Saint hyacinthe


Download 4.64 Mb.
Pdf ko'rish
bet21/38
Sana23.11.2017
Hajmi4.64 Mb.
1   ...   17   18   19   20   21   22   23   24   ...   38

PRO MUSICA 

ANTIQUA:

2e concert

Le "Royal Court", un 

théâtre d'écrivains

par Claud* GINGRAS



ENSEMBLE PRO MUSICA 

ANTIQUA de BruxeUe» A la 

Comédie - Canadienne. Dana le 

cadre du 26e F a 11 v a 1 de 

Montréal. Dernier d'un groupe 



de deux concerta. Proiramme 

composé de chansons, danses, 

motets, madrigaux, pavanes, 

rondes, balletti, pour différentes 

combinaisons de voix et d'instru­

ments, de compositeurs français, 

anglais, flamands. itaUens, espa­

gnols. allemands, des 13e, 14e, 

13e et 16e siècles.

Hier soir, devant le même 

petit public d’initiés, deuxième 

et dernier concert de l’ensem­

ble belge Pro Musica Antiqua.

Comme on le sait, cet ensem­

ble spécialisé dans l’interpréta­

tion aussi exacte que possible 

de la musique du Moyen Age 

et de la Renaissance, groupe 

cinq chanteurs (soprano, con­

tralto, basse et deux ténors) et 

cinq instrumentistes (trois viè- 

les, luth, flûte à bec). Le groupe 

est dirigé par son fondateur, le 

musicien américain Safford Ca­

pe.

Le programme d’hier ressem­



blait sensiblement à celui de 

lundi: motets, madrigaux, 

chansons et danses de toutes 

sortes, écrits tantôt pour voix 

seules ou instruments seuls, tan­

tôt pour diverses combinaisons 

des voix et des instruments.

On aura remarqué la présen­

ce au programme de quelques- 

uns des plus grands innovateurs 

du Moyen Age et de la Renais­

sance, de divers pays d’Euro- 

pe : Guillaume de Machaut, 

l’initiateur de l’Ars Nova, dont 

nous avons entendu l’Agnus Dei 

de la “Messe de Nostre Dame”, 

écrite en 1364 pour le couronne­

ment de Charles V de France 

(l’oeuvre requiert évidemment 

une formation instrumentale 

bien plus considérable) ; Guil­

laume Dufay, qui écrivit la mu­

sique solennelle la plus belle de 

son époque (première moitié 

du 15e siècle) ; Josquin Des­

prés (ou des Préz), créateur du 

mouvement Musica Riservata, 

et pleurant ici la mort de son 

maître, Ockeghem ; l’Anglais 

John Dowland, représenté par 

de délicieux madrigaux ; l’Es­

pagnol Alfonso Mudarra, Ro­

land de Lassu^, le grand Mon­

teverdi, Palestrina.. .

L’élément nouveauté est quel­

que peu émoussé au deuxième 

concert et le tout engendre une 

certaine monotonie à la lon­

gue. Toutefois, cette musique 

doit être prise comme telle, et 

il faut reconnaître que les ins­

trumentistes et les chanteurs 

de Pro Musica Antiqua cons­

tituent l’un des groupes les 

plus authentiques qui soient 

dans le genre.

La prononciation extrême­

ment soignée des chanteurs est 

une qualité sur laquelle on n’a 

pas assez insisté, et grâce à 

laquelle nous est restituée tou­

te la naïve beauté du vieux 

français et du vieil anglais en­

tre autres.



Au Festival 

de Montréal

Aujourd’hui, il y a, à Lon­

dres. pour la première fois de­

puis bien longtemps, un petit 

nombre de théâtres dont le rôle 

officiel est de susciter de nou­

veaux talents. Le “théâtre com­

mercial”, comme nous l’appe­

lons, ne peut pas prendre de 

risques en misant sur l’inconnu, 

ne serait-ce qu’en raison du 

grand investissement de capi-



nontiHES

Cinémas

ALOUETTE : “Exodus” : 8 h. Mati­

nées à 1 h. 30 les mere., sam. et 

dimanche.

AVENUE: “No Lov: For Johnnie”i 

12:45. 2:50. 5:00. 



1 00. 9:20 

BIJOU : “Suianne et la cha-cha i 

12 35, 3:45. 6:35, 9:45; “Le testa­

ment de Monte-Cristo”: 2:09. 5:11. 

9:1».


CANADIEN et PLAZA: “Un seul

survivra” : 1:30. 4.55, 8:15; “Papa, 

sa femme et mol”: 12:00, 3:20, 6:45, 

10:05.


CAPITOL t "Voyage To The Bottom. 

Of The Sea" : 10:25. 12:40, 2:55, 

5.10. 7:23, 9:35.

CHAMPLAIN et CREMAZIE : “Ben- 

Uur” : le dimanche : 12:30, 4:30, 

8 30 i du lundi au samedi incl. i 

1:30 et 8:15.



CHATEAU, EMPRESS, GRANADA, 

PAPINEAU, RIALTO, ROSEMONT 

et SAVOY : "Morgan The Pirate" : 

12:50. 3:45. 8:41, 9:40: "Guns, Girls 

and Gangsters” : 2:30, 5:30, 8:30.

ELECTRA: “Désirs et péchés”: 

12:13, 3:02 , 5 49. H:36; "L'Amazo­

ne nue" : 1:55, 4 42. 7:29, 10:06.

'Une leçon d’amour” t 

9 h. Le dimanche : 3, S,

ELYSEE :

6 h. et 


9 h.

ESTEREL


fraises

Aujourd'hui

9 h. i 


Serva

COMEDIE CANADIENNE, 

“L’Heure espagnole1' et La 

padrona”.

LA POUDRIERE, 8 h. 30: 

“n 


ne 

faut jurer de rien".

MOUNTAIN PLAYHOUSE, 8 h. 

30: "The Boy Friend".

LOEWS, 10 h. a m. : films scien­

tifiques : 3 h. p.m. : courts-métrages 

canadiens: 6 h. p.m. : “Le Cahier 

noir": 9 h. p.m. : “La Ballade du 

soldat”.

Vendredi


COMEDIE CANADIENNE, 9 h t 

“L'Heure espagnole” et La Serva 

padrona".

MOUNTAIN PLAYHOUSE, 8 h. 

30 : “The Boy Friend”.

LA POUDRIERE. 8 h. 30 i “U ne 

faut Jurer de rien”.

Samedi 11 août

COMEDIE CANADIENNE, 9 h. I 

“L'Heure espagnole” et La Serva 

padrona (dernière).

MOUNTAIN PLAYHOUSE, 8 h. 

30 : "The Boy Friend".

LA POUDRIERE, 8 h. 30 : "Il ne 

faut jurer de rien”, (dernière)

THEATRE STELLA, 8 h. 301 

“N'écoutez pas. Mesdames”.

Frais de voyage aérien

(PC) — Le voyage avion 

New York - Londres en 6 heures 

et demie à peu près coûte 64 

cents la minute.

(Ste-Marguerite): 

“Les


_____ sauvages”: tous les Jours

à 9 h. I.es samedis et dimanches 

A 6 h., 8 h., et 10 h.

IMPERIAL! "South Seas Adventu­

re”: 8 h. 40. le dimanche à 7 h. 

30 : matinées à 2 h. les samedis 

dimanches et mercredis.



KENT i "Parrish"! 1:05, 3:40, 6 15, 

8:50.

LA SCALA: "En légitime défense”, 

"Le feu dans le sang”, "L’Aigle 

rouge”. Ouverture des portes 

5 h. 30; le samedi et dimanche» 

à 12 h. 30.

LOEWS: ïestival international du 

Film : voir le calendrier "Au Fes­

tival de Montréal”.

MERCIER : "L’amazone nue”: 12:15, 

3 02, 5:49. 8:36; "Désirs et pé­

chés": 1:30, 4:17. 7:04, 9:51.

MONKLAND et REGENT "Love In 

In The Afternoon" : 12:30, 4:50, 

9 25; "Friendly Persuasion" : 2:30,

7 05.


ORPHEUM: "Love In The After- 

noon”; 12:25, 4:50, 9:15; “Friendly 

Persuasion” : 10:05 , 2:30, 6:55.

OUTREMONT, WESTMOUNT. "Swiss 

Family Robinson" i 11:05, 1:25, 

3:50, 6:10, 8:30.

PALACE “The Guns Of Navarone”! 

9:50, 12:35. 3:20, 8:10. 8:55.



PRINCESS: "Morgan The Pirate"» 

10:00, 12:55. 3:50, 6:45, 9 45; "Guns, 

Girls And Gangsters” i 11:35, 2:30, 

5:25, 8:25.



ST.OENIS: "Le testament de Mon­

te-Cristo"; 12:35. 3:45. 6:30, 9:45: 

"Suzanne et la cha-cha" : 2:01, 

5:11, 8:21.



SEVILLE : "The Bridge” : sur semai­

ne, 2:30. 8:30 ; samedi et diman­

che, 2:30, 7:00. 9:00.

SNOWDON: "Never On Sunday" 

1:10, 3:15, 5:20, 7:30, 9:35.



STRAND : “Homicidal" : 11:50, 3:10. 

6:30, 


9 50; "The Warrior Em­

press”: 10:05, 1:25, 4 45, 8:05

taux qu’il met en jeu. Il s’aven­

ture donc rarement loin des “ta­

lents sûrs” tels que Noël Co­

ward ou Terence Rattigan. A 

côté de l’Arts Theatre et du 

Theatre Workshop, le Royal 

Court Theatre a bien compris 

ce que réclamait la jeune géné­

ration d'auteurs d’après guerre. 

Il a offert une tribune à cette 

jeunesse sans point fixe, ballo- 

tée entre la seconde guerre 

mondiale, qui devait être "soi- 

disant la dernière” et la pro­

chaine. que nous redoutons tous 

et qui menace de faire disparaî­

tre d’un seul coup le monde 

entier.


Le principal intérêt du Royal 

Court, aux yeux des jeunes au­

teurs dramatiques, est qu’il 

offre un banc d’essai où ils 

peuvent étudier et apprendre 

l’art de la scène dans une at­

mosphère unique en Angle­

terre, sinon dans le monde. Les 

écrivains assistent aux répéti­

tions de leurs p i è c e s et de 

celles des autres écrivains, dis­

cutent des problèmes de la mi­

se en scène théâtrale, et, le 

dimanche soir, quand tous les 

théâtres sont fermés (ce qui 

est obligatoire en Angleterre), 

ils ont la possibilité de voir 

jouer leurs pièces par des ac­

teurs professionnels, devant un 

public privé et dans une mise 

en scène réduite. Ainsi depuis 

avril 1956, lorsque George De­

vine est devenu directeur artis­

tique du Royal Court, ce théâ­

tre a présenté une moyenne de 

16 pièces différentes par an. 

L’English Stage Company, qui 

est le nom de la société ano­

nyme qui dirige le théâtre, et 

qui est le propriétaire d’un bail 

commercial d’exploitation de 

35 ans, a donné un total de 85 

pièces, parmi lesquelles 52 pre­

mières mondiales — toutes oeu­

vres de débutants. En plus, il 

y a eu, sur un total de 28 re­

présentations "sans décor" — 

c’est ainsi que se nomment les 

représentantations du diman­

che — 28 pièces inédites, dont 

un Pirandello, une oeuvre 

écrite par un Canadien, une 

par un Sud-Africain, et trois 

par des auteurs de Jamaïque.



John Osborne

Parmi les auteurs "décou­

verts” par le Royal Court, ce­

lui qui a fait par la suite la 

plus brillante carrière est sans 

doute John Osborne. Remar­

quons que "Look Back in An­

ger” (en France “La Paix du 

Dimanche”), fut refusée par 

tous les directeurs de théâtre 

londoniens avant d'être finale-

Voir Royal Court en page 23

ORLEANS

A

FalUche 

"TRAPEZE" en couleurs 

Burt Lancaster — Gin* lollobrigida 

— aussi —



"A PARIS TOUS IES DEUX" 

Technirama et Technicolor 

Bob Hope — Fernandel

PREMIERE FOIS

EN ERANCNSf



Man* 

ï

DEMAIN! ★

FMPRESS

■ü AIR CLIMATISE

9

 ANTHONY


I0U1NN;

YOKOTANI


mi | S

a

MMK 



ilmoarfi&f;

aïOTaaw


DERNIER JOURs



 "MORGAN THE 



PIRATE” t "GIRLS, 

GUNS & GANGS­

TERS"

LE SEUL THEATRE CINERAMA AU CANADA*



Réservations AV. 6-5603

CE SOIR 

à 8 h. 40

La version 

originale

VENTURE

„ Dis is,

[M

ers



 

du

 S



ud

tSvïi.‘'(ÏS^ TECHNICOLOR*

•A» CLIMATISE -



IMPERIAL

1430 MAI «T ~ AV * 7)02



Y

sel?'


%*.

X

Gagnant de 11 Oscers 



— incluant celui du 

meilleur film 

de l'année

a\o0


Ï"

Lundi au samedi incl.: 1.30 et 8.15 P.M. 

Ouverture des portes à midi et 7 heures P.M. 

Dimanche: spectacle continuel, 12.30, 4.30, 8.30 

Matinée: $1.00, taxe incluse.

Soirée et dimanche: $1.25, taxe incluse.

BLIAMNI)


COMMENÇANT AUJOURD'HUI 

Trois 

grand»

/Unit

fêetruvuitlltR

/^HAUBAN


EN 

LEGITIME 

DEfENSE

ANTONIO VILAR

LE FEU DANS LE SANG

FRANK IATIMORE 

MARIA FIORE

L'AIGLE ROUGE

CREMAZIE

EN PRIMEUR !

DEMAIN

Bu Love

■—-BEL 


'GEODES

llls.tl

BURT

irai

the 

young 

savages

ORPHEUM c “ ★ MONKLAND

★ REGENT CJS*Î-

Dermar jour - CARY COOPtR dans "IOVE IN THE

AFTERNOON", aussi dans "ERIINOIY PERSUASION"

BRIGITTE

BARDOT

JUN CABIN - EDWKiL f LU.'UIRC

SUŒNMrS 



ji 4

Love Is Myp 

Profession [

a# UH»


laim'trmnnP

CONSTANTINE^ 

HANIN* TILLER 

HOSSÉIN • MON FORT

P

SËgsæ

au

fil

PASSE-TEMPS

r

 MOUNT-ROYAL1*» MARQUETTE^E



IA. 1-7870 

**

Climatisé par réfrigération



AUJOURD'HUI A SAMEDI

Matinées spécial*» pour las anfants de 

10 ans at plus — Les portes seront ou­

vertes à 10 00 a.m. — Admission géné­

rale 45?.

2 films technicolor

"CIRCUS STARS", ave* une pléiade 

d'étoiles de cirque. — "COW-BOY'", 

Glenn Ford * Jack Lemmon.

Après 6.00 p.m. programme régulier 

pour les plus de 16 ans seulement.

DIVERTISSEMENT 

POUR LA FAMILLE !

MATINEES 

SPECIALES 

POUR LES 10

ANS et PLUS !

Les portes ouvrent tous les jours à 10 h. 30 (le dim. à midi 30) 

Absent-Minded Professor passe tous les jours i 11,10, 

1.40, 4.10, le dim. à 1.40 et 4.10 

SOIREES RESERVEES AUX 16 ANS ET PLUS!

Absent-Minded Professor passe tous les soirs à 6,40 et 9.05, 

le dim. soir à 6.40 et 9.05

Le professeur

FLUBBER. *.

vous fera rire 

aux larmes

Walt Disney

APAN

in CINEMASCOPE

Cbk b/TÉCHM



COLOR.

Disney^

FRED MacMURRW 

NICÏOISHEIMI 

TOMMY IK «

m

Dernières aujourd'hui aux deux ciné­

mas de "SWISS FAMILY ROBINSON". 

Divertissement pour toute la Famille 

de 10 ans et plus.

DES

DEMAIN !

\kl ESTMOUNT



WW ajr rafra;ei,j

ET

HUnter 6-9545

i

UTREMONT

air conditionné

CRescent 7-3233

M

IVDLI

Monra/

montrant

l'obsession 

d'un homme

DEMAIN

Vous l’avez odoré dons set enregistrements 

de "VOIARE” et ^M’’CIO„.CIO...BAMBINO'

ri. 

a

t

Jacques

SERNAS

'Al If


CÏTMAIiSEÏ

STRAND

Domenico

Darniar jour: “HOM1CIDAI" • 

"THE WARRIOR EMPRESS"

AUJOURD'HUI - AUX CINES UNITED

jtlinndciA Air conditionné! "THE SECRET PARTNER", Stew.rt 

imillllll 911, Granger, Hsya Hargreat. "TWO IOVES", en couleuri,

Shirley MacLaine, laurenca Harvey.



I ni.aiB-.l.. Air conditionnéi "PLEASURE OP HIS COMPANY"

*z»g» « g IIS.- Technicolor, fred Ajtaire, Debbia Reynold., Lilli Palmar. 

"CONSPIRACY OP HEARTS", Lilli Palmer, Sylvia Sym».

York

Air conditionné I

Van Horne

'TUNES OF GLORY", en Technicolor, Alec Guinness, John Mills. En plus 

au York t "I’M ALRIGHT JACK", Richard Attenborough. En plus au Van 

Horne 

t

 "CAPTAIN'S TABLE", en couleurs, John Gregson, Peggy Cummins.

1 Stationnement pour les clients du cinéma York 

à

 compter de 6 h. p.m. eu | 

Garage Mansions. Frai* d* service 25<. Au Ven Horne parc de stationnement

âTt

?fji

m

EN SUPERBES COULEURS'

CINEMASCOPE

1200 STI, CATHttMdf 1ST

le monde du cinéma!

M 1? AOÛT

Adr *\  

i- -f

FESTIVAL

ITS

DEGAT

MERCIER

ELECTRA

__JFWANCO I a ■ A8NOUÇ

g

 

» » U» X * -SUR LA SCENE. AUX THEATRES MERCIER ET



r^niJ IHTl 

«EAUIIEN - JEU H0UTW00D

tu

PRIX (M ARGENT

PALACE

L

a

 RQnnsR

BVCgiMe'

mtmmrdefim

N * - SUR LA SCENE AU THEATRE ViSBüK PALACE i 

JtU HOLLY) "OOP - PRIX EN ARGENT 

!

PROGRAMME

□  10 h. matin: Films scientifiques et pédagogiques.

□  3 h. après-midi: Courts métrages canadiens: “BLINGKITY BUNK”, "PAUL TOMKO- 

WICZ”, LES BATEAUX DE NEIGE”, "GOLDEN GLOVES”, "SPORTS ET TRANSPORTS", 

"THE PRICE OF FIRE” et “NEWFOUNDLAND SCENE”.

□  6 h. soin "KUROI GASHU" (Le Cahier noir), Japon, réalisation de Hiromichl Hirokawa. 

Court métrage: France.

□  § h. soin "BALUDA O SOLDATE", (La ballade du soldat), URSS, réalisation de Grlgorl 

TchoukhraL Courts métrages: Canada et France.

AU REVOIR ET MERCI!

Nous ferons l’impossible pour vous revenir l’an prochain avec notre troisième 

festival international du film. D’ici là, nous tenons à remercier sincèrement 

chacun d'entre vous, amis cinéphiles, de votre enthousiaste appui 

Un autre chaleureux merci -ux deux cents et quelques personnes qui ont 

collaboré à la prépr ation et 



à

 la présentation de ce festival. On doit tout à 

leurs talents, leurs techniques et leur dévouement. À chacun, mercll

L'ÉQUIPE.

Billets en vente au cinéma Loew's

FESTIVAL INTERNATIONAL 

DU FILM DE MONTRÉAL

5011, AVENUE PARK, MONTRÉAL — 

CR

escïnt


 

4-6521


■HrfÊ

Le sujet de conversation des 

cinéphiles du monde entier. 

L'histoire très réaliste 

et néanmoins toujours 

émouvante d'une belle de nuit 

d'une ville portuaire 

et d'un Américain qui 

veut la sauver de sa situation 

désespérée . . . mais 

l'est-elle vraiment ?

mélina



 M

ercouri


AUSSI aux Princes»,

 

Rosemont, 



Rialto, Oranada, Papineau, 

Château

 et 


Savoy teulement

J

ules

 D

assin

FltiRG-JEfFUS HOteC-gBI

des

 

DRINCESS DOSEMONT DI ALTO ARANADA 

»

*

 CLIMATISE 

le FV 1-8930 

CR 7-3700 

%W

 Cl. 5-J428 

4-

demain


 .H0WD0N 

PAPINEAU CHATEAU SAVOY :

tN

 CLIMATISE 

I LA. 14853 

m CR. 1-4400 

IMATISE 

g.

AUX 8 CINEMAS

DIRNIIR JOUR à 

7 cinéma» i "Mor­

gan

 the 


Pirate" et 

"Qirlt,

 Guns A 


Gangster»1'

PREMIER! 

f

 C CAin 10k Une grand* comédie MGM I 

SURPRISE 

" 0 N* AU CINEMA PRINCESS

Dernier programme 

complet i é h. 53

.........

......


.....

.

......



......

..

 



;

......


....

.

......



....

'

 



 

"



 

It

T



"

 

"



 

i||l


i

(S

i



'|i

'r

il



A

n

.W



X

II

II



.l

R

IN



SI

W

W



M

SI

ii



l

i

iii



iiS

i

S



li

iii


l

i

i



 

I...


I

....


.i

n


AU FESTIVAL DE MONTREAL

décidés à discuter du dilemme 

humain de la façon la plus lar­

ge et la plus retentissante pos­

sible. Les trois premières piè­

ces d'Osborne, "Look Back in 

Anger", “The Entertainer" et 

"George Dillon" «écrite en col­

laboration avec Anthony Creigh­

ton i ont été jouées dans le 

monde entier et des deux côtés 

du rideau de fer. Fondamenta­

lement, les pièces d'Osborne 

sont des études sur l’échec, 

l'incapacité de l'individu à s’a­

dapter a la société moderne et 

l’incapacité de la société bour­

geoise a trouver la solution de 

ses nombreux problèmes. “The 

Entertainer” remporta un suc­

cès sans précédent à Londres 

et à New York, avec Laurence 

Oliver dans le rôle principal. 

Elle est considérée comme la 

plus faible. Pourtant sa cons­

truction relâchée et l’introduc­

tion dans le texte de couplets

Joshua Logan 

à Montréal

ROYAL COURT

N'écoulez pas, Mesdames!": du meilleur

SUITE DE LA PAGE 

22

ment acceptée, après deux ans 

d’attente, par George Devine. 

Le sentiment d’insécurité au­

quel j’ai déjà fait allusion for­

me la trame de tous les dra­

mes. Le héros de “Look Back 

in Anger”, Jimmy Porter, qui 

est le porte-parole de l’auteur, 

n’est que trop enclin à déni­

grer choses et gens autour de 

lui. Il a donné naissance a cet­

te expression “jeunes hommes 

en colère” qui a fait carrière, 

aussi bien dans le roman qu’au 

théâtre. La plupart de ceux-ci, 

tel Osborne lui-même, sont bien 

trop jeunes pour avoir connu 

les horreurs de la dernière 

guerre, ou celles des camps de 

concentration autrement que 

par ouï-dire. Mais ils ont tous 

une chose en commun: ils sont

Guitry joué au mieux par le Rideau Vert

Enfin, une vraie Fanny’’, a 



dit Marcel Pagnol en voyant 

Leslie Caron dans le film de 

Joshua Logan, ‘‘Fanny”, qui 

doit sortir vendredi au cinéma 

Loew’s.

C’est du moins ce que nous 

apprenait hier M. Logan lui- 

même. venu a Montréal pour 

des fins publicitaires.

— La Fanny de la version 



originale était affreuse, dit-il. 

Laide, trop âgée, Orane De- 

maris était en outre très mau­

vaise comédienne. Leslie Ca­

ron, par contre, a de la jeu­

nesse. de la fraîcheur. Et elle 

sait jouer.

Mais Marius, mais Panisse, 

mais Fanny ? N’ont-ils pas 

perdu de leur charme dans la 

version américaine ?

— Le film n’est pas fait 



pour plaire au public français, 

explique M. Logan. Mais à 

tous les publics auxquels la 

trilogie de Pagnol n’était pas 

accessible en français. C’est 

pour eux que j’ai traduit 

l'oeuvre en 1953, que j’en ai 

fait une comédie musicale à 

Broadway, et récemment le 

film que vous verrez.

Quel équivalent a-t-il trouvé 

à l’accent si savoureux de 

Marseille ?

— Je l'ai visualisé, dit-il. Ce 



que je n ai pu rendre par la 

parole, je l'ai traduit par 

l image. J'ai essayé de faire 

sentir Marseille, ville réelle 

entre toutes.

Mais comme la couleur em­

bellit la misère et que l'anglais 

adoucit le cynisme de l'esprit 

français, le film ne saurait 

avoir le même réalisme que la 

trilogie originale.

— Mais il a autre chose, de 



dire M. Logan. La trilogie de 

Pagnol durait sept heures, 

mon film dure 2 heures et 13 

minutes. D'un vin excellent, 

j'ai fait du cognac!

Puis, parlant des critiques 

américains qui ont accusé son 

film de ‘‘faire trop Holly­

wood" :

— La critique américaine 



boude presque toutes les pro­

ductions de Hollywood. C’est 

un snobisme d’intellectuels. 

Pour moi. Elia Kazan, Billy 

Wilder, William Wyler, John 

Sturges comptent parmi les 

plus grands metteurs en scène 

de cinéma.

Et Antonioni ?

— Il ne vaut pas Kazan.



Et la nouvelle

‘N’écoutez pas, Mesdames 

comme quatrième attraction 

scenique, encore dans le genre 

legor, du 26e Festival de Mont­

réal.


N écoutez pas, Mesdames .. 

on sait bien ce qu’a voulu dire 

Guitry. Connaissant les femmes 

comme il les connaissait, en 

parlant comme il en parlait, 

c est-à-dire avec vérité mais 

aussi avec amour, on imagine 

bien qu il ne réserve pas aux 

Messieurs seuls le plaisir de 

cette comédie que les femmes, 

curieuses de nature, voudront 

aller entendre et applaudir. 

Elles se reconnaîtront à des 

traits fins et féroces, tendres 

ou un peu cruels, d’où leur na­

ture sort embellie, puisqu’il est 

prouvé, en fin de compte, que 

l’on ne peut se passer d’elles. 

Ou alors, pour si peu de 

temps . ..

La pièce débute

nologue de confidences, et voilà 

le premier étonnement de la 

soirée : un Jean Duceppe a 

l’aise, compréhensif et com­

prehensible, nuancé et retori, 

en qui le Jean Duceppe du ma-

qu’après tout, comme antiquai­

re, il est, (ait-elle avec l’air de 

n’y pas toucher, dans son jour 

de veine... A quoi, il répli­

que. bon garçon : Je t'en prie, 

ne le fais pas trop voir ! ...

Les ceintures de sécurité

• PC» — Le règlement inter­

national prescrivant de munir 

les voyageurs d’avion de cein­

tures de sécurité fut adopté à 

la suite d’un accident survenu 

en 1913, alors qu’un pilote sur­

volant la Floride fut projeté 

hors de la carlingue.

Au théâtre Stella, le Rideau Vert dans “N'Ecoutei Pas 

Mesdames 1", comédie en trois actes de Sacha Guitry; 

mise en scène de François Cartier; décors de Madeleine 

Arbour; costumes de Richard Lorain; décors exécutés par 

Jacques Leblanc, avec la distribution suivante :

Daniel Bachelet ..................................  Jean Duceppe

Michel Aubrions ..................................  François Cartier

Le Baron de Charançay ..................... Louis Aubert

Monsieur Le Canut .............................  Etienne Aubray

Monsieur Blandinet............................... André Cailloux

Un magistrat ...................................... Yvon Leroux

Un commissaire ................................. Pierre Giboyau

Madeleine Bachelet .............................  Yvette Brind’Amour

Valentine Clin 

.............................  Françoise Faucher

Henriette Haleydont ...........................  Louisette Dussault

Julie Bdle-en-Bois ............................... Juliette Béliveau.

OPERA :

CE SOIR


•* les 18 et 19 tou»

L'HEURE ESPAGNOLE

(Ha vil)

LA SERVANTE MAITRESSE

(Porgoloto)

i La Comédie Canadienne 

à 9 heures

Billets : $3 94 - 

$2

 

25



 -$

1,13 


(taxes inc.) .

VVWZ/.*.MV.V.VZ/.'.A,..v.



Une nouvelle méthode pour mise en plis à domicile

LOTION “PER FORM

par un mo-

tin matinal ne doit peut-être pas 

se reconnaître, ni se compren­

dre lui-même. Le voilà donc 

en Daniel Bachelet, et c’est un 

rôle que Guitry a joué lui-même 

quelque chose comme six cents 

fois. Jean Duceppe, dès 1 a pre­

mière fois, y est excellent, il 

y est naturel, il dit cela comme 

s’il l’avait toujours dit, et* le 

monologue passe comme let­

tre à ia poste, avec cette petite 

différence qu’on l’applaudit en 

le coupant.

L’action commence ensuite, 

représentation, dit Guitry, de 

“nos misères morales”, celles 

des hommes aux mains des fem­

mes, dont l’exemple peut être 

salutaire a ces messieurs de la 

salle. Ce sont des misères, bien 

entendu, fort plaisantes, prises 

en tout cas plaisamment par 

ce mari qui reçoit le matin sa 

jeune femme rentrant d’une 

nuit dehors.

Cette jeune rôdeuse, c’est, fort 

élégante, toute au plaisir de 

jouer aussi un rôle en or. Mme 

Yvette Brind’Amour, la femme 

comme Guitry la faisait ... et 

l’aimait tout en l’accablant 

d’ironies, petite tête, mais pas 

bête, petit coeur mais qu’un 

seul amour ne peut remplir, 

avec une franchise déconcer­

tante . . . dans le mensonge. 

C’est à croire qu’il faudrait la 

croire, toujours. Elle arbore 

bien cette candeur qui désarme 

et cache si bien cette malice 

qui pourrait tourner a la mé­

chanceté. Un drôle de petit ani­

mal, dompté par Guitry d’une 

main leste ... et caressante.

Madeleine voudrait que son 

mari acceptât d’être trompé 

comme il accepte le beau ou 

le mauvais temps, l’humeur des 

autres, tous ces petits acci­

dents de la nature que la na­

ture elle-même se charge si 

bien de changer au caprice du 

jour ou du soir. Surtout

Et puis viennent d’autres per­

sonnages, dans une des pièces 

les mieux composées de Guitry, 

donc des personnages tous né­

cessaires à son propos sinon à 

l’action. 11 y a un baron de Cha- 

rençay (Louis Aubert) qui n’est 

la que pour z’yeuter Madelei­

ne et rappeler au mari comme 

elle est séduisante. Vient aussi 

un Monsieur Le Canut 'Etien­

ne Aubray), qui sert à nous 

rappeler que Bachelet est anti­

quaire. Monsieur Blandinet, lui, 

que personnifie André Cailloux, 

est rie la maison, comme 

vieux ... commis. Le commis­

sionnaire sert à déménager les 

valises de ces dames et à nous 

faire apprécier une très savou­

reuse composition de Pierre Gi- 

boyau.


Mme Françoise F aucher 

campe, on ne saurait dire au­

trement, une poétesse exaltée 

et exaltante qui fut la premiè­

re femme de Bachelet et qui 

tente un retour en grâce lors­

que Madeleine doit quitter le 

même foyer conjugal. Même 

la petite bonne jouée par Loui- 

sette Dussault a quelques bon­

nes répliqués dont elle tire 

plein effet. Et voilà Juliette 

Béliveau, l’ex-danseuse du Mou­

lin Rouge que Toulouse-Lautrec 

a peinte et qui n'a plus pour 

toute fortune que ce tableau, 

qui vaut bien près de trois mil­

lions. Une Juliette Béliveau 

émue de se retrouver sur la 

scène du Stella, qui sait trouver 

le petit ton et le petit rire ca­

nailles des anciens jours du 

Moulin Rouge.

II y a tant d'adresse, d'inven­

tion, d'ingéniosité, d'originalité, 

d'esprit dans cette petite pièce 

d'une heure et demie qu’il fau­

drait au moins trois heures 

pour les décrire un peu, sinon 

pour les redire ici. Il y a, par 

: exemple, en fin du 2e acte, un 

i quatuor Duceppe-Brind'Amour- 

, Faucher et Michel, qui est un 

<• modèle d'équivoques qui se dis- 

! sipent en s’emmêlant davanta- 

ge. de quiproquos qui s’éclai- 



! rent tout en s’entrecroisant 

plus encore, que c'en est un 

modèle de comedie dans la 

comédie.


11 y a ce Michel 'François 

I Cartier) dont j'allais oublier 

de dire avec quelle joie nous 

l’avons vu et écouté, dans cette 

composition d'un ami de Sud- 

Amérique caricatural mais 

théâtralement juste, à l'accent 

et au geste tout au plus ap­

puyés suffisamment pour don­

ner au personnage un caractère 

de vraisemblable drôlerie.

En fin de soirée, voilà-t-il 

pas que Madeleine a son tour 

veut parler au public. Daniel 

intervient et d’autorité coupe 

court en s'écriant: Rideau ! 

N’écoutez pas. Mesdames! .. .

Quel dommage ! Qui sait si 

ce la soirée, une soirée si déli­

cieuse, avec cette fois un 

“N'écoutez pas. Messieurs !”

MISTRAL

COLOMER

MUSIQUE:

LES 22 ET 24 AOUT



LE TRIO HONGROIS

GEORG SOLCHANY (Pianiste) 

ARPAO GERECZ (Violon,»».) 

VILMOS PALOT Al (Violoncelliste) 



à

 L. Comodie Canadienne 

à 9 heure»

Billet» $2 82 — $2 25 - $1.13 

(taxe» inc.)

Flacon atomiseur 

de 6 on.

Abbe LANE 

Xavier CUGAT

•t ton orchestre



THEATRE:

LE 20 AOUT _ A 

8

 H 30


IL NE FAUT JURER DE RIEN

Comédie

à Le Poudrière 

Billet»

Un nouveau liquide chimique qui permet d'onduler 

le* cheveux 

sam 

lotion permanente.

Donne du corps aux cheveux. Ne laisse pas de traces 

blanches, ne décolore pas. Simplement vous appli­

quez cette lotion après votre shampooing puis vous 

posez vos bigoudis. Vos cheveux tiendront bien au 

moins 8 jours.

d'Alfred de Musset

Ils Ste-Hélèno

53.38 (taxes inc.) en vente 

pour ce spectacle seulement au 

Théâtre La Poudrier#, lia Sta-Hélè- 

na - LA 64)821.

le» 19, 20, 21, 22, 23, 24,

25, 26, 27 et 28 août



N'ECOUTEZ PAS 

MESDAMES !

Comédie de Sacha Guitry 

par 


le

 Rideau Vert 

Théâtre Stella 

à 

8



 h. 30

Billets : $2.82 - $1.13 

(taxes inc.)

Billet* en vente :

La Comédie Canadienne 

Ed Archambault 

Théâtre Stella — Willis & Co.

EN COULEURS



CE SOIR A 8 H

OTTO

PREMINGER

PRESENTE

SAYWA

HAÏR SI

Commandes postales ou 

téléphoniques exécutées

VI. 2-7221

BILLETS EN VENTE 

de 9 am. à 10 p m. 

SIEGES RESERVES 

COMMANDES POSTALES 

ACCEPTEES 

Matinée» 

»

 1 K 30 


Mercredi, S 1.50 

Sam , dim, et fête», 

$2

 

00



SIMPSON - PARFUMERIE,

AU REZ-DE-CHAUSSEE Rayon 701



vague ?

— "Les 400 coups” sont 



l’oeuvre d'un jeune génie.

M. l.ogan nous fait remar­

quer là-dessus que Truffaut 

s'est pâmé d'aise devant son 

film "Rus Stop”.

— Autant les critiques amé­

ricains nous sont hostiles, au­

tant les critiques français ad­

mirent nos films. Que voulez- 

vous, conclut-il dans un sou­

rire plein de charme et de 

sagesse, nul n’est prophète en 

son pays”J

Simone AUGER 

Perfectionnement de l'auto

(PC) — Des autos fabriquées 

à Oshawa, Ontario, furent les 

premières munies de sièges 

avant ajustables, de porte- 

pneus, et de toiles aux portiè­

res, en 1920. L’utilité de ces 

dernières disparut lorsque ies 

conduites intérieures remplacè­

rent de plus en plus les voitu­

res à capote.

LA SOCIETE DES 

FESTIVALS DE MONTREAL

Soirée» à 

8

 heure» 


lun à vend $

2.00 


dim. et fête».

766 ouest, rue Sherbrooke



Irl-VA'J J 

È L%

Idéales pour le soin des ongles

LIMES A ONGLES ’DIAMOND DE11

8 pouces

pouces

pouce»

LA PLUS PALPITANTE AVENTURE JAMAIS FILMEE !

Base de nickel pur avec incrustations de cristaux. 



Cette 

surface exclusive ''Diamolite” n'a pas de bords ru­

gueux ... et empêche les ongles de se 

fendiller ou de se dédoubler. Durée infi- 

nie... antirouille,.. Venez l'essayer 

chez Simpson. 

. wjlËII

SIMPSON - PARFUMERIE,

AU REZ-DE-CHAUSSEE. 

j,

 

" '



Air climatise

Robert Hossein, AAagal* Noel



"DES FEMMES 

DISPARAISSENT"

aussi : Barbara Laage dans

"NIAGARA" En couleur»

Commanda» postales 

ou téléphonique» exécutée»

VI. 2-7221

.-.v>v


ïmmmm

mam

. «W.WWV.'.W.-.îkV.V.V.



JUSQU'AU 18 AOUT

Par l'auteur du 7e SCEAU, IA 

SOURCE et UNE LEÇON D'AMOUR

BERGMAN

Proha

bip ment 

I

p

 film 

I

p

 plut 

poignant 

qu*

 r

out 



rprrpM 

jamais.

mm

LES

FRAISES

SAUVAGES

A Montréal: VI. 2-6053

hkgun

?

LE CUIR

vrmnwvmi CINEMASCOPE



mwaï , çrjUillKie

2e 

SEMAINE

SUITE DE LA PAGE 20

se trouvant sous le fini est 

extrêmement vulnérable au fen­

dillement et aux coupures.

La nouvelle matière en ques­

tion ne présentant pas de cuir 

sec, les risques de fendillement 

sont, pratiquement inexistants.

Un essai a porté sur une pai­

re d’escarpins qui ont été por­

tés pratiquement sans interrup­

tion pendant six mois, même 

par temps de neige et de pluie. 

A la fin de cette période, les 

chaussures étaient pratique­

ment exemptes de fendille­

ments et d’éraflures et avaient 

conservé leur surface brillan-



SALLE 

CLIMATISEE

D'AOUT

BAT SON PLEIN CHEZ DRAPERIES MONÏREAl

L'ESTEREL

DRAPERIES FAITES SUR MESURES

A STE MARGUERITE : IA. 8 2160 

PREMIERE CE SOIR

SIX PERSONNAGES 

EN OUETE D’AUTEUR

de PIRANDELLO

Ces résultats devaient démon­

trer que cette nouvelle matière 

est non seulement pratique 

mais applicable aussi à la 

chaussure de fantaisie Des es­

carpins unis, à dessins arle­

quin, des chaussures bicolores 

genre sellier, et autres varian­

tes furent bientôt mises à l’é­

tude sur la table du modéliste.

avec


GILLES PELLETIER 

DYNE MOUSSO 

MARTHE THIERY 

ALBERT MILIAIRE



ueur minimum de 54

vous choisissez un tissu d'une long

Voyez nos nouveaux 

motifs et couleurs 

1961 

pour 

l'automne 

ment arrivés et offerts a 

bas prix spéciaux.

Livraison dans 7 à 10 jours

recent

et plus la verge

UNE ETONNANTE AVENTURE ATOMIQUE,

SUR TERRE

DANS LES ESPACES

INTERPLANETAIRES

ET SOUS L'EAU !

> m

TECHNICOLOR

Voua roules être sûr «('obtenir satisfaction consultes un «sport on draporiot chat l’un dot plut grandi megasint du Canada spécialisés 

«fans lot draporiot, déjà confectionnes* ou faitos sur mesures, couvro-llti, stores ot autres articles ménagers.



7 MAGASINS POUR MIEUX VOUS SERVIR

r \ 

» ' 

• 6675, St-Hubert 

• 537 ouest, Ste-Catherine

PRES ST-Z

0

ÎIQUE


•  5265, ch. Reine-Marie 

• 734 est, St Joseph

i I I F I I W I l 

SNOWDON. PUS DI CA a 

11

 



~



A

 L, 

M# _ .... ... ... 



a

 auiiEC


•  4349, Wellington

vfsoun

 ms 

• Centre d'achats

• 

1207



-

09-11


 

est. Ste-Catherine 

TROIS-RIVIERES

CHARICB

MOnfIT


|CRMSM*

COLOR H DE LUXE



2« SEMAINE

PtOGFON FONTAINf



à ronipter de DEMAIN 

SALLE CLIMATISEE

(MK HRK STERLING

STATIONNEMENT

Oertf• P«el - Wmritor 

è (Bmptir d« é p m

sont ouwprti Ut

VOYEZ DRAPERIES MONTREAL

ju»qu'è * h

jeudi «t vendredi

Festivals d

Montréal

[ALOUETTE]

V! 5-5047

CINEMA


THEATRE

mwm

MONTREAL

Orapenev

MONTREAL

UNE VISITE VOUS CONVAINCRA DES

SERVICE A DOMICILE

FABULEUSES AUBAINES EN

SIGNALEZ 

VI. 9-5331

•DRAPERIES «RIDEAUX «COUVRE-LITS

Nous Faisons una spatialité de» installations pour établiit'tnants

commerciaux «9 institution»


£4 

la

 PRESSE, MONTREAL, JEUDI 17 AOUT 1961

9 h. P.M

OUVERT CE SOIR CT VENDREDI SOIR 9 h. A.M

î 2 3 IfSO**? 101112



CADEAU

au Paya d» joueti, au cinquième.

10 h. A.M. i 4 h. P.M.

Jeudi et vendredi jutqu'è ■ h. 30 P.M. 

Pei de diilribulion-cedeeu, samedi.

Li gagnante de la première bicyclette ait

Mlle ERICA FORTIN.

3030 rue Cloase, app. * 

Montréal

NONIRUl

VOUS POURRIEZ GAGNER L'UNE DE 8 MAGNIFIQUES BICYCLETTES!

. ■

 

v. ............

Profitez de ces autres prix-vedettes de notre grande vente annuelle l

Horizontalement

A—

Afflictions, vives contrarié­

tés.

B—Enlevé — Conformité 

d’idées ou de sentiments.

C—Ornement sacerdotal — Pro­

duit en envoyant au-dehors.



D—

Au Moyen Age, était maire 

en France et, aujourd'hui, 

est bourgmestre rural en 

Belgique — Ouverte.

E—Métal précieux — Négation.

F—Appendice charnu, mobile 

et contractile — Action d'un 

oiseau qui prend son vol.

C—

Lettres de rat — Dans la 

poésie ancienne, pied de 

vers composé d'une brève 

et d une longue — A la fin 

de la messe.

H—Donner aux terres un troi­

sième labour — Averse 

abondante.

I.—Arrose Strasbourg avant de 

se jeter dans le Rhin — 

Conspuer.

J.—Se. dit d'un poisson qui a 

des oeufs — Tourillon au­

tour duquel pivote une pièce 

bile.


K—Obtenu — Boite — Pronom 

personnel.

L—Situées — Devenu habile à 

la suite de séances d'instruc­

tion.

Verticalement

1— Tremblements rapides que 

l'on observe à la suite de 

brusques contractions mus­

culaires.

2— Manqua — Qui rend ser­

vice.

3— Substance dure qui forme



la plus grande partie des 

dents — Promises a la 

béatitude éternelle.

4— Mauvaise humeur, irritabi- 

bilité — Action de lancer 

un projectile vers un but 

— Repérée.

5— Couteau grossier, à manche 

de bois.

6— Dont on a pris connaissan­

ce — Court en Australie.

7— Mammifère qui fait partie 

de la famille des équidés 

— Epée longue et étroite.

8— Se dit d’une voix qui rap­

pelle l'éclat métallique d’un 

disque bombé et sonore — 

Sauce faite avec de la fa­

rine roussie dans le beurre.

9— Orateur grec — Se dépose 

au fond du tonneau.

10— Que l'on ne cache pas.

11— Lac africain — Lettre grec­

que — Habitude fâcheuse 

et ridicule.

12— 11 admire sottement tout 

ce qui est en vogue — 

Piège — Article.



Solution demain

101112

DES MAINTENANT

FAMEUX TISSU BLIN-BLIN

GARNIS FOURRURE

SANS FOURRURE

Q.ÜTAASEANTE S

vtu otj tsjamûi

r I f f JL Mr 

r

 

a

 

ç

 

a

ûa

&

j

M

lawe

 es

ETL$MR.£rç>uRrt£

smc enfin 

M

tomûera

 

'cRj eu 



r

 sjü 

QVfiNefmâ 

u c 

ct

M

e

«

s



 

u

/ L- o

 r,

DATi

Solution du dernier problème

Planifier I'



expansion

AUCUN VERSEMENT COMPTANT

du port de

Selon tes Conditions Faciles de Paie­

ment Simpson, Taxe payable à l'achat.

Montréal

il

1.9 bureau de direction du 



Conseil du port de Montréal 

réuni en assemblée générale 

annuelle hier aux bureaux du 

Conseil des ports nationaux a 

remis au président de l’orga­

nisme, M. R. L. Dunsmore, une 

peinture représentant ie port 

rie Montréal, peinture qui avait 

été commandée a M. Albert 

Cloutier. M. Dunsmore quittait 

la présidence du conseil d'ad­

ministration après trois ans de 

Ktrvjçe» rendus.

Le Conseil du port de Montréal 



été constitué il y a précisé­

ment trois ans “pour jouer le 

rôle de coordinateur entre les 

divers intérêts qui ont à coeur 

le mieux-être du port de Mont­

real’’.

Par la même occasion, les ad­



ministrateurs ont remis aux 

journalistes un rapport dans 

lequel on trouve quelques re­

commandations de nature tech­

nique dans le but de planifier 

l'expansion du port de la mé­

tropole.

Le 


rapport 

nous apprend que 

Je 

conseil achève une analyse 



économique préliminaire d u 

commerce du grain au Canada, 

surtout du point de vue du 

transport et de l’entreposage 

dans la division est-Canada, de 

la tête des Grands Lacs jus­

qu’aux ports de mer. Ceci afin 

de déterminer les effets qu'a 

eus l’ouverture de la Voie ma­

ritime sur le mouvement du



LUXUEUX MANTEAUX GARNIS FOURRURE

Magnifiques garnitures de mouton de Perse, castor canadien natui 

vison bleu argenté, vison d'élevage noir. Nouveaux modèles dam 

des tons les plus doux aux tons les plus sombres Tailles 6 à 16 

pour statures moyennes et 16'/j a 22V2 dans le groupe.

SUPERBES MANTEAUX SANS FOURRURE

flatteuses silhouettes. .. modèles à ,-ape, demi-cintiés, amples, droits ou classii 

mode et cols spécialement traités. Nombreux modèles exclusifs i Sim| 

>dèle* importés. Tons des plus vibrants aux pius classiques. Tailles: 6 è 16 

es, 8 à 18 pour statures moyennes et 16V2 à 22V2 dans le groupe.

Pas de Commandes Postales ou Téléphoniques S.V.P.

SIMPSON - MANTEAUX AU TROISIEME. Rayon 731

-V SHOtAbèD

M. R. L. Dunsmore

président sortant de charge

grain. Ce rapport indiquera jus­

qu’à quel point le port de Mont­

réal peut préserver son rôle en 

matière de transport du grain.

Le rapport du Conseil accorde 

quelques paragraphes au pro­

blème du terminus maritime 

pour les passagers, problème 

qui a récemment attiré l'atten­

tion de la Chambre de com­

merce de Muntréal.

Sans prendre position, le Con-

Voir 

EXPANSION 



en 

page 34


4 MODES D'ACHATS

•  Plan mit* de coté . . , 

Paiement .

taxe payable i l'achat. 

ment dû «n

•  Compte-courant . . 

seulement

payable en octobre 

• Compte-cour

•  Condition» Facile» do veiable.

Si vous demeurer dan» les 50 mille» en 

dehors de Montréal et que vous achetez 

votre manteau durant cette vente. Simp­

son paiera votre billet de retour par 

autobus ou par train. Adrer^ez-vous S 

votre commis pour plus de détails.



Rég 9495

7 50

MENS. $6


KENM0RE modèle "50

MIROIRS 12" x 48

POELES PRATIQUES

Aspirateur à moteur H* CV. Modèle è pan» coupé». 

Logement è sec*. Changeur de sacs. Commande de 

souffleur. Pédale d'interrupteur au pied. Poignée encas­

trée. Pare-choci vinyl. 3 roues. Cordon 20' avec prise 

de luxe. 3 sac» et 9 accessoire»

Fini turquoise émaillée et base 

Commandes postales 

ou 

téléphoniques exécutées 



SIMPSON

r» maison. Robuste encadre- 



utiliser sans corps gras. Fond solide

laiton. Réflexion fidèle. Di- .

i#» XQ * 

aluminium n attachant



ns 12 x 48. Avec attaches

nettoyer. Avec spatule en bois,



Commandes postales ou téléphoniques exécutées — VI. 2-7221 

SIMPSON - ARTICLES MENAGERS, AU CINQUIEME Rayon 755

Faciles è

brun charbon,

VI. 2-7221

ASPIRATEURS, AU CINQUIEME R.yon 744



ROBUSTE

HÂCHOaR

ENSEMBLES 

7 PIECES

MUM vous rend 

aguichante!

Un meuble complet, élégant, 

pratique à un prix d'aubaine !

Avec 4 couteeux en acier 

faciles 

è 

nettoyer. 'Parfait 

pour viande crue ou cuite, 

légumes, noix, etc.

Commanda» postait» ou 

téléphoniques exécutée» 

VI, 2 7221

Acier Inoxydable. Ensem­

ble comprenant un sup­

port, une louche, une four­

chette, un presse - purée 

une spatule, une pelle à 

crêpe. Une cuiller i seuce.

RADIO-STEREG-PH0NO

MUM est pl

un®

peau sensible des 

lemcnt parfumée.



„ , 

--------- ive pour les tissus,

ee prolonge durant 24 heures.

3Riche et crémeuse, MUM est d’emploi facile et agréable 

Une légère application ... et vous laisserez derrière 

>ous un sillon parfumé. MUM ne sèche pas dans le bocal,

elle demeure crémeuse jusqu’à 

,in- Km ployez la CRÈME



ÆSBmmSËM 

désodorisante

 

mum

S

é

ÈÊ \ 1 J USÉS» en toute confiance!

Commandas postait» ou 

téléphonique» exécutée» 

VI. 2-7221



•  Changeur automatique

•  Magnifique fini noyer

Ces caractéristiques vous convaincront :

•  4 vitesses avec change- * Radio AM. et FM. et on-

ment automatique 

des courtes

•  4 Haut-parleurs puissants • Cabinet 37 x 29 x 11

•  12 watts. Pointe saphir 

fini noyer. 4 pieds ave

•  Amplificateur 11 tubes 

embouts.

•  Classeur pour disques. • Boutons-touches pour

Portes glissantes. 

le contrôle.



Pas de Commandes Postales ou Téléphoniques S.V.P 

SIMPSON - RAYON DE IA MUSIQUE AU CINQUIEME Rtyon 770

Réq. 269.95

SIMPSON,


ARTICLES

LENAUERS


AU

INQUIEME 

R.yon 7S3

SPECIAL

SPECIAL

SIMPSON, 

ARTICLES 

MENAGERS 

CINQUIEME 

R.yon 733



SOLDI ! ARTICLES MENAGERS

Mensualités $10

AUCUN VERSEMENT COMPTANT 

selon les Conditions Faciles de 

Paiement Simpson.

Taxa oayable è l'achat

Panier è pique-nique. 

Rég  1 49  à 3 98 

Ch 99c à 2.93

Allume-ftu "Charlite".  Rog.  t9f 

Ch. 69c 

Protège-alimentj.  Rog 

49<

Gril B B.O. 24" avec  moteur Rég.  17.88 



et 

19.98 


Acceaaoea gril B.8 Q. 

Rag 98«


Ch 

14.98 


Seca pique-nique.  Rog 

2 88


Pas de Commandes Postales ou Téléphoniques S.V.P. 

SIMPSON - ARTICLES MENAGERS, AU CINQUIEME Rayon 75S

ch 39*

ch 79e

ch 2.49


•zt«N‘-*i4M 

‘‘

 LA CREME DESODORISANTE

Prffér&VOUS un vaporisateur? Essayez MUM MIST!

EURES D'AFFAIRES 9 h. A.M. à 5 h. P.M,

OUVERT JEUDI el VENDREDI SCi:.S JUSQU’À 9 h,

SAMEDI 9 h. A.M. à 5 h. 30 P.M

SERVICE TELEPHONIQUE OUVERT à 8 h. A.M

COMPOSEZ Vlclor 2 7221

RETOUR


etai

/C

o

U-EGF

Rég. 79.98

üü

» *>\



Mensualités

Mensualités $8 a $9

111111


Wÿ&W.

mm

VENTE D’ARTICLES MENAGERS

M

\A\


warn

MUM

[i v: >

C I HIER

No 3

INFORMATIONS GENERALES

77e ANNEE - No 256

MONTREAL, JEUDI 17 AOUT 1961

INFORMATIONS GENERALES

PAGES

35-34

“Un oiseau de feu qui fonce à 1,600 milles à l’heure,,

%»-. 1


at

üp

Premier vol du CF-104



Flèche d'acier 

striant l'azur

par 


Jacquet GUAY

Sifflement, vrombissement, 

fade et chaude senteur d’huile 

brûlée, une flèche d’acier strie 

l’azur dans un déchirement 

d’air : le CF-104 fait une bril­

lante entrée sur la scène des 

avions supersoniques.

Perdus sur la piste, journa­

listes, photographes, ingénieurs, 

membres du personnel de la

Maurice ARCHAMBAULT

“Ma longue expérience m’a 

permis de constater que l’inté­

rêt manifesté par le touriste 

canadien qui visite la Norvège 

différé, suivant qu’il est de 

descendance française ou anglo- 

saxonne”.

Ainsi s'exprimait M. Pear 

Prag, directeur du service d'in­

formation du gouvernement nor­

végien en Amérique du Nord, 

au cours d’une conférence de 

presse qu’il nous accordait, 

lors de son passage à Montréal 

il y a quelques jours.

M. Prag, auteur d'une foule 

de livres traitant du tourisme, 

de la pêche au saumon et de 

l’alpinisme, rédigés en anglais, 

a été également directeur du 

service d’information du gou­

vernement norvégien à Lon­

dres, de 1947 à I960.

En avril 1960, il devenait 

directeur aux bureaux du gou­

vernement norvégien à New 

York.

Le distingué visiteur entre­



prend une tournée à travers le 

Canada, qui le mènera succes­

sivement à Ottawa, Toronto et 

Hamilton.

Après avoir fait rapport de 

son voyage à son gouverne­

ment, a Oslo, il reviendra au 

pays, cette fois pour visiter les 

régions de l'ouest, et plus préci­

sément la ville de Vancouver.

Pourquoi Vancouver ? Parce 

que le climat qui y règne lui 

rappelle étrangement celui de 

son pays.

"La raison pour laquelle je 

visite votre pays est très sim­

ple, explique-t-il dans un an­

glais correct. Mon gouverne­

ment a pris conscience de l’im­

portance du tourisme chez nous. 

Il a décidé d’entreprendre une 

vaste campagne afin d’attirer 

plus de voyageurs en Norvège, 

et j'ai été chargé de faire con­

naître aux Canadiens, aux Amé­

ricains et aux Britanniques les 

attraits touristiques innombra­

bles qu'offre mon pays”.

Selon lui, trop de voyageurs 

ont une fausse idée de la Nor-

compagnie Canadair, nez en 

l’air, mains sur les oreilles, 

cherchent dans le ciel un oiseau 

de feu, enfant terrible qui joue 

à cache-cache avec les visi­

teurs.


Le temps de régler sa camé­

ra. de mettre l’avion en joue 

et le pauvre photographe cap­

te de l’air. Le voici... et déjà 

il n’est plus.

vège et craignent de visiter la 

peainsule Scandinave, croyant 

que ses habitants sont ensevelis 

sous des neiges éternelles, eu 

grelottent en plein été.

"Rien n'est plus faux, décla­

re-t-il, et je le déplore. A Oslo, 

par exemple, il fait aussi chaud 

l’été qu'à Montréal. Et par­

fois davantage. A l'extrême 

nord de la Nosvège, si surpre­

nant que cela puisse paraître, 

nous n'avons que de verts pâtu­

rages”.

M. Prag explique alors que 



le touriste canadien français ne 

sera pas attiré par ce qui plaira 

aux canadiens anglais, et vice- 

versa. Le Canadien français se­

ra davantage intéressé par les 

abords de la ville de Narvik, 

par son cimetière, où reposent 

des milliers de Français qui ont 

été tués au cours au dernier 

conflit mondial. Il voudra égale­

ment assister à un spectacle 

unique au monde, le soleil flam­

boyant au milieu de la nuit, vi­

sible dans les régions du nord.

Le Canadien anglais, lui, se­

ra plus heureux de visiter les 

reliques de l’époque lointaine 

des “Vickings”, les navires ad­

mirablement bien conservés, 

sans oublier les fjords de re­

nommée mondiale.

Les cimes élevées des mon­

tagnes attireront surtout le 

Français qui ne manquera pas 

de comparer leurs pointes effi­

lées aux aiguilles de Chamo­

nix, en France.

Brossant un rapide tableau 

de l'industrie touristique. M. 

Prag a précisé qu'elle se clas­

sait au 6e rang et qu’elle rap­

portait au pays une somme 

d’environ $175,000 annuelle­

ment.


“Le touriste qui désire visi­

ter la Norvège ne fait face à 

aucun empêchement, ajoute- 

t-il. Les paquebots effectuent 

des traversées à l'année lon­

gue et demeurent le moyen de 

transport le plus agréable. Tou­

tefois, depuis la construction 

d'une piste d'atterrissage pour

Voir LA NORVEGE on page 34

Et pourtant l’appareil ne 

file qu’à 600 milles à l’heure, 

vitesse plus que raisonnable, 

lenteur de tortue pour un cour- 



j 

sier qui peut atteindre, officiel- ; 

lement, quelque 1,600 milles à 

l’heure, soit 2.13 fois la vitesse 

du son.

Effilé, léger, fuselage fin et 



allongé, le CF-104 a vraiment 

tout d'une flèche, d’une flè­

che qui en 21 minutes quitte le 

sol. grimpe à 103,000 pieds et 

revient, comme si de rien 

n’était, à son point de départ: 

d’une flèche dont le pilote 

n'est plus que partie de l’ou­

tillage de bord, radars, et ma­

nettes de toutes sortes qui cons­

tituent le laboratoire électro­

nique, cerveau de ce monstre 

des temps modernes ; flèche ! 

qui consume son 400 gallons 

d'huile a chauffage en moins 

d'une demi-heure.

Rien à ajouter, la démonstra- ! 

tion est brillante et criarde, 

deux, trois voltiges, le bolide 

roule sur l'asphalte en un nua- I 

ge de poussière, et s’arrête tout ! 

fringant, prêt à rebondir, ivre 

d’espace.

Mécaniciens et manoeuvres, 

les hommes s’affairent autour 

de l’idole, ouvrent l’habitacle. 

Tout souriant, le pilote d’es­

sai. Bill Kidd, en sort empêtré 

dans sa combinaison de vol, il : 

invoque autant la lourdeur que 

son véhicule, la légèreté.

Roues calées, encapuchonné, ! 

le CF-104 apprivoisé ne semble 

pas moins sur le point de bon­

dir tant ses ailes inclinées, son 

empennage curieusement per- 



\ 

ché en haut de la queue, la 

fine pointe avant, invitent au ! 

départ, à la conquête de l’es­

pace.

Fit voilà le successeur du Sa­



bre, la “version canadienne” 

du R-104G américain. Dans 

quelque temps les usines de la 

Canadair commenceront a 

produire en série cette nouvelle 

vedette de l’aviation.

Et on parlera alors du CF' ou 

CZ quelque chose, successeur 

du CF-104 . . .

Samedi

(section rotogravure)



"La journée d’un 

prince de l’Eglise”

Reportage illustré sur ies 

24 heures passées par 

Marcel Adam et 

Paul-Henri Talbot 

dans la maison du 

cardinal Léger

La Norvège au printemps: un 

paradis inconnu du touriste

çnRffign&aaMi



ALLONS, CHANTONS, LA VIE EST BELLE 

— 65 membres du Choeur Bleu 

et Or des étudiants de l’université de Montréal ont quitté Montréal hier pour 

Tanglewood, Mass. Ils prendront part dimanche au concert de clôture du 

festival de Tanglewood. Ils interpréteront pour l’occasion, conjointement 

avec le choeur de Tanglewood, le Ro méo et Juliette de Berlioz. Ils sont diri­

gés par le chef d’orchestre Fernand G raton. Le choeur Bleu et Or s’est fait 

tout spécialement remarquer cette année par sa brillante interprétation de la 

messe de Haydn qui lui a valu d’être in vité au festival de Tanglewood. Le res­

ponsable étudiant du Choeur est André Duval, de chirurgie dentaire. On 

voit ici quelques-uns des interprètes en train d’étudier sur la carte le tracé 

de leur voyage.

□ETC B



mm m mm m

 I

STUYVESANT

Paris, Londres, Bruxelles, 

Amsterdam, Sydney, 

Hambourg:, de ville en ville, 

de pays en pays, un nombre 

de plus en plus grand 

de 'Fumeurs connaissent 

la joie de vivre que procure

pour plus de plaisir

■ ■ 



.

ipw


'i %

«mæmm



Download 4.64 Mb.

Do'stlaringiz bilan baham:
1   ...   17   18   19   20   21   22   23   24   ...   38




Ma'lumotlar bazasi mualliflik huquqi bilan himoyalangan ©fayllar.org 2020
ma'muriyatiga murojaat qiling