Thba pdg 2015 Ardèche, Commune d’Issanlas


Download 496 Kb.

bet3/5
Sana15.11.2017
Hajmi496 Kb.
1   2   3   4   5

0,73

2,2

0,81

22,48

Type d' écoulement

13,37

42%

5,56

17%

Bon 


Moyen

Mauvais


Inconnu

Les  écoulements  peuvent  être  caractérisés  de  différentes  manières,  le  tableau 

s sur le terrain, celles-ci ne sont pas exhaustives et nécessiteron

Une partie des écoulements de type cours d'eau et ruisseaux ont été appréciés à partir de différents 

ermettant de juger de leur bon état. Cet état a été apprécié en prenant en compte la qualité 

physique:  état  des  berges,  intégrité  morphologique,  le  colmatage...;    la  diversité  des  habitats  et  les 

plantes aquatiques observées.  

La  moitié  du  linéaire  du  réseau  hydrographique  est  ainsi  en  bon  état.  Seul  20%  du  linéaire  est  jugé 

dégradé et qualifié de moyen à mauvais. L'état le plus mauvais correspond en général à des

de  cours  d'eau  ou  ruisseaux  dont  la  morphologie  a  été  impactée 

comme le recalibrage d'une portion de cours d'eau voir le détournement de celui

 

 



 

 

 



 

 

 



 

 

 



 

 

 



écoulements sur la zone d’étude

Les données hydrologiques et physico-chimiques

Des prises de débit à l'étiage ont été effectuées de manière empirique (seau ou flotteur) afin d'avoir 

une première idée des apports des différents émissaires. 

Ils ont été réalisés le 19 octobre 2013 à la période des plus basses eaux de 

Ceci nous donne un premier aperçu et nécessitera d'être affiné dans le temps

Des mesures de conductivité, pH et température ont également été effe

Sans surprise, la conductivité  est faible avec des valeurs <à 80 µS.cm

-1

, sauf pour le rejet sous le village 



atteint des valeurs d'environ 400 µS.cm

-1

. (Un projet d'unité de traitement est prévu pour remédier 



à  ce  rejet  d'eaux  usées.  Notons  que  celui-ci  est  toutefois  un  peu  dilué  car  des  eaux  de  sources  s'y 

rejettent  également.)  Le  pH  indique  des  eaux  plutôt  acides  et  les  températures  sont  fraiches.  Des 

sondes de température seront installées et permettront d'avoir une idée plus précise de la variabilité 

28 


Temporaire Total général (Km)

9,49


31,94

0,07


0,07

0,29


1,06

1,92


0,67

3,13


0,08

0,08


0,13

0,38


11,59

37,81 Km

Type d' écoulement

Les  écoulements  peuvent  être  caractérisés  de  différentes  manières,  le  tableau  suivant  synthétise  les 

ci ne sont pas exhaustives et nécessiteront d'être affinées dans 

Une partie des écoulements de type cours d'eau et ruisseaux ont été appréciés à partir de différents 

ermettant de juger de leur bon état. Cet état a été apprécié en prenant en compte la qualité 

le  colmatage...;    la  diversité  des  habitats  et  les 

au  hydrographique  est  ainsi  en  bon  état.  Seul  20%  du  linéaire  est  jugé 

dégradé et qualifié de moyen à mauvais. L'état le plus mauvais correspond en général à des portions 

  récemment  ou  anciennement 

comme le recalibrage d'une portion de cours d'eau voir le détournement de celui-ci.  

Caractérisation de l’état des 

écoulements sur la zone d’étude 

chimiques 

s de manière empirique (seau ou flotteur) afin d'avoir 

Ils ont été réalisés le 19 octobre 2013 à la période des plus basses eaux de l'année en question.  

dans le temps. 

Des mesures de conductivité, pH et température ont également été effectuées sur les mêmes points. 

, sauf pour le rejet sous le village 

. (Un projet d'unité de traitement est prévu pour remédier 

ci  est  toutefois  un  peu  dilué  car  des  eaux  de  sources  s'y 

es  et  les  températures  sont  fraiches.  Des 

sondes de température seront installées et permettront d'avoir une idée plus précise de la variabilité 



29 

 

 



30 

 

53%



12%

15%

2%

8%

9%

1%

Proportion des grands types d'habitats sur la zone d'études

Boisement pins et plantations

Pelouses et landes

Prairies humides

Tourbières boisées et boisement 

marécageux

Tourbières, tremblants et bas-marais

Pâturage et prairies de fauche

Milieux aquatiques et végétations 

associées

 

Habitats 

A l'échelle de la zone d'étude, les grands type d'habitats se répartissent ainsi: 

 

 

Le type de couvert végétal le plus répandu est le boisement, constitué de plantations de conifères ou 



de boisements spontanés de pins sylvestre. 

Globalement, les milieux humides tout type confondu représentent environ un tiers de la surface de la 

zone d'étude. 

 

La zone d'étude présente une grande diversité d'habitats dont 16 habitats d'intérêt communautaire, 



ce qui met en évidence la richesse du milieu. 

La  majeure  partie  des  habitats  remarquables  se  trouvent  dans  les  narces,  autrement  dit  les  zones 

humides. Toutefois, en terme de surface, les habitats de prairies de fauche peu fertilisées, les pelouses 

à nard ainsi que la lande à genêt purgatif sont plus importants. 



31 

 

 



 

32 

 

 



33 

 

 



 

 

 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Intitulé Habitats

Code Corine

Code Natura 2000

Statut Natura2000

Intitulé N2000

Gazon amphibie à Petite douve et jonc 

bulbeux

22,31


3130

IC

Eaux stagnantes, oligotrophes à mésotrophes 



avec végétation du Littorelletea uniflorae 

et/ou du Isoëto-nanojuncetea



Végétation des rivières oligotrophes 

acidiphiles

24,41


3260-1

IC

Rivières des étages planitiaires à montagnard 



avec végétation du Ranunculion fluitantis  et 

du callitricho-batrachion



Priairies humides et mégaphorbiaie  

montagnarde à Cirse des marais et Renoncule à 

feuilles d'Aconit

37

6430-2



IC

Mégaphorbiaies hygrophiles d'ourlets 

planitiaires et des étages montagnard à alpin

Prairies à molinie

37,31


6410

IC

Prairies à Molinia sur sols calcaires, tourbeux 



ou argilo-limoneux (Molinion caeruleae)

Bois de bouleaux à sphaigne

44.A1


91DO

PR

Tourbières boisées



Bois tourbeux de pins silvestre

44.A2


91DO

PR

Tourbières boisées



Marais de transition à laiche à bec, sphaigne et 

trêfle d'eau

54.5


7140

IC

Tourbières de transition et tremblantes



Tremblants à Carex rostrata

54.53


7140

IC

Tourbières de transition et tremblantes



Radeaux à Menyanthes et Comaret

54.59


7140

IC

Tourbières de transition et tremblantes



Tourbières hautes à peu près naturelles

51,11


7110

PR

Tourbières hautes actives



Tourbière dégradée à molinie

51,2


7120

IC

Tourbières hautes dégradées encore 



susceptibles de régénération naturelle

Prairies de fauche

38,3


6520

IC

Prairies de fauche de montagne



Pelouses à nard

35,1


6230

PR

Formations herbeuses à Nardus, riches en 



espèces, sur substrats silicieux des zones 

montagnardes



Landes sub-atlantiques à Genêt et Callune

31,22


4030

IC

Landes montagnardes à Calluna  et Genista



Landes à genêt purgatif

31,842


5120

IC

Formations montagnardes à Cytisus purgans



Landes à genêt à balai

31,841


Clairières forestières: ourlets à Framboisier et 

epilobes en épi

31,87


Bois de pins sylvestre

42,57


Plantations de conifères

83,31


Pâturages à Cynosurus-Centaurea

38,112


Eaux douces

22,1


Végétation flottant librement

22,41


Prairies à canche cespiteuse

37,213


Priairies à renoué bistorte

37,215


Prairies à jonc filiforme

37,216


Prairies à jonc diffus

37,217


Prairies à jonc acutiflore

37,22


Pature à grand joncs

37,241


Prairies à joncs rudes et pelouses humides à 

nard

37,32


Saussaies marécageuses

44,922


Bois de bouleaux

41-b


Cariçaies à Carex rostrata

53,2141


Zone de sources

54,11


Tourbières basses à Carex nigra, C, canescens 

et C, echinata

54,422


34 

 



 

Description des principaux habitats 



 

 

Les habitats ont été regroupés par grand type afin d'en donner une description plus compréhensible. 



Milieux aquatiques et végétations associées 

 

24.41   Végétation des rivières oligotrophes acidiphiles 



24.11   Ruisselets 

22.11   Eaux libres oligotrophes 

22.31   Gazon amphibie à petite douve et jonc bulbeux 

22.41 


Végétation flottant librement 

53.4 


 Roselière basse à Glycérie flottante 

37   


Prairies humides et mégaphorbiaie  montagnarde à Cirse des marais et Renoncule à feuilles d'Aconit 

 

Dans ce groupe, on retrouve les habitats liées aux eaux courantes et aux eaux stagnantes, avec une 



immersion des eaux qui peut être temporaire d'où des habitats qui differeront. 

Etant  situé  sur  la  tête  de  bassin  versant  de  la  Langougnole,  le  réseau  hydrographique  est 

constitué  de  ruisseaux  et  cours  d’eau  qui  relève  selon  la  typolgie  de    ILLIES  ET 

BOTOSANEANU du Crenon et de l’épirhitron, ou encore de la zone à truite selon la typologie 

de  HUET.  Autrement  dit,  nous  sommes  en  présence  de  cours  d’eau  de  faible  largeur,  à 

température  fraiche  et  bien  oxygénée  avec  une  pente  plus  ou  moins  prononcée  et  se 

caractérisant par des espèces piscicoles et d’invertébrés d’eaux froides, comme la truite. 

 

On retrouve des herbiers des eaux stagnantes ou peu courantes dominés par le potamot à 



feuilles de Renouée, Potamogeton polygonifolius. Ce type d’habitat est notamment présent 

dans  les  bras  annexes  de  la  Langougnole  ou  des  ruisseaux  à  une  profondeur  faible.  Cet 

habitat est peu répandu et occupe de faibles surfaces. 

Dans les eaux courantes, en revanche on a le développement d'un autre type d'habitat avec 

la présence de la Renoncule, Ranunculus  fluitantis et de callitriche. Sur la Langougnole, cet 

habitat se caractérise aussi par la présence ponctuelle mais régulière du Rubanier émergé. 

Dans les zones les moins courantes de la Langougnole et des ruisseaux, ainsi que les eaux 

stagnantes, on peut voir des roselières basses à Glycérie flottante de manière relativement 

fréquente. 

Sur des secteurs où les habitats subissent une immersion temporaire, on observera le développement 

de ce que l'on appelle un gazon amphibie avec la présence du jonc bulbeux. 

 

Enfin,  la  mégaphorbiaie  se  caractérise    par  le  développement  de  hautes  herbes  avec  notamment  la 



présence  de  la  renoncule  à  feuille  d'aconit  qui  est  caractéristique  de  cette  formation.  Cet  habitat  se 

trouvera le long de la Langougnole et des ruisseaux sur des secteurs qui ne présentent pas d'activités 

tels que le pâturage. 

 

Milieux très humides ou « narceux » 

 

54.11 


Zones de sources 

53.2141  Cariçaie à Carex rostrata 

 

Ces  habitats  ont  pour  point  commun  de  révéler  une  humidité  très  importante,  autrement  dit  ces 



habitats  se  caractérisent  par  la  présence  de  plantes  telles  que  le  Carex  rostrata  ou  la  montie  des 

sources qui ont besoin d'avoir les pieds dans l'eau.  On trouvera en espèces compagnes l'épilobe des 

marais ou encore la potentille des marais. 

 

54.5 



Tourbière de transition 

54.59 


Radeaux à Menyanthes et Comaret 

54.53 


Tremblant à Carex rostrata 

 

Dans ce groupe, l'hygrometrie est aussi très importante, les sols sont gorgés 



d'eaux et peuvent être tremblants. Ces végétations occupent une position 

intermédiaire entre les végétations aquatiques 

et les végétations terrestres (hauts-marais et bas-marais) colonisant les 

dépressions eneau notamment. Les plantes caractéristiques sont le trêfle d'eau, 

le Comaret et la Laîche en ampoules avec souvent la présence de sphaignes. 


35 

 

 



 

 

 



51.1 

Tourbière haute active 

51.2  

Tourbière dégradée à Molinie 



54.4 

Bas marais à laîches 

 

La tourbière haute active se caractérise par la présence de buttes 



de sphaignes caractéristiques qui peuvent être colonisées par la 

Callune  (Caluna  vulgaris),  la  potentille  tourmentée  (Potentilla 

erecta), ou encore la linaigrette vaginée (Eriophorum vaginatum). 

On  trouvera  également  le  polytric  commun  ou  la  molinie  bleue 

ainsi  que  des  Carex.  Cet  habitat  se  forme  en  présence  d'un  sol 

gorgé d'eau. 

Lorsque  celui-ci  connait  de  profondes  modifications  par  un 

asséchement  par  exemple,  on  se  retrouve  en  présence  d'un 

habitat  peu  diversifié  dont  la  dominance  des  touradons  de 

molinie est caractéristique. 

 

Parmi les espèces caractéristiques du bas-marais  on retrouve les 



petits carex du type Carex curta, Carex echinata et Carex nigra, le 

jonc  acutiflore  (Juncus  acutiflorus),  le  jonc  filiforme  (Juncus 

filiformis),  la  pédiculaire  des  marais  (Pedicularis  palustris),  le 

rossolis  à  feuilles  rondes  (Drosera  rotundifolia),  la  parnassie  des 

marais (Parnassia palustris) et diverses sphaignes (Spagnum sp.)… 

Cet habitat se rencontre dans des dépressions où il peut y avoir présence de buttes de spaignes.  Cette 

formation  est  relativement  répandu  au  sein  des  tourbières  et  zones  humides  de  la  zone  d'étude, 

toutefois cela ne recouvre jamais de grandes surfaces. 

 

 

 



Tourbières boisées et boisement marécageux 

 

44.922  Saussaie marécageuse 



44.A2    Bois tourbeux de Pins sylvestre 

44.A1    Bois de Bouleaux à spaignes 

 

Dans  ce  groupe  se  trouve  les  boisements  humides.  La  saussaie  marécageuse  est  une 



formation arbustive dont l'espèce caractéristique est le saule à oreillettes, Salix aurita. cette 

formation  de  faible  surface  sur  le  site  se  trouve  en  général  en  bordure  ou  dans  les  bas-

marais et tourbières. 

L'autre formation, qui ici a été  distinguée en 2 catégories correspond à des boisements qui 

se  sont  développés  sur  des  zones  tourbeuses,  gorgées  d'eau  correspondant  à  des 

tourbières  ou  des  bas-marais  acides.  Dans  un  cas,  la  formation  est  dominée  par  le  pin 

silvestre et dans l'autre cas,  qui est plus rare, par le bouleau. Les sphaignes, la molinie ou 

encore les carex constituent les espèces les plus répandues en sous-bois. 

Ces milieux, bien qu'ils représentent une faible surface à l'échelle de la zone d'étude sont en 

progression  compte  tenu  de  la  fermeture  des  milieux  qui  s'opère  par  l'abandon  des 

pratiques de pâturage notamment. 

 

 



Plusieurs  types  de  prairies  humides  peuvent  être  distingués  sur  le  site.  Ces  prairies  sont 

composées de plantes variées hygrophiles ou mésohygrophiles. 

 

 

 



 

 

 



 

 

 



36 

 

 



 

 

Les prairies 

 

37.31   Prairies à molinie 



37.3 2  Nardaie humide à sélin des pyrénées et jonc raide 

37.213  Prairie humide à Canche cespiteuse 

37.215  Prairie humide à Renouée bistorte 

37.216  Prairie humide à Jonc filiforme 

37.217  Prairie humide à Jonc diffus 

37.22 


Prairie humide à Jonc acutiflore 

37.241  Pâture à grand joncs 

 

 

La prairie à molinie se distingue du fait de la pauvreté du sol en nutriments, autrement dit ce sont des 



prairies  non  fertilisées.  Elles  sont  soumises  à  une  fluctuation  de  l'eau  saisonnière  avec  des  périodes 

d'engorgement et d'assechement. La molinie, le jonc acutiflore, la laiche en étoile ou la laiche noire, 

ou  encore  la  potentille  dressée  sont  quelque-unes  des  espèces  caractéristiques  de  cet  habitat.  Cet 

habitat  apparait  peu  présent  mais  il  peut  avoir  été  sous  estimé  car  assimilé  au  bas-marais  où  la 

distinction n'apparait pas toujours évidente.. 

 

La  nardaie  humide  est  bien  représentée  sur  le  site  et  se  présente  sous  l'aspect  d'une  pelouse  rase 



marqué  par  la  présence  du  nard  raide.  Le  jonc  rude  mais  également  la  gentiane  pneumonanthe,  la 

fétuque  ovine  ou  encore  la pédiculaire  des  bois  peuvent  être  vus  dans  ce  type  d'habitat.  Celui-ci  se 

développera dans des conditions moyennement humides. 

 

Les autres prairies humides se caractérise par la dominance d'une espèce comme la canche cespiteuse 



ou encore le jonc diffus, la renouée bistorte et ont en point commun de présenter des sols plus riches 

en nutriments que les prairies à molinie ou les nardaies humides. Ce sont en général des prairies qui 

sont pâturées et dont les pratiques peuvent favoriser ou non la dominance d'une espèce comme le 

jonc diffus. Leur diversité n'est en général pas très élévée. 

 

Parmi les autres milieux naturels on trouve : 



 

Les pelouses et landes 

 

31.22   Landes sub-atlantiques à Genêt et Callune 



31.841  Lande à genêt à balais 

31.842  Lande à genêt purgatif 

35.1 

 Pelouse à Nard raide 



 

Il  s’agit  de  formations  basses  dominées  par  le  genêt  à  balais  (Cytisus  scoparius),  le  genêt 

purgatif  ou  encore  la  callune  dans  laquelle  on  retrouve  également  quelques  espèces 

comme Epilobium angustifolium, Rubus idaeus et Cytisus scoparius.  

Ces mêmes formations sont souvent en contact avec les pelouses à nard raide qui sont des 

formations  basses  xérophiles  ou  mésophiles  se  développant  sur  substrat  acide,  non 

fertilisés donc pluôt oligotrophe. Dans cette formation, on peut distinguer différents types 

de pelouses selon le cortège des espèces présentes reflétant les caractéristiques du milieu: 

absence  ou  présence  de  pâturage  par  exemple,  puis  l'acidité  plus  ou  moins  grande  du 

substrat.  Les  espèces  caractéristiques  que  l'on  peut  citer  sont  les  suivantes:  nard  raide, 

oeillet à delta, la véronique officinale, la brize intermédiaire appelée également amourette, 

le thym faux-pouliot, le genêt ailé... 

 

 

 



 

 

 



 

 

 



 

37 

 

38.3 



 Prairie de fauche 

 

Il  s'agit  de  prairies  en  général  très  fleuries  et  colorées.  Elles  sont  en  général  peu  fertilisées  et  se 

développe en situation mésophile à mésohygrophile. 

Le maintien de la diversité floristique de ces prairies est dépendant du maintien de pratiques agricoles 

extensives, une fertilisation excessive diminue la diversité floristique au profit de graminées. La fauche 

peut être accompagnée ou non d’un pâturage de printemps ou de regain à l’automne sur le territoire. 

Ces prairies se composent d'espèces montagnardes comme le Meum athamanticum (Cistre ou fenouil 

de  montagne),  Viola  lutea  ainsi  que  d'espèces  prairiales  telle  que  Trisetum  flavescens,  Arrhenatherum 

elatius,  Tragopogon  pratensis,  Sanguisorba  officinalis  (...)    et    l'absence  d'espèces  oligotrophes 

(Hieracium pilosella, Polygala div. sp., Thymus div. sp.). Sur le territoire, l'ensemble des secteurs fauchés 

ne correspondent pas toujours à des prairies de fauche telle qu'elles viennent d'être définies mais à de 

la nardaie mésohygrophile.



 

 


38 

 

 



 

39 

 

Evolution historique de la zone d'étude 

 

Les extraits de cartes anciennes ci-dessous font bien apparaitre La Langougnole. Toutefois, sur la carte 



de  Cassini,  un  affluent  apparait  avec  une  source  au  niveau  de  Rieuclar.  Il  s'agit  vraisemblablement 

d'une erreur de lecture puisqu'il s'agirait d'un ruisseau qui s'écoule dans l'autre sens et qui conflue vers 

Saint Cirgues avec le Vernaison. Le relief est apparent et gagne en précision avec l'extrait de carte de 

l'Etat-major où l'on distingue bien les secteurs de la plaine d'Issanlas, Rougier, ou encore des Narces et 

des Vestides. 

 

Extrait de la carte de Cassini (XVIII° et de la carte de l'Etat-Major (XIX)  



Source: Géoportail 

 


40 

 


41 

 

 



 

 

La  carte  page  précédente  qui  met  en  parallèle  les  photos  aériennes  de  la  zone  d'étude  en  1956  et 



2011, soit à 55 ans d'intervalle, appelle diverses observations: 

 

- on observe une progression importante des boisements sous forme de plantations de conifères qui 



est bien visible au sud et à l'est des Vestides, ainsi qu'au sud-ouest au niveau du lieu-dit Péreyres par 

exemple.  Ceci  est  à  mettre  en  lien  avec  la  politique  du  Fond  Forestier  National  subventionnant  les 

plantations après la seconde guerre mondiale. 

 

- Cette progression des boisements s'est aussi effectuée de manière spontanée avec comme essence 



principale  le  Pin  sylvestre.  Les  principaux  secteurs  sont  à  la  fois  les  zones  humides  d'une  manière 

générale comme les Vestides, Les Narces, les secteurs de part et d'autre du pont de la Langougnole au 

niveau  de  la  D117,  mais  également  du  côté  du  secteur  de  Rougier  ou  encore  le  long  de  la 

Langougnole  dans  la  plaine sous  le  village,  puis  sont  concernées  par  cette  progression  les  parcelles 

qui se sont retrouvées enclavées dans des secteurs boisés comme à l'est des Narces. 

Cette progression du Pin sylvestre trouve différentes origines dont la principale est la modification des 

pratiques  agricoles  ainsi  que  la  déprise  agricole,  le  mitage  parcellaire,  ainsi  que  certaines  pratiques  

telle que le décapage pour l'extraction de tourbes ou l'assèchement qui ont également favorisé cette 

essence en certains endroits. 

 

-  La  lande  bien  que  présente  dans  les  années  50  sur  des  secteurs  à  l'est  des  Vestides  par  exemple 



présente une dynamique positive et a augmenté sa surface de recouvrement progressivement, sans 

que l'on assiste toutefois à une progression comparable à celle des boisements. 

 

-  Le  réseau  hydrographique,  bien  que  sa  lecture  ne  soit  pas  toujours  évidente  compte  tenu  de  la 



lisibilité des photos aériennes anciennes, plusieurs constats peuvent être faits: 

 

Globalement,  la  Langougnole  et  ses  affluents  n'ont  pas  subi  de  profondes  métamorphoses 



quant  à  leur  tracé,  ou  encore  leur  morphologie.  Autrement  dit,  il  n'y  a  pas  eu  de  profonds  

changements   quant aux apports qu'ils soient solides (transport sédimentaire) ou liquide, de nature a 

en  modifier  le  fonctionnement  et  le  tracé.  Ces  changements  auraient  pu  intervenir  si  l'érosion  du 

bassin versant s'était trouvé d'un seul coup plus importante ou totalement absente, par mise à nu de 

sols ou boisement complètement à l'inverse, ou encore par captage et détournement des sources et 

ruisseaux, ou encore drainage intensif et recalibrage. 

 

 

Cependant,  ce  qui  apparait  de  manière  très  claire  est  l'emprise  de  l'homme  à  travers  la 



maitrise d'une partie des écoulements, en général superficiel et les modifications de tracé qui ont pu 

être  apportées  ponctuellement,  que  ce  soit  hier  ou  aujourd'hui.  A  l'échelle  de  la  zone  d'étude,  ces 

modifications ne sont pas de nature à avoir modifié profondément la fonctionnalité  du haut bassin 

versant de la Langougnole et de ses zones humides. Toutefois ces aménagements, selon leur nature, 

ont pu avoir ou ont un impact non négligeable sur la fonctionnalité de l'hydrosystème (cours d'eau et 

zones humides) à une échelle plus réduite. 

Ces aménagements dont il est question sont les suivants: 

 

- l'ancien canal d'amenée du Moulin de Bargès. Son tracé est encore bien visible par endroit 



mais tend à se combler. 

 

- le réseau de béalières. Si certaines sont encore en eau et jouent donc un rôle, beaucoup ne 



le sont plus à cause de l'abandon des pratiques. 

 

- les rigoles ou drains de faibles profondeurs (en général 30 cm) sont une pratique ancienne 



et toujours d'actualités visant à ressuyer les sols notamment pour permettre la fauche. 

 

- des drains plus importants, des détournements de ruisseaux ou des reprofilages ont eu lieu 



ponctuellement  et  sont  à  mettre  en  lien  avec  une  activité  passée  de  décapage  et  d'extractions  de 

tourbes  (Les  Narces  amont),    ou  encore  lors  d'aménagement  tel  que  la  réfection  de  la  D177  ou  le 

ruisseau  des  Narces  sur  sa  partie  aval  a  été  détournée le  long  de la  route  alors  qu'il passait  dessous 

initialement,  ou  encore  par  rapport  à  l'activité  agricole  et  forestière  afin  de  drainer  ou  diminuer 

l'emprise de zones humides pour la fauche, le pâturage ou encore des plantations. 



Do'stlaringiz bilan baham:
1   2   3   4   5


Ma'lumotlar bazasi mualliflik huquqi bilan himoyalangan ©fayllar.org 2017
ma'muriyatiga murojaat qiling