Rapport d’observations définitives commune de Sancoins


  LA  DELEGATION  DE  SERVICE  PUBLIC  ATTRIBUEE  A  LA  SOCIETE


Download 0.81 Mb.
bet5/6
Sana14.08.2018
Hajmi0.81 Mb.
1   2   3   4   5   6

6.4. 

LA  DELEGATION  DE  SERVICE  PUBLIC  ATTRIBUEE  A  LA  SOCIETE 

ANONYME COOPERATIVE DES GRIVELLES 

6.4.1.  La procédure de délégation de la gestion du marché aux bestiaux 

 

*Sur les étapes de la procédure 

 

En  cou



rs  d’année  2011

,  la  commune  a  décidé  de  lancer  une  consultation  afin  de  confier 

la gestion 

du marché aux bestiaux dans le cadre d’une nouvelle délégation de service public. 

Dans  sa  séance  du  30  septembre  2011,  le  conseil  municipal  a  approuvé  le  principe 

d’

une gestion déléguée de cet équipement et autorisé le maire à lancer la consultation. 



 

La  procédure  de  publicité  de  la  DSP  devant  permettre  la  présentation  de  plusieurs  offres, 

a été  accomplie,  dans  des  conditions  conformes  aux  articles  L.  1411-1  et  R.  1411-1  

du CGCT.  

 

Une  seule  offre  a  été  déposée,  émanant 



de  l’exploitant  du  marché  à  la  criée, 

la société anonyme des Grivelles. 

Elle 



été 



examinée 

le 


22 

décembre 

2011  

par la commission prévue aux articles L. 1411-1 et L. 1411-5 du CGCT. 



 

Le  20  mars  2012, 

soit  après  le  délai  de  2  mois  imposé  par  l’article  L.  1411

-7  du  CGCT, 

le conseil  municipal  a  autorisé  le  maire  à  signer  la  convention  afférente 

à  l’affermage 

du marché aux bestiaux avec la SA des Grivelles. La convention a été signée le 14 mai 2012 

et a pris effet à compter de cette date. 

                                                 

7 Arrêté préfectoral du 1

er

 août 2011 portant modification des statuts du SMPG. 



25 

 

Rapport d’observations définitives –



 Gestion de la commune de Sancoins 

 10 février 2015 



Chambre régionale des comptes du Centre, Limousin

 

*Sur le choix du délégataire 

 

La décision d’attribuer la DSP à l’unique candidat en lice n’a pas été prise à l’unanimité des 



conseillers  municipaux  votants. 

L’examen  des  propositions,  avis  et  discussions  ayant 

précédé  le  choix  du  délégataire,  montre  que  la  commune  a  été  amenée  à  accepter 

un certain  risque. 

En  effet,  l’économie  générale  de  la  convention  de  délégation  telle 

qu’attribuée, implique un plus 

important effort financier de la commune que celui initialement 

envisagé. 

 

Alors  que  le  maire  estimait  dans  son  rapport 



élaboré  à  l’issue  des  négociations  avec 

la SA des Grivelles

, qu’une redevance fixe inférieure à 2

 

000 € mensuels ne permettrait pas 



à  la  commune  de  couvrir  intégralement  les  amortissements  et  le  service  de  la  dette  liés 

aux travaux  de  modernisation,  un  accord  est  intervenu  avec  la  SA  pour  fixer  le  montant  

de  ladite  redevance  à  1 

000  €  mensuel.  La  délibération  prévoyait  également  qu’il  serait 

proposé  au  délégataire  de  renégocier  la redevance fixe  au  31  décembre  2012.  Il  est  fait 

observer  que  l’assemblée  délibérante,  seule  compétente  pour  accepter  les  termes  de 

l’affermage, n’a pas décidé de demander à l’autorité habilitée de poursuivre les négociations

et ce malgré des propositions faites en ce sens par plusieurs conseillers (cf. PV de la séance 



du 20 mars 2012). 

 

L’absence  d’autre



s  candidats

,  la  dimension  symbolique  forte  de  l’équipement  dans 

l’économie  locale,  la  volonté  de  dynamiser  le  marché  aux  bestiaux  (reconnu  par  l’Etat 

comme nécessaire à la pérennisati

on d’une filière locale d’élevage) et l’impératif d’amortir les 

investissements conséquents de modernisation du marché, financés par des fonds publics, 

semblent  les  principaux  facteurs  ayant  conduit  la  commune  à  attribuer,  « par défaut »,  la 

DSP à la SA des Grivelles. 

 

Cette  analyse  est  corroborée  par  l’intervention  d’un  adjoint  au  maire,  lors  de  la  séance  du 



20 mars 2012, qui « 

… ne se réjouit pas forcément du résultat de la négociation mais pense 

qu’il  faut  laisser  sa  chance  à  la  SA  des  Grivelles  en  espérant  qu’elle  accepte  de  revoir 

la 

redevance en fin d’année. […]

 » 

 

La  commune  n’a  pas  pu  exercer  un  véritable  choix  du  délégataire.  Elle  n’a  reçu 



qu’une

 candidature.  Elle  a  dû  accepter  un  certain  risque  dans  la  mesure  où 

la SA des Grivelles  paraît  constituer  une  structure  fragile.  En  effet,  cette  société  anonyme 

coopérative à capital variable, n’était constituée que depuis moins de six mois au moment de 

sa  candidature  à  l’obtention  de  la  DSP  (l’immatriculation  au  RCS  est  intervenue 

le 15 juillet 2011).  Cette 

entreprise est  dotée  d’un  capital  social  de  73

  500 


  et  dispose  de 

sept salariés ; elle exploite ce seul établissement et a dégagé des résultats nets déficitaires 

depuis  sa  création :  -  58 

000  €

  en  2011,  et  -  150 



000  €

  en  2012.  Le  caractère  innovant  

de  la technique  de  vente  à  la  criée,  sur  laquelle  aucune 

appréciation  n’était  possible 

 

en  raison  de  sa  mise  en  œuvre  récente  au  moment  de  la  procédure  de  délégation, 



constituait aussi un 

élément d’incertitude pour la commune.

 

 

6.4.2.  Le  contenu  de  la  convention 



:  l’économie  du  contrat  et  les  dispositions 

juridiques 

 

La  convention  de  délégation  de  service  public  a  été  transmise  à  la  sous-préfecture  



de Saint-Amand-

Montrond le 15 mai 2012. Par courrier du 31 mai 2012, adressé à l’ordonnateur, 

le sous-préfet  a  formulé  plusieurs  observations  sur  le  contenu  de  cette  convention. 

Ces remarques  ont  trait  notamment  au  montant  des  redevances  versées  par  le  délégataire, 

à la durée de la délégation et à des  incertitudes quant au montant de  la redevance domaniale 

à acquitter  après  le  31  mars  2013  (art.  26  de  la  convention).  Sur  ce  dernier  point, 

une délibération  du  conseil  municipal  du  23  octobre  2014  serait  de  nature  à  répondre 

à la 


remarque de l’administration préfectorale.

 


26 

 

Rapport d’observations définitives –



 Gestion de la commune de Sancoins 

 10 février 2015 



Chambre régionale des comptes du Centre, Limousin

 

Les  dispositions  de  la convention  régissant  l’exploitation du marché  aux  bestiaux  appellent 



quelques observations. 

 

6.4.2.1.  Les principales clauses du contrat 

La délégation de service public conclue pour une durée de 12 ans est qualifiée d’affermage

 : 


la  commune  met  à  disposition  de  l’entreprise  les  installations  qu’elle

  a  réalisées  et 

financées 

;  l’exploitation  est  réa

lisée  aux  risques  et  périls  du  fermier  qui  est  rémunéré  par 

les 


usagers  du  marché.  En  contrepartie,  l’exploitant  verse

  à  la  collectivité  une  redevance 

d’occupation  des  installations  et  équipements  et,

  le  cas  échéant,  une  redevance  

pour  intéressement  aux  résultats  du  service ; 

il  supporte  les  charges  d’exploitation, 

notamment les impôts (hormis la taxe foncière). 

 

6.4.2.2.  Le  pouvoir  de  modification  des  tarifs  du  service  délégué  est 



irrégulièrement confié au délégataire 

Il  résulte  des  dispositions  de  l’article  L.  21

21-29  du  CGCT  qu'il  n'appartient  qu'au  conseil 

municipal d'établir le tarif d'un service public communal. Lorsqu'un service public communal 

a  fait  l'objet  d'une  délégation  de  service  public,  la  détermination  du  prix  du  service  ou 

du montant  de  la  redevance  ne  peut  être  laissée  à  la  discrétion  du  délégataire  (CAA Lyon, 

20 mai 1999, SA Comalait Industrie

, n° 95LY00975). En outre, l’article L. 1411

-2 du CGCT 

dispose que « 



la convention stipule les tarifs à la charge des usagers et précise l’incidence 

sur ces tarifs des paramètres ou indices qui déterminent leur évolution. » 

 

Par  ces  dispositions,  le  législateur  proscrit  ainsi  toute  clause  qui  aurait  pour  effet  de  conduire 



la 

collectivité  délégante  à  abandonner  la  détermination  et  l’évolution  des  tarifs  des  serv

ices 

publics délégués à la seule appréciation du délégataire. Les tarifs sont en effet un élément de 



l’organisation  et  du  fonctionnement  du  service  public,  dont  la  collectivité  publique,  autorité 

délégante,  doit  conserver  la  maîtrise.  Dans  le  cadre  de  son  activité  juridictionnelle,  le  juge 

administratif a été amené à sanctionner à plusieurs reprises, le non-respect de cette disposition 

légale  (CAA  Marseille,  29  mars  2005,  SAGIM,  n°  01MA01669 ;  CAA  Lyon,  20  mai  1999, 



SA Comalait Industrie, n° 95LY0075). 

 

En 



l’espèce,  l’article  25  de  la  convention  d’affermage  conclue  le  14  mai  2012  précise  que 

« Les  réactualisations  et  révisions  des tarifs  des  prestations  sont  laissées  à  la  convenance 



de  l’exploitant  en  fonction  de  l’évolution  des  activités

 ».  Aucune  référence 

n’est  faite  dans 

la 

convention à des paramètres ou des indices permettant d’encadrer les tarifs. Cette clause 



contractuelle  est  contraire  aux  dispositions  législatives  précitées 

en  ce  qu’elle  organise 

un transfert  du  pouvoir  de  modification  des  tarifs  -  sans  aucune  limitation  -  du  service  de 

l’autorité délégante au profit de l’entreprise délégataire. Interrogé sur ce point, l’ordonnateur 

en  fonction  au  moment  du  contrôle  n’a  pas  été  en  mesure  d’indiquer  les  motivations  de 

cet abandon  de  compétence.  Il  a  confirmé  par  ailleurs  que  « Les  tarifs  sont  fixés  par 



la SA des Grivelles et non le conseil municipal ». 

 

Cette  clause  illustre  un  déséquilibre  existant  dans  la  délégation  de  service  public. 



Elle 

confère  au  délégataire  une  très  grande  maîtrise  de  l’économie 

générale  du  contrat 

en 


excluant  l’intervention  de  l’autorité  délégante.  Les  clauses  par  lesquelles  sont  fixés 

les 


prix  de  vente  des  prestations  fournies  par  l’opérateur  revêtent  en  effet  une  importance 

particulière  puisque  ce  sont  elles  qui,  en  conditionnant  les  recettes,  vont  directement 

déterminer l’équilibre financier du contrat.

 

 



Au-delà  de  sa  nullité  juridique,  il  convient  de  relever  que  cette  clause  rend  possible 

des 


pratiques  tarifaires  susceptibles  de  porter  atteinte  à  l’égalité  des  usagers  devant 

le 


service  public  et  d’enfreindre  le  droit  de  la  concurrence.  La  chambre  prend  acte  de 

l’engagement  de  l’ordonnateur  d’établir  un  avenant  à  la  convention  d’affermage  pour 

restaurer  un  dispositif  de  tarification  du  service  public  délégué  conforme  à  la  législation. 


27 

 

Rapport d’observations définitives –



 Gestion de la commune de Sancoins 

 10 février 2015 



Chambre régionale des comptes du Centre, Limousin

 

Un tel  avenant  aurait  été  adopté  en  ce  sens  par  le  conseil  municipal  lors  de  sa  séance  



du 23 octobre 2014, sans toutefois que la chambre ait eu à connaître dudit document. 

 

6.4.2.3.  La durée de la DSP 

 

La durée du contrat est un élément majeur 



de l’équilibr

e des délégations de service public : 

e

lle  ne  peut  excéder  la  durée  normale  d’amortissement  des  installations  lorsque  celles



-ci 

sont à la charge du délégataire (article L. 1411-

2 du CGCT). En cas d’affermage, la durée de 

la DSP n’est pas corrélée par const

ruction à la durée des investissements mais elle résulte 

d’un  équilibre  global  entre différents  éléments,  tels  la durée  normale attendue pour  couvrir 

les  charges  d’exploitation,  compte  tenu  des  contraintes  d’exploitation  liées  à  la  nature 

du service  et  des  exigences  du  délégant  ainsi  que  de  la  précision  des  tarifs  payés  

par les usagers. 

 



l’inverse d’une concession, la gestion en affermage présente l’avantage pour le délégataire 

de  n’avoir  à  engager  qu’un  volume  limité  de  capitaux.  Le  financement  des  ouvr

ages 

nécessaires à l’exécution du service étant à la charge de la collectivité délégante, le fermier 



ne  doit  donc  avancer  que  le  seul  fonds  de  roulement.  Le  fermier  exploite  et  entretient 

l’ouvrage  à  ses  risques  et  périls.  En  raison  des  modalités  mêmes  de 

financement 

des 


équipements du service, la durée d’un contrat d’affermage est normalement plus courte 

que celle d’un contrat de concession.

 

 

En  l’espèce,  la  durée  de  DSP  du  parc  des  Grivelles  a  été  fixée  à  12  ans  (article  2 



 

de  la convention).  Eu  égard  aux 

dispositions  de  l’article  L.  1411

-2  du  CGCT  précité,  

cette durée semble excessive pour les raisons suivantes : 

 



la durée de la convention n’est pas lié

e à des équipements à réaliser par le délégataire, 

aucun  investissement  n’étant  mis  à  sa  charge.  Les 

travaux  de  modernisation  du  parc  des 

Grivelles  ont  été  réalisés  par  la  commune  et  financés  par  elle,  en  partie  grâce  à  des 

subventions  reçues.  Aux  termes  de  la  convention  d’affermage,  le  délégataire  assure 

exclusivement  l’entretien  courant  des  équipements 

mis  à  sa  disposition,  les  dépenses  

de  gros  entretien  et  les  travaux  de  réfection  totale,  d’agrandissement  ou  de  modification 

relevant  de  la  collectivité  délégante  (articles  17  à  23  de  la  convention)

.  S’il  a  été  objecté 

qu’une  durée  trop  courte  aurait  dissuadé  le  délégataire  d’entretenir 

raisonnablement  les 

équipements mis à sa disposition, il peut tout aussi être soutenu qu’une durée d’affermage 

excessive 

peut 


avoir 

pour 


effet 

de 


repousser 

les 


dépenses 

d’entretien 

 

pour accroître la rentabilité immédiate ; 



 

à  l’occasion  de  la  prise  de  gestion  du  service,  le  fermier  n’a  pas  eu  à  exposer  des 



dépenses  de  premier  établissement  (études,  réorganisation  interne…)

d’un  montant  tel 



qu’elles auraient nécessité un étalement sur une durée contractuelle longue. Si l’

association 

des utilisateurs du 

marché (dont la SA des Grivelles est l’émanation) a contribué activement 

à  la  définition  du projet  de  restructuration,  les  études  et  la  conception  des  équipements  

du marché à la criée ont bénéficié du soutien technique de l

a chambre d’agriculture puis des 

services  du  conseil  général  du  Cher.  La  réalisation  des  équipements  du  marché  à  la  criée 

fait  l’objet  d’une  maîtrise  d’ouvrage  communale.  Au  total,  le  fait  que  la  réorganisation 



 

du parc des Grivelles ait bénéficié d’un s

outien important de divers partenaires publics a été 

de  nature  à  minorer  les  dépenses  à engager  par  le  délégataire  pour  la  prise  de  gestion  

du service ; 

 



les  contraintes  d’expl

oitation  du  marché  aux  bestiaux,  telles  la  reprise  du  personnel  

du SMPG et l

’entretien courant d’un important ensemble immobilier

, ne sont pas davantage 

de nature à justifier, même pour une société récemment créée comme la SA des Grivelles, 

une durée  aussi  longue.  Ainsi,  si  la  reprise  des  six  salariés  du  SMPG  (masse  salariale  

de  138 


000  €

)  imposée  à  la  SA  par  la  législation  du  travail  (articles  L.  1224-1  et  suivants  



28 

 

Rapport d’observations définitives –



 Gestion de la commune de Sancoins 

 10 février 2015 



Chambre régionale des comptes du Centre, Limousin

 

du  code  du  travail), 



a  indiscutablement  pesé  sur  le  compte  d’exploitation  lors  de 

son 


démarrage,  il  n’en  demeure  pas  moins  que  ce  faisant,  elle  a  pu  ainsi  disposer 

d’

un personnel opérationnel apte à faire fonctionner immédiatement le marché aux bestiaux ;  



 

les prévisions financières établies par la SA des Grivelles ne confirment pas que l’équilibre 



financier  s’obtient  dans  la  durée.  D’une  part,  la  société  a  produit  à  l’appui  de  son

 dossier  

de  candidature  un  compte  d’exploitation  prévisionnel  qui  ne  couvrait  que  les

 trois  premiers 

exercices  de  l’affermage  (2012

-2014),  et  dans  lequel  il  était  indiqué  que  « dès  la  première 

année, le résultat est positif ». Si la sociét

é avait jugé que l’équilibre financier ne pouvait être 

atteint  qu’après  plusieurs  années  d’exploitation,  celle

-ci  aurait  présenté  un  budget 

prévisionnel sur une période plus longue affichant des résultats déficitaires pour les premiers 

exercices.  D’autre  p

art,  le  « business  plan »  2014-

2024  produit  par  la  société  à  l’appui  de 

sa réponse  du  31  juillet  2014,  et  établi  «  à  la  lumière  des  deux premiers  exercices 

comptables » fait apparaî

tre un résultat d’exploitation et un résultat courant positifs sur toute 

la période.  

 

- Enfin, l



’argument invoqué en réponse aux observations provisoires selon lequel la durée de 

la DSP aurait été un élément de la négociation ne résiste pas à la chronologie des faits, dès 

lors  que  la  durée  fixée  dans  l’appel  à  candidatures  était

  déjà  de  douze  années,  sans 

d’ailleurs que celle

-ci soit particulièrement justifiée à ce stade ; il sera par ailleurs ajouté que 

les  références  jurisprudentielles  citées  à  l’appui  de  cet  argument  ne  sont  pas  adaptées  à 

l’espèce, puisqu’elles portent sur des cas où le juge administratif a sanctionné l’insuffisance 

des  informations  du 

dossier  d’appel  public  à  candidatures,  et  plus  particulièrement 

l’imprécision  ou  l’ambigüité  sur  la  durée 

exacte  de  la  délégation  données  aux  entreprises 

candidates de la DSP.  

 

Ainsi,  outre  une  justification  économique  assez  limitée,  la  durée  de  12  ans  retenue  



pour  l’affermage  du  parc  des  Grivelles  restreint  les  possibilités  offertes  à  la  commune  de 

réexaminer à 

court et moyen termes, les modalités d’exploitation du service dél

égué.  


 

Le  contexte  économique  entourant  les marchés à  bestiaux  (part  réduite des  marchés  dans 

le 

négoce  du  bétail,  tous  modes  de  commercialisation  confondus,  et  la  reprise  de  l’activité 



par une société récemment constituée (la SA des Grivelles a été créée en 2011) plaidaient 

pour une durée contractuelle plus courte, au terme de laquelle le délégant pouvait apprécier 

les 

conditions  d’exécution  du  service  et  le  cas  échéant,  modifier  l’économie  générale 



 

de la DSP. 

 

6.4.2.4.  La  rédaction  insuffisamment  précise  du  règlement  de  service  quant 

au 

rôle  de  la  collectivité  délégante  dans  l’organisation  du  marché 

aux bestiaux 

 

L’article  L.  2224.19  du  CGCT  donne  expressément  compétence  au  seul  conseil  municipal 



pour autoriser les modifications du fonctionnement des marchés à bestiaux.  

 

Cette disposition s’applique aux marchés à bestiaux que leur gestion soit déléguée ou assurée 



en  régie.  Il  s’ensuit  que  toute  modification  du  règlement  intérieur  du  marché  à  bestiaux  de 

Sancoins doit être préalablement autorisée par une délibération du conseil municipal. 

 

L’examen du règlement de service du marché aux bestiaux (c’est



-à-dire le règlement intérieur) 

révèle  que  les  dispositions  de  l’article  L.  2224

-19  du  code  précité,  sont  insuffisamment  prises 

en compte 

: l’article 2 du règlement de

 service donne une compétence exclusive au délégataire 

en matière de modification des modes de commercialisation sur le marché en fonction des textes 

législatifs et réglementaires en vigueur : « Le marché des Grivelles (criée et gré à gré) est régi 



par la société anonyme coopérative des Grivelles (SA des Grivelles) et elle seule, est autorisée  

à prendre toutes dispositions permettant l’adaptation de la situation de vente à toutes législations 

29 

 

Rapport d’observations définitives –



 Gestion de la commune de Sancoins 

 10 février 2015 



Chambre régionale des comptes du Centre, Limousin

 

et  réglementations  en  vigueur. »  Bien  que  les  décisions  de  cette  nature  semblent  relever  des 

modifications  du  fonctionnement  évoquées  à  l’article  L.

 2224-


19  précité,  il  convient  d’observer 

que  le  règlement  exclut  ainsi  expressément  l’intervention  du  conseil  municipal.  Une  révision 

du règlement  intérieur  du  marché,  qui  modifierait  les  modalités  de  fonctionnement  de  celui-ci 

sans l’autorisation préalable du conseil municipal, serait irrégulière. 

 

 

Nonobstant  le  fait  que  le  règlement  de  service  ait  été  établi  sur  le  modèle  de  règlement 



intérieur annexé à l’accord interprof

essionnel  du  27  avril  2011 



relatif à l’accès aux usagers 

aux  marchés  aux  bestiaux,  le  conseil  municipal  est  seul  compétent  pour  fixer  les  règles 

générales d’organisation du marché aux bestiaux. Le règlement de service nécessiterait d’être 

modifié sur ce point. 

 

6.4.3.  Les modalités de contrôle du délégataire par la commune 



La circulaire du 7 août 1987

8

 

rappelle utilement la nécessité d’un contrôle du fonctionnement 



du service délégué par la collectivité délégante : 

 

« 



[…]  Bien  qu’ayant  délégué  à  une  entreprise  privée  la  gestion  d’un  service  public,

 

la collectivité  ne  peut  pas  se  désintéresser  du  fonctionnement  de  celui-ci.  Elle  demeure 

en effet, 

garante  de  sa  bonne  exécution  à  l’égard  des  usagers.

 

C’est  pourquoi  elle  doit 

exercer un certain contrôle sur les conditi

ons d’exploitation

 du service et disposer à cet effet 

d’un  minimum  d’information.  Cette  information  est  en  outre  indispensable  pour  permettre 

 

à  la 

collectivité,  au  moment  de  l’expiration

  des  contrats,  de  renégocier  ceux-ci  en  toute 

connaissance de cause. 

[…]

 » 

 

Différentes  évolutions  législatives  ont  instauré  un  certain  nombre  d’obligations  visant  à 



assurer l’information de la collectivité délégante, mais aussi celle des usagers

 du service et, 

d’une manière générale, de l’ensemble des administrés.

 

 



6.4.3.1. 

L’individualisation  budgétaire  et  comptable  de  l’exploitation  du  marché 

aux bestiaux 

La  nature  d’un  service  public  (SPA/SPIC)  emporte  des  conséquences  sur  l’obligation  de 

constituer  ou  non  un  budget  annexe  destiné  à  en  individualiser  la  gestion  budgétaire  et 

comptable.  En  application  des  articles  L.  2224-1  et  2224-2  du  CGCT, 

et  de  l’instruction 

budgétaire  et  comptable  M14,  la  gestion  des  SPIC  est  obligatoirement  retracée  au  sein 

d’un

 budget annexe. 



 

Les  foires  et  marchés,  régis  par  les  articles  L.  2224-18  à  L.  2224-29,  sont  classés  par 

le CGCT dans le chapitre « Services publics industriels et commerciaux ». 

 

La gestion budgétaire de ce service doit être individualisé dans un budget annexe tenu selon 



l’instruction  budgétaire  et  comptable  M4,  applicable  aux  services

  publics  industriels  et 

commerciaux.  Le  fermier  se  voyant  confier  la  seule  exploitation  du  service,  il  incombe  

à  la 


collectivité  d’isoler,  au  sein  d’un  budget  annexe,  les  dépenses  restant  à  sa  charge 

 

et qui sont relatives aux biens mis à la disposition du fermier.  



 

Ainsi,  le  budget  relatif  à  ce  service  affermé  doit  donc  retracer  les  opérations  patrimoniales 

(immobilisations,  subventions  d’équipement  reçues,  emprunts  contractés)

,  ainsi  que 

les opérations  financières  (intérêts  des  emprunts,  dotations  aux  amortissements, 

reversements  de  recettes,  redevance  d’affermage,  reprises  sur  subventions  transférables) 

effectuées avec le fermier. 

                                                 



8  Circulaire  du  7  août  1987  relative  à  la  gestion  par  les collectivités  locales  de  leurs  services  publics  locaux : 

champ  d’application  et  conditions  d’exercice  de  la  gestion  déléguée  de  ces  service

s  (NOR : INTB8700232C, 

JORF du 20/12/1987). 

30 

 

Rapport d’observations définitives –



 Gestion de la commune de Sancoins 

 10 février 2015 



Chambre régionale des comptes du Centre, Limousin

 

Si  elle  en  est  le  principal,  la  législation  n’est  pas  le  seul  argument  venant  plaider  pour 



la 

constitution  d’un  budget  annexe  pour  ce  service  affermé.  L’accomplissement  de 

cette 

formalité  permettra  de  mettre  en  évidence  l’engagement  financier  d’importance 



 

que représente cette délégation de service public, compte tenu de sa durée et de la nature 

du service.  

 

6.4.3.2.  Le rapport annuel du délégataire 

L’article  L.  1411

-3  du  CGCT  prévoit  que  le  délégataire  produit,  chaque  année  avant 

le 1

er

 



juin,  un  rapport  à  l’autorité  délégante.  Il  comporte  notamment  les  comptes  retraçant 

la 


totalité  des  opérations  afférentes  à  l’exécution  de  la  DSP  et  u

ne  analyse  de  la  qualité 

du 

service.  Ce  rapport  est  assorti  d’une  annexe  permettant  à  la  collectivité  délégante 



d’apprécier  les  conditions  d’exécution  du  service.  Les  états  comptables  à  produire 

se rapportent  au  dernier  exercice  clos  à  la  date  du  1

er

  juin.  Ce  rapport  doit  être  soumis  à 



l’assemblée délibérante de la collectivité délégante qui en prend acte. 

 

 



Bien que l’article 30 de la convention d’affermage mentionne cette obligation légale, celle

-ci 


n’a  pas  été  pleinement  respectée  en  l’espèce.  Les  rappor

ts  relatifs  aux  exercices  2012  

et  2013  ont  été  transmis  avec  retard  à  la  mi-juin/juillet  2014  à  la  commune  de  Sancoins, 

comme suite au contrôle de la chambre. 

 

L’examen  des  comptes  de  la  SA  des  Grivelles  montre  une  situation  financière  tendue 



(cf. infra). 

Dans  ce  contexte,  l’absence  de  production  dans  les  délais  impartis  du  rapport 

prévu  à  l’article  L.  1411

-3  du  code  précité,  ne  permet  pas  au  conseil  municipal 

d’appréhender  les  éventuels  risques  liés  à  ce  service  et  de  prendre  en  temps  utile 

les mesures co

rrectrices qu’il estimerait nécessaires.

 

 



6.4.3.3.  La commission de contrôle financier 

Les dispositions combinées des articles R. 2222-1 et R. 2222-3 du CGCT prévoient que, dans 

toute commune ayant plus de 76 224 € de recettes de fonctionnement, les comptes retraça

nt 


les opérations financières de toute entreprise liée à la commune par une convention financière 

comportant  des  règlements  de  comptes  périodiques  sont  obligatoirement  examinés  

par  une commission  de  contrôle  dont  la  composition  est  fixée  par  délibération  du  conseil 

municipal. Ces dispositions ont été introduites par le décret n° 77-241 du 7 mars 1977. 

 

La commune de Sancoins n’a pas mis en place cette commission de contrôle



 

dont l’existence 

est  pourtant  imposée  par  la  réglementation

.  L’ordonnateur  a  en  outre  précisé  qu’aucun 

contrôle n’avait été diligenté sur l’activité du délégataire.

 

 



Compte  tenu  des  enjeux  économiques  et  financiers  locaux  attachés  au  marché  à  bestiaux 

des 


Grivelles, la constitution de cette commission de contrôle que l’ordonnateur s’est 

engagée 


à créer  prochainement,  est  de  nature  à  contribuer  à  un  meilleur  suivi  de  ce  service  public  

par l’autorité délégante.

 

 

6.4.4. 



L’incidence financière de la DSP pour la commune

 

 



6.4.4.1.  Les prévisions financières initiales 

 

La  conclusion  d’une  convention  de  délégat



ion  de  service  public  entre  le  délégant,  garant 

du service public, et le délégataire, repose sur un équilibre économique protégeant les intérêts 

des  usagers  et  ceux  du  délégataire.  Les  usagers  ont  droit  aux  tarifs  les  plus  bas  compatibles 

avec  une  rentabil

ité  de  l’exploitation  conforme  aux  normes  de  la  profession.  C’est  pourquoi 

la 


collectivité  délégante  doit  être  en  mesure  d’estimer  la  rentabilité  de  la

 délégation  pour  fixer 

les 

tarifs du service, et d’évaluer les comptes prévisionnels des



 candidats.  

 


31 

 

Rapport d’observations définitives –



 Gestion de la commune de Sancoins 

 10 février 2015 



Chambre régionale des comptes du Centre, Limousin

 

L’exercice de cette appréciation par l’autorité délégante suppose que les budgets prévisionnels 



présentés par les candidats soient établis : 

 

- sur la durée totale de la délégation de service public, 



et sur le fondement d’hypothèses réalistes de progression

 

de l’activité déléguée. 



 

 

Le  compte  de  résultat  prévisionnel  annexé  à  la  convention  d’affermage  a  été  étudié 



 

afin de s’assurer que ces deux conditions étaient satisfaites. 

 

 

Le tableau suivant résume les principales données des projections d’activité et



 du compte de 

résultat prévisionnel proposées par la SA des Grivelles : 

 

Effectifs 

2012 

2013 

2014 

Ev 2014/12 

Bovins maigres et broutards 

14 000 

16 000 


17 500 

25,00 % 


Veaux 

2 400 


2 520 

2 650 


10,42 % 

Bovins gras 

13 200 

14 000 


14 000 

6,06 % 


Ovins 

40 000 


42 000 

44 100 


10,25 % 

Total 

69 600 

74 520 

78 250 

12,43 % 

Ev N/N-1 

 

+7,07 % 

+5,01 % 

 

Compte de résultat 

2012 

2013 

2014 

Ev 2014/12 

Produits  



520 

800 €

 

571 

040 €

 

600 

992 €

 

+15,40 % 



Dont produits des ventes 

520 

800 €

 

571 

040 €

 

600 

992 €

 

+15,40 % 

Charges 


517 

960 €

 

566 

854 €

 

593 

699 €

 

+14,62 % 



Résultat 



840 €

 



186 €

 



293 €

 

 

Source 

: budget prévisionnel annexé à la convention d’affermage.

 

 

Ces prévisions appellent les deux remarques suivantes : 



 

Le  budget  prévisionnel  de  l’entreprise  ne  couvre  que  la  ph



ase  de  démarrage  

de la délégation. Le compte de résultat ne comporte que les trois premiers exercices (2012  

à 2014) des douze années de la délégation. La demande faite par 

la commission d’ouverture 

des plis (p. 7 du procès-verbal de la réunion du 22 déce

mbre 2011) d’un compte de résultat 

prévisionnel couvrant la durée totale de la délégation n’a jamais été satisfaite.

 

 

S’agissant  des  hypothèses  de  progression  de  l’activité



 :  après  une  décennie  de  recul 

des  apports  sur  le  marché,  la  SA  des  Grivelles  anticipe  une  forte  progression  de  ceux-ci : 

+ 7,07 %  en  2013,  puis  +  5,01 

%  en  2014, toutes  catégories d’animaux confondues, 



grâce 

notamment  au  changement  du  mode  de  commercialisation  (introduction  de  la  vente  

à  la 

criée, garantie des paiements…)

.  Dans  son  compte  de résultat  prévisionnel,  la  société 

candidate apporte des précisions : « 

[…] Les produits de la SA des Grivelles correspondent 

aux frais de marché. La société mise au vu des études dont elle dispose sur une prévision 

d’augmentation  d’activité  de  5

 %  par  an  sur  les  3  premières  années,  et  ce  dans  toutes 

les catégories. » 

Le  résultat  d’exploitation  est  prévu  comme  légèrement  excédentaire 

 

dès la première année. 



 

L’exécution du budget 2012 montre que le niveau d’activité de cet exercice a été surestimé.

 

 

Au  total,  lors  de  la  réunion  du  20  mars  2012,  les  membres  du  conseil  n’ont  disposé  que 



d’un

 budget  prévisionnel  lacunaire,  pour  se  prononcer  sur  le  choix  du  délégataire. 

La circonstance  que  le  compte  de  résultat  prévisionnel  ne  couvre  que  la  phase  de 

démar


rage et pas l’intégralité de la durée de  vie du contrat, n’a pas été en effet de nature 

à 

permettre  à  la  collectivité  délégante  d’apprécier  l’équilibre  financier  de  la  convention 



 

sur  toute  sa  durée.  L’importance  des  investissements  de  modernisation  réalis

és,  ainsi  que 

l’obligation d’auto

-équilibre financier du service (SPIC) renforcent cette exigence. 

 

 



 

32 

 

Rapport d’observations définitives –



 Gestion de la commune de Sancoins 

 10 février 2015 



Chambre régionale des comptes du Centre, Limousin

 

6.4.4.2. 



Les résultats de l’exploitation du service

 

Le tableau ci-après établi à partir des rapports du délégataire et des comptes du délégataire 

produits  à  la  chambre 

donne  une  vue  d’ensemble  de  l’activité  du  marché  aux  bestiaux 

 

en termes d’apports et de volumes financiers des transactions, étant précisé que la SA des 



Grivelles tire principalement ses ressources des commissions prélevées sur les transactions. 

 

  



 

Apports sur le marché 

Chiffre d'affaires du marché 

 

Chiffre d'affaires SA 

Catégorie 

2012 

2013 

Evolution 

2012 

2013 

2012 

2013 

Evolution 

Criée Bovins 

14 850 

16 349 


10,1 % 

 

13 779 000 



225 947 

305 862 


35,4 % 

Criée Ovins 

17 414 

35 718 


105,1 % 

 

2 986 000 



14 392 

67 017 


365,7 % 

Gré à Gré 

 

7 283 


 

 

2 265 000 



35 426 

39 975 


12,8 % 

Prestations 

 

 

 



 

 

7 825 



14 636 

87,1 % 


Total 

43 750* 

59 500* 

36,0 %* 

 

19 030 000 

283 590 

427 490 

50,7 % 

Sources : rapports du délégataire 2012 et 2013. 

 

Les  données  connues  d’activité  mon



trent  une  progression  très  significative  des  apports  à 

la criée  (+  105,1 %  pour  les  ovins,  +  10,1 %  pour  les  bovins), 

et corroborent l’analyse faite 

par  le  délégataire  d’un  regain  d’attractivité  du 

parc  des  Grivelles.  Le  tableau  ci-après 

présente  de  façon  synthétique  les  comptes  du  délégataire  pour  les exercices  2011  à  2013 

(marché de prestation puis DSP) :  

 

Compte de résultat 



2011 (6 mois) 

2012 (12 mois) 

2013 (12 mois) 

Recettes 

16 

678,85 €


 

310 704,30 €

 

550 


201 €

 

Chiffres d’affaires



 

16 

649,80 €

 

283 589,9

0 €

 

427 

490 €

 

Dépenses 

74 

668,13 €


 

460 


951,18 €

 

544 



606 €

 

Salaires 



14 

964,21 €


 

134 


904,02 €

 

156 



680 €

 

Résultat 



-57 

989,28 €

 

-150 

246,88 €

 



594,31 €

 

Capital social 

31 

800,00 €

 

73 

500,00 €

 

134 

200 €

 

Capitaux propres 

-26 

189,28 €

 

-134 

736,16 €

 

-59 754,5

9 €

 

Emprunts 

néant 

40 

892,23 €

 

89 

450 €

 

Découverts bancaires 

107,50 €

 

30 

708,45 €

 

313 

162 €

 

Disponibilités 

16 

893,37 €

 

398,70 €

 

323,68 €

 

Source : comptes de la SA des Grivelles. 

 

L’exercice  2011  révèle  des  performances  économiques  limitées  (déficit  de 



58 

000  €). 

En raison  des  pertes  ainsi  subies,  les  capitaux  propres  sont  devenus  inférieurs  à  la  moitié 

du 


capital social au bout de six mois d’existence. Conformément à la possibilité offerte par 

l’article  L.  225

-

248  du  code  de  commerce,  l’assemblée  généra



le  des  actionnaires,  

réunie  le  1

er

 

juin  2012,  a  décidé  d’une  part,  de  ne  pas  dissoudre  la  société  anonyme 



nonobstant  le 

résultat  déficitaire  2011  et  d’autre  part,  de  poursuivre  l’activité 

 

dans la perspective de l’exploitation de la délégation de service 



public. 

 

La  SA  des  Grivelles  n’est  pas  davantage  parvenue  à  équilibrer  ses  comptes  au  terme  de 



l’exercice  2012.  Le  résultat  est  lourdement  déficitaire  de  150  000  €

  alors  que  le  compte 

prévisionnel  anticipait  un  résultat  légèrement  bénéficiaire  dès  la  première  année 

d’exploitation du marché aux bestiaux. 

 

 

La SA des Grivelles a dégagé 



un résultat d’exploitation légèrement positif

 en 2013, corrélé à 

la progression de 51,5 

% du chiffre d’affaires. Elle a indiqué qu’après des restructurations en 

2013, elle a engagé en 2014 de nouvelles actions pour développer son 

chiffre d’affaires.

 

 

La  situation  financière  de  ladite  société 



telle  qu’elle  apparaît  fin  2013 

mérite  malgré  tout 

une attention particulière  de la commune compte tenu des risques financiers  résultant  pour 

elle  de  ses  obligations  contractuelles,  dès  lors  que  les  pertes  cumulées  de  la  société 

s’établissent  à  203  milliers  d'euros  après  affectation  du  résultat  2

013  et  que  les  capitaux 

propres  sont  de  nouveau  devenus  inférieurs  à  la  moitié  du  capital  social,  nécessitant 

une recapitalisation de la 

société délégataire afin d’assurer la poursuite de l’activité.

 


33 

 

Rapport d’observations définitives –



 Gestion de la commune de Sancoins 

 10 février 2015 



Chambre régionale des comptes du Centre, Limousin

 

6.4.4.3. 



La perspective de nouveaux coûts d’investissement pour l

a commune 

Il  est  rappelé  qu’en  l’absence  du  budget  annexe  requis  par  la  législation, 

la gestion 

budgétaire de  l’affermage du marché à bestiaux  est  intégrée au  budget  principal 

de la collectivité examinée. 

 

Néanmoins,  les  données  financières  (opérations  patrimoniales  et  opérations  financières 



effectuées  avec  le  fermier)  transmises  par  l’ordonnateur  en  cours  d’instruction  ont  permis 

d’élaborer le tableau ci

-

après qui expose le budget annexe tel qu’il se présenterait.



 

 

Exploitation et investissement du Parc des Grivelles 



 

Section d’exploitation (SE)

 

Dépenses 

 

Recettes 

Nature 

Montant 

2012 

Montant 

2013 

Nature 

Montant 

2012 

Montant 

2013 

Intérêts des emprunts 

13 505 

12 571 


Redevance  d’occupation  du  domaine 

public 


14 933 

12 000 


Amortissement des 

immobilisations 

71 003 

71 087 


Participation  au  résultat  d’exploitation 

(20 %) 


 

 

Reprises sur subventions transférables 



38 232 

38 232  


 

 

 



 

 

 



TOTAL SE 

84 508 

83 658 

TOTAL SE 

53 165 

60 232 

 

 

 

Résultat SE 

-  31 343 

- 23 426 

Section d’investissement (

SI) 

Dépenses 

 

Recettes 

Nature 

Montant 

2012 

Montant 

2013 

Nature 

Montant 

2012 

Montant 

2013 

Remboursement capital dette 

19 688 

20 622 


Autofinancement 

 

 



Reprises 

sur 


subventions 

transférables 

38 232 

38 232 


Subventions reçues 

8 290 


15 083 

Dépenses d’équipement

 

30 450 


Dotations reçues 

 

 

 



 

 

Emprunts 



 

 

 



 

 

Amortissements des immobilisations 



71 003 

71 087 


 

 

 



 

 

 



TOTAL SI 

88 370 

58 854 

TOTAL SI 

79 293 

86 170 

 

 

 

Résultat SI 

 - 9 077 

+ 27 316 

TOTAL GENERAL (SE+SI) 

172 878 

142 512 

TOTAL GENERAL (SE+SI) 

132 458 

146 402 

RESULTAT GENERAL 

 

 

 

- 40 420 

+ 3 890 

Source 


: réponse de l’ordonnateur datée du 22 octobre 2013 au questionnaire du 17 octobre 2013.

 

 



Selon  les  informations  transmises,  les  produits  d’exploitation  se  composeraient  en  2013 

 

de la redevance d’occupation du domaine pu



blic, 

qui s’établirait à 12

 

000 €


, et des reprises 

sur  subventions  transférables  (38 

000  €

).  Ces  recettes  ne  permettraient  pas  de  couvrir 



les 

dépenses  d’exploitation  du  service

 :  les  intérêts  des  emprunts  (13 

000  €


)  et  la  dotation 

aux amortissements des immobilisations (71 

000 €

).  


 

Les  performances  économiques  dégradées  du  délégataire  en  2012  n’ont  pas  permis 

 

à  la 


collectivité  de  bénéficier  de  la  participation  au  résultat  d’exploitation  prévue  par 

la convention  de  DSP  (art. 26.2 :  cette  participation  représente  20 %  du  résultat  

avant impôts). Dans ces conditions, l’équilibre financier du service imposé par la législation 

(art. L. 2224-1  du  CGCT)  ne  paraît  pas  assuré 

:  le  résultat  de  la  section  d’exploitation 

 

est déficitaire en 2012 (- 31 



000 €

) ; il serait également négatif en 2013 (- 23 

000 €

).  


 

Par  ailleurs,  deux  éléments  conduisent  à  penser  que  l’équilibre  financier  du  service 

 

sera vraisemblablement difficile à assurer au cours des exercices à venir : 



 

-  les  équipements  informatiques  liés  à  la  mise  en  place  du  marché  à  la  criée  (194 

000  €



seraient à amortir à compter de 2014 ; ils viendraient accroître 



les charges d’amortissement et, 

à un niveau de recettes constant, augmenter le déficit existant ; 



34 

 

Rapport d’observations définitives –



 Gestion de la commune de Sancoins 

 10 février 2015 



Chambre régionale des comptes du Centre, Limousin

 

 



 

de  nouvelles  opérations  d’investissement  sont  d’ores  et  déjà  prévues 



ou  en  cours  pour 

la poursuite de la modernisation du marché. Ainsi, « 

[…] dans le cadre du PER élevage (décret 

de  labellisation  du  29  décembre  2010),  la  commune  de  Sancoins,  qui  est  propriétaire 

des bâtiments du parc des Grivelles, a 

prévu d’être maître d’ouvrage pour deux opérations

 :  

 

 



-   

l’organisation du marché de gré à gré des ovins et des bovins et des animaux gras

,  

et  l’amélioration  des  transferts  d’animaux  au  marché  des  Grivelles  de  Sancoins  (total 



des investissements : 295 952 

€)

 ; 



 

l’aménagement  des  installations  pour  répondre  à  une  meilleure  qualité 



environnementale au marché des Grivelles de Sancoins (total des investissements : 260 000 

€). 


[…]

 »

9



  La  part  principale  de  cette  seconde  opération  (mise  en  conformité  des  installations 

électriques du parc) a été engagée au cours du second semestre 2014. 

 

Le plan de financement de la première opération n’était pas connu au moment



 du contrôle. 

 

S’agissant  de  la  seconde  opération  (aménagement  des  installations  pour  répondre  à 



une meilleure  qualité  environnementale),  le  plan  de  financement  prévisionnel  suivant  

a été adopté par le conseil municipal lors de sa réunion du 20 décembre 2012 : 

 

 

 



Source : DCM n°114/2012 du 20 décembre 2012. 

 

 



En  tout  état  de  cause,  la  réalisation  de  ces  investissements  représente  un  engagement 

budgétaire d’importance pour la commune de Sancoins à deux titres

 : 

 

-  la  commune  apporterait  20 



%  du  financement  total  de  l’opération  (210

 

000  €



 HT),  

sous  la 

forme  d’autofinancement  (42

 

000  €



).  Compte  tenu  de  la  difficulté  pour  la  commune  

de  dégager  un  autofinancement  net,  le  recours  à  l’emprunt  ne

 paraît  toutefois  pas  à  exclure  

pour  financer  ces  dépenses  d’équipement.  L’annuité  résultant  de  ces  nouveaux  emprunts 

générerait de nouvelles charges difficiles à couvrir ; 

 



l’amortissement des immobilisations ainsi réalisées viendra alourdir un peu plus les charges 

d’amortissement.

 

                                                 



9 

Courrier d’observations du 

préfet du Cher adressé au SMPG, daté du 1

er

 avril 2011.



 

35 

 

Rapport d’observations définitives –



 Gestion de la commune de Sancoins 

 10 février 2015 



Chambre régionale des comptes du Centre, Limousin

 

 



 

6.5. 

LES  PERSPECTIVES  D’E

VOLUTION  DE  LA  DELEGATION  DE 

SERVICE PUBLIC 

 

L’évolution générale du contexte, l’activité inférieure aux prévisio



ns, les résultats comptables 

très  éloignés  des  prévisions  initiales,  la  longue  durée  de  la  convention  (12  ans)  

et  la 

présence  de  clauses  irrégulières  (notamment  s’agissant  du  pouvoir  de  modification 



 

des tarifs du service) plaident pour un réexamen de la convention de délégation de service 

public liant la commune à la SA des Grivelles. 

 

En  outre,  les  difficultés  financières  du  délégataire  étant  susceptibles  d’entraver  l’exécution 



du service  délégué,  il  convient  que  la  commune  instaure  rapidement  la  commission  

de  contrôle  financier  afin  qu’elle  exerce  une  surveillance  attentive  des  conditions 

d’exploitation et des comptes du délégataire.

 

 



Enfin,  la  commune  doit  exercer  pleinement  les  responsabilités  qui  sont  les  siennes  dans 

l’organisation  de  ce

 service pub

lic  en  usant  de  l’ensemble  de  ses  droits  de  contrôle 

du 

service public du marché aux bestiaux, afin d’en obtenir une exploitation optimale.



 

 

 



 

36 

 

Rapport d’observations définitives –



 Gestion de la commune de Sancoins 

 10 février 2015 



Chambre régionale des comptes du Centre, Limousin

 

 



TABLE DES ANNEXES 

 

ANNEXE 1 : PROCEDURE ..................................................................................................37

 

ANNEXE 2 : SITUATION FINANCIERE RETROSPECTIVE ................................................38

 

 



 

 

 



37 

 

Rapport d’observations définitives –



 Gestion de la commune de Sancoins 

 10 février 2015 



Chambre régionale des comptes du Centre, Limousin

 

 



A

NNEXE 

1

 

:

 

P

ROCEDURE

 

 

Le tableau ci-dessous retrace les différentes étapes de la procé



dure telles qu’elles ont été 

définies par le code des juridictions financières (articles L. 243-1 à L. 243-6) : 

 

Objet 

Date(s) 

Destinataire(s) 

Date(s) de réception de 

la (des) réponse(s) 

éventuelle(s) 

Les lettres 

d’ouverture de contrôle ont

 

été envoyées le : 



 

21/12/2011 

08/11/2013 

08/11/2013 

 

M. Raymond Jourdain, ancien maire  



M. Jean-Claude Perrot, ancien maire  

M. Pierre Guiblin, maire en fonction 

 

Les entretiens préalables ont eu lieu le : 



 

27/11/2013 

12/02/2014 

12/02/2014 

 

 

M. Pierre Guiblin 



M. Raymond Jourdain 

M. Jean-Claude Perrot 

 

 

La chambre a délibéré le : 



7 mai 2014 

 

 



Le rapport d’observations provisoires 

(ROP) a été notifié le : 

5 juin 2014 

 

M. Pierre Guiblin 



M. Raymond Jourdain 

 

 



06/08/2014 

06/08/2014 

 

Des extraits du ROP ont été 



adressés le : 

5 juin 2014 

M. Boubal, président de la SA des Grivelles 

M. Maguet, président du syndicat mixte du parc des 

Grivelles 

M. Bernard, président du syndicat mixte du parc des 

Grivelles 

 

04/08/2014 



 

Pas de réponse 

 

Pas de réponse 



 

La chambre a délibéré le : 

10/02/2015 

 

 



Le rapport d’observations définitives 

(ROD 1) a été notifié le : 

 

 

 



 

 


38 

 

Rapport d’observations définitives –



 Gestion de la commune de Sancoins 

 10 février 2015 



Chambre régionale des comptes du Centre, Limousin

 

 



A

NNEXE 

2

 

:

 

SITUATION

 

FINANCIERE

 

RETROSPECTIVE 

 

1.1 



La formation de l’autofinancement

 

 

1.1.1  Les produits 

 

Globalement,  les  recettes  réelles  de  fonctionnement  ont  progressé  de  431 



000  €

,  soit 


+ 18,94 

%.  Cette  croissance  des  produits  s’explique  essentiellement  par  la

 progression 

enregistrée sur les contributions directes (+ 553 

000 €

, + 64,68 %). 



 

Recettes réelles SF (en milliers d’euros)

 

2006 

2007 

2008 

2009 

2010 

2011 

2012 

Structure 

Evolution 

2012/2006 

Impôts et taxes 

dont -contributions directes 

        - attribution de compensation 

        - dotation de solidarité commun. 

        - taxe add. aux droits de mutations 

898 

855 


néant 

néant 


42 

878 

878 


néant 

néant 


néant 

1 116 

1 061 


néant 

néant 


55 

1 122 

1 076 


néant 

néant 


46 

1 116 

1 087 


néant 

néant 


29 

1 255 

1 219 


néant 

néant 


36 

1 466 

1 408 


néant 

néant 


44 

54,16 % 

52,01 % 


So 

So 


1,63 % 

63,25 % 

64,68 % 


So 

So 


4,76 % 

Dotations et participations 

dont - DGF 

  - 

compensations de fiscalité 



985 

884 


80 

1 104 

967 


84 

1 097 

942 


80 

965 

862 


71 

958 

856 


76 

999 

844 


103 

1 028 

893 


99 

37,98 % 

32,99 % 


3,66 % 

4,37 % 

1,02 % 


23,75 % 

Autres produits 

        - loyers 

       - redevances des fermiers 

393 

98 


23 

403 

73 


24 

231 

36 


24 

271 

53 


25 

309 

56 


26 

279 

52 


26 

213 

59 


33 

7,86 % 


2,18 % 

0,96 % 


-45,80 % 

-39,80 % 

13,04 % 

Total 

2 276 

2 385 

2 444 

2 358 

2 383 

2 533 

2 707 

100,00 % 

+18,94 % 

Source : comptes de gestion 2006-2012. 

 

Le budget communal est alimenté essentiellement par la fiscalité dont le produit atteint 1,466 



M€ 

en  2012,  soit  54,16 %  des  ressources  de  fonctionnement.  Les  dotations  et  compensations 

versées notamment par l’Etat constituent la 

deuxième ressource (37,98 %) de la commune avec 

un 

volume de plus d’un million d’euros en 2012. Enfin, le



s  autres  produits  (loyers,  redevances 

des 


fermiers…) 

procurent 

des 

recettes 



conséquentes 

avec 


213 

000 


€ 

 

en 2012, soit 7,86 % des ressources de fonctionnement. 



 

Les contributions directes 

Premier  poste  des  ressources  communales,  les  contributions  directes  représentent  52  %  

des  recettes  réelles  de  fonctionnement  en  2012.  La  commune  appartenant  à  un 

établissement  public  de  coopération  intercommunale  (EPCI)  à  fiscalité  professionnelle  de 

zone, elle dispose de recettes fiscales mixtes prélevées sur les ménages et les entreprises. 

En 2011,  la  suppression  de  la  taxe  professionnelle  (TP)  a  substitué  à  cet  impôt  perçu  par 

la commune,  plusieurs  autres  taxes  directes  locales  économiques  (principalement  CFE, 

CVAE,  IFER,  TASCOM).  En  2012,  ce  panier  de  ressources  a  généré  un  produit  fiscal  de 

1,4 


M€ selon le détail suivant

 : 


 

Répartition du produit fiscal 2012 

M€

 




Do'stlaringiz bilan baham:
1   2   3   4   5   6


Ma'lumotlar bazasi mualliflik huquqi bilan himoyalangan ©fayllar.org 2019
ma'muriyatiga murojaat qiling