat  a  été  positif  de  2006  à  2010  inclus,  le  déficit  cumulé  de  l’exercice 

2011  a été  de  58  300 

,  dont  30 



000  €  liés  à  la  constitution  de  la  provision  pour  risque 

contentieux. Malgré une participation communale de 75 

000 € attribuée au titre de l’exercice 

2012, le résultat cumulé a également été déficitaire de 56 500 

 en 2012 (dont, à nouveau, 



30 0

00  €  liés  à  un  complément  de  dotation  en  provision).  Aussi  le

 SMPG  a-t-il  décidé  

de s’orienter vers une gestion externalisée. Le comité syndical a alors lancé une procédure 

de délégation de service public par affermage avec comme date limite de dépôt des  offres, 

le 24 juin 2011. 

 

Le  comité  syndical  du  SMPG  a  suivi  la  recommandation  des  services  préfectoraux  émise 



lors  d’une  réunion  du  16  juin  2011  associant  également  la  commune  de  Sancoins,  selon 

laquelle le syndicat devrait renoncer à la procédure de délégation de service alors engagée, 

au  motif  principal 

qu’


  « 

[…]  Il  s’est  avéré  que  la  SA  des  Grivelles,  candidate  potentielle 

 

à  l’attribution  de

  la  DSP,  comporte  parmi  ses  actionnaires  un  certain  nombre  de  délégués  

du  comité  syndical  du  SMPG,  dont  le  président  du  SMPG,  lequel  est  appelé  à  négocier 

les 

offres  susceptibles  d’être  déposées  dans  le  cadre  de  la  DSP.  Cette  situation  est 

 

de  nature  à  soulever  des  problèmes  juridiques  d’ordre  administratif

  (les  représentants  

du  pouvoir  adjudicateur  ne  pouvant  pas  à  la  fois  rédiger  le  règlement  de  la  consultation 

d’une

 

DSP et se porter candidat à l’attribution de

 

la DSP via l’actionnariat de certains d’entre 

eux dans une société), voire pénal (délit de prise illégale d’intérêt). […]

6

 »  

 

Par délibération du 22 juin 2011, le SMPG a renoncé à la procédure de délégation de service 



public  alors  en  cours.  Le  SMPG  ne  possédant  pas  toutes  les  compétences  et  moyens 

nécessaires  à  la  gestion  directe  du  marché  des  Grivelles,  différentes  alternatives  ont  été 

étudiées.  L’intervention  de  l’échelon  intercommunal  ayant  été  écartée,  la  reprise  de 

la gestion du parc des Grivelles par la commune de Sancoins a été finalement retenue.  

 

Par délibération  du  même  jour,  le  comité  syndical  du  SMPG  a  également  décidé  



de  demander  sa  dissolutio

n  à  l’autorité  préfectorale  ainsi  que,  dans  cette  attente, 

une modification de ses statuts afin de donner compétence à la commune de Sancoins pour 

décider du futur mode de gestion de l’équipement.

 

 

Les  personnes  morales  membres  du  syndicat  ont  donné  leur  accord  à  la  dissolution  



et  à la modification  statutaire  demandée.  Les  statuts  du  syndicat  mixte  ont  été  modifiés 

en conséquence, par un arrêté préfectoral du 1

er

 août  2011 (n° 2011-213-0001) ne laissant  



à  celui-

ci  qu’une 



« compétence  résiduelle  de  gestion  matérielle  du  fonctionnement 

                                                 



6 Relevé de conclusions établi par les services préfectoraux à la suite de la réunion du 16 juin 2011 relative à 

la gestion du parc des Grivelles 



24 

 

Rapport d’observations définitives –



 Gestion de la commune de Sancoins 

 10 février 2015 



Chambre régionale des comptes du Centre, Limousin

 

du marché » ;  cet  arrêté  précise  par  ailleurs,  que  « 



l’ensemble  des  autres  prérogatives 

juridiques  de  gestion  du  site  et  de  définition  du  futur  mode  de  gestion  sont  transférés  

à la commune de Sancoins » 

7

 



La  responsabilité 

du  lancement  d’une  nouvelle  procédure  de  DSP  relève  donc  de 

la commune. 

 

Les statuts ont été modifiés par un arrêté préfectoral du 19 septembre 2011. La commune de 



Sancoins  s’est  vu  immédiatement  confier  la  gestion  du  nouveau  marché  à  la  criée 

 

dont  le SMPG  ne  pouvait  assumer  la  gestion  (gestion  en  régie  incompatible  avec  la  mise 



en place  de  la  garantie  de  paiement  nécessaire  au  fonctionnement  du  marché  à  la  criée), 

étant  précisé  que  le  syndicat  restait  temporairement  compétent  pour  la  gestion  du  marché  

de gré à gré.  

 

Le nouveau système de commercialisation (marché à la criée) devant être opérationnel pour 



la  saison  d’automne  2011  (période  de  vente 

des  broutards),  la  commune  a  lancé 

une procédure de marché public pour  la gestion du marché à la criée pendant une période 

transitoire  de  cinq  mois.  La  durée  de  ce  marché  correspondait  au  temps  nécessaire 

à 

l’aboutissement  de  la  procédure  de  la  nouvelle  DSP  qui  venait  alors  juste  d’être  lancée 



en application  de  la  délibération  du  conseil  municipal  du  30 septembre  2011  portant  sur 

le principe de la délégation. 

 

En  pratique,  le  marché  de  mise  en  place  et  gestion  du  marché  à  la  criée  a  été  attribué  



à la SA des Grivelles par décision du maire n° 8/2011 du 4 novembre 2011 pour une durée 

de  cinq  mois.  Par  délibération  du  20  mars  2012,  le  conseil  municipal  a  décidé  du  



« 

[…]

 principe de prolonger la durée du marché de prestations de service relatif à la gestion 

du marché à la 

criée du parc des Grivelles jusqu’à la signature de la délégation de service 

public et son entrée en vigueur. » Cette dernière est intervenue le 14 mai 2012. 

 



Do'stlaringiz bilan baham:
1   2   3   4   5   6


Ma'lumotlar bazasi mualliflik huquqi bilan himoyalangan ©fayllar.org 2019
ma'muriyatiga murojaat qiling