Saint hyacinthe


Download 4.64 Mb.

bet7/38
Sana23.11.2017
Hajmi4.64 Mb.
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   ...   38

trompée odieusement. A la naissance de mon deuxieme 

enfant, il n'avait même pas de temps libre pour venir me 

voir a l'hôpital. J'ai eu les preuves, dan» la suite, qu'il 

courtisait une jeune fille à qui il avait dit être célibataire.

Sa mere me disait toujours que j'étais une femme idéale, 

qu'un |our ou l'autre, il s'apercevrait que j'étais une perle et 

qu'il changerait. J'ai patienté, j'ai été douce et bonne avec 

lui. Mais tout cela sans succès. Dès qu'il voit une jeune 

fille, même en ma compagnie, il flirte avec elle.

Je ne peux vous raconter tout, mais sa dernière aventura 

m'a donné un coup et je croit que cet être est le plus vil de 

tous, car avec tout 

ça, 


j| n'a pas le coeur de travailler. J'ai 

dû vendre une partie de mon ménage pour donner é manger 

a mes petits. Mon mari a rencontré une jeune fille, qui, comme 

les autres, le croyait célibataire. Il devait l'épouser. Elle 

l'aimait à la folie. J'ai tout appris dans une lettre qu'elle lui 

destinait. J'ai cru en devenir folle, tellement ce qui était écrit 

était affreux. Je crois qu'il est maniaque. Après ses aventures, 

il me dit qu'il n'aime pas les autres femmes, que c'est moi 

qu'il aime. Il me supplie de ne pas l'abandonner. Mais ma 

confiance et mon amour sont morts à jamais. Ma vie est 

brisee. Je lutte pour mes enfants qui ont besoin de quelqu'un 

pour les élever. Si Dieu me garde vie, je partirai quand ils 

seront plus vieux, si je puis avoir la force de me rendre jusque 

la. Que pensez-vous de tout cela ? — DESESPEREE

R —Votre mari, s’il n’est pas un maniaque, est à tout le 

moins un Don Juan. Cette frénésie de conquêtes faciles et 

brèves, cette insouciance du mal qu’il vous fait, à vous et 

a ses pauvres jeunes filles qu’il abandonne à leur sort mal­

heureux, dénotent un déséquilibre certain.

Vous avez été trop bonne, trop douce, trop patiente. Voyez 

comme il en a abusé ! il faut savoir, dans certaines circons­

tances, faire preuve de fermeté. En êtes-vous capable ? Aux 

grands maux, ies grands remèdes. C’est le seul moyen qui 

reste a votre disposition pour sauver la situation. Il est inutile, 

pour le moment, de songer a une séparation. Quelle pension 

alimentaire pourriez-vous obtenir d'un homme qui n'a pas le 

coeur de travailler ? Et, avec trois enfants, pourriez-vous 

gagner assez vous-même pour les faire vivre et instruire 

convenablement ? A moins que vos parents puissent vous venir 

en aide, je doute que vous y parveniez.

fl vous reste aussi la ressource de vous adresser au Service 

social de votre ville DI en existe un). La, on vous donnerait 

sûrement de bons conseils et une certaine assistance. Cela 

vous permettrait de subsister mais ne changera pas votre 

mari, hélas, il aurait grand besoin de voir un psychiatre. Ne 

pourriez vous, lorsqu’il vient pleurer sur votre épaule et vous 

jurer fidélité, lui arracher la promesse d'en voir un. Faites-lui 

comprendre que c’est la seule preuve tangible qu’il puisse vous 

donner de son ferme propos de ne plus recommencer. Sans 

aide et sans soins, il n'y parviendra jamais. S'il refuse, c’est 

qu'il n est pas sincère. S'il accepte, se sera pour vous une 

premiere victoire, gage d une vie meilleure.

Il ne faut pas être trop optimiste. La guérison sera lente, 

les rechutes nombreuses. Apres une accalmie, il vous arrivera 

encore de pleurer. Mais vos larmes seront moins amères s'il 

s'y mêle un peu d’espoir. Le découragement est le refuge 

des faibles. Soyez courageuse, madame, et optez pour l'espoir !



ISicole

Prière d'adresser Innlp rorreiponrlnnce à :

COI RRIER-CONFIDENCES,

l,n Presse, 7 rue'.St-Jacqup» ouest, Montréal

Détente en musique

Il faut faire des cinq ou dix minutes que vous consacrez 

chaque jour aux exercices d'assouplissement de votre corps 

un moment de détente complète. Pour vous aider à créer cette 

atmosphère de repos, rien de mieux que d’accompagner vos 

mouvements d'une musique appropriée. Par exemple, les



Gracieuse et souple comme une ballerine, vous aussi pouvez 

le devenir en ajoutant cet exercice d'élongation de la taille 

à ceux que vous faites déjà chaque jour. Une heureuse 

suggestion : pourquoi ne pas accompagner ce mouvement 

d'un rythme de valse lente ?

marches militaires rythment fort bien les exercices des 

jambes, tandis qu’un tempo de valse scande à merveille ceux 

du buste et du torse.

Notre modèle illustre le mouvement d'élongation de la 

faille, après avoir bien entendu fait tourner un disque de 

son choix. Voulez-vous l’essayer ? Voici :

Position a genoux sur le parquet -, bien étirer la jambe 

gauche en l'appuyant sur le talon. Tout en élevant la main 

droite au-dessus de la tête, toucher de la main gauche la 

cheville, le plus loin possible. Répéter deux fois ; puis au 

fur et a mesure, augmenter jusqu’à huit fois.

Il faut faire ce mouvement lentement. Il n'en sera que 

plus gracieux. Ne vous en faites pas si au début, vous ne 

pouvez "étirer'’ vos muscles comme le fait noire modèle.

Si vous persévérez, vous y arri- 



<•

 

----------- -------------------



verez vite, allez ! Il faut tou­

jours se souvenir que "patience 

vaut mieux que rage”... ou 

abandon si vous voulez que 

votre corps soit aussi souple 

que celui d'une ballerine. Et 

n'oubliez pas la musique 1

Par Ron MacDONALD

de la Presse Canadienne

EDMONTON. (PC) — Tout 

un groupe d’enthousiastes de la 

mécanique automobile semble 

bien décidé à modifier l'idée 

que le public se fait en général 

des jeunes diables de la vitesse 

noirs de cambouis qui foncent 

à toute allure dans leurs voi­

tures spécialement équipées, 

sans égard à la vie des autres 

ou à la leur.

Seul organisme provincial du 

genre, la Provincial Hot-Rod 

Association d'Alberta reçoit 

l'assistance et l'approbation de 

la majorité de la population.

La moyenne d'âge des mem­

bres est de 19 ans et, pour 

gagner la confiance du public, 

ils font montre de leurs con­

naissances en mécanique et un 

des protagonistes les plus con­

vaincus est le ministre de la 

Voirie de la province, M. Gor­

don Taylor, qui, à l’occasion, 

leur accorde le privilège d’uti­

liser un tronçon de route pour 

leurs épreuves.

Ils ont pu ainsi donner des 

démonstrations sur la route 

Trans-Canada près de Medicine 

Hat, sur des routes à quatre 

voies dans les régions d'Ed­

monton et de Calgary et même 

sur des pistes d'atterrissage de 

certains aéroports.

Le ministre 

même donné 

une section de 1,320 pieds si­

tuée sur une route d'asphalte 

désuète aux environs d’Edmon­

ton: cette portion, nommée 

Taylor Dragway, appartient 

maintenant a la Capital City 

Hot-Rod Association qui s’en 

sert pour ses courses de véhi­

cules de toutes sortes.

Le ministre a aussi fait 

campagne pour leur trouver 

une piste permanente répon­

dant aux exigences officielles; 

elle doit donc être pavee, avoir 

60 pieds de large, être égale 

et s'étendre sur une distance de 

trois quarts de mille, avec es­

pace de chaque côté pour les 

réparations.

Au cours d'une entrevue, le 

ministre a bien voulu expliquer 

pourquoi il accorde son appui 

aux associations de jeunes 

friands de mécanique et de vi­

tesse. A son avis, il s’agit là 

de jeunes qui ne sont pas inté­

ressés à accepter les moteurs 

fabriqués en série; ils veulent 

apporter de nombreuses modi­

fications à la mécanique de leur 

automobile et, bien entendu, il 

faut qu’ils puissent mettre leurs 

travaux à l'épreuve.

Il ajoute qu’un grand manu­

facturier d'automobiles lui a 

déjà avoué que bon nombre 

des changements effectués par 

ces perfectionnistes sont sou­



vent incorporés, au bout de 

quelque temps, dans la fabri­

cation en série.

La sécurité surtout

L'APHRA veut surtout pro­

mouvoir la sécurité routière et 

les concours destinés a susci­

ter un plus grand intérêt dans 

le fonctionnement et l’utilisa­

tion des automobiles, afin de 

montrer comment on peut ti­

rer le maximum de joie de la 

possession d’un véhicule.

L'Association impose des 

sanctions a ceux de ses mem­

bres trouvés coupables d’avoir 

enfreint les règlements de la 

circulation.

Lors des courses — auxquel­

les peuvent participer n'impor­

te quel genre d'automobile — 

on met surtout l'accent sur la 

sécurité. Avant d'être admis

dans les épreuves, les véhicu­

les sont minutieusement exami­

nés et. sur place, on trouva 

toujours tout ce qu’il faut en 

cas d’accident, ambulance, pos­

te de premiers soins, camion 

des services d'incendie, etc. 

Mais, jusqu'ici, il n'est jamais 

survenu d'accident grave dans 

aucune des épreuves surveil­

lées tenues dans la province.

Les membres des clubs don­

nent leur temps, leur argent et 

leur voiture quand il s'agit

Voir LA VITESSE en page 19

VENTE D’ETE

•  1022 OUEST, RUE SHERBROOKE

•  CENTRE D'ACHATS MAISONNEUVE

Elégance automnale



SALON JULIETTE 

vous offre ce 

costume princier pour mariage, 

voyage de noces, opéra ou soi­

rée. Ce superbe deux pièces de 

brocart Damas importé enrichi 

d'un collet de vison d'élevage. 

Couleur noisette, cognac, vert, 

bleu. Vous serez le point de 

mire de toutes réceptions.



Grandeurs 8 à 18 

*119

Notre collection de robes



tricots, 

manteaux et costumes d'automne 

est déjà arrivée

•  FACILITE I»E PAIEMENT 

•AIR CLIMATISE

•  STATION\EMEAT FACILE



CR. 9-7231

t&ÿ3

m

loin de la. J'ignore ce qu’en 

pensera ma correspondante. 

Le système des "timbres- 

primes” laisse un peu plus 

de liberté à l'acheteur, puisqu'il 

choisit son cadeau (?). que ce­

lui des primes inclues dans la 

marchandise même, comme les 

divers articles placés dans les 

boites de detergent, par exem­

ple.


Cependant, il reste que la li­

berté du client est lésée. Je me 

■suis livrée à un petit calcul, Un 

livret de timbres (d'une mar­

que connue) représente $180 d’a­

chat de votre part; $2.25 sur 

$180 font moins d'un et demi 

pour cent! Or, ce qu'il faudrait 

connaître c’est le coût de re­

vient du système en entier. Sup­

posons qu’il est de 5% (c’est 

plausible et peut-être même en- 

dessous de la réalité), il reste 

3 Va % environ de ces frais que 

paient tous les clients, qu’ils 

soient ou non contre les tim­

bres. C’est dans la poche du 

consommateur qu’on va le cher­

cher car je doute fort que les 

créateurs de cette méthode de 

vente agissent ainsi par philan­

thropie. Aussi, je reste scepti­

que ... tout en comprenant, 

madame, que la plupart des 

gens se laissent prendre à cette 

prétendue générosité de la part 

dos manufacturiers et des ven­

deurs de timbres.

Je n'ai pas la prétention de 

régler le problème et d'avoir 

inventorié la question de fond 

en comble. Ce ne sont-là que 

quelques considérations que je 

livre à votre réflexion ...



Q.  — J» suis poursuivi* par 

des lettres et des téléphones 

anonymes. Je suis célibataire, 

dans la quarantaine. Je mene 

un» vie plutôt paisible, qui n'a 

rien de scandaleux, Je n» fais 

de tort à personne. Je suis par­

fois réveillée, à deux heures du 

matin, par un de ces appels ano­

nymes. Qu* pourrais-j» faire ? 

J» vous avoue que je suis exas­

pérée d'autant plus que j'ignore 

quelles sont ces personnes qui 

m'en veulent.

JE NE COMPRENDS PAS

R.  —-Il n’y a rien à y com­

prendre. en effet. Et vous me 

donnez trop peu de details pour 

que je puisse vous aider à per­

cer cette énigme. La méchan­

ceté de certaines personnes est 

telle qu’elles n’ont pas besoin 

de motifs pour causer du tort à 

leur prochain.

Vous ne découvrirez proba­

blement jamais le mystère de 

ces poursuites anonymes. Je ne 

vois qu’une solution pratique de 

les éviter. Faites changer votre 

numéro de téléphone en deman­

dant qu’il ne figure pas dans 

l'annuaire. Et ne donnez ce nu­

méro qu'à vos intimes.

Vous pouvez aussi déména­

ger. Mais une adresse se retra 

ce facilement. Contentez-vous 

donc de jeter au panier, sans 

les lire, les lettres non signées 

que vous recevrez. Devant l'é­

chec de leurs manoeuvres tra- j 

cassières, ces gens finiront par 

so lasser. L'indifférence est vo­

tre meilleure arme de défense.

Une fiancée 

loin d'être 

bienvenue!

CANBERRA (Reuters) — Il 

se peut que le gouvernement 

australien revienne sur sa dé­

cision et permette à un jeune 

étudiant malais d'amener sa 

fiancée en Australie pour une 

période de trois mois.

La politique de ce pays a tou­

jours prohibe que les épouses 

et fiancées des étudiants asiati­

ques ne les accompagnent car 

il y a suffisamment d'asiati­

ques en Australie pour qu'ils 

s'accouplent entre eux et for­

ment un groupe ethnique.

Le ministre de l'Immigration, 

Alexander Downer, a dit qu’il 

sera possible d’agréer à la de­

mande du jeune homme, a con­

dition que les jeunes gens re- 

tourent. en Malaisie d'ici la fin 

de l'année. Ten Chin Kiat a 

demandé au ministère un visa 

de sépour de trois mois pour sa 

fiancée, Mlle Sue Tan. Il a dit 

qu'il abandonnerait ses étu­

des — et il ne lui reste que trois 

mois — pour aller demeurer en 

Malaisie si le gouvernement ne 

revient pas sur sa décision.

FRAIS,

CATÉGORIE

“A”

Pour 

un repas appétissant et des 

plus exquis,

 servez du poulet de 

chez Steinberg. Servi avec des 

pommes de terre et des légu­

mes ... les membres de votre 

famille raffoleront de ce plat 

délicieux !

Oui, Steinberg est l'endroit tout 

désigné pour acheter vos poulets 

et vos fruits et légumes !

POULE

Bal de 

la Société 

hellénique

La société hellénique de bien­

faisance, section féminine, tien­

dra son bal annuel de charité, 

le samedi, 13 janvier 1962, à la 

salle Champlain de l’hôtel She- 

raton-Mt.-Royal.

NOUS SOMMES MAINTEHANT 

DEMENAGES AU

1479 MANSFIELD (

nord de 

Ste Catherine

) VI. 9-1274

J.

 HENRY RICHARDSON, O.D.

J. HENRY RICHARDSON, Jr, O.D.

eutrefoit ELITE OPTICAL



★ OPTOMETRISTES 

* OPTICIENS

Un# noov*//* coiffurt 



dimpirotion parlsitnne 

pour la jêuno HIU pratiqué



la coupe 

‘Career Girl'

$1 25

Préservez /’./.gone, ét voir» rod fur» 

en prenant avanfog* d* notre

PERMANENTE 

CAREER GIRL

A FRIRE

entièrement nettoyés 

PRETS A CUIRE !

LA 

LB

(moy. 2 é 3Vj lb)



POULET DANS LE

PANIER

POITRINES ou

CUISSES

dépecé d'avance pour d'autres portions !

Vo» morceaux préférée

Depecéet d'avance I

STEINBERG

les prix annoncés sent en vigueur juiqu'i l'heure de fermeture ïamedl. te 19 août 

1961 chet Steinberg tur l'île de Montréal, l ilt Jésui, I île Perret, Il Rive Sud et é 

Roiemire.



Bacon sans couenne 69*

TRANCHE, JACK SPRATT. DANS SON NOUVEAU PQT AMELIORE Pqt 1 lb



Pâtés de poulet 2 -• 59*

EPARGNEZ 19c - DES CUISINES DE STEINBERG I CHAQUE PATE 39e



Smoked meat tranché 29*

GRATIS 

BEIGNES


UN PAQUET DE 12 SAVOUREUSES

GENRE 

GATEAU

de la boulangerie de Steinberg

Achetez un paquet, 

un deuxième gratis !

COORSH, PAQUET "UN SANDWICH"



Tranches de veau ,k 59*

Aubaines do fruits frais

, classe no I 

de qualité contrôlée I

DESOSSE ET HACHE. A BAS PRIX I



dm Hrnutm'"

1194 OUEST. RUE STE CATHERINI



UN. 6-7636

Tranches de flétan ,k 59*

FRAIS PECHE - UN REGAL D ALIMENT OE MER !



$1* 

Le nouveau symbole Steinberg de qualité, 

courtoisie et satisfaction garantie !

RAISIN sans PEPINS 19*

TRAITE AU GIBREL DE CALIFORNIE

LA LIVRE

Jitéinbertfi

MELON D'EAU frais 49*

A CHAIR ROUGE, No 1 DES E.-U. (MOY. 16 LB) MELON ENTIER

l*i prix du denréei sent sujiti è fluctue,



OUVERT LE JEUDI ET LE VENDREDI SOIR ! La plupart des marchés Steinberg sont ouverts jusqu'à 

9 h. ou 9 h. 30 p.m. Tous les marchés ouvrent le lundi de 8 h. 40 a.m. à fi h. p.m.

STEINBERG

-

 

--------



--------

--------


--------

--------


--------

--------


--------

--------


--------

--------


--------

--------


--------

--------


--------

--------


--------

--------


--------

--------


--------

--------


--------

--------


--------

--------


--------

--------


--------

--------


--------

--------


--------

--------


--------

--------


-------

LA PRESSE, MONTREAL, JEUDI 17 AOUT 1961/*

rvM-ft’M'Y.**#,

*§!*' ■ è

fUm


£fek! te**'

<:*JW

|Mp


*-*V*

>■?*•>'


&*&*-. , . >

SPECIAUX à 6K

VENDREDI

SOYEZ AU BON ENDROIT

A L'HEURE PRECISE

Pat 

de

 command** 

téléphoniques

 ni 

postales, s.v.p.

^küüSfeh!

Montréal

En vrac, 

en bouteilles 

et en cruches.

CANADA

WHITE


VINEGAR

J

-

aww



VitiUà dan* diA 

JofVioa**'* de 

(

kha

:VV»\ ’V-

fe.


ASC-'’’

dmmÊÈttKmiïm

•x. ’V -%. -%. X X X. X. X X X. X. X.

X X. x X X XXX

Les nombreux avantages 

du plan d'assignation 

des risques-automobiles

PllIC Hi) IJ t/1 «il il nm/.Ki'l 1 

..t

 „ 


. i : 

t » . 


Plus de 600 automobilistes 

québécois se sont valus des 

avantages offerts par le nou­

veau plan provincial d'assigna­

tion des risques-automobiles, 

au cours du dernier mois.

Devant éventuellement aider 

quelque 30.1XK» personnes, ce 

plan se greffe sur le fonds d’in­

demnisation des victimes de la 

route de façon que tous ceux 

qui le veulent puissent posséder 

une assurance - responsabilité, 

même si les compagnies d’assu­

rance ne veulent pas leur en 

vendre.

M. K. H. S. Piper, président 



du fonds provincial d’indemni­

sation des victimes de la route, 

a de plus révélé, au cours de 

l’allocution qu’il prononçait hier 

midi devant les membres du 

Rotary de Westmount, que la 

province de Québec entre pré­

sentement dans une nouvelle 

ère en ce qui touche la sécurité 

routière.

“Un nouveau système de con­

trôle des permis de conduire, 

libre de toute influence politi­

que, a été constitué; nos forces 

policières sont à se mettre au 

fait des dernières techniques 

pour l'application de la loi rou­

tière; les compagnies d’assu­

rance adaptent leurs polices 

pour se conformer aux nouvel­

les lois . .a-t-il déclaré.

De plus, a-t-il ajouté, Québec 

envisage la possibilité d'ouvrir 

sur l’ile de Montréal d’autres 

bureaux d’examen pour les per­

mis de conduire. Devront, égale­

ment passer de nouveaux exa­

mens à ces bureaux les con­

ducteurs dont la fiche sera en­

tachée. Un autre service de­

vant prochainement être insti­

tué est celui de reportage cen­

tralisé des accidents routiers, 

de façon à connaître les en­

droits où ceux-ci se produisent 

fréquemment et à les éliminer 

par des travaux de voirie.



Do'stlaringiz bilan baham:
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   ...   38


Ma'lumotlar bazasi mualliflik huquqi bilan himoyalangan ©fayllar.org 2017
ma'muriyatiga murojaat qiling