Rapport d’observations définitives commune de Sancoins


Download 0.81 Mb.
bet6/6
Sana14.08.2018
Hajmi0.81 Mb.
1   2   3   4   5   6
Part du 

produit fiscal 

Impôts acquittés par les entreprises (A) 

0,23 

16,43 % 

Dt Cotisation foncière des entreprises (CFE) 

0,10 

7,14 % 


Dt Contribution sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) 

0,07 


5,00 % 

Dt Imposition forfaitaire sur les entreprises de réseau (IFER) 

0,01 

0,72 % 


Dt Taxe sur les surfaces commerciales (TASCOM) 

0,05 


3,57 % 

Impôts acquittés par les ménages (B) 

1,17 

83,57 % 

Dt Taxe d’habitati

on (TH) 

0,65 


46,43 % 

Dt Taxe sur le foncier bâti (TFB) 

0,45 

32,14 % 


Dt Taxe sur le foncier non bâti (TFNB) 

0,07 


5,00 % 

Total c/7311 « Contributions directes » (A+B) 

1,4 

100,00 % 

39 

 

Rapport d’observations définitives –



 Gestion de la commune de Sancoins 

 10 février 2015 



Chambre régionale des comptes du Centre, Limousin

 

Source : fiche analyse des équilibres financiers fondamentaux SANCOINS 2012, mail du comptable du 19/09/13. 



 

Les  ressources  fiscales  de  la  commune  de  Sancoins  reposent  majoritairement  

sur les ménages : avec 1,17 

M€

 ; la part des impôts ménages dans le produit fiscal 



s’élève à

 

83,57 %,  la part  des  impôts  pesant  sur  les  entreprises  est  de  16,43 %.  Nonobstant 



le relèvement de son taux en 2012 (16,62 % en 2011), le taux de la cotisation foncière des 

entreprises reste inférieur au taux moyen de la strate (18,61 % contre 19,37 %). 

 

Compte tenu  de  la  part réduite  des  impôts  perçus  sur  les  entreprises  dans  le  produit fiscal 



communal,  l’analyse  des  marges  de  manœuvre  fiscales  se  concentrera  sur

  les  impôts 

prélevés sur les ménages. 

 

La  croissance  des  impôts  ménages  sur  l’ensemble  de  la  période  est  de  86,65



 %. 

Cette progression résulte principalement : 

 



des  trois  relèvements  successifs  des  taux  d’imposition  votés  en  2008,  2011  et  2012 



avec  respectivement  +  11,44  points  sur  le  taux  de  taxe  d’habitation  (TH),  +  4,41  points 

 

sur  la taxe  sur  le  foncier  bâti  (TFB)  et  +  10,75 points  sur  la  taxe  sur  le  foncier  non  bâti 



(TFNB) ; 

de  l’évolution  favorable  des  bases  fiscales  avec  +  21,18



 %  sur  la  période  2006-2012 

pour la TH, principal vecteur de ressources. 

 

Bases  

(en milliers 

d’euros)

 

Bases 

2006 

Produits 

2006 

Bases 

2012 

Produits 

2012 

Evolution. des 

bases 

Evolution des. 

produits 

TH 


2 271 

279 


2 752 

651 


21,18 % 

133,33 % 

TFB 

2 115 


305 

2 421 


453 

14,47 % 


48,52 % 

TNFB 


155 

45 


177 

70 


14,56 % 

55,56 % 


Total 

4 541 

629 

5 350 

1 174 

17,83 % 

86,65 % 

Source : fiches AE2F 2006-2012. 

 

Comparé  à  la  strate  d’appa



rtenance  (communes  de  2 000  à  3 500  habitants),  le  produit 

global  par  habitant  est  inférieur  à  Sancoins :  390 

€  contre  455

 

€  en  2012  en  raison 



notamment  de  la  faiblesse  des  bases  d’imposition.  Malgré  leur  évolution  favorable, 

 

décrite  ci-



dessus,  les  bases  d’imposition  sont  inférieures  à  la  moyenne  de  la

  strate 

(822 

€/hab.  pour  les  bases  de  TH  contre  1



 069 

€/hab.  en  moyenne  de

  la  strate  et 

respectivement 723 

€/hab. et 943

 

€/hab. pour les bases de TFB). 



 

 

Taux 



Taxe d'Habitation 

Taxe sur le Foncier Bâti 

Taxe sur le Foncier Non Bâti 

 

Commune 

Strate 

Ecart 

Commune 

Strate 

Ecart 

Commune 

Strate 

Ecart 

2006 


12,20 

10,61 


1,59 

14,31 


16,20 

-1,89 


28,92 

44,20 


-15,28 

2007 


12,20 

10,50 


1,70 

14,31 


15,94 

-1,63 


28,92 

43,60 


-14,68 

2008 


14,25 

10,56 


3,69 

16,71 


16,10 

0,61 


33,78 

43,92 


-10,14 

2009 


14,25 

10,20 


4,05 

16,71 


14,91 

1,80 


33,78 

40,86 


-7,08 

2010 


14,25 

10,29 


3,96 

16,71 


15,11 

1,60 


33,78 

41,26 


-7,48 

2011 


21,11 

17,22 


3,89 

16,71 


15,13 

1,58 


35,42 

42,96 


-7,54 

2012 


23,64 

17,27 


6,37 

18,72 


15,43 

3,29 


39,67 

43,47 


-3,80 

2013 


23,64 

 

 



18,72 

 

 



39,67 

 

 



Source : fiches AE2F 2006-2012

, réponse de l’ordonnateur (taux 2013).

 

 

Les relèvements successifs des taux d’imposition ont eu pour effet de faire progresser très 



significativement  le  produit  des  contributions  directes  (+  64,68 %  entre  2006  et  2012). 

De ce 


fait,  l’écart  défavorable  de 

ressources  entre  la  commune  et  la  strate  de  référence  

s’est notablement réduit

 : de 41,08 % en 2006, 

il n’était plus que de 18,43

 % en 2012. 

 

Les taux d’imposition des principaux vecteurs de recette



s que sont la TH et la TFB dépassent 

aujourd’hui  sensible

ment  les  taux  moyens  de  la  strate  (respectivement  +  6,37  points  

pour le taux de TH et + 3,29 points pour le taux de TFB). 

 


40 

 

Rapport d’observations définitives –



 Gestion de la commune de Sancoins 

 10 février 2015 



Chambre régionale des comptes du Centre, Limousin

 

 



L’effort  fiscal  est  le  résultat  du  rapport  entre  le  produit  des  impôts  sur  les  ménages 

 

et le potentiel fiscal correspondant aux trois impôts locaux appliqués aux ménages. Ce ratio 



qui  est  le  résultat  de  la  comparaison  entre  le  produit  effectif  des  impôts  sur  les ménages  

et  le produit  théorique  (potentiel  fiscal)  que  percevrait  la  commune  si  elle appliquait  

pour  chaque  impôt  les  taux  moyens  nationaux, 

est  en  l’espèce

,  de  1,44

10

.  Il est  supérieur 

d’environ  41

 %  au  ratio  de  comparaison  calculé  avec  les  taux  moyens  de  la catégorie 

démographique  au  plan  national  (1,02),  ce  qui  dénote  une  pression  fiscale  plus  forte  que 

la moyenne. 

 

Les  ma


rges  de  manœuvre  de  la  commune  en  matière  de  fiscalité  sont  donc  limitées. 

La 


municipalité  n’a  ainsi  pas  procédé  à  un  nouveau  relèvement  des  taux  d’imposition 

en 2013. 

 

Les autres recettes fiscales 



 

En  raison  de  la  faiblesse  de  ses  ressources,  la  commune  a  bénéficié  en  2012 

d’une

 attribution  de  13 



000  €

  au  titre  du  fonds  national  de  péréquation  des  ressources 

intercommunales et communales (FPIC)

11

 qui est le mécanisme de péréquation horizontale 

du bloc communal. 

 

La  commune  ne  dispose  pas  de  ressources  provenant  de  reversements  de  fiscalité, 



attribution  de  compensation  (AC)  ou  dotation  de  solidarité  communautaire  (DSC)  

par la communauté de communes des Trois Provinces.  

 

Le  produit  de  la  taxe  additionnelle  aux  droits  de  mutation  constitue  une  recette  non 



négligeable  avec  44 

000  €


 

en  2012.  Son  montant  est  variable  d’un  exercice  à  l’autre 

en raison de la sensibilité de cette ressource fiscale à la conjoncture du marché immobilier. 

 

La DGF et les autres dotations 



 

Les  dotations  et  autres  participations,  notamment  celles  versées 

par  l’Etat,  représentent 

37,98 %  des  ressources  de  la  commune,  avec  un  volume  de  1,028 

M€  en  2012

,  dont 


893 

000  €


  de  dotation  globale  de  fonctionnement  (DGF).  Cette  dernière  a faiblement 

progressé,  de  1,02 %  sur  la  période  (+  9 

000  €).  La  DGF  par  habitant  s’établit  à  267

 

€ 



en 2012  contre  236 

€  pour  les  communes  de  la  même  strate,  en  raison  notamment  de 

la dotation  de  solidarité  rurale  et  la  dotation  nationale  de  péréquation  (respectivement 

249 


000 € 

et  82 


000 €

 

en 2012),  ce qui  reflète  l’importance du  pôle  qu’est  la



 commune  de 

Sancoins au milieu d’un territoire à dominante rurale (charges de centralité).

 

 

Les autres ressources 



 

Les  autres  produits  représentent  environ  8 %  des  recettes  de  fonctionnement  (213 

000  €

 

en 



2012).  Il  s’agit  principalement  des  redeva

nces  liées  aux  services  surtout  périscolaires 

(19 

000  €


  en  2012)  ainsi  que  des  revenus  des  immeubles  (59 

000  €


  en  2012). 

                                                 



10 Données 2012. Source : fiche DGF 2012. 

11 L

’article 144 de la loi de finances initiale pour 2012 

prévoit  la  création  du  fonds  national de  péréquation des 

ressources  intercommunales  et  communales  (FPIC)

.  Il  s’agit  d’un  mécanisme  de  péréquation  horizontale  pour 

le secteur  communal.  Il  consiste  à  prélever  une  fraction  des  ressources  fiscales  de  certaines  collectivités  pour 

la reverser à des collectivités moins favorisées.

 


41 

 

Rapport d’observations définitives –



 Gestion de la commune de Sancoins 

 10 février 2015 



Chambre régionale des comptes du Centre, Limousin

 

 



1.1.2  Les charges 

 

Globalement, les dépenses réelles de fonctionnement ont augmenté de 25 % sur la période. 

 

Dépenses réelles SF 

(en millie

rs d’euros))

 

2006 

2007 

2008 

2009 

2010 

2011 

2012 

Structure 

Evol. 

2012/06 

Charges 

à 

caractère 

général 

521 


574 

571 


532 

601 


522 

555 


21,75 % 

+6,53 % 


Charges de personnel 

1 054 


1 163 

1 207 


1 266 

1 208 


1 290 

1 269 


49,73 % 

+20,40 % 



Atténuations de produits 

néant 


néant 

néant 


Néant 

néant 


103 

104 


4,08 % 

So 


Charges 

de 

gestion 

courante 

393 


568 

524 


503 

452 


417 

488 


19,12 % 

+24,17 % 



Chges financières 

73 


37 

69 


64 

61 


59 

59 


2,31 % 

-19,18 % 



Charges exceptionnelles 

Ns 


Ns 


Ns 

Ns 


77 


3,01 % 

Ns 


Total 

2 041 

2 343 

2 371 

2 365 

2 322 

2 392* 

2 552* 

100,00 % 

25,04 % 

Source : comptes de gestion 2006-2012. 

*Déduction faite des provisions semi-

budgétaires comptabilisées dans l’exercice

 : 25 

k€ en 2011 et 40



 

k€ en 2012.

 

 

Les  charges  de  personnel,  qui  absorbent  49,73 %  des  crédits  de  fonctionnement,  



soit  1,269 

M€  en  2012,  ont  progressé  de  20,40  %  depuis  2006.  La  commune  présente 

depuis  2009  un  ratio  de  charges  de  personnel  plus  élevé  que  la  moyenne  de  la  strate 

d’appartenance (370

 

€/hab. contre 333



 

€/hab. en 2012).

 

 

Charges de personnel et effectifs 



Montants financiers en milliers d’euros

 

2006 

2007 

2008 

2009 

2010 

2011 

2012 

% Evol 

012-Charges de personnel 

1 054 


1 163 

1 207 


1 266 

1 208 


1 290 

1 269 


+20,40 

Effectifs au 31/12/N 

43 


42 

41 


48 

47 


45 

40 


 

Titulaires c/6411 Rémunérations 

635 


634 

690 


725 

659 


691 

733 


+15,43 

Effectif au 31/12/N 

31 


31 

33 


33 

33 


34 

32 


 

Non-titulaires c/6413 Rémunérations 

35 


68 

74 


80 

75 


108 

66 


+88,57 

Effectif au 31/12/N 



11 



 



Emplois d’insertion c/6416 Rémunérations

 

63 


69 

38 


29 

72 


32 

11 


-82,54 

Effectif au 31/12/N 





 



Source 

: CA 2006 à 2012, réponses de l’ordonnateur au questionnaire du 17/10/2013.

 

 

La  progression  des  charges  de  personnel  s’explique  essentiellement  par



  les  éléments 

suivants : 

 



l’augmentation  du  coût  de  l’assurance  statutai



re  du  personnel  (+  78 %,  

soit + 48 273 

€ entre 2006 et 2012

) ; 


-  la  refonte  du  régime  indemnitaire  en  2007  et  les  ajustements  intervenus  au  cours  des 

exercices ultérieurs ; 

les avancements de grade et d’échelon



 ; 

les recrutements opérés à la suite de l’institution du temps par



tiel dans la collectivité ; 

les recrutements opérés suite au départ d’agents en retraite



 ; 

les recrutements d’agents contractuels pour remplacer des agents en congé maladie.



 

 

Par  ailleurs,  la  commune  s’emploie  à  maîtriser  l’évolution  de  ce  poste  par  di



verses  actions : 

renégociations des contrats d’assurance, remplacement des départs en retraite par des emplois 

aidés. Un début de résultat est d’ailleurs sensible en 2012 puisque

 ces charges ont légèrement 

reculé  de  1,63 

% à comparer à la croissance  de  l’e

nsemble  des  dépenses  de  fonctionnement  

qui atteint + 7,24 % par rapport à 2011. Compte étant tenu d

importantes tensions budgétaires, 



l’effort de maîtrise de

 ces dépenses est à poursuivre. 



42 

 

Rapport d’observations définitives –



 Gestion de la commune de Sancoins 

 10 février 2015 



Chambre régionale des comptes du Centre, Limousin

 

 



Les  charges  à  caractère  général,  soit  555 

k€  en  2012,  représente

nt  21,75 %  des  dépenses 

contre 25,53 % en 2006. Le montant global par habitant est très inférieur au ratio national (153 

€ 

contre 230 



€). N’ayant augmenté que de 6,53

 % en six ans, ce poste budgétaire est maîtrisé et 

n’appelle pas de remarque.

 

 

Les atténuations de produits se  composent de  la  contribution aux fonds nationaux de garantie 



individuelle  des  ressources  (FNGIR).  A  la  suite  de  la  réforme  de  la  taxe  professionnelle  (TP), 

certaines  collectivités  sont  en  position  excédentaire  avec  de  nouvelles  ressources  fiscales 

attribuées en 2011 supérieures au montant supprimé de 

la taxe professionnelle. Afin d’assurer 

la neutralité  financière  de  la  réforme,  des  mécanismes  (les  FNGIR)  ont  été  institués  

pour  effectuer  une  redistribution  des  excédents  enregistrés  par  certaines  collectivités  au  profit 

des  collectivités  déficitaires.  Ayant  bénéficié  de  ressources  supplémentaires  à  la  suite  de  la 

réforme de la TP, la commune a reversé ces excédents au FNGIR du bloc communal en 2011 et 

2012 (respectivement 103 

000 € 


et 104 

000 €


 

 

Les autres charges de gestion courante, qui représentent en structure 19,12 % des dépenses, 



ont notablement progressé : + 24,17 %. 

 

65-



Charges de gestion courante (en milliers d’euros)

 

2006 

2007 

2008 

2009 

2010 

2011 

2012 

% Evol 

65-Charges de gestion courante dont : 

393 


568 

524 


503 

452 


417 

488 


24,17 

c/654 Pertes sur créances irrécouvrables 

3  néant  néant  néant 



néant 

 



c/6553 Service d’incendie

 

97 


99 

101 


103 

101 


101 

103 


 

c/6554 

Contributions 

aux 

organismes 

de 

regroupement 

120 


276 

238 


210 

244 


189 

277 


 

c/657 Subventions dont : 

91 


103 

96 


110 

40 


61 

43 


 

-c/657362 CCAS  

12 


15 

13 


10 

21 


 

-c/657363 BA à caractère administratif  



(BA Logements sociaux) 

9  Néant 



14 


25 

24 


 

c/6574 Personnes de droit privé 

79 

82 


81 

91 


16 

15 


10 

 

Source : comptes de gestion 2006-2012. 



 

- Les contingents et contributions (c/655) correspondent essentiellement au contingent 

incendie  versé  au  SDIS  (103 

milliers  d’euros  en  2012  (c/6553))  et

  aux contributions  versées 

aux  organismes  de  regroupement  (277 

milliers  d’euros

  en  2012  (c/6554).  Le  montant  

par  habitant  des  contingents  acquittés  par  la  commune  est  environ  3 fois  supérieur  à  celui 

constaté au niveau de la strate d’appartenance (119

 

€/hab. contre 42



 

€/hab. en 2012).

 

 

Ce niveau élevé tient essentiellement à l’adhésion de la commune à de nombreux syndicats 



pour  la  prise  en  charge  de  services  à  la  population  (notamment 

le SIVOS pour  l’exploitation 

d’un  centre  nautique,  le  syndicat  intercommunal  de  ramassage  scolaire,  le

 syndicat 

départemental  d’énergies  du  Cher  pour  les  travaux  et  la  maintenance  du réseau  d’éclairage 

public, le syndicat mixte du pays Loire val d'aubois). 

 

L’exploitation du centre nautique étant transférée du SIVOS à la communauté de communes 



au  1

er

 



janvier  2014,  la  commune  n’aura  plus  à  verser  de  contribution  pour  cette  activité. 

En 


conséquence, le c/6554 diminuera d’environ 180

 

milliers d’euros



 en 2014. 

 

-  Le  volume  des  subventions  accordées  aux  organismes  de  droit  de  privé  a  été 



considérablement  réduit  à  compter  de  2010 

;  il  s’établit  à  10

 

milliers  d’euros



  en  2012  

contre  91 

milliers  d’euros  en  2009.  L’important  montant  des  subventions  accordées  de

  2006  


à 2009 s’explique par l’octroi d’une aide d’environ 60 milliers d’euros à l’association «

 Sancoins 

Jeunesse et Loisirs » sur ces exercices. Le volume des subventions versées par la commune 

est faible comparé à la moyenne de la strate (13 

€/hab. contre 49

 

€/hab. en



 2012). 

 


43 

 

Rapport d’observations définitives –



 Gestion de la commune de Sancoins 

 10 février 2015 



Chambre régionale des comptes du Centre, Limousin

 

Les charges financières ne représentent, avec 59 



000 €

 en 2012, que 2,31 % des dépenses 

réelles  de  fonctionnement,  soit  un  niveau  inférieur  à  celui  de 

la  strate  d’appartenance 

(4,37 %). 

 

Les  charges  exceptionnelles  ont  enregistré  en  2012  une  subvention  exceptionnelle  



de 75 

000 € versée au SMPG



12

 (apurement du déficit du syndicat et paiement des charges). 

La 

dissolution à venir du SMPG entraînera la liquidation de l’actif et



 du passif de cette entité 

dont  le  fonds de roulement 2012  était  négatif  de  56 

000  €

).  La  commune  de  Sancoins 



a constitué  une  provision,  depuis  2011,  destinée  à  faire  face  à  cette  charge  probable. 

Cette provision, enregistrée au compte 15181 « Autres provisions pour risques », 

s’élèverait 

à 38 


000 €

 à fin 2013 (BP 2013). 

 

1.1.3  La rigidité des charges structurelles 

 

Le  ratio  de  rigidité  des  charges  structurelles  permet  de  mesurer  le  poids,  dans  la  section  



de  fonctionnement,  des  charges  difficilement  compressibles.  Il  est  calculé  par  le  rapport 

entre les charges de personnel auxquelles s’ajoutent les contingents et charges financières 

et  les recettes  de  fonctionnement.  Plus  ce  ratio  tend  vers  1,  plus  la  structure  financière  

de la collectivité est considérée comme présentant des marges 

de manœuvre amoindries.

 

 



En l’espèce, ce ratio a été calculé d’une part

pour la commune de Sancoins et d’autre part



pour la strate d’appartenance, afin de disposer d’éléments de comparaison.

 

 

Ratio de rigidité structurelle  



2006 

2007 

2008 

2009 

2010 

2011 

2012 

Sancoins 

0,55 

0,64 


0,65 

0,69 


0,66 

0,64 


0,64 

Strate 

0,45 

0,46 

0,47 

0,43 

0,42 

0,42 

0,42 

Source : calculs équipe de contrôle sur la base des fiches Alizé AE2F.

 

 

Après avoir augmenté jusqu’en 2009, ce ratio s’est stabilisé à 0,64. Il se situe à un niv



eau  

de  moitié  plus  élevé  que  la  moyenne  des  collectivités  comparables  (0,42).  La  section  

de  fonctionnement  de  la  commune  de  Sancoins  est  donc  marquée  par  une  forte  rigidité 

des charges. 

 

1.1.4 

L’autofinancement dégagé par la commune

 

 

Autofinancement 



(en millie

rs d’euros)

 

2006 

2007 

2008 

2009 

2010 

2011 

2012 

Recettes réelles SF 

2 276 

2 385 

2 444 

2 358 

2 383 

2 533 

2 707 

Ev N/N-1 (%) 

 

+4,79 

+2,47 

-3,52 

+1,06 

+6,29 

+6,87 

Dont contributions directes 

855 

878 


1 061 

1 076 


1 087 

1 219 


1 408 

Ev N/N-1 (%) 

 

+2,69 

+20,84 

+1,41 

+1,02 

+12,14 

+15,50 

Dépenses réelles SF 

2 041 

2 343 

2 371 

2 365 

2 322 

2 392 

2 552 

Ev N/N-1 (%) 

 

+14,80 

+1,20 

-0,25 

-1,82 

+3,01 

+6,69 

Epargne brute  

235 

42 

73 

-7 

61 

141 

155 

Epargne brute /recettes réelles SF 

10,33 % 

1,76 % 

2,99 % 

Ns 

2,56 % 

5,57 

5,73 % 

Remboursement de la dette (c/16) 



110 

79 

135 

106 

106 

92 

100 

Epargne nette 

125 

-37 

-62 

-113 

-45 

49 

55 

 

                                                 



12  SMPG :  syndicat  mixte  du  parc  des  Grivelles.  Ce  syndicat  mixte  « ouvert »  a  été  créé  en  1973  entre 

la 


commune de Sancoins, la chambre d’agriculture du Cher et la chambre de commerce et d’industrie du Cher. 

Il avai


t  pour  objet  l’exploitation  du  marché  aux  bestiaux  du  parc  des  Grivelles.  Pour  exercer  sa  compétence, 

il 


avait  conclu  une  convention  de  DSP  avec  un  groupement  d’entreprises  privées.  En  2011,  cette  compétence 

a été transférée à la commune de Sancoins. Le syndicat, désormais dépourvu de son objet statutaire, doit faire 

l’objet  d’une  dissolution,  celle

-ci  a  été  demandée  au  préfet  par  le  comité  syndical  dans  sa  réunion  du 

22 juin 2011.

 


44 

 

Rapport d’observations définitives –



 Gestion de la commune de Sancoins 

 10 février 2015 



Chambre régionale des comptes du Centre, Limousin

 

Après  une  forte  contraction  sur  les  exercices  2007  à  2009,  la  capacité  d’autofinancement 



(CAF) brute s’est progressivement redressée à compter de 2

010. Ce redressement demeure 

toutefois  limité :  avec  155 

000  €


 

en  2012,  l’épargne  brute  ne  représente  que  5,73

 %  

des recettes réelles de fonctionnement contre 10,33 % en 2006 avec 235 



000 €

 



Corrélativement, l’épargne nette est à nouveau positive à compter de 2011 après avoir été 

négative durant quatre exercices successifs, de 2007 à 2010. Sur cette période, la commune 

de Sancoins n’a donc pas été en mesure de financer en totalité le remboursement en capital 

de ses emprunts, et a fortiori ses investissements, par un excédent de fonctionnement.  

 

Les  trois  relèvements  des  taux  de  fiscalité  (intervenus  en  2008,  2011  et  2012)  ont  dégagé  



de nouvelles recettes qui ont permis à la collectivité de renouer avec un autofinancement net 

légèrement  positif  (55 

000  €

  en  2012).  Le  gain  lié  à  ce  produit  fiscal  supplémentaire 



a toutefois  été  amoindri  par  la  reprise  de  la  progression  des  charges  (+ 3,01 %  en  2011, 

+ 6,69 


% en 2012), limitant l’augmentation de la CAF entre 2011 et 2012.

 

 



Malgré  une  sollicitation  accrue  du  levier  fiscal  sur  la  période  examinée,  le  niveau  

de  l’autofinancement  de  la  commune  de  Sancoins  reste  très  inférieur  aux  moyennes 

 

de  la  strate  (CAF  brute :  54 



€/hab.  contre  215

 

€/hab.



 ;  CAF  nette :  25 

€/hab. 


 

contre 137 

€/hab.).

 

 



L’autofinancement  faible  de  la  commune  limite  sa  politique  d’équipement  et

  sa  capacité  à 

contracter de nouveaux emprunts pour la financer. 

 

1.2 



Les dépenses d’investissement et leur financement

 

 

Budget principal (en milliers d’euros)



 

2006 

2007 

2008 

2009 

2010 

2011 

2012 

Dépenses 

réelles d’investissement (hors c/16)

 

540 



1 946 

746 


1 197 

488 


639 

1 034


13

 

Dépenses d’équipement 



(c/20,21,23) 

dont : 

- Modernisation Parc des Grivelles (opé n°23) 



PAB Cœur de Village (opé n°842)

 

- Chaudière 



Réseau de Chaleur (opé n°855) 

- Relais Services Publics (opé n°856) 

540 


 

285 



néant 

néant 

1 946 

 

1 329 

195 



néant 

746 

 

13 

181 

66 



1 197 

 



37 

932 

17 

468 

 



néant 

58 

211 

638 

 

412 

néant 

néant 



252 

 

30 

néant 

néant 

Recettes réelles d’investissement (hors c/16)

 

Dont : -subventions 



          -dotations 

362 


146 

85 


1 125 

322 


71 

414 


367 

47 


926 

614 


312 

537 


348 

189 


454 

398 


82 

1 204 


73 

46 


Ratio (%) Subv-

dotat. / Dép. d’équipement

 

42,78 

20,20 

55,50 

77,36 

114,74 

75,24 

47,22 

Besoin (-) de financement de la SI 

-178 

-821 


-332 

-271 


49 

-185 


170 

Epargne brute 

235 

42 


73 

-7 


61 

141 


155 

Remboursement de la dette (c/16) 

110 

79 


135 

106 


106 

92 


100 

Epargne nette 

125 

-37 


-62 

-113 


-45 

49 


55 

Ratio (%) Epargne nette/ dép. d’équipement

 

23,15 

So 

So 

So 

So 

7,68 

21,83 

Emprunts réalisés 

25 

750 


230 

297 


130 

91 


326 

Ratio (%) Empru

nts/ dép. d’équipement

 

4,63 

38,54 

30,83 

24,81 

27,78 

14,26 

129,37 

Variation du fonds de roulement (FDR) 

-28 

-108 


-164 

-87 


+134 

-44 


+551 

FdR au 31/12/N 

274 

168 


-83 


51 

-163* 


388 

*Le  FdR  2011  correspond  à  la  variation 

du  FdR  au  cours  de  l’exercice  (

-44 


k€)  de  laquelle  a  été  retranché 

un emprunt  encaissé  en  2009  (170 

k€)  qui  a  été  transféré  au  BA  Chaufferie  bois/réseau  de  chaleur, 

investissement pour lequel il avait été souscrit. 

 

                                                 



13 

L’écart entre les dépenses réelles d’investissement (hors c/16) et les dépenses d’équipement en 2012 provient 

d’écritures de transfert entre le budget principal 

et le budget annexe « Chaufferie bois » 

: il s’agit du transfert des 

dotations  et  subventions  d’investissements  encaissées  par  le  budget  principal  (740

 

k€)  pour  financer 



la construction  de  la  chaufferie  bois  et  du  réseau  de  chaleur.  Parallèlement,  les  immobilisations  liées  à 

cette opération de construction ont été transférées du budget principal au budget annexe « Chaufferie bois ». 



45 

 

Rapport d’observations définitives –



 Gestion de la commune de Sancoins 

 10 février 2015 



Chambre régionale des comptes du Centre, Limousin

 

 



Les dépenses d’équipement

 

 



Sur la pério

de 2006 à 2011, le volume minimal annuel des dépenses d’équipement s’établit à 

environ 

0,5 


M€. 

L’exercice 

2012 

apparaît 



comme 

une 


année 

de 


pause 

 

dans les investissements avec seulement 252 



000 €

 

de dépenses d’équipement. En cumulé, 



la commune a réalisé 5,787 

M€ d’investissements de 2006 à 2012.

 

 

Avec  2,078 



M€,  la  modernisation/remise  aux  normes  du  parc  des  Grivelles  constitue 

la 


principale opération d’équipement de la commune

 ; elle représente 35,91 % des dépenses 

d’équipement  réalisées  sur  la  période  exam

inée.  La  seconde  opération  par  son volume 

financier  a  trait  à  la  construction  d’une  chaudière  à  bois  pour

  la  production  et  la  vente  de 

chaleur (1,057 

M€).


 

 

L’effort d’équipement de la commune est inférieur, exercice 2009 mis à part, à l’effort moyen 



constaté pour les communes de la strate : 

 

Total des dépenses d'équipement en €/hab.



  2006  2007  2008  2009  2010  2011  2012 

Commune 


115 

351 


206 

364 


154 

211 


122 

Strate 

354 

417 

373 

356 

346 

359 

372 

Source : fiches Alizé AE2F 2006-2012. 

 

Le financement des dépenses d



’équipement

 

 



Sur la période 2006 à 2012, l’autofinancement net cumulé étant négatif (

- 28 


k€),

 la commune 

n’a pas été en mesure de financer elle

-

même son effort d’investissement pourtant plus faible 



que la moyenne, une fois l’annuité de sa dette absorbée.

 

 



Les dépenses d’équipement réalisées durant la période 2006 à 2012 ont été financées par des 

ressources  externes.  La  commune  a  bénéficié  d’un  volume  important  de  subventions 

(2,268 

M€) et de dotations d’investissement (0,832



 

M€). 


 

 

Avec  3,1 



M€,  ces  concour

s  financiers  ont  financé  53 

%  des  dépenses  d’investissement, 

ce 


qui  a  permis  à  la  commune  de  limiter  son  recours  à  l’emprunt,  néanmoins  fortement 

mobilisé  à  hauteur  de  1,849 

M€.  Les  prêts  sont  venus  financer  32

 %  des  dépenses 

d’équipement de la période 200

6-2012. 


 

Financement des dépenses d’équipement

 

Total 2006-2012 

(cumul) 

Taux 

Total des Dépenses d’équipement (c/20,

 21, 23) 

5,787 M€


 

 

Taux de financement par : 



 

 

-Subventions (c/13) 



2,268 

M€

 

39 % 

-Dotations (c/102) 

832 

k€

 

14 % 

-Epargne nette 

-

28 k€

 

0 % 

-Emprunt 

1,849 M€

 

32 % 

-Autres recettes 

890 k€

 

15 % 

-Variation du FdR 

-

24 k€

 

0 % 

Source : calcul équipe de contrôle. 



46 

 

Rapport d’observations définitives –



 Gestion de la commune de Sancoins 

 10 février 2015 



Chambre régionale des comptes du Centre, Limousin

 

 



1.3 

L’endettement

 

 

L’encours  de  dettes  bancaires  (c/164)  a  doublé  sur  la  période  2006  à  2012



 :  0,717 

M€ 


à la clôture de 2006 et 1,56 

M€ 


à fin 2012, soit un endettement supplémentaire de 0,843 

M€. 


 

 

Le  financement  de  la  modernisation/remise  aux  normes  du  parc  des  Grivelles,  principale 



opération  d’équipement  sur  la  période  examinée,  explique  pour  une  part  importante 

la 


croissance de l’endett

ement constatée. Deux emprunts ont été souscrits : 

 

- 250 


000 € empruntés en 2007 (CRD à fin 2012

 : 195 


000 €

) ; 


- 90 

000 € empruntés en 2011 (CRD à fin 2012

 : 84  

000 €


). 

 

Ces deux emprunts représentent 18,3 



% de l’encours de dette du budget principal à f

in 2012. 

 

La structure de l’encours de dette



 

 

92,50 



%  de  l’encours  de  la  dette  de  la  commune  (1,443

 

M€,)  est  «



 sécurisé »  sur  des 

produits  côtés  1A  selon  la  charte  Gissler  annexée  à  la  circulaire  du  25  juin  2010 

n° IOCB1015077C 

:  il  s’agit  d’emprunts  en  eu

ros  et  à  taux 

fixes  Un  seul  contrat  d’emprunt 

n° MPH237207EUR-246705  est  classé  1B.  Souscrit  auprès  de  DEXIA  en décembre  2005, 

cet  emprunt  est  issu  du  réaménagement  de  plusieurs  prêts.  Ce  contrat  comporte  une 

structure à barrière simple sans multiplicateur 

: ainsi, si l’EURIBOR

 12M est inférieur ou égal 

à  4,75  %,  la  commune  acquitte  un  taux  fixe  de  3,53 % ;  sinon,  elle  paiera  un taux  égal  à 

EURIBOR 12M + 0,09 %. Le degré de risque lié à cet emprunt est limité. Bien que la barrière 

sur  laquelle  le  taux  est  assis  (EURIBOR  12M  >  4,75 %)  ait  déjà  été  franchie  à  plusieurs 

reprises depuis la mise en place de l’indice en 1999 (maximum observé 5,5

 % en 2008), la 

durée résiduelle d’exposition au risque réduite (7

 

ans) et le faible niveau de l’encours restant 



à  rembourser  (117 

000  €


  à  fin  2012)  viennent  limiter  les éventuels  surcoûts  liés  à  un 

renchérissement du taux d’intérêt.

 

 

Les ratios liés à l’endettement



 

 

En dépit du doublement de l’encours de sa dette, la commune possède un encours de dette 



et  une  annuité  nettement  inférieurs  aux  moyennes  de  la  strate,  soit  respectivement 

467 


€/hab

. contre 820 

€/hab. et 47 €/hab. contre 108 €/hab.

 

 



Budget princi

pal (En milliers d’euros)

 

2006 

2007 

2008 

2009 

2010 

2011 

2012 

Encours au 31/12/N (c/164) 

717 

1 389 

1 484 

1 674 

1 611 

1 335 

1 560 

Epargne brute 

235 

42 


73 

-7 


61 

141 


155 

Capacité de désendettement 

3,05 

33,07 

20,33 

So 

26,41 

9,47 

10,06 

Recettes réelles de fonctionnement (RRF) 

2 276 

2 385 


2 444 

2 358 


2 383 

2 533 


2 707 

Taux d’endettement (en %)

 

31,50 

58,24 

60,72 

70,99 

67,60 

52,70 

57,63 

Intérêts des emprunts 

73 

37 


69 

64 


61 

59 


59 

Annuité de la dette 

183 

116 


204 

170 


167 

151 


159 

Part annuité /RRF (en %) 

8,04 

4,86 

8,35 

7,21 

7,01 

5,96 

5,87 

 

Après s’être très fortement détériorés de 2007 à 2010, les ratios d’endettement sont revenus 



en 2011 et 2012 à des niveaux moindres : 

 



le  taux  d’endettement  (rapport  entre  l’encours  de  la  dette  et  les  recettes  réelles  de 

fonctionnement) est inférieur à 60 % à fin 2012 après avoir culminé à 70,99 % en 2009 ; 

-  la  capacité  de  désendettement  (encours  de  d

ette  rapporté  à  l’autofinancement  brut) 

s’établit à 10,06 ans en 2012, après avoir dépassé 20 années sur quatre exercices, de 2007 

à 2010 ; 



47 

 

Rapport d’observations définitives –



 Gestion de la commune de Sancoins 

 10 février 2015 



Chambre régionale des comptes du Centre, Limousin

 



depuis 2011, l’annuité représente environ 6

 % des recettes de fonctionnement. 

 

La comparaison avec la strate d’appartenance et l’amélioration des ratios en 2011 et 2012 



ne  traduisent  cependant  pas  l’existence  d’une  marge  de  manœuvre  importante  en

 matière 

d’endettement. 

La 


gestion 

de 


la 

commune 


n’a 

permis 


de 

dégager 


 

sur  ces exercices,  au-delà  du  remboursement  en  capit

al  de  la dette,  qu’une épargne  nette 

limitée  dont  le  niveau  n’a  couvert  qu’une  faible  partie  des  dépenses  d’équipement. 

La 

souscription de nouveaux emprunts risquerait d’alourdir



  le remboursement  en  capital  de 

la dette et, à épargne brute constante, de dég

rader l’épargne nette, déjà peu conséquente, 

disponible pour le financement des investissements. 

 

L’intégration de nouveaux emprunts dans son encours de dette aurait également pour effet 



de dégrader la capacité de désendettement de la commune qui, à épargne brute constante, 

se  rapprocherait  du  seuil  limite  habituellement  fixé  autour  de  12-14  ans.  Cet  indicateur 

se situait à un niveau relativement élevé à fin 2012 (10,06 années). 

 

*** 



 

 

Rapport d’observations définitives –



 Gestion de la commune de Sancoins 

 10 février 2015 



Chambre régionale des comptes du Centre, Limousin

 

 



 

 

 



 

 

 



 

 

 



 

 

 



 

 

 



 

 

 



 

 

 



 

 

 



 

 

 



 

 

 



 

 

 



 

 

 



 

 

 



 

 

 



 

 

 



 

 

 



 

 

 



Chambre régionale des comptes du Centre, Limousin 

15 rue d'Escures 

BP 2425 

45032 Orléans Cedex 

Tél. : 02 38 78 96 00 

www.ccomptes.fr/centre-limousin

 

« La société a le droit de demander compte 



à tout agent public de son administration » 

Article 15 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen 

 

L’intégralité de ce rapport d’observations définitives 



est disponible sur le site internet  

de la chambre régionale des comptes du Centre, Limousin  



www.ccomptes.fr/centre-limousin 

 

 



 

 

 



 

 

 



 

 



Do'stlaringiz bilan baham:
1   2   3   4   5   6


Ma'lumotlar bazasi mualliflik huquqi bilan himoyalangan ©fayllar.org 2019
ma'muriyatiga murojaat qiling