Statut, reglement et instructions applicables


Download 4.99 Mb.

bet3/51
Sana13.10.2018
Hajmi4.99 Mb.
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   51

103/3.1 

Si les agents estiment qu’une allégation de fraude, de corruption ou de mauvaise utilisation des 

ressources  de  l’Organisation,  ou  tout  autre  type  de  faute,  qu’ils  ont  portée  à  l’attention  de 

l’Organisation  conformément  à  l’instruction  103/3,  n’a  pas  été  dûment  traitée,  ils  doivent  en 

faire part à  l’auditeur externe et  peuvent la  porter  à l’attention  du Conseil  par l’intermédiaire 

du Doyen en titre des Représentants permanents.

 

 



103/3.2 

Ainsi  que  prévu  à  l’article  3  b), les  agents  ne  doivent  subir  aucune  forme  de  représailles  ou 

aucun préjudice en raison de la divulgation de faits conformément aux dispositions de l’article 3

 

a)



 v), l’instruction 103/3 et de toute instruction connexe. 

 

103/3.3 

Les agents ne portent pas d’accusations à la légère ou malveillantes.

 

 

Dernière révision : janvier 2014 


13 

 

TACT ET RÉSERVE 



 

 

 

 



Instructions 

Activités publiques 

104/1 Les activités publiques de nature politique autres que la recherche ou l’occupation d’une  charge 

publique,  bien  que  n’entrant  pas  dans  le  champ  d’application  de  l’article  4  c)  ci-dessus,  sont 

néanmoins soumises à d’autres dispositions du présent statut, en particulier aux articles 2 a), 3 a) ii) et 

vi), 4 a) et b). Il est nécessaire de faire preuve de bon sens et de discernement. Par exemple, les agents 

s’abstiendront de jouer un rôle actif ou majeur dans une organisation non gouvernementale  qui  pourrait 

chercher  à  influencer  les  débats  sur  les  politiques  publiques  au  sein  de  l’Organisation.  De  la  même 

manière, les agents s’abstiendront de jouer dans un parti politique d’un pays Membre un rôle  majeur 

susceptible de porter atteinte à leur relation de travail avec des représentants du pays concerné.

 

ARTICLE 4 



 

Les agents : 

 

a)

 remplissent leurs fonctions et règlent leur conduite en faisant 

preuve  du  tact  et  de  la  réserve  exigés  d'eux  en  raison  du 

caractère  international  de  leurs  fonctions  et  des  intérêts  de 

l’Organisation ; 

 

b)

 s’abstiennent de tout acte susceptible de nuire à la réputation 

de l'Organisation ou de ses agents ; 

 

c)

  s’abstiennent  de  rechercher  ou  d’occuper  une  charge 

publique,  à  moins  d'y  avoir  été  autorisé  par  le  Secrétaire 

général; 

 

d)

  s’abstiennent  de  tout  acte  ou  déclaration  publics  et  de  toute 

publication incompatibles avec leurs devoirs et obligations ou de 

nature à engager la responsabilité de l’Organisation ; 

 

e)

 font  des  déclarations  publiques  concernant l’Organisation  ou 

ses activités uniquement avec la permission de l’Organisation ; 

 

f)

  veillent  à  la  confidentialité  des  informations  sensibles  et  non 

publiées  dont  ils  ont  eu  connaissance  dans  l’exercice  de  leurs 

fonctions ; 

 

g)

  continuent  d'être  tenus  par  l’obligation  à  laquelle  il  est  fait 

référence  au  paragraphe  f)  ci-dessus  après  avoir  quitté 

l'Organisation. 

 

Dernière révision : octobre 2002 



14 

 

104/1.1  Conformément  à  la  politique  de  l’Organisation  en  matière  de  transparence  et  de 



responsabilité  publique et  sous réserve  des  précautions  d’usage,  notamment  un  esprit  non  partisan  et 

un devoir de réserve au sujet des positions prises par les pays Membres, les agents peuvent commenter 

publiquement  les  activités  de  l’Organisation  dans  lesquelles  ils  ont  une  part  de  responsabilité.  Les 

directeurs et chefs de service doivent s’assurer que le contenu de ces commentaires est compatible avec 

les  politiques et  les  intérêts  de l’Organisation,  et  les agents  leur  demanderont  conseil,  le  cas  échéant. 

Les directeurs et chefs de service peuvent déléguer cette tâche aux chefs de division.

 

 

Dernière révision : octobre 2002 


15 

 

DROITS FONDAMENTAUX INDIVIDUELS ET DROITS 



COLLECTIFS 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

1. 

L’Organisation  peut  néanmoins  accorder  des  prestations  liées  à  l’expatriation,  prendre  des  mesures 



visant à une représentation équilibrée des deux sexes ou une répartition équitable des emplois entre ressortissants 

des pays Membres ou exiger que les agents soient physiquement aptes à occuper leur emploi. 

 

2. 


Aux termes des présents statut, règlement et instructions, les partenariats organisant les conditions d’une 

vie maritale commune enregistrés auprès d’une autorité publique nationale sont assimilés au mariage, lorsque les 

conditions décrites à l'article 16/0 (bis) sont réunies. 

 

Dernière révision : janvier 2008 



 

3. 


La politique et les lignes directrices de l’Organisation concernant la lutte contre le  harcèlement,  violation 

particulièrement grave du droit à la courtoisie, à la dignité et au respect, sont présentées à l’annexe XX  au présent 

statut. 

ARTICLE 5 

 

a)

  Les  agents  ne  sont  soumis  à  aucune  discrimination  pour  des 

raisons  d’origine  raciale  ou  ethnique,  de  nationalité,  d’opinions 

ou de croyance, de sexe, d’orientation sexuelle, d’état de santé ou 

de handicap (1) (2)

 

b)

  Les  agents  doivent  être  traités  avec  courtoisie,  dignité  et 

respect (3). 

 

c)

 Les agents ont droit au respect de leur vie privée. 

 

d)

 Professionnellement,  les  agents  ont  le  droit  d’exprimer  leurs 

divergences  d’opinion  de  manière  appropriée  au  sein  de 

l’Organisation. 

 

e)

 Les agents jouissent du droit d’association et sont notamment 

libres  de  constituer  des  organisations  syndicales  ou 

professionnelles  au  sein  de  l’Organisation,  d’y  adhérer  et 

d’exercer des mandats en leur sein. 

 

f)

  Tous  les  agents  sont  tenus  de  respecter  ces  droits  dans 

l’exécution de leurs fonctions et dans leur comportement avec les 

autres agents. 

 

Dernière révision : janvier 2008 



16 

 

Instructions 



Expression d’opinions professionnelles 

 

105/1 Les  agents  dont  l'opinion  professionnelle  est  contraire  à  une  politique  ou  à  une  décision  de 

leurs supérieurs hiérarchiques ou  d'un autre secteur  de l'Organisation peuvent exprimer ce désaccord 

de  manière  raisonnée  et  discrète  au  sein  du  Secrétariat,  y  compris  auprès  des  hauts  responsables 

compétents.

 

 



105/1.1 Le  droit  d'exprimer  une  opinion  professionnelle  divergente  ne  dispense  pas  les  agents  de 

mettre  en  œuvre  une  politique  ou  décision  licite,  une  fois  adoptée.  Si  les  agents,  après  avoir  exprimé 

leur  désaccord  conformément  à  l’instruction  105/1,  ont  toujours  de  sérieuses  réserves,  ils  peuvent 

demander des instructions écrites.

 

 



Vie privée 

 

105/2 Les  agents  qui  ont  accès  à  des  informations  personnelles  confidentielles  concernant  d'autres 

agents  ne  peuvent  les  utiliser  qu’à  des  fins  officielles  dûment  autorisées  et  doivent  les  manier  avec 

prudence.

 

 



105/2.1 En  conformité  avec  le  respect  de  la  vie  privée,  l'Organisation  peut  prendre,  dans  des  cas 

appropriés, des mesures à l'égard d’agents dont la conduite en dehors de l’Organisation ou du champ 

d’application de leurs fonctions compromet leur aptitude à s'en acquitter de façon satisfaisante ou n'est 

pas compatible avec le statut de fonctionnaire international. Cela inclut les actions qui peuvent porter 

préjudice à la réputation de l’Organisation ou être perçues comme un abus des privilèges et immunités 

de l’Organisation et de son personnel.

 

 



105/2.2 Les  comptes  électroniques  mis  à  la  disposition  des  agents  sont  destinés  à  l’exécution  des 

fonctions officielles et non au stockage d’informations personnelles confidentielles. L’Organisation peut 

avoir  accès  au contenu de ces comptes  avec le consentement  de leurs  titulaires  ou avec l’autorisation 

du Directeur exécutif ou conformément aux lignes directrices établies par celui-ci.

 

 

Dernière révision : octobre 2002 


17 

 

PROTECTION DES AGENTS DANS L’EXERCICE DE 



LEURS FONCTIONS 

 

 

 

 



Instructions 

Demandes d’assistance 

105bis/1  Toute  demande  de  protection  en  vertu  de  l’article  5  bis)  a)  par  des  agents  menacés  ou 

attaqués en raison de leurs actes ou de leur statut d’agents de l’Organisation doit être adressée au Chef 

de  la  gestion  des  ressources  humaines.  La  protection  accordée  peut  prendre  la  forme  d’une 

contribution aux frais occasionnés par la défense juridique des intérêts des agents ou toute autre forme 

d’aide dans ce contexte.

 

 



Privilèges et immunités 

 

105bis/2  Le  droit  de  décider  s'il  y  a  lieu  d’invoquer  les  immunités  ou  de  les  lever  appartient  à 

l’Organisation.  Les  agents  qui  souhaitent  invoquer  l’immunité  doivent  adresser  une  demande  au 

Secrétaire général par l’intermédiaire du Chef de la gestion des ressources humaines. S’il n’a pas été 

possible de demander une décision préalable, les agents qui invoquent l’immunité doivent immédiatement 

en informer le Chef de la gestion des ressources humaines.

 

 



105bis/2.1   Toute autre difficulté concernant les privilèges et immunités doit être immédiatement portée 

à la connaissance du Chef de la gestion des ressources humaines.

 

 



105bis/2.2  Les  agents  ne  doivent  ni  chercher  à  obtenir,  ni  accepter  des  avantages  soumis  à  des 

conditions de ressources auxquels ils n’ont pas droit compte tenu de la rémunération qu’ils perçoivent 

de l’Organisation.

 

 

Dernière révision : octobre 2002 

ARTICLE 5bis 

 

a)

 Les agents bénéficient de la protection de l’Organisation pour 

les actes accomplis par eux dans l’exercice de leurs fonctions. Ils 

continueront  à  bénéficier  de  cette  protection  après  la  cessation 

de leurs fonctions. 

 

b)

  Les  agents  bénéficient  de  certains  privilèges,  immunités  et 

facilités qui leur sont accordés dans l'intérêt de l'Organisation et 

non  à  leur  avantage  personnel.  En  particulier,  ces  privilèges, 

immunités  et  facilités  ne  dispensent  pas  les  agents  de  se 

conformer  à  leurs  obligations  privées  ni  d'observer  strictement 

la législation applicable. 

 

Dernière révision : octobre 2002 



18 

 

Titre III - NOMINATION, SELECTION, 



REAFFECTATIONS, PROMOTIONS ET FINS 

D’ENGAGEMENT 

NOMINATION 

 

 

 

1



Par  décision du Conseil,  des  personnes  qui ne  sont pas ressortissantes d’un  Membre  de l’Organisation peuvent être 

nommées en qualité d’agents dans les seuls programmes et services, et dans les conditions, figurant ci-après : 

  Secrétariat  de  la  Conférence  européenne  des  Ministres  des  transports  (CEMT),  désormais  Forum  international  des 



transports  (FIT)  (réunion  du  Conseil  du  27 mai 1993,  document  C(93)73/FINAL) :  les  ressortissants  de  tous  les 

Membres de la CEMT/FIT. 

  Secrétariat  du  Club  du  Sahel  et  de  l’Afrique  de  l’Ouest  (CSAO)  (réunion  du  Conseil  du  1  décembre 2010, 



documents  C(2010)165/REV1, C(2010)165/REV1/CORR1  et  C/M(2010)23/PROV,  protocole  d’accord  du  8 mars 

2011) :  les  ressortissants  de  tous  les  Membres du CSAO et d’organisations internationales participant au CSAO. 

  Secrétariat  du  Centre  conjoint  OCDE/FIT  de  recherche  sur  les  transports  (CCRT)  (réunion  du  Conseil  du  26  juin 



2003, document C(2003)128/FINAL) : les ressortissants de tous les Membres de la CEMT/FIT. 

  Secrétariat  du  Groupe  d’action  financière  (GAFI)  (approuvé  par  le  Conseil  selon  la  procédure  écrite  en  date  du 



9 décembre 2005, documents C(2005)168 et C/M(2005)25) : les ressortissants de tous les Membres du GAFI. 

  Secrétariat  du  Partenariat  statistique  au  service  du  développement  au  XXI



siècle  (PARIS21)  et  des  programmes 

satellites  de  PARIS21  (réunion  du  Conseil  du  12 juin 2007,  documents  C(2007)26/REV2  et  C/M(2007)10) :  les 

ressortissants de pays bénéficiaires de l’aide publique au développement (APD), tels que définis par le Comité d’aide 

au développement (liste des bénéficiaires d’APD établie par le CAD). 

  Secrétariat  du  Forum  mondial  sur  la  transparence  et  l’échange  de  renseignements  à  des  fins  fiscales  (« le  Forum 



mondial ») (réunion du Conseil du 17 septembre 2009, document C(2009)122/FINAL) : les ressortissants de tous les 

Membres du Forum mondial. 

  Secrétariat du Partenariat international pour la coopération  en matière d’efficacité énergétique (IPEEC), hébergé par 



l’AIE (réunion du Conseil du 13 avril 2011, documents C(2011)67/REV1 et C/M(2011)7) : les ressortissants de tous 

les Membres de l’IPEEC. 

  Secrétariat  du  Centre  de  développement  (réunion  du  Conseil  du  14  octobre  2014,  documents  C(2014)79  et 



C/M(2014)11) : les ressortissants de tous les Membres du Centre de développement. 

  Secrétariat de l’Agence de l’OCDE pour l’énergie nucléaire (AEN) (réunions du Conseil du 26 mai 2015 et du 17 mai 



2017, documents C(2015)32, C(2017)67, C/M(2015)12/REV1 et C/M(2017)9) : les ressortissants de l’Argentine, de 

la Fédération de Russie et de la Roumanie. 

  Secrétariat  du Groupe d’étude chargé de la  mise en œuvre  du programme d’action environnementale pour l’Europe 



centrale  et  orientale  (PAE)  (réunion  du  Conseil  du  11  mai  2016,  documents  C(2016)26/REV1  et  C/M(2016)8 :  les 

ressortissants  des  pays  participant  actuellement  au  Groupe  d’étude  du  PAE  (Arménie,  Azerbaïdjan,  Belarus, 

Fédération de Russie, Géorgie, Kazakhstan, Ouzbékistan, République kirghize, République de Moldova, Tadjikistan, 

Turkmenistan et Ukraine) qui  possèdent l’expérience et la  connaissance requises des  pays  de l’Europe  orientale,  du 

Caucase et de l’Asie centrale (EOCAC). 

  Secrétariat  de  la  réunion  ministérielle  sur  les  énergies  propres  (CEM)  à  l’Agence  internationale  de  l’énergie  (AIE) 



(réunion du Conseil du 27 septembre 2016, documents C(2016)126 et C/M(2016)13) : les ressortissants de pays non- 

Membres de l’OCDE participants à la CEM. 

  Le Centre de politique et d’administration fiscales pour la réalisation de fonctions qui se rapportent au Projet BEPS et 



à  l’initiative  IISF (réunion  du  Conseil  du  12  juillet  2017,  documents  C(2017)34/REV1  et  C/M(2017)13) :  les 

ressortissants des pays Associés au Cadre inclusif sur le BEPS. 

 

Les  ressortissants  d’un  pays  non-Membre  de  l’OCDE  nommés  pour  travailler  dans  l’un  des  programmes  ou  services 



susmentionnés ne peuvent pas être sélectionnés pour exercer des fonctions dans un autre service de l’Organisation pour 

lequel le Conseil n’a pas accordé d’exception portant sur leur nationalité. 



ARTICLE 6 

 

a)

 Le  Secrétaire  général  nomme  les  agents  de l’Organisation,  en 

vertu de l’article 11 de la Convention relative à l’Organisation de 

Coopération et de Développement Économiques. 

 

b)

  À  moins  que  le  Conseil  n’en  décide  autrement,  seuls  les 

ressortissants  d’un  Membre  de  l’Organisation  peuvent  être 

nommés en qualité d’agents

1

. 

 

Dernière révision : janvier 2018 



19 

 

SELECTION 



 

 

 

 

 



Règlement 

 

7/1 

 

a)  Le  Secrétaire  général  prévoit  une  procédure  compétitive  standard  pour  la  sélection  des 

agents  appelés  à  exercer  des  fonctions  dans  l’Organisation.  Le  Secrétaire  général  peut 

recourir à des procédures de sélection simplifiées pour des fonctions spécifiques qui ne sont 

pas  estimées  requises  sur  le  long  terme,  seront  probablement  mieux  pourvues  en  interne, 

demandent à être pourvues de manière urgente, ou doivent être pourvues dans le cadre d’un 

accord  avec  une  administration  nationale  ou  une  organisation  intergouvernementale.  Ces 

procédures  standard  et  simplifiées  sont  précisées  par  voie  d’instructions  du  Secrétaire 

général. 

 

b)  Sans préjudice du paragraphe a) ci-dessus, le Secrétaire général peut pourvoir aux fonctions 



suivantes par sélection directe : 

 

i)  les fonctions de Directeur de Cabinet et de Directeur adjoint de Cabinet; et 



 

ii)  dans des circonstances exceptionnelles, c’est-à-dire lorsqu’il y a un candidat d’une 

valeur incontestable ou une décision très rapide à prendre, d’autres fonctions, y compris 

celles de Directeur exécutif et de Chef économiste. 

 

Ces sélections directes sont effectuées dans le respect des principes énoncés à l’article 7



2

 

du statut. 



 

c)  Les  personnes  ayant  occupé les  fonctions  de  représentants  permanents  ou  de  représentants 

permanents adjoints d’un Membre de l’Organisation ne peuvent être employées en quelque 

qualité que ce soit par l’Organisation, ni entrer  dans une quelconque relation contractuelle 

avec l’Organisation, pendant une période de douze mois à compter de la date de cessation 

de leurs fonctions. 

 

Dernière révision : janvier 2011 



 

 



Voir C/M(2010)24, point 283. 

ARTICLE 7 

 

a)

 Dans la sélection des agents, le Secrétaire général tient compte 

avant tout de la nécessité de faire appel aux services de personnel 

possédant les plus hautes qualités de compétence et d’intégrité. 

 

b)

  Le  Secrétaire général  s’assure, dans  la  mesure  du possible, 

d’une  répartition  équitable  des  fonctions  entre  les  ressortissants 

des  Membres  de  l’Organisation,  et  d’une  représentation 

équilibrée  des  genres,  en  particulier  au  titre  des  fonctions 

supérieures de direction. 

 

c)

  Les  agents  doivent  être  médicalement  aptes  à  l’exercice  des 

fonctions auxquelles ils sont affectés. 

 

Dernière révision : janvier 2011 



20 

 

Généralités 



 

Instructions 

 

107/1 

 

a)

  Aux fins des présents statut, règlement et instructions, les termes ci-après  s’entendent  comme 

suit :

 

 



Sélection : décision en vertu de laquelle une personne est retenue pour exercer des  fonctions 

au sein de l’Organisation ;

 

Engagement : décision en vertu de laquelle des personnes sont engagées en qualité  d’agents 



;

 

Affectation : décision en vertu de laquelle des fonctions sont affectées à des agents ;

 

Réaffectation :  décision  en  vertu  de  laquelle  de  nouvelles  fonctions sont  affectées  à  des 

agents ;

 

Promotion :  décision  en  vertu  de  laquelle  des  agents  sont  promus  à  un  grade  ou  à  une 



catégorie  plus  élevé(e),  à  la  suite  d’une  procédure  de  sélection  ou  d’une  réaffectation 

directe ;

 

Parent proche : les conjoints  ou  les concubins  des agents et  toute personne ayant  avec les 



agents  ou leur  conjoint  ou concubin  les  liens  de  parenté  suivants :  ascendant, descendant, 

frère, sœur, oncle, tante, cousin(e) au premier degré, neveu, nièce et parent par alliance.

 

b)



  Aux fins des présents statut, règlement et instructions, lorsqu’il est fait référence dans une 

instruction  à  un grade  de  la  catégorie A,  il  est  également  fait  référence, implicitement,  au 

même grade de la catégorie L.

 

 




Do'stlaringiz bilan baham:
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   51


Ma'lumotlar bazasi mualliflik huquqi bilan himoyalangan ©fayllar.org 2017
ma'muriyatiga murojaat qiling