Saint hyacinthe


Download 4.64 Mb.

bet14/38
Sana23.11.2017
Hajmi4.64 Mb.
1   ...   10   11   12   13   14   15   16   17   ...   38

De véritables travailleurs de l'Eglise 

oeuvrent au "(entre de service social

Trois-Rivières présentait, hier 

midi, son 27e rapport annuel 

pour l’année qui vient de 

s'écouler. C’est le directeur gé­

néral du bureau local, Mgr 

Charles-E. Bourgeois, qui a 

présenté au nom de toute 

l'équipe, ce compte rendu au 

prélat du diocèse de Trois- 

Rivières. S. E. Mgr Georges- 

Léon Pelletier.

Dans une brève allocution, 

l'évêque de Trois-Rivières a af­

firmé, à tous les membres qui

Nécrologie

GUY BARIBAULT

A Shawinigan, le 16 est décé- 

dé à l’âge de 3 ans et 6 mois, 

Guy Baribault, enfant de M. 

Conrad Baribault et Denise La­

marre, demeurant au no 403— 

1ère rue Shawinigan. 11 laisse 

outre ses parents, ses grands- 

parents : M. Charles-Henri Ba­

ribault ; M. et Mme Victor La­

marre; ainsi que plusieurs on­

cles et tantes.

Les funérailles auront lieu 

vendredi le 18 en l’église St- 

Bernard à 2 h. 30. Inhumation 

au cimetière St-Joscph.

MLLE JEANNE BORDELEAU

A Shawinigan. est décédée à 

l'âge de 79 ans et 3 mois, Mlle 

Jeanne Bordeleau, demeurant 

à l'hôpital Ste-Thérèse de Sha­

winigan.

Les funérailles auront lieu 

vendredi en l'églie St-Paul, a 

9 heures. La dépouille mortelle 

est exposée au no 152—6e ave­

nue Grand’Mère. Inhumation au 

cimetière de la paroisse.

Mme UBALD LEMAIRE

A Trois-Rivières, le 15 août 

1961 est décédée à lage de 63 

ans et 5 mois, Mme Ubald Le­

maire, née Bernadette Desco­

teaux épouse de feu Ubald Le­

maire, demeurant à 1818 Lajoie, 

Trois-Rivières.

Les funérailles auront, lieu le 

18 courant. Le convoi funèbre 

partira du Centre funéraire, rue 

ries Volontaires, à 10 h. 45 pour 

se rendre en l’église St-Sacre- 

ment où le service funèbre sera 

chanté à 11 heures et de là au 

cimetière St-Micbel, lieu de la 

sépulture.

composent le bureau local qui 

étaient présents à cette cérémo­

nie, être très satisfait du tra­

vail accompli au cours de l'an­

née 1960. Précisant que la tâ­

che du travailleur social exi­

geait de ses adeptes, non seu­

lement de la compétence, mais 

surtout de l'amour, le distin­

gué prélat s’est déclaré très 

heureux de pouvoir les considé­

rer comme de véritables tra­

vailleurs de l’Eglise.

Mgr Pelletier a affirmé en 

outre qu’ils devaient avoir une 

grande confiance en Dieu car 

la besogne qu'ils accomplissent 

réconforte, non seulement le 

côté matériel, mais également 

le côté moral des individus 

placés sous leur responsabilité. 

C’est pourquoi ils ont pour tâ­

che de vaincre non seulement 

les obstacles, et cela, le plus 

rapidement possible, mais aussi 

d'user d'une extrême délica­

tesse car ils font face à des 

conflits d'individus ainsi qu'à 

des peines de famille et d'au­

tres malheurs de ce genre. Il 

leur a finalement demandé de 

continuer cette tâche qu'ils 

avaient entreprise et de ne pas 

oublier que Dieu est le travail­

leur social par excellence et 

que sans Lui, ils ne peuvent 

rien faire.

Le centre de service social 

apparait comme un organisme 

confessionnel, dépendant de 

l'Eglise diocésaine, et ayant 

comme objectif de répondre 

aux besoins familiaux et so­

ciaux, en utilisant les données 

de la science sociale éclairée 

par la doctrine chrétienne. Cet 

organisme a donc un vaste 

champ d’activité qui peut s’é­

chelonner comme suit: adop­

tions, placements en foyer 

nourricier, placements en ins­

titution, aide aux mères céli­

bataires, services personnels 

aux familles, service aux pri­

sonniers libérés, service aux 

immigrants, clinique d'hygiène 

mentale, service économico-so­

cial. et services d'allocations 

familiales. C’est, en travaillant 

sur les services pré-énumérés 

que le centre social de Trois- 

Rivières a réussi à accomplir 

une fantastique tâche au cours 

de l’année 1960.

Dans les cas d'adoption, 95 

garçons et 76 filles, nés de pa­

rents inconnus, ont pu se trou­

ver un foyer où ils sont vrai­

ment considérés comme des en­

fants légitimes. Fait à remar­

quer, 38.6 p.c. des pères adop­

tifs sont des journaliers. Dans 

un autre domaine, 177 mères 

célibataires ont reçu de l’aide 

par l'entremise des membres 

du service social. L'aide appor­

tée alors par le centre en est 

une de réconfort après la nais­

sance du bébé, car deux autres 

organismes s'occupent égale­

ment de ces cas. Il s'agit du 

service social Ste-Marie et de 

1 hôpital Ste-Marie. Le premier 

s'occupe de la mère avant la 

naissance et le second pourvoit 

a ces jeunes femmes les soins 

médicaux et chirurgicaux né­

cessaires pour la naissance.

Dans le cas du placement des 

enfants, le centre de Trois-Ri­

vières dut répondre à 693 de­

mandes, dont 508 garçons et 

185 filles. La maladie, du côté 

de la mère, a causé 37.1 p.c. de 

ces cas. Sur ce grand total, 128 

furent placés dans des institu­

tions ordinaires et 384 furent 

envoyés dans des foyers nour­

riciers.

H est à noter que c'est, le 

travailleur social qui, avec les 

parents, choisit le placement 

pouvant le mieux convenir à 

l'enfant. Dans un autre domai­

ne. le centre de notre ville dut 

répondre l'an dernier à 61,2 

p.c. des cas d’assistance aux 

familles dans la région de la 

Mauricie, soit 1,536. Ce domai­

ne comprend les mésententes 

conjugales, la désertion du 

foyer, les reiations parerfts-en- 

fants, la vieillesse, la maladie 

et autres. La tâche du tra­

vailleur est alors de faire ré­

gner au sein des familles la 

meilleure harmonie et la plus 

grande entente.

Au point de vue de la rehabi­

litation des prisonniers, notre 

service local a obtenu le plus 

grand succès, si l'on considère 

que seulement deux demandes 

ont été refusées aux travail­

leurs sociaux. Le centre de­

vait alors faire face à 56 cas. 

Ce travail prend une haute 

signification au point de vue 

social, économique et moral, 

puisqu'il prévient la récidive et 

fournit à la société des citoyens 

utiles et consciencieux plutôt 

que des semeurs de troubles et 

des parasites.

Un département, spécial du

service s’occupe de la promo­

tion de l'hygiène mentale. Il 

s'agit de l’institut psycho-social, 

clinique spécialisée où des ex­

perts en relations humaines 

unissent leurs efforts afin de 

favoriser l'éducation du public 

en matière d'hygiène mentale 

et de diagnostiquer, étudier et 

traiter les troubles mentaux 

chez les gens. Cet institut dut 

travailler Lan dernier sur 752 

cas. Quelque 592 cas, sur ce 

nombre, furent fermés, le tra­

vail auprès de ces clients 

étant terminé.

Le centre s'occupe finalement 

d'un dernier service visant a 

améliorer le sort de bien des 

gens. Il s’agit du service éco­

nomico-social. En ce domaine, 

les travailleurs doivent s’oc­

cuper de tout le diocèse de 

Trois-Rivières. Il s'agit ici d'as­

sistance-chômage, de supplé­

ment aux allocations familia­

les, ainsi que de suppléments 

de pensions. Un total de 2.495 

cas de ce genre se présentè­

rent au cours de l'an dernier. 

Les refus peuvent s'établir à 

environ 15 p.c, des nouvelles 

demandes qui sont de 350 par 

mois.

linutile de commenter, après 



un tel exposé, l’immense tâche 

que doivent accomplir chaque 

jour ces travailleurs de l’Egli­

se.


La mort de l'agent 

Gérard Richard

L'enquête 

est fixée 

à ce soir

TROISIRIVIERES, (C.B.). — 

L'enquête du coroner au sujet 

de la mort accidentelle de 

l'agent Gérard Richard, de la 

sûreté provinciale se tiendra ce 

soir à 7 h. 30 à la morgue 

Rousseau & réres de Nicolet. 

On sait que la sürete a procède 

a l'arrestation d'un automobi­

liste, Roger Lacourse, en rap­

port avec cette affaire.

L'agent Richard, de Ste-An- 

gele-de-Laval, a été tué pres­

que instantanément lorsque la 

voiture de Lacourse fonça sur 

lui alors qu'elle filait à une 

grande vitesse. La victime était 

alors arrêtée en bordure de la 

route et donnait des renseigne­

ments à un voyageur montréa­

lais.


L'enquête sera présidée ce 

soir par le docteur Yvon Thi­

bodeau, de St-Grégoire, coroner 

de ce district.

GRAND’MERE. - M. Rosai­

re Borgia a révélé hier que lui 

et M. Justin Carpentier seront 

à la prochaine assemblée du 

conseil de Grand'Mère, lundi. 

A cette occasion, a-t-il dit, il 

prouvera à la population, à 

l'aide de renseignements re­

cueillis dans les archives de ia 

ville, que la gérance coûte beau­

coup trop cher et néglige cer­

taines choses très importantes, 

et ceci, depuis longtemps.

On se souvient que lors de la 

dernière assemblée, le 7 août, 

M. Borgia, autrefois contremaî­

tre a la solde de la ville, avait 

violemment critiqué le gérant 

M. Jean-C. Béique. L'échevin

avait promis la tenue d une en­

quête, mentionant également 

que le conseil ferait connaître 

sa décision sur la question lors 

de Rassemblée du 21 août.

M. Borgia a déclaré avoir 

défendu les droits des citoyens 

de Grand’Mère et prouvé que 

> (m T’ouvait faire de bonnes 

économies pour la ville comme 

ce fut le cas dans le passé.

Au lendemain de cette réu­

nion. MM. Borgia et Carpentier 

avaient été congédiés pour être 

remplacés, disait M. Borgia, 

“par les gens qui ont travaillé 

et conduit les travaux des cha­

lets dans les parcs et qui ont 

coûté si cher à la population ".



Heureuse initiative du

sculpteur Louis Parent

Arts visuels, musique et littérature au 

centre d'art de la Grange-aux-Moines

LA PRESSE, MONTREAL, JEUDI 17 AOUT 1961 /\<



BUREAU DE TROIS-RIVIERES 

s

REDACTION, ABONNEMENT ET TIRAGE : 452, rue des FORGES 



Tél. : FRONTENAC 5-7336-7-8-9

BUREAU DE SHAWINIGAN: 547, 4e RUE, tél.: LE. 6-4411

m&ssmmÊÊBRSMBl

afin de combler le manque 

d’espace qui se fait sentir dans 

les écoles actuelles. Ils décla­

rent même que les trois écoles 

devraient être terminées pour 

l’ouverture de l’année scolaire 

1962.


Précédemment, les commis­

saires avaient adopté la 

présentation des comptes au 

montant de $9,335.94. La lecture 

des comptes n’a toutefois pas 

été donnée au cours de la 

séance.

Deux jeunes filles heurtées par 

une motocyclette à. . . . . . . .

Marie Côté, du 542 St-Bernard, 

à Naudville, et Thérèse Fraser, 

13 ans, enfant de M. Victor Fra­

ser, du 545 St-Bernard, à Naud­

ville, se préparaient à traver­

ser le boulevard Dequen, en 

face de la caisse populaire, 

lorsqu’elles furent heurtées par 

une motocyclette conduite par 

M. Réginald Raymond, 19 ans, 

également de Naudville.

L’accident est survenu vers 

2 h. 30, dans un endroit où la 

rue est très étroite et où l’on 

exécute présentement des ré­

parations de voirie.

A l’hôpital d'Alma, on cons­

tata que la jeune Monique Cô­

té souffrait d'une fracture à 

une jambe alors que Thérèse 

Fraser souffrait de blessures 

au cou. Leur état est quand 

même satisfaisant.

ST-JEAN-DES-PILES. — La 

Mauricie possède son “centre 

d'art’’ estival depuis quelques 

années, grâce au grand sculp­

teur canadien. Louis Parent. 

Le chalet que M. Parent possé­

dé sur les bords de la rivière 

St-Maurice, prés de St-Jean- 

des-Piles a été converti en un 

centre d’art qui a connu, cet 

été, sa saison la plus active. 

C'est la Grange-aux-Moines.

Aux cours sur les arts vi­

suels, M. Parent a ajouté cet­

te année une section musicale 

et des cours de littérature. Il 

y a encore le théâlre qui n'a 

pas élé “touché", mais si l'on 

en croit l'enthousiasme de M 

Parent, ce sera pour bientôt.

Tout comme l'an dernier, les 

enfants de St-Jean-dcs-Piles ont 

pu aussi profiter des sages con­

seils de M. Parent qui les a 

guidés dans des cours d'initia­

tion à la peinture, à la cérami­

que, à la sculpture, etc. Gom­

me il fallait, a l’utile, joindre

l'agréable pour les enfants, M. 

Parent a aménagé une plage, 

sur son domaine, et organisé 

plusieurs jeux extérieurs.

Durant tout l’été M. Parent a 

été secondé par son épouse et 

son frère. Comme professeur, 

il avail aussi retenu les servi­

ces du R. P. Bernard de Brien­

ne, o.f.m. qui s’est fait con­

naître avantageusement par 

ses chansons.

La première série de cours 

réservés aux adultes a débuté 

le 3 juillet. Ces cours pren­

dront fin le 25 août. Ils au­

ront porté sur le sens artistique, 

le dessin, la perspective, la 

couleur, la forme, le contraste, 

les trois dimensions, la com- 

posilion, l'expression, etc. Ils 

ont. comme hut principal de 

développer une véritable péda­

gogie artistique, d'où le nom­

bre assez élevé celle année 

de professeurs venus non seu­

lement de la Mauricie, mais

DES ARTISTES AUSSI CONNUS 

que Czeslaw Kaczynski, pianiste, le R.P. Ber­

nard de Brienne, o.f.m. connu par ses disques de chansons et le sculpteur ca­

nadien Louis Parent ont donné un essor assez considérable au centre d’art 

rie la Mauricie qu’est la Grange-aux-Moines, propriété de M. Parent. La 

Grange-aux-Moines est à deux milles du coeur du village de St-Jean-dcs-Piles, 

sur les bords du St-Maurice.

LA PRESSE et la 

publicité locale

LA PRESSE tient à informer le public que 

personne n’est autorisé à faire, en son nom, 

auprès de qui que ce soit, de la sollicitation 

publicitaira pour ses pages régionales.

même d'un peu partout dans 

la province.

Le grand pianiste trifluvien, 

Czeslaw Kaczynski. a été char­

gé des cours de musique, en 

compagnie de Mme Arthur 

Rousseau, de Trois-Rivières, 

comme commentatrice.

Les cours de musique et de 

littérature ont débuté le 8 août. 

Le programme de la partie mu­

sicale, comprend une étude sur 

la musique liturgique et Bach, 

une autre sur Beethoven et les 

classiques. M. Kaczynski fera 

aussi connaitre l'oeuvre de son 

compatriote, Chopin, et des ro­

mantiques, avant de s’attaquer 

aux impressionnistes et en par 

ticulier a l'oeuvre de Debussy. 

Finalement, les élèves de M 

Kaczynski, en grande partie des 

religieuses enseignantes, pour­

ront. se familiariser avec l’oeu­

vre des compositeurs contem­

porains, en particulier avec Pro- 

kofieff et Bartok

Les 17, 22 et 28 août, les 

abbés Gilles Boulet. Jean-Marc 

Tousignant et L. Panneton don­

neront. avec M. Kaczynski, des 

cours d'art comparé entre mu­

sique et poésie. Ils ont choisi 

les auteurs suivants : Victor 

Hugo, Paul Eluard et Paul Ver­

laine Un résumé de ces cours 

sera donné le 23, à 8 h. 30 a Ja 

Grange-aux-Moines, a l'inten­

tion des personnes qui n'ont 

pu s'inscrire à ia série de cours. 

Les intéressés peuvent s’adres­

ser à Mlle Thérèse Trudel. a 

LE. 6-2372 pour obtenir de plus 

amples informations.

LA MADONE MIRACULEUSE 

— Sur la façade de la future basilique, au sanc- 1 

tuaire de Notre-Dame-du-Cap, les nombreux participants de la neuvaine de < 

1 Assomption ont pu admirer la splendide réplique de la Madone miracu- 

leu.se sculptée dans plus de 45 tonnes de granit, et achevée ces jours der­

niers par un “artiste de la Vierge”, M. Paul Gingras, de St-Marc-des-Carrières.

( e dernier a consacré pas moins de 4 mois pour exécuter cette magnifique 

sculpture de 24 pi. le lor-------- "’ 

............................ ° 

1

Les garagistes et les vendeurs 



d’essence veulent une charte

CKTM — TV (13)

AUJOURD'HUI



200—Ciné-vacance*

3  45—Pour vous* Madam*

4  30~—Ciné-matinée :

"Les montagnards sont

4  00—Caméra 13 

7:15-—CKTM TV salue 

8:00—Clé de sol

8:30—En quête de chansons

9.00— Rendez-vous avec Michelle 

9:30—Téléiournal

9 45—Nouvelles sportives 

9 59—Météo 

10.04—Ciné-club 

11 45—CBC TV News 

11:55—Fin des émissions

DEMAIN


2.00— Ciné-vacances

3:45—Pour vous, Madame 

4:30—Caravane

5  30— Rin Tin Tin

6  00—Caméra 13

6.25— La Tuque vous Invite 

7.45—Pour elle 

8 00—A vous Paris 

8 30— Une étoile m’a dit

9.00— Cinéma international ?

"On n’enterre pas ie dimanche*» 

10.45—Promenoir des poètes

11 ;00—Téléiournal 

11 15—Nouvelles sportives 

11:25—Météo

11:30—Le 13 vous informe 

] 1.35—CBC TV news 

11:45—Ciné-soir •

"Quai de» Illusions'»

1:30—Fin des émissions

TROIS-RIVIERES. - L’As­

sociation des garagistes et dé­

taillants d’essence du Québec 

incorporé a tenu, hier soir, une 

importante réunion au Château 

de Blois de Trois-Rivières grou­

pant les propriétaires et loca­

taires de postes de Trois-Riviè­

res et du Cap-de-la-Madeleine.

Le but principal de cette as­

semblée, à laquelle étaient con­

viés tous les employeurs des

Cinéma

La gérance coûte trop cher el 

néglige des choses importantes

-- M. R. Borgia

TROIS-RIVIERES



IMPERIAL — -Fille du fleuve”, en 

couleurs, avec Sophia Loren. Gé­

rard Curry et Lise Bourdin ; 

"L’homme de San Carlo**, en cou­

leurs, avec Audle Murphy. Anne 

Bancroft et pat Crowley. JTepré 

tentations à 1 h. 30* h. 30 et 

B h. 30.


CINEMA DP PARIS — Troie film.» 

de Fernande! — 'Tjrnace**. 1 h. 30 

ci 7 h 05 : "Barnabé”, 3 h. 05 et 

B h. 35 t "Casimir**, 4 h. 35 et 

10 h. 05.

RIALTO — "Gold nf the Seven 

Saints", avec Clift Walker et Ro­

sier Moore , "The dark at the top 

of the stairs*’, en couleurs, avec 

Robert Preston et Dorothy Mc­

Guire. Représentations 

à 

1 h, 30, 



fi h. 45 et 8 h. 30.

CAPITOL — "Le dernier train de 

Gun Hill**, en couleurs, avec Kirk 

Douglas, Anthony Quinn et Caro­

lyn Jones ; "Je pleure mon 

amour*', en couleurs, avec Lana 

Turner, Barry .Sullivan et Gl.vnni» 

Johns Représentations A 2 h.,

6  h. 45 et 8 h. 15.

CAP-DE-LA-MADELEINE

CHAMPLAIN — "TamanRo**. en cou­

leurs avec Dorothy Dandridae et 

Curt Jergens, 6 h. 30 et Oh. 45; 

*Le» prisonniers du mal' avec May 

Britt, Francisco Rabal et Bernard 

Blier, 8 heures.



MADELON — "Crime au musée des 

horreurs’*, en couleurs, avec Mi­

chael Cough et June Cunningham; 

"Les yeux noirs’’, en couleurs, 

avec Ewald Baiser, Johana Von 

Ko7ian et Ivan Desny. Représen­

tations à 6 h. 30 et 8 h. 13

SHAWINIGAN



AUDITORIUM — -t all Girls** i "Mi­

chael StroRoff", en couleurs, avec 

Curt Jeigens et Genevieve Page 

Représentations à 7 h. et R h. 30.



CARTIER - "Ne te retourne pas 

mon fil*”, avec Bert Sotlair et 

Lila Andres ; "Nos plus belles 

années", aver Vittorio de Sica et 

Antonella Lualdi Représentations 

* 7 h. et R h. 30.



ROXV Dernier jour ~ "Jaguar, 

Seigneur de l'Amazone”, en cou­

leurs. avec Sabu ; "La nuit de 

tous les mystères", avec Vinrent 

Price et Carol Ohmart. : "Rock 

and Roll’, .ivec Bill Haley et ses 

comets, Lixa Gaye et Karl Rarton 

Représentations à 7 h. et R h. 30.



CAPITOL -- "Ferme des ormes brû­

lés’’. en couleurs, avec Suzan Hay 

ward et Stephen Boyd ; "Les sept 

voieurs”. avec Edward G Robin­

son, Joan Collins, Rod Steiger et 

F.li Wallach Représentations 



,1

7  h. et R h 30

LOUISEVILLE

ROYAL — “L'homme aux roll» 

d nr", »n roulrur», avec Richard 

Wirimark. Henry Fonda. Anthnnv 

wuinn. Dorothy Malone el Dolore. 

Michael ; "Le vent *e lève”, aver 

rurl, Jeraena et MylCne Demon 

«eot Repreaentatloni A 7 h. el 

B h. 30


LA TUQUE

EMPIRE — "Festival du film”, avec 

f.ary Cooper "La brune brûlan 

le", en couleurs, avec Paul New. 

man. Joanne Woodward. Joan 

Collin» et Jack Car*nn , "L'homme 

de l'Ouest en couleur». aver 

Cary Cooper. Julie l^ndon et la-e 

J. Cnbb.


métiers de l'automobile, était 

la formation de la délégation 

qui doit bientôt rencontrer le 

premier ministre Jean Lesage 

et les membres du cabinet pro­

vincial, dans l’espoir d'obtenir 

la reconnaissance officielle 

d'une “Charte du métier” au 

profit des garagistes et détail­

lants d’essence, ainsi que du 

public en général.

De plus, l’Association voulait, 

par cette réunion, jeter les pre­

mières bases d’une branche lo­

cale de l'association provincia­

le. et aussi connaitre l’opinion 

des membres de la région sur 

les différentes requêtes com­

prises dans le mémoire pro­

chainement présenté au gou­

vernement provincial.

Ce mémoire qui a été soumis 

à l’approbation des garagistes 

demande :

A — L’obtention d’une charte 

du métier qui identifierait et 

régirait tout le personnel des 

garagistes et détaillants d'es­

sences;

B — La détermination des 



heures d’opération pour ces 

commerces:

G —- Une diminution du prix 

des permis pour camion-remor­

que avec treuil;

D — L’utilisation de teinture 

pour ia gazoline en usage pour 

moteurs stationnaires, indus­

triels et agricoles;

E — Le contrôle et la limita­

tion da l’émission des permis 

et une surveillance de la com­

pétence et de l’outillage de la 

nouvelle entreprise;

F — L’examen périodique des 

véhicules moteurs dans notre 

province;

G — L’obtention d’une ristour­

ne sur les taxes perçues afin de 

compenser les pertes de gazo­

line par contraction et évapo­

ration.


L'Association des garagistes 

et détaillants d'essence du Qué­

bec Inc., dont le président est 

M. J Raoul Ostiguy, garagiste 

de Richelieu, est membre de 

la Fédération du détail et des 

services du Québec, un mouve­

ment patronal groupant quel­

que. 3.500 détaillants en affai­

res, a leur propre compte, 

dans la province.

L'Association a également 

présenté un mémoire au gou­

vernement fédéral qui, le 13 

septembre, à la suite de la 

réception de ce mémoire, tien­

dra une enquête sur les abus 

causés par les cartels et les 

monopoles au pays et sur l'em­

ploi de tactiques déloyales 

dans la commercialisation des 

pneus, batteries et accessoires- 

automobiles et dans la vente 

de la gazoline.

C'est M. Gilles-N. Rivet, di­

recteur de l'organe officiel au­

to-service et membre de I'au- 

tomotive Booster Club of Cana­

da, qui agissait en qualité 

d'animateur à cette assemblée, 

a l'issue de laquelle M. Mar­

cel Desmarais, de Trois-Riviè­

res, a été présenté comme re­

présentant officiel de l'associa­

tion à Trois-Rh ièros.



Shawinigan




Do'stlaringiz bilan baham:
1   ...   10   11   12   13   14   15   16   17   ...   38


Ma'lumotlar bazasi mualliflik huquqi bilan himoyalangan ©fayllar.org 2017
ma'muriyatiga murojaat qiling