Le projet de Sathonay-Camp est composé de deux entités indissociables : le pôle de gendarme


Download 1.16 Mb.
Pdf ko'rish
Sana26.06.2019
Hajmi1.16 Mb.

EXPERIENCES

Le projet de Sathonay-Camp est composé de 

deux entités indissociables : le pôle de gendarme-

rie régional aménagé sur une surface de 15 hec-

tares et la ZAC Castellane sur une emprise foncière 

de  19  hectares.  Sathonay-Camp  devrait,  à  terme, 

constituer  un  pôle  structurant  au  nord  de  Lyon, 

en  relation  avec  le  pôle  multimodal  de  Rillieux-

Sathonay.  Avec  la  création  de  près  de  650  loge-

ments, ce projet implique une profonde mutation 

urbaine du village de Sathonay-Camp. 

La municipalité de Sathonay a bénéfi cié de l’in-

génierie des services de la Communauté urbaine 

de Lyon pour mener à bien ce projet. Ainsi les docu-

ments de références élaborés par la Communauté 

urbaine en matière de développement durable (la 

Charte  de  l’écologie  urbaine,  l’Agenda  21  métro-

politain,  le  référentiel  Habitat  Durable  du  Grand 

Lyon) ont servi de base à la constitution du projet. 

Par ailleurs de très nombreux partenariats ont été 

tissés, notamment avec le Syndicat intercommunal 

de  gestion  des  Energies  de  la  Région  Lyonnaise, 

le  Syndicat  Mixte  d’Etudes  et  de  Programmation 

de l’Agglomération lyonnaise chargé du SCOT, ou 

encore avec les services déconcentrés de l’Etat. La 

programmation du projet a par ailleurs été affi née 

par  l’expertise  de  bureaux  d’études  spécialisés 

dans l’application des normes de développement 

durable aux bâtiments et à l’urbanisme. 

Sathonay-Camp  est  une  commune  de  4

 

150  habitants  située  en  première  couronne  de 



l’agglomération lyonnaise. La municipalité, soutenue par le Grand Lyon, porte depuis 2006 un 

projet de quartier durable d’envergure en continuité du centre-ville, couplé à la création du pôle 

régional de gendarmerie sur d’anciennes friches militaires. Ce projet est soutenu par la Région 

Rhône-Alpes depuis 2009. 

Logements

 

650 logements, 



dont 20% locatif social, 

15 % intermédiaire

et 65% accession libre

Transport

 

Amélioration de la desserte TC, 



ouverture de la 

ligne de train Lyon-Trévoux, 

réseau « partage de voirie » modes doux

Energies renouvelables 

Bâtiments à énergie positive

chaufferie bois reliée 

à un réseau de chaleur

Qualité environnementale 

Gestion des eaux pluviales

noues drainantes végétalisées, 

référentiel Habitat Durable 

du Grand Lyon

Gouvernance

Collaboration avec l’association 

« les ateliers de la gouvernance », 

sensibilisation des agents de la 

commune et des commerçants

Localisation

 

7 km de Lyon



EPCI

Grand Lyon

Population

4 150 habitants

Taille de l’opération

11,6 hectares

Sathonay-Camp 

• 

Zac Castellane



Contacts

Vivien Muyshondt

vmuyshondt@grandlyon.org

04.78.63.46.28

Région Rhône-Alpes

DPT / service Foncier Aménagement

dptipct@rhonealpes.fr

04 26 73 46 67

En partenariat avec  

Agences d’urbanisme Rhône-Alpes

Retrouvez l’ensemble des fi ches 

Quartiers Durables Rhône-Alpes sur 

www.territoires.rhonealpes.fr

L’exigence d’une haute qualité 

d’usage et environnementale

La  conception  de  ce  quartier  traduit  la 

volonté  du  maître  d’ouvrage  de  placer  les 

usages  et  la  qualité  de  vie  au  cœur  de  la 

réfl exion.  Un  soin  particulier  est  apporté 

à  la  qualité  de  l’habitat,  afi n  de  créer  des 

logements économes et agréables. La géné-

rosité  des  espaces  publics  est  notamment 

rendue possible par le travail d’optimisation 

du  foncier,  le  maître  d’ouvrage  ayant  acté 

une  densité  de  50  logements  par  hectare, 

conformément au SCOT. Les espaces verts 

bénéfi cient  d’un  traitement  paysager  de 

qualité  permettant  de  créer  des  lieux  de 

repérage  et  de  conserver 

une  ambiance 

urbaine apaisée

 propice aux échanges. La 

gestion intelligente des eaux de pluie, grâce 

à des noues drainantes végétalisées et des 

bassins de rétention, contribue également à 

l’

identité du quartier



.

L’anticipation du changement

Face  à  l’ampleur  du  projet,  un  gros 

travail  d’acculturation

  a  été  entrepris 

envers  les  élus,  les  habitants  et  les  com-

merçants.  L’association  Les  Ateliers  de  la 

gouvernance  a  apporté  à  l’équipe  muni-

cipale  les  compléments  de  connaissance 

nécessaires à la mise en œuvre d’une poli-

tique  locale  de  développement  durable. 

Progressivement,  les  habitants  ont  été  as-

sociés  à  travers  des  actions  d’information, 

de  concertation,  de  participation  (cafés 

citoyens, balades urbaines…). Les commer-

çants ont également été conviés à ces évè-

nements et sont désormais sensibilisés à la 

relocalisation du marché hebdomadaire.

Tour d’horizon du projet

Un développement urbain 

mixte, relativement dense 

et optimiseur d’espace

Avec  la  programmation  de  650  loge-

ments,  soit  une  SHON  de  60

 

000


 

m², 


l’écoquartier  Castellane  induit  une  muta-

tion  urbaine  durable  de  la  commune  de 

Sathonay-Camp.  Afi n,  de  garantir  l’acces-

sibilité  sociale  des  nouveaux  logements, 

11

 

000



 

m²  de  logements  intermédiaires 

seront  proposés  en  accession  sociale  à  la 

propriété et en «

 

prêt locatif social



 

». Par ail-

leurs, 11

 

000



 

m² de logements bénéfi cieront 

des dispositifs «

 

prêt locatif à usage social



 

» 

et  «



 

plan  locatif  aidé  à  l’intégration

 

».  Le 


doublement à terme de la population com-

munale implique la montée en puissance de 

l’offre commerciale. Ainsi 6 200 m² de 

com-


merces

  et  15  000  m²  d’

activités  tertiaires

 

seront mis à disposition. Le développement 



de nombreux 

équipements structurants

 sur 

le secteur (équipements sportifs, pôle petite 



enfance, pôle gendarmerie régional) contri-

bue à faire de Sathonay un pôle de centralité 

à l’échelle de l’agglomération. L’accent n’est 

malgré  tout  pas  donné  à  la  densité.  Celle-

ci est la résultante d’un projet qui privilégie 

surtout  le  paysage.  Les  espaces  libres  ont 

tous leur justifi cation et reçoivent des usages 

qui participent à un fonctionnement socio-

urbain  équilibré  assez  complet.  Il  n’y  a  ni 

« étalement » ni trop forte « compacité », on 

peut  parler  d’optimisation  de  l’espace  bâti 

comme non-bâti.

Un développement 

d’alternatives au tout 

automobile

La réduction de l’usage de la voiture et plus 

généralement  de  la  dépendance  automo-

bile  se  traduit  par  la  mise  en  œuvre  d’ac-

tions qui concernent :

• 

L’amélioration  des  conditions  de  des-



serte et d’accessibilité par les transports 

en commun et tout mode autre qu’auto-

mobile

.  Nous  pouvons  noter,  à  l’échelle 



de  la  région  urbaine,  la  réalisation  future 

du Réseau express du l’aire métropolitaine 

lyonnaise et du pôle multimodal. Ils contri-

bueront à atteindre cet objectif, notamment 

par la réactivation de la ligne Lyon-Trévoux 

et l’accroissement de la capacité de la gare.

• 

L’organisation d’un réseau « partage de  



voirie / modes doux » privilégiant le vélo

 

Le principal espace public de l’écoquartier, 



l’ancien mail militaire (400 m de long, 75 m 

de  large),  est  exclusivement  dévolu  à  la 

détente et à la promenade, la voiture y est 

exclue. Les voiries circulées accessibles aux 

voitures  sont  minoritaires,  elles  ne  repré-

sentent  qu’un  tiers  de  l’emprise  publique, 

laissant ainsi des aménagements paysagers 

généreux,  de  véritables  pistes  cyclables  et 

axes  verts.  Le  concept  de    «  venelles  pié-

tonnes  »,  est  une  des  grandes  particulari-

tés de cette opération. Elles sont des allées 

traversant  les  îlots  résidentiels,  seulement 

destinées aux habitants.

• 

L’effacement de l’impact fonctionnel et 



visuel de la voiture dans le nouveau quar-

tier


. La place de la voiture n’est pas remise 

en cause, il s’agit d’une incitation à choisir 

tout mode de transport alternatif. La norme 

de places de stationnements privés par rap-

port au nombre de logements, est celle ins-

crite dans le PLU du Grand Lyon, c'est-à-dire 

une place minimum pour 100 m² de SHON. 

Elles  seront  toutes  en  souterrain  sous  bâ-

timents,  avec  des  accès  pouvant  corres-

pondre à plusieurs bâtiments. Les places sur 

le domaine public sont peu nombreuses, et 

par poches relativement discrètes.

La mise en application 

du référentiel Habitat Durable 

du Grand Lyon

Le  maître  d’ouvrage  a  mené  de  nom-

breux ateliers de travail avec les techniciens, 

les bureaux d’études et les maîtres d’œuvre 

sur  la  question  énergétique.  Ces  ateliers 

ont  porté  sur  les  aspects  de 

conception 

bioclimatique

,  de  choix  des  matériaux  et 

des  procédés,  de  maîtrise  du  confort.  Ces 

travaux ont permis la mise en pratique du 

référentiel  Habitat  Durable  du  Grand 

Lyon

. Ainsi tous les bâtiments neufs seront 



conformes à la norme BBC. Quelques élé-

ments du programme vont plus loin dans la 

démarche, les maisons en bande seront à 

énergie positive. Il est également envisagé 

de  créer  quelques  maisons  passives.  La 

programmation  a  prévu  également  la  réa-

lisation  d’un 

réseau  de  chaleur

  alimenté 

par  une  chaufferie  bois  qui  produit  l’eau 

chaude sanitaire pour les logements, et au-

delà  de  l’opération,  pour  les  équipements 

scolaires de la commune. 

L’aide de la Région Rhône-Alpes

a permis la réalisation d’études portant sur 

le futur réseau de chaleur du quartier, ainsi 

que  la  mise  en  place  d’actions  concerta-

tives avec les habitants en partenariat avec 

l’association  Les  Ateliers  de  la  gouver-

nance. L’ensemble des lauréats ont égale-

ment été invités par la Région à participer 

à un club d’échange de bonnes pratiques.

Sathonay-Camp 

• 

Zac Castellane




Download 1.16 Mb.

Do'stlaringiz bilan baham:




Ma'lumotlar bazasi mualliflik huquqi bilan himoyalangan ©fayllar.org 2020
ma'muriyatiga murojaat qiling