Suivi d'exploitations : André lagaronne à gestas (n°3)


Download 9.24 Kb.
Pdf ko'rish
Sana29.09.2017
Hajmi9.24 Kb.
background image
SUIVI D'EXPLOITATIONS :

André LAGARONNE à GESTAS (n°3)

 

Cette année, le déroulement du pâturage au printemps est suivi sur 3 types d'élevages, avec 



les interventions des agriculteurs (dates des pâtures, des fauches, des apports d'engrais, …), et 

leurs préoccupations techniques.



Retour chez André LAGARONNE, éleveur de vaches allaitantes à GESTAS :

Plus de 5 Ha des 12 accessibles autour des bâtiments viennent d'être fauchés, trop avancés 

pour être pâturés et l'éleveur n'étant pas en situation de manque :  « il y a de l'herbe, les 

orages sont arrivés au bon moment pour nous ».

Les mesures de hauteurs d'herbe réalisées ce lundi sur les 7 Ha restants donnent une hauteur 

moyenne sur l'ensemble des parcelles de 8 cm, avec des écarts de 4 cm de hauteur moyenne 

(niveau talon de la botte) à 14 cm (mi-mollet). Cela correspond à une disponibilité de 5 jours 

d'avance de pâture. Les vaches reçoivent toujours une ration à 15% de maïs ensilé, afin de 

sécuriser   leur   production   laitière   et   la   constance   de   composition   du   lait,   pour   limiter   les 

diarrhées chez les veaux.

Le chargement est toujours élevé (0,2 Ha disponible / UGB), marque d'une utilisation soutenue 

des prairies, ce qui a permis de bien valoriser toute l'herbe disponible : « nous n'avons fauché 

aucun refus ».

M. LAGARONNE va apporter, en profitant des pluies, 30 unités / Ha d'azote sur les parcelles 

fauchées ; les repousses seront pâturées ou en regain, sur les parcelles les plus éloignées.

« La période délicate de montée en épis est passée, la gestion des pâtures va devenir plus 

facile » ; de fait, d'ici 2 à 3 semaines, les 12 Ha seront à nouveau ouverts au troupeau, en 

pâturage tournant : le chargement remontera à 3,3 UGB / Ha (0,3 Ha / UGB), en ajustement 

au ralentissement de la pousse d'herbe.  

La luzerne a aussi été fauchée et enrubannée : implantée en septembre dernier, sur un parcelle 

en   monoculture   de   maïs   sans   apports   organiques   pendant   des   années,   sa   levée   a   été 

laborieuse. Du coup, pour lui permettre de bien s'installer, M. LAGARONNE a effectué la 1

ère 

coupe tardivement, au stade floraison. «on n'a fané qu'une fois, pour ne pas trop la remuer ; 



mais elle a vite séché, sur les cailloux. Et on a fauché à 6 – 8 cm, pour qu'elle reparte bien ». 

De fait, 8 jours après la fauche, les repousses sont déjà bien fournies.

---------------------------------------------------------------------------------------

Marie Claude MAREAUX

CHAMBRE D'AGRICULTURE 64

05 59 80 69 92

mc.mareaux@pa.chambagri.fr

CHAMBRE D'AGRICULTURE DES PYRENEES ATLANTIQUES



mai 2011


Download 9.24 Kb.

Do'stlaringiz bilan baham:




Ma'lumotlar bazasi mualliflik huquqi bilan himoyalangan ©fayllar.org 2020
ma'muriyatiga murojaat qiling