«Que ferait-il dans un calendrier de 80 matches?» Serge savard:«Je n'ai aucune assurance, aucune certitude et que de l'espoir dans le cas de Tretiak. J'ai toutefois la ferme conviction que ça peut marcher


Download 1.29 Mb.
Pdf ko'rish
bet5/10
Sana23.11.2017
Hajmi1.29 Mb.
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10
 (7 à 10 ans) et 

quelque 80 de ces entraîneurs se ren 

contrent dans un



 colloque

 samedi 


prochain à Montreal pour échanger 

et  é t u d i e r toutes les  i m p l i c a t i o n s 

p h y s i o l o g i q u e s ,  p s y c h o l o g i q u e s , 

e t c . . 



SA 75e VICTOIRE 

Stenmarflc, le 

plus rapide 

à Adelboden 

A D E L B O D E N , Suisse  ( A F P ) — Inge-

m a r Stenmark, le vétéran skieur Suédois 

de 27 ans, a porté hier à 75 son chiffre record 

de victoires en Coupe du monde, à l'issue du 

slalom géant d'Adelboden, en Suisse. 

Chiffre qui n'est pas près d'être  é g a l é , mais 

que le Suédois risque fort  d ' a m é l i o r e r diman-

che et lundi à  P a r p a n (Suisse) où seront dis-

putes deux slaloms. 

A Adelboden, station de l'Oberland bernois 

qui depuis 1967 a organisé chaque année, sans 

interruption, un slalom géant, Stenmark n'a 

guère été  m e n a c é . Après trois deuxièmes pla-

( es en 1976, '77 et '78, il avait inscrit son nom 

au palmarès d'Adelboden les quatre années 

suivantes.  L a saison dernière, il n'avait pu 

s'opposer au récital du trio suisse  P i r m i n Zur-

briggen Max Julen-Jacques Luethy. 

Ceux-ci faisaient de nouveau figure de fa-

voris lorsque les premiers concurrents se sont 

élances pour une  p r e m i è r e manche disputée 

sur une piste dure et au cours de laquelle 

d'abondantes chutes de neige ont réduit la  v i -

sibilité. 

Le chronomètre a confirmé l'excellente im-

pression laissée par Stenmark et  M a r c Girar-

delli.  L e s deux bannis de  S a r a j e v o , le  p r e m i e r 

pour cause de licence B, le second parce que 

sa nationalité autrichienne lui interdit de dis-

puter les jeux pour le Luxembourg qu'il re-

présente en Coupe du monde, ont réalisé le 

m ê m e temps au centième près. 

Dès lors, Stenmark, double médaillé d'or 

des Jeux de  L a k e Placid en 1980, semblait 

d'autant mieux placé pour s'imposer qu'il se 

montre généralement plus à l'aise en début 

d'après-midi. 



Les ambitions de Zurbriggen 

Le froid était toujours aussi vif, mais la 

neige avait cessé de tomber et  l e soleil brillait 

lorsque le départ de la seconde manche a été 

donné. Stenmark s'est  a v é r é de nouveau le 

plus  r a p i d e . Il a  d e v a n c é  r e s p e c t i v e m e n t 

l'Autrichien Hubert Strolz, très régulier, et le 

Suisse  P i r m i n Zurbriggen.  T e l a été égale-

ment le  t i e r c é final. 

Le Torontois  J i m  K i r b y a pris la 41e place, 

a v e c un temps combiné de 2 :37.18 minutes. 

Le vainqueur a arrêté le chronomètre à 

1:13.76 à son  p r e m i e r parcours et à 1:13.60, 

dans le  d e u x i è m e . . 

«  L e haut de parcours était dur et la neige 

nous jouait des tours, tandis que le bas était 

recouvert de neige folle. Les deux parcours 

ont  é t é difficiles, » a dit Stenmark après coup. 

Stenmark avait déjà  r e m p o r t é au mois de 

d é c e m b r e les slaloms de Courmayeur et de 

Madona, en Italie. 

Soulignons par ailleurs que  g r â c e à sa troi-

s i è m e place, Zurbriggen a repris la tète de la 

Coupe du monde aux dépens de son compa-

triote Frantz Heinzer qu'il défiera dans la 

descente du Lauberhorn, samedi à Wengen. 



POISSONS 

DES CHENAUX 

STE-ANNE-DE-LA-PÉRADE 

ROBERT MAILHOT 

LE PIONNIER DE  L A 

RIVIÈRE  S T E - A N N E 

8 5  c h a l e t s à louer 

situés  e n t r e les 2  p o n t s 

Ouvert  2 4 h par jour 

Pour


 réservations, sans trais: 

1-800-463-3361 





en 

en 





—« 

TO 





TO 



TO 





>o 


00 

Jean-Guy Chénier a écopé 

d'une suspension de six 

matches de la FQHG. Il en a 

déjà servi deux. 

Mario Oueiiet s'en va à Hull 

retrouver Michel Morin qui 

l'avait repêché quand il diri-

geait les Sags. 

LES TRANSACTIONS DANS LA LHJMQ 

Les Saguenéens ont 

été les olus actifs 

T r o i s transactions ont  m a r 

que la dernière journée dans 

ia ligue Majeure du Québec, date-

limite pour les équipes qui vou-

laient


 effectuer

 des changements 

de personnel par voie d'échan-

ges.  L e s Saguenéens de Chicouti-

mi ont été

 les

 plus


 actifs,

 étant 


impliqués dans deux transactions 

qui incluaient sept joueurs. 

Dans un  p r e m i e r temps, l'en 

traîneur Michel Parizeau a ac-

quis les

 sen Ices

 de l'ailier Joël 

Baillargeon et du centre Patrick 

Emond des Olympiques de Hull, 

cédant en retour les recrues Joe 

Foglietta et Gilles Proulx ainsi 

que l'ailier de 18 ans Mario Ouei-

iet. Puis, il a cédé le défenseur 

André Carbonneau aux Bisons de 

G r a n b y , obtenant le défenseur 

Claude  L a j o i e , également une re-

crue, et le sixième choix au repê-

chage des Bisons. Il a également 

connu le verdict du comité de dis-

cipline de la Fédération québé-

coise de hockey sur glace qui a 

suspendu son  a i l i e r  J e a n - G u y 

Chénier pour une période de six 

matches, deux d'entre eux étant 

déjà purges. 

«Nous avons cédé des joueurs 

recrues prometteurs pour obtenir 

^ deux joueurs qui possèdent une 

? expérience de trois saisons dans 



< la ligue  M a j e u r e . Nous recher-

£ chions  é v i d e m m e n t des joueurs 

Z expérimentés avant d'entamer le 

O  d e r n i e r  d r o i t et nous  s o m m e s 

^  c o n v a i n c u s  q u e nous  v e n o n s 

d ' a m é l i o r e r notre position. Quant 

à la  d e u x i è m e transaction, Andre 

avait connu un bon debut de sai-

son avant de se retrouver dans le 

rôle du septième défenseur et il 

n'était pas heureux de la situa-

tion. Quant à Lajoie,  j ' a v a i t bien 

a i m é son jeu lors de nos matches 

00 





Plus en contrôle, les Chevaliers 

ont effacé l'avance des Bisons 

or 



oc 



00 

contre ics Bisons. Je n'ai pas par-

lé à Patrick Emond mais les deux 

autre- étaient très heureux du dé-

nouement de !a situation», expli 

quait l'entraineur Michel Pari-

zeau. 

Dans le  c a m p des Olympiques, 



il était connu que l'entraineur Mi-

chel  M o n o n'était pas du tout sa-

tisfait de la contribution de Bail-

largeon et Einond à la cause de 

son équipe. Il a obtenu des jeunes 

et Foglietta retrouvera son an-

cien ailier Sam  L a n g . Morin re-

trouvera également Mario Ouei-

iet. un joueur qu'il avait repéché 

alors qu'il dirigeait les Sague-

néens. 

« J e  c r o i s que la transaction 



sera bonne pour les deux équipes. 

D a n s  n o t r e  c a s , nous  r e c h e r -

chions de la rapidité et  j e suis 

convaincu que  M a r i o Ouellet va 

se retrouver avec nous», souli-

gnait-il. 



Echange de gardiens 

Dans une autre transaction, qui 

s'est concrétisée en fin de soirée 

lundi soir, les Castors de St-Jean 

et les Cataractes de Shawinigan 

se sont échangés des gardiens de 

but.  L e s Castors ont cédé Marc 

Desbiens ainsi que leurs cinquiè-

m e et huitième choix aux Cata-

ractes, obtenant Daniel Marcotte 

et François Dupuis, un défenseur 

de 17 ans qui évolue avec les Ducs 

du Sud-Ouest dans la ligue Junior 

B . 


Quant aux Voltigeurs de Drum-

mondville, ils  é t é muets et le gar-

dien Daniel Berthiaume fait tou-

j o u r s  p a r t i e de  l e u r  é q u i p e . 

«Aucune offre satisfaisante nous 

a  é t é faite. Nous l'inviterons à ré-

intégrer notre équipe; c'est un 

excellent  g a r d i e n » , précisait le 

coordonnateur Guy Perreault. 

Les Chevalier-



 de Longueuil 

ont  m i e u x  c o n t r ô l é  l e u r s 

frustrations au dernier tiers et ils 

ont effectué une poussée de trois 

buts qui les a conduits vers une 

victoire de 5-3 sur les Bisons de 

Granby devant un peu plus de 

1 000 spectateurs au



 Cotisée

 Jean-


Béliveau. 

Guy Rouleau et Joe Mercuri 

ont dirigé l'attaque des Cheva 

liers avec un doublé chacun tan-

dis que  P e t e r Kaspcr marquait le 

dernier but des Chevaliers René 

Breton a été le meilleur des Bi-

sons avec deux buis également 

t a n d i s  q u e  J o c e l y n  G a u v r e a u 

complétait le pointage. 

L ' e n t r a i n e u r  M a r i o  B a z i n e t 

avail décidé de mettre son centre 

Santino Pellegrino en pénitence 

m a l g r é l'importance de la ren-

contre car les Chevaliers ne pos-

sédaient qu'un seul point d'avan-

ce sur  l e s Bisons avant le début 

de la rencontre.  G r â c e à cette 

v i c t o i r e , les  C h e v a l i e r s  r e j o i -

gnent toutefois les Voltigeurs de 

DrummondviUe et les Cataractes 

de

 Shawinigan au troisième rang 

du classement général. 

«Une victoire très importante 

et le trio des jeunes a  m ê m e ac-

compli plus que prévu, menottant 

m ê m e l'adversaire et marquant 

le cinquième but qui nous per-

mettait une coussin plus solide. 

Les jeunes avaient un défi a relc 

ver ci ils l'ont fait de belle façon. 

.! v


 ici se  m a i n t e n a n t sur 23 

joueurs plutol que les 19 de la 

premiere moitié et  j e \ ais utiliser 

ROBERT  B O U S Q U E T ^ " * " 

c e u x qui  s u i v e n t le  p l a n  d e 

match. Ceux qui pensant surtout 

en fonction de l'équipe», expli-

quait il. 

Punitions coûteuses 

L e s  B i s o n s de  G r a n b j 

n ' a v a i e n t  q u ' e u x - m ê m e s à 

blair.tr pour leur deficit de ' 1 au 

terme des deux premiers engage-

ments. Les cquipiers de Claude 

St-Sauveur ont obtenu six supé-

riorités numériques, dont une de 

deux joueurs pendant plus de MI 

secondes, «*t ils n'ont capitalise 

qu'à une seule occasion. Les Pi 

sons étaient  m ê m e devance 15-13 

au chapitre des lancers par leurs 

adversaires. 

Un puissant tir Trappe de Joce 

lyn Gauvreau avait permis aux 

Bisons de créer l'égalité à mi-

chemin de la période médiane 

pendant une supériorité numéri-

que. Quatre minutes plus tard, 

encore une fois pendant une atta-

que à cinq, le défenseur Mario 

Canuel se faisait soutirer la ron-

delle dans son territoire par Guy 

Rouleau qui s'amenait seul de 

v a n ; le  g a r d i e n  P a t r i c k  R o y 

avant de le déjouer pour son 40e 

but de la saison 

Au premier tiers, les Cheva-

liers avaient pris l'avance lors 

d'un jeu controversé alors que 

Joe Mercuri a poussé la rondelle 

derrière le gardien adverse, une 

fraction de seconde avant le sif-

flet de l'officiel  P i e r r e Gagnon. 

Les joueurs des Bisons ont con-

testé cette décision mais ils n'ont 

évidemment pas eu gain de eau 

se. Ce but a également marqué 

pendant une attaque à cinq, la 

seule des Chevaliers au premier 

vingt. 


« N o t r e attaque a cinq fonction 

ne habituellement bien mais ce 

n'était pas le cas dans cette ren 

contre. Les joueurs n'ont pas très 

bien travaillé lors de ces circons-

tances et il en est résulté des er 

reurs qui nous ont c une un but a»* 

deuxième tiers  L e match était 

certes important pour nous mais 

nous avions sûrement un mau-

vais match en  r é s e r v e » , mention 

naît l'entraîneur Claude St-Sau-

veur des Bisons. 

LA PREMIÈRE CONCESSION AMÉRICAINE DANS LE LHJMQ? 

L'enthousiasme a gagné 

la population de Plattsburgh 

L e s dirigeants de la ligue 

Junior Majeure du Québec 

s ' a p p r ê t e n t à  a c c u e u i l l i r une 

p r e m i è r e concession américai-

ne au sein de leur circuit et le 

choix de ia ville de Plattsburgh 

d e v r a i t  ê t r e connu lors de l'as-

s e m b l é e des  g o u v e r n e u r s du 

mois de  j a n v i e r . Des représen 

tants du  c o m i t é de l'expansion 

se sont rendus dans cette ville 

a m é r i c a i n e afin de rencontrer 

les principaux intéressés et ils 

ont visité les installations dispo-

nibles. 


« N o u s avons reçu de manière 

très chaleureuse et  c e dossier 

est bien engagé.  L e s gens nous 

ont paru très enthousiastes vis-

à-vis de ia philosophie de notre 

ligue de notre relation hockey-

études.  L e s gens sont très sé-

rieux dans leur désir de possé-

der une équipe dans la ligue 

M a j e u r e et nous devrions les 

rencontrer de nouveau cette se-

m a i n e » , expliquait Claude Car-

r i e r ,  l e  d i r e c t e u r - g é n é r a l - a d -

joint de la ligue  M a j e u r e . 

« J e crois que ce fut une ren-

c o n t r e  f o r t  p o s i t i v e pour les 

deux parties. Ils ont pu visiter 

notre arena, ils ont également 

constater que les plans en vue 

d'un accroissement du nombre 

de sièges étaient déjà tracés et 

j e suis confiant d'obtenir une 

réponse affirmative prochaine-

m e n t » , soulignait Denis Méthot, 

p o r t e - p a r o l e du  g r o u p e de 

Plattsburgh. 

C e t t e  p e r c é e en  t e r r i t o i r e 

américain constitue un marche 

idéal pour la ligue Majeure  c a r 

cette formation puiserait uni-

q u e m e n t ses  j o u e u r s dans  l e 

bassin américain. La ligue Ma-

j e u r e de l'Ouest a déjà établi 

des bases outre-frontière tandis 

que la ligue Majeure de l'Onta-

rio est sur le point d'accorder 

une concession à un groupe de 

la région de Detroit. 



Des gens fort 

enthousiastes 

Pour les gens de la région de 

Plattsburgh, le Québec ne cons-

titue pas une contrée inconnue 

puisque cette ville reçoit sa lar-

g e part de vacanciers québécois 

à chaque été. 

« S u r la plan  g é o g r a p h i q u e , 

c'est un atout important à cause 

des distances minimes qui nous 

séparent de plusieurs villes de 

la ligue. Ce qui m'a le plus sur-

p r i s ,  c ' e s t la  r é c e p t i v i t é  d e s 

gens face à ce projet.  L e s gens 

sont fort enthousiastes et nous 

obtenons une étroite collabora-

tion des

 autorités

 municipales 

et de celles de l'université loca-

l e .  L e s autorités  m u n i c i p a l e s 

n ' a t t e n d e n t  q u e la  n o u v e l l e 

d ' u n e concession pour  e n t r e -

prendre les travaux d'agrandis-

sement. 


«Sur le plan des médias, leur 

réaction est aussi enthousiaste. 

La visite d'une délégation de la 

ligue Majeure a fait la  p r e m i è r e 

page du quotidien local, devan-

çant  m ê m e le football améri 

c a i n . Si nous  p o s s é d o n s une 

équipe, la possibilité est très 

forte que tous nos matches a 

l'étranger soient radiodiffusés 

et il se pourrait que quelques-

uns  d e nos  m a t c h e s  l o c a u x 

soient télédiffusés par la station 

W P T Z .  L e s gars nous appuient 

à fond dans ce  p r o j e t » , explique 

Méthot qui travaillait aupara-

vant pour le département des 

sciences de l'activité physique à 

l'université du Québec à  ï r o i s -

R i v i è r e s . 

«Dans la région, les gens sont 

fidèles à leur équipe et ils ap-

puient à fond l'équipe

 universi-

taire locale, qui évolue en divi-

sion  I I .  L e calibre de la ligue 

Majeure du Québec les intéres-



se

 au plus haut  p o i n t .  N o u s 

avons hâte de connaître la déci-

sion de la ligue  A m é r i c a i n e afin 

de tout mettre en branle. Nous 

allons être en compétition avec 

les universités américaines et 

les équipes junior pour la chas-

se des joueurs et c'est une autre 

raison pour laquelle cette déci-

sion

 se

 fait quelque peu pres-

sante», ajoute Méthot. 

Quant aux petits problèmes 

qui pourraient survenir  ( l e port 

de la visière et la présence des 

o f f c i e l s ) , Méthot croit que tout 

pourra s'arranger facilement. 

« Q u a n d la  r é p o n s e  v a  ê t r e 

c o n n u e ,  t o u t  v a  d é b l o -

q u e r » .  R . B . 


La pêche sur la glace bat son plein 

mais les résultats varient beaucoup 

I

 Rene Gingras 

I rag

 La pêche bal son plein  d a n s 

" la  g r a n d e région  m é t r o p o ! 

t a i n e  m ê m e si les  r é s u l t a t s va-

rient  p a s s a b l e m e n t d'un  s e c t e u r 

à  l ' a u t r e .  P a r t o u t , la  g l a c e est 

s u f f i s a m m e n t  é p a i s s e pour per-

m e t t r e d'y  c i r c u l e r en automo-

bile en toute  s é c u r i t é . 

A u lai  C h a m p l a i n ,  n o t a m -

m e n t sur la  b a i e Missisquoi. la 

p ê c h e à la  p e r c h a u d e est excel-

l e n t e  c o m m e c'est le  c a s habi-

t u e l l e m e n t au  d é b u t  d e la saison 

d a n s


 cette

  r é g i o n .  P o u r  l e u r 

p a r t , les  p o u r v o y e u r s  F e r n a n d 

C o u r c h e s n e (Venise-en-Québec) 

e t Guy  L a c h a n c e (Clarencevil-

le) sont  p a r t i c u l i è r e m e n t satis-

faits puisque l'an  d e r n i e r , ils 

ont dû  a t t e n d r e  b e a u c o u p plus 

l o n g t e m p s  a v a n t  d ' i n s t a l l e r 

l e u r s  c a b a n e s .  L e  n i v e a u  d e 

l ' e a u est  é l e v é  d a n s la  b a i e , ce 

qui est  t r è s  f a v o r a b l e à la pê-

c h e ,  a f f i r m e M.  L a c h a n c e . 

L ' é p a i s s e u r  d e la  g l a c e atteint 

les 18 pouces. Chez  L a c h a n c e , la 

p e r c h a u d e  m o r d  s u r t o u t  a u 

m e n é  c e s  t e m p s - c i  c a r  l ' e a u 

brouillée  d i m i n u e le  r e n d e m e n t 

des (lundinet tes. Le  d o r é est ce-

p e n d a n t  p l u s  r a r e .  S i g n a l o n s 

qu'on a  c a p t u r é deux salmoni 

d é s au  t o u r s du  d e r n i e r week-

end au lac Champlain dont une 

ouananiche  d e 21 pouces de Ion 

gueur. 

Au  L a c Saint-François, M. 

B e r n a r J Mitchell, un responsa 

ble


 de

 la pourvoi rie



 Berna d 

liai* la seule qui offre des  t a 

b a n e s en location dans cette  r é -

gion,  a f f i r m e qu'il esj un peu 



trop

 tôt pour  p ê c h e r  a v e c  g r a n d 



succès

 la  p e r c h a u d e  d a n s  c e t t e 

p a r t i e du  l a c  ( S a i n t  A n i c e t ) . 

( 'est  s u r t o u t  l e brochet  q u i 

m o r d à ce  m o m e n t et on en  c a p -

t u r e des  s p é c i m e n s pouvant at-

t e i n d r e les 12 livres. 



Dorés et brochets 

Au lac des Deux-Montagne*-. 

M a u r i c e Dupuis, du Centre de 

pêche Baie de Carillon,  a f f i r m e 

que la  p e r c h a u d e se fait prier 

un peu. Selon M Dupuis, il fait 

a c t u e l l e m e n t  t r o p froid II esti-

me  q u e 1«* beau  t e m p s et des 

t e m p é r a t u r e s un peu plus chau-

des


 devraient

  c h a n g e r radicale-

m e n t la situation. Le  d o r é est 

r a r e  d a n s ce  s e c t e u r  m a i s le 

brochet, lui, collabore  t r è s bien. 

Au Club de la  R a q u e t t e , à Ri 

g a u d , M. Henri Pilon confie  q u e 

la  p e r c h a u d e  p o u r r a i t  m o r d r e 

b e a u c o u p  m i e u x . A cet endroit, 

ce sont  s u r t o u t les pêcheurs de 

dorés et de  b r o c h e t s qui obtien-

n e n t les meilleurs succès à ce 

m o m e n t - c i . Il s'est  c a p t u r é un 

brochet  d e neuf livres sur  c e t t e 

p a r t i e du lac en fin de  s e m a i n e . 

M. Pilon confie que ceux qui 

veulent  p r e n d r e du doré doivent 

s e souvenir que les  h a b i t u d e s de 

c e poisson  d e m e u r e n t sensible-

m e n t les  m ê m e s en hiver. Il 

faut donc  p ê c h e r tôt le matin 

( 7 h ) ou  e n c o r e , en  t o u t e fin 

d ' a p r è s - m i d i , à la  b r u n a n t e . 

a p r è s 15 h. 

Au  L a c Saint Louis, chez le 

p o u r v o y e u r René  A u m a i s , il



 y 0 

eu foule  e n t r e Noël et le  J o u r de 

l'An. La  p ê c h e était bonne  m a i s 

le  r e n d e m e n t a diminué



 consi-

dérablement

 depuis le debut de 

la période de froid.  C o m m e un 

BLOC-NOTES 

U n e perchaudo de $ 1  0 , 0 0 0  o u lac Champlain 

• Les  p o u r v o y e u r s du lac




Download 1.29 Mb.

Do'stlaringiz bilan baham:
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10




Ma'lumotlar bazasi mualliflik huquqi bilan himoyalangan ©fayllar.org 2020
ma'muriyatiga murojaat qiling