Universite des sciences des techniques et des technologies de bamako


Download 5.01 Kb.

bet2/7
Sana13.01.2018
Hajmi5.01 Kb.
1   2   3   4   5   6   7

3)  PRINCIPALES  DATES  DE  LA  POLITIQUE  DU  PLANNING 
FAMILIAL AU MALI 
Le Mali est l’un des premiers pays à développer une attitude de tolérance vis-à-
vis  du  planning  familial  [10].  En  effet  depuis  1971,  une  délégation  malienne 
s’est  rendue  à  Montréal  (Canada)  pour  participer  à  un  séminaire  sur  la 
planification.  Après  le  Mali  a  signé  un  accord  avec  les  organisateurs  de  ce 
séminaire pour un projet d’assistance en planning familial pour quatre ans. A ce 
moment, entre l’approche démographique et sanitaire du planning familial, c’est 
l’approche  sanitaire  qui  a  été  choisie  en  l’absence  de  paramètres 
démographiques  suffisamment  maîtrisés  de  l’époque  [11].  C’est  dans  cet  élan 
que  l’association  malienne  pour  la  protection  et  la  promotion  de  la  famille 
(AMPPF) a été créée le 7 juin 1971.  
-
 
En 1972, le Mali abrogea la loi du 31 juillet 1920 dans ces articles 3 et 4 
qui interdisait la propagande anticonceptionnelle [10]. Un centre pilote a 
été  créé  à  Bamako  par  l’AMPPF  dont  l’objectif  était  l’espacement  des 

naissances.  La  pratique  du  planning  était  conditionnée  à  l’autorisation 
maritale pour les femmes mariées et parentale pour les célibataires [11]. 
-
 
En 1973, deux séminaires dont un interafricain sur l’éducation sexuelle et 
l’autre intersyndicale sur le planning familial ont été organisés à Bamako 
[11]. 
-
 
En 1974, le Mali a souscrit à la déclaration de Bucarest (Roumanie) pour 
le droit du planning familial.  
-
 
En  1978,  le  Mali  a  souscrit  à  la  déclaration  d’Alma  Ata  (URSS)  sur  les 
soins de santé primaires dont une des composantes est le planning familial 
dans  le  but  d’améliorer  la  santé  de  la  mère  et  de  l’enfant  à  travers  un 
espacement judicieux des naissances. 
-
 
En 1980, la division santé famille (DSF) a été créée au sein du ministère 
de  la  santé  publique  et  des  affaires  sociales  pour  élargir  les  activités 
maternelle et infantile en y intégrant le planning familial [11]. 
-
 
En  1990,  deux  séminaires  nationaux  ont  été  organisés  à  Bamako  pour 
l’ébauche d’une politique de population, femme et développement. 
-
 
En  1991,  le  Mali  a  fait  une  déclaration  de  politique  nationale  de 
population [13]. 
-
 
En  1994,  avec  la  conférence  internationale  sur  la  population  et  le 
développement au Caire (Egypte), les gouvernements dont le Mali se sont 
engagés à agir dans le domaine de la santé de la reproduction, engagement 
réitéré  lors  de  la  4
ème
  conférence  mondiale  sur  les  femmes  à  Beijing 
(Chine) en septembre 1995. 
-
 
En  juin  1995,  a  été  organisé  un  atelier  de  révision  des  normes  et 
procédures de santé maternelle infantile et le planning familial [14]. 
  Avec  le  temps  le  concept  malien  du  planning  familial  a  évolué  allant  de 
l’espacement  des  naissances  dont  la  pratique  était  conditionnée  à  l’autorisation 
maritale ou parentale  en 1971 au concept actuel qui définit le planning familial 
comme :  l’ensemble  des  mesures  et  moyens  de  régulation  de  la  fécondité, 

d’éducation  et  de  prise  en  charge  d’affections  de  la  sphère  génitale,  mis  à  la 
disposition des individus et des couples afin de contribuer à réduire la mortalité 
et  la  morbidité  maternelle,  infantile  et  juvénile  notamment  celle  liée  aux 
IST/SIDA,  aux  grossesses  non  désirées  et  aux  avortements  et  assurer  ainsi  le 
bien-être  familial  et  individuel.  Ceci  implique  la  liberté,  la  responsabilité  et  le 
droit  à  l’information  de  chaque  individu  ou  pour  l’aider  à  choisir  le  ou  les 
moyens de régulation de la fécondité [15]. 
Pour le Mali, la santé de la reproduction englobe la santé de la mère y compris le 
planning familial et la santé de l’enfant y compris celle de la petite fille. 
4) CHAINE D’APPROVISIONNEMENT AU MALI 
Dans  le  cadre  de  la  politique  d’approvisionnement  en  contraceptifs  au  Mali, 
l’USAID subventionne les produits à travers la DPM. 
Cette structure ravitaille la CAG et la PPM. 
La CAG lui à son tour, fait des reconditionnés en Duofem (COC), Dépo-provera 
(injectable), Préservatif et ensuite approvisionne les secteurs privés. 
La  PPM  vend  en  vrac  aux  secteurs  publics  et  parapublics,  souvent  la  PPM 
s’approvisionne  auprès de la CAG en cas de rupture et vice versa. 
Au niveau National, seule la PPM ravitaille des magasins régionaux de la santé. 
Par la suite, ceux-ci approvisionnent les dépôts répartiteurs des cercles. 
Ce schéma se présente comme suit : 
 USAID------DPM------ CAG------Secteurs privés 
                                  PPM------Secteurs publics et para publics [24]. 
 
 
 
 
 

 
RESEAU DE DISTRIBUTION DE L’AMPPF
 : 
 
                                      IPPF          CAG         PPM 
                 
                         
                                                             
                                                       AMPPF                      
 
 
                                                                                                                        
                           CENTRES        ANTENNES         
CLINIQUE 
                                                       
                                                                 
CLIENTS                ASBC     
Le  réseau  de  distribution  de  l’association    est  composé  de  six  (6) 
Antennes,  d’un  (1)  Magasin  central,    d’une  Clinique  située  au  siège  et 
des Centres. [24]. 
5) RAPPELS :
 
5-1) Définitions :
 
 Concept de Planification Familiale : Au Mali, le concept de PF comprend 
un  ensemble  de  mesures  et  de  moyens  de  régularisation  de  la  fécondité, 
d’éducation et de prise en charge d’affections de la sphère génitale, mis á la 
disposition    des  individus  et  des  couples  afin  de  contribuer  à  réduire  la 
mortalité  et  la  morbidité  maternelles,  infantile  et  juvénile  notamment  celles 
liées aux MST-VIH/SIDA, aux grossesses non désirées et aux avortements et 
assurer ainsi le bien être familial et individuel [17]. 
-  Concept  de  Santé  de  la  reproduction :  Au  Mali,  le  concept  de  SR 
comprend un ensemble de mesures préventives, curatives et promotionnelles 

visant à améliorer la prise en charge des groupes vulnérables que constituent 
les  femmes,  les  enfants,  les  jeunes  adultes  afin  de  réduire  la  mortalité  et  la 
morbidité maternelles, infantiles, juvéniles et promouvoir ainsi le bien être de 
tous les individus [17]. 
-  Contraception : c’est un ensemble de mesures et méthodes permettant de 
dissocier  l’acte  sexuel  de  la  procréation.  Elle  vise  à  prévenir  les  grossesses 
non désirées et à espacer les naissances [18]. 
-  Espacement des naissances : c’est la pratique qui consiste à maintenir un 
écart d’au moins deux ans entre la naissance des enfants [18]. 
5-2) Physiologie : 
Durant la période féconde, le coït pratiqué au moment de l’ovulation aura pour 
résultat le déplacement rapide des spermatozoïdes à travers la glaire cervicale en 
direction  des  voies  génitales  hautes.  On  a  constaté  la  présence  de 
spermatozoïdes  dans  les  trompes  de  Fallope  dans  les  5  minutes  suivant 
l’éjaculation  (même  si  dans  la  plupart  des  cas  il  faut  beaucoup  plus  longtemps 
pour  qu’ils  y  parviennent)  et  ils  peuvent  survivre  pendant  5  jours,  voire  plus 
davantage dans les voies génitales féminines.  
En règle générale la fécondation a lieu dans les heures qui suivent l’ovulation au 
niveau du tiers externe de la trompe. 
L’ovule  fécondé  commence  à  se  diviser  dans  la  trompe,  ce  qui  entraîne  la 
formation d’une masse cellulaire appelée morula (embryon en développement). 
Le troisième jour après la fécondation,  le morula  atteint la cavité utérine. Il faut 
encore  attendre deux  (2)  à  trois  (3)  jours pour  commencer  à  s’y  implanter et il 
faut  compter  environ  trois  (3)  autres  jours  pour  que  l’implantation  soit  un 
succès.  
En  moyenne  il  faut  donc  compter  six  (6)  jours  après  la  fécondation  pour  que 
l’embryon  en  développement  s’implante.  Une  fois  que  l’embryon  est  à 
l’intérieur  de  la  cavité  utérine,  les  cellules  qui  l’enveloppent  commence  à 
produire de la gonadotrophine chorionique, détectable dans le sang de la mère à 

partir du huitième au neuvième jour après l’ovulation. On considère que la fin de 
l’implantation marque le début de la grossesse. 
Un grand  nombre d’ovules fécondés (environ 50%) ne s’implantent pas et sont 
résorbés  avant  les  règles  suivantes.  S’il  y’a  grossesse,  la  gonadotrophine 
chorionique  maintient  en  activité  le  corps  jaune  qui  continue  à  sécréter 
œstrogènes et progestérone, jusqu'à ce que le placenta prenne le relais [19]. 
6) RAPPEL SUR LES METHODES CONTRACEPTIVES : 
Elles comprennent : 
-
 
les méthodes locales mécaniques ou chimiques ; 
-
 
la contraception hormonale ; 
-
 
la contraception d’urgence ;  
-
 
la stérilisation féminine ou masculine ; 
-
 
les méthodes naturelles. 
-
 
les méthodes traditionnelles. 
6-1)  Les méthodes locales mécaniques : 
6-1-1) Le préservatif masculin : 
-
 
Définition :  
Il  se  présente  enroulé  sous  emballage  individuel  et  se  déroule  sur  le  pénis  en 
érection juste avant l’intromission
 
[19].
 
-
 
 Mécanisme d’action :  
Le préservatif  masculin retient le fluide séminal, l’empêchant d’être en contact 
avec le col de l’utérus. 
-
 
Avantages : 

 
Empêche les MST, y compris le VIH/SIDA ainsi que la grossesse quand 
on s’en sert correctement à l’occasion de chaque rapport sexuel. 

 
Aide  à  protéger  contre  les  situations  provoquées  par  les  MST : 
salpingite,  douleurs  chroniques  et  peut-être  le  cancer  du  col  chez  les 
femmes, stérilité chez les hommes et les femmes. 


 
Peut servir à empêcher l’infection par MST durant la grossesse. 

 
Peut être employé peu après l’accouchement. 

 
Sans danger, aucun effet secondaire hormonal. 

 
Offre  un  moyen  occasionnel  de  contraception  sans  obligation 
d’utilisation quotidienne. 

 
Peut être utilisé par des hommes de tous âges. 

 
Aide  souvent  à  empêcher  l’éjaculation  prématurée  (aide  l’homme  à 
retarder son éjaculation) [19].
 
 
-
 
Effets secondaires :  
Ils  sont  exceptionnels :  allergie  au  latex  ou  au  lubrifiant  utilisé  dans  le 
préservatif.  
6-1-2) Le préservatif féminin :  
-
 
Définition :  
C’est un mince fourreau de plastique mou et transparent. Avant le rapport sexuel 
la  femme  place  le  préservatif  dans  son  vagin.  Pendant  le  rapport  le  pénis  de 
l’homme pénètre dans le préservatif féminin. 
-
 
Mécanisme d’action :  
Le  préservatif  féminin  retient  le  fluide  séminal,  l’empêchant  d’être  en  contact 
avec le col de l’utérus. 
-
 
 Avantages :  

 
Maitrisé par la femme. 

 
Conçu pour empêcher les MST et la grossesse. 

 
Aucune pathologie ne semble limiter son emploi. 

 
  Pas d’effets secondaires apparents ; aucune réaction allergique [20]. 
-
 
Inconvénients : 

 
  Coûteux actuellement. 

 
  Efficacité relative en pratique courante. 

 
  Exige d’ordinaire l’assentiment du partenaire. 


 
  La femme doit toucher ses parties génitales. 
 
 
6-1-3) Le diaphragme : 
-
 
Définition : 
Le diaphragme se présente sous la forme d’une coupe en caoutchouc souple en 
forme de dôme, avec un rebord souple. Quand il est inséré correctement dans le 
vagin  avant  les  rapports  sexuels,  le  dôme  couvre  le  col  de  l’utérus.  Avant  la 
pose, on applique une crème ou un gel spermicide à l’intérieur du dôme.  
-
 
Mécanisme d’action : 
 L’effet contraceptif du diaphragme repose d’une part sur la fonction de barrière 
entre  les  spermatozoïdes  et  le  col  de l’utérus,  et  d’autre part  sur  la  fonction de 
récipient du spermicide.  
-
 
Effets secondaires :  
Les effets secondaires liés à l’usage du diaphragme sont rares, mais ils existent : 

 
infection des voies urinaires ; 

 
irritation des voies génitales ; 

 
inconfort  du  partenaire  ou  de  l’utilisatrice  (crampes,  pression  sur  la 
vessie  et  le  rectum)  au  contact  du  diaphragme  en  raison  de  la 
pression exercée par le rebord du dispositif ; 

 
des pertes vaginales fétides peuvent se produire si le diaphragme est 
laissé   plus de 24 heures dans le vagin ; 

 
lésions vaginales causées par le rebord du diaphragme
 
[19]. 
6-1-4) La cape cervicale 
-
 
Définition : 
La cape cervicale est une coupole de latex qui s'applique directement sur le col, 
sur  lequel  elle  fait  bouchon  empêchant  le  passage  des  spermatozoïdes.   Elle 
s'adapte  étroitement  au  col  et  se  maintient  en  place  par  un  effet  de  succion.  

Cette succion n'est pas toujours évidente dès l'insertion, il peut s'écouler jusqu'à 
30 minutes avant qu'elle se  produise. 
 
-
 
Mécanisme d’action : 
L’effet  contraceptif  de  la  cape  cervicale  repose  d’une  part  sur  la  fonction  de 
barrière  entre  les  spermatozoïdes  et  le  col  de  l’utérus,  et  d’autre  part  sur  la 
fonction de récipient du spermicide. 
-
 
Effets secondaires : 
Les effets secondaires liés à l’utilisation de la cape cervicale sont très rares 

 
  infection des voies génitales ; 

 
  irritation des voies génitales. 
-
 
Avantage : 
Peut être insérée  d'avance et laissée en place jusqu’à 24 heures; 
Confortable.  Normalement  la  femme  ne  la  sent  pas.  Si  la  femme  la  sent,  c'est 
parce qu'elle est mal placée ou qu'elle n'est pas de la bonne grandeur. 
6-1-5) Le stérilet :  
-
 
Définition :  
Les stérilets ou dispositifs intra-utérins (DIU) sont de petits dispositifs flexibles 
de  composition  métallique  ou  plastique ;  parmi  les  modèles  les  plus  récents  au 
cuivre, on trouve le CuT 380A, le CuT 220C, le Multiload 375 et le NovaT. Le 
délai d’utilisation des DIU varie de 5 à 10 ans selon le type de DIU [21]. 
-
 
Avantages : 

 
Très efficace (99.2 à 99.4% d’efficacité) 

 
Son action est immédiate 

 
Actif pendant 12 à 13 ans dans l’organisme 

 
N’interfère pas avec les rapports sexuels 

 
N’affecte pas l’allaitement 


 
Pas d’effet secondaire hormonal 

 
Cette méthode n’exige pas d’effort de mémoire 

 
Peu d’effets secondaires 
-
 
Inconvénients : 

 
La pose et le retrait du DIU nécessitent un personnel qualifié  

 
Le DIU peut être expulsé sans que la femme ne s’en rende compte 

 
La femme doit vérifier la position du fil de temps à autre 

 
Le DIU ne protège pas contre les IST/SIDA [22]. 
-
 
Effets secondaires :  

 
Il  est  possible  que  des  douleurs  similaires  à  des  crampes  surviennent 
dans les 24 à 48 heures qui suivent l’insertion du stérilet.  

 
Un écoulement vaginal est possible au cours des premières semaines.  

 
Les règles peuvent être plus abondantes que par le passé [21]. 
6-2) Les méthodes locales chimiques : 
 Les spermicides :  
-
 
Définition : 
Ce sont des produits qui désactivent ou tuent les spermatozoïdes. Les principaux 
agents spermicides sont le nonoxynol-9, l’octoxynol, menfegol et le chlorure de 
benzalkonium.  Dans  certaines  mesures  ils  agissent  comme  une  barrière  au 
niveau  du  col  de  l’utérus.  Les  spermicides  se  présentent  sous  différentes 
formes : crèmes, gels, ovules, comprimés ou aérosols moussants. 
-
 
Avantages :  
Utilisés avec d’autres méthodes barrières, ils offrent une haute efficacité. 
-
 
Inconvénients :  
Aucune  donnée  ne  permet  d’affirmer  que  les  spermicides  notamment  le 
nonoxynol-9,  offrent  une  quelconque  protection  contre  l’infection  à  VIH  et  les 
autres IST. En plus selon certaines données l’utilisation fréquente de nonoxynol-
9  (deux  fois  par  jour  ou  plus)  accroît  plutôt  qu’elle  ne  réduit  le  risque  de 

transmission  du  VIH,  peut-être  parce  qu’il  a  pour  effet  de  provoquer  une 
irritation  des  muqueuses  vaginales  et  du  col  utérin.    Pour  ces  raisons  on  ne 
recommande  pas  l’utilisation  des  spermicides  en  guise  de  protection  contre  le 
VIH et les IST.  
-
 
Effets secondaires :  
Les  effets  secondaires  liés  à  l’utilisation  des  spermicides  sont  peu  fréquents  et 
mineurs : 
Irritation locale provoquée par une forte sensibilité ou allergie [19]. 
6-3) La contraception hormonale : 
6-3-1) Contraceptifs oraux combinés (COC) :  
-
 
Définition : 
 Ce  sont  des  préparations  à  base  d’œstrogènes  et  de  progestatifs  synthétiques 
extrêmement efficaces pour empêcher les grossesses. 
Il existe deux types de COC : 

 
Monophasique : une dose fixe d’hormones œstrogènes et progestatifs 
pendant toute la durée du cycle. 

 
Multiphasique :  deux  (biphasique)  ou  trois  (triphasique)  dosages 
d’œstrogènes et de progestatifs ou de progestatifs seuls pendant toute 
la durée du cycle [21]. 
-
 
Mécanisme de l’action contraceptive des COC :  
Il repose principalement sur : 

 
l’inhibition de l’ovulation ; 

 
l’épaississement  de  la  glaire  cervicale,  ce  qui  rend  difficile  l’entrée 
des  spermatozoïdes  dans  l’utérus  et  leur  migration  vers  les  trompes 
de Fallope [21].
 
 
-
 
Effets secondaires :  
Les effets secondaires suivants sont courants durant les trois premiers cycles. En 
général ils disparaissent ensuite. Ils ne justifient pas l’arrêt de la méthode : 


 
spotting et/ou métrorragies : 

 
nausées, étourdissement : 

 
sein douloureux ; 

 
légers maux de tête.  
Parmi les autres effets secondaires possibles, citons la diminution de la lactation, 
la prise de poids, la rétention des fluides et la dépression [21].  
 
6-3-2) Les contraceptifs oraux progestatifs (COP) : 
-
 
Définition :  
Les  pilules  aux  progestatifs  seuls  ne  contiennent  que  des  progestatifs,  en  dose 
plus faible que pour la pilule combinée. Les COP ne contiennent qu’entre 0.03 
et 0.06 mg de progestatif (en fonction du type de progestatif utilisé) soit entre 10 
et 50% de moins que les COC [21].
 
 
-
 
Mécanisme de l’action contraceptive des COP :  
Tout  comme  les  autres  contraceptifs  aux  progestatifs  seuls,  les  COP 
fonctionnent selon deux mécanismes :  

 
l’effet des progestatifs sur la glaire cervicale est le principal facteur qui 
entre  dans  l’efficacité  contraceptive  des  COP.  La  glaire  devient  moins 
abondante et plus visqueuse, ce qui empêche la pénétration du sperme ; 

 
les  progestatifs  agissent  sur  l’hypothalamus  et  sur  l’hypophyse,  et 
suppriment le pic de LH responsable de l’ovulation.  

 
Dans la plupart des cas l’endomètre montre des signes d’atrophie [21]. 
-
 
Effets secondaires :  
Parmi  les  effets  secondaires  les  plus  courants,  citons  les  métrorragies, 
l’aménorrhée, les mastodynies et les céphalées. [21].
 
 
6-3-3) Contraceptifs injectables aux progestatifs seuls (CIP) :  
-
 
Définition :  
Les  contraceptifs  aux  progestatifs  seuls  se  composent  d’hormones  stéroïdes 
synthétiques  semblables  à  la  progestérone,  hormone  féminine.  Ils  sont 

administrés  par  injection  intramusculaire,  ce  qui  entraîne  une  résorption  lente 
vers  le  sang.  Une  seule  injection  suffit  à  assurer  une  contraception  sûre  et 
hautement  efficace  pendant  2  ou  3  mois.  Les  injectables  aux  progestatifs  seuls 
les plus couramment utilisés sont : 

 

Do'stlaringiz bilan baham:
1   2   3   4   5   6   7


Ma'lumotlar bazasi mualliflik huquqi bilan himoyalangan ©fayllar.org 2017
ma'muriyatiga murojaat qiling