Visite du site de l’Écopôle de Gueltas Suez Environnement


Download 36.06 Kb.
Pdf ko'rish
Sana15.10.2017
Hajmi36.06 Kb.

 

OUEST 


 

Visite du site de l’Écopôle de Gueltas 

Suez Environnement 

10 juin 2016 

 

 

Le groupe Suez Environnement regroupe maintenant ce qui constituait les sociétés Lyonnaise des Eaux 



et Sita. Les activités eau et déchets représentent chacune la moitié du CA de l’entreprise. 

Le groupe emploie 80 000 salariés dans le monde. La filière déchets, qui compte 18 000 personnes en 

France, est divisée en 6 grandes régions, le Grand Ouest regroupe les Pays de la Loire, la Bretagne, la 

Normandie et le Centre. 

Pôle collecte : Collecte directe (particuliers), industriel 

Pôle traitement avec la valorisation matière, biologique, énergétique 



A noter sur les incinérateurs, les collectivités locales sont souvent propriétaires, Suez Environnement 

en assurant l’exploitation. 



Le site de Gueltas 

D’une superficie de 100 ha, le site est à vocation 

régionale. 

Le site a noué des partenariats divers  

-

 

Muséum national d’histoire naturelle 



-

 

Syndicat des éleveurs du cheval breton 



-

 

Observation des laridés 



-

 

Actions locales (portes ouvertes, visites,…) 



Acceptation des déchets 

-

 



Fiche d’identification préalable (doc 

réglementaire, origine, caractéristiques, qualité,…) 

-

 

Création du dossier client 



-

 

Contrôle de la radioactivité (avec un portique avec 



un réglage à trois fois le bruit de fond, isolement 

pour observer la décroissance, procédure très 

cadrée) 

-

 



Contrôle visuel au déchargement 

En cas de refus de déchets, le site avertit : 

-

 

le client  



-

 

le préfet du Morbihan 



-

 

le préfet du département du producteur 



 

Une épée de Damoclès assez efficace donc rarement nécessaire (le plus souvent lié à des 



problèmes documentaires et non aux caractéristiques du déchet). 

Centre de Tri 

Déchets  acceptés :  Déchets  industriels  valorisables,  pré-  tri,  mise  en  balle  pour  une  valorisation 

matière. Risques liés à la nature des déchets. Incendie Caméra et caméra thermique, DI par différentiel 

de  température  (intérieur/  extérieur).  Risque  environnement :  les  envols.  Risque  SST :  circulation, 

gestes répétitifs, sécurité machines. Pas d’activité le WE (tout est vide pour limiter le risque) 

 

Plateforme bois 

-

 

Bois de classe A (non traité pas de vernis, colle…) : valorisé sur le site 



-

 

Bois de classe B (le reste) : valorisation matière pour refaire du composite après broyage 



Les risques : Incendie Caméra et caméra thermique, éloignement. Risque environnement : les 

poussières. Risque SST : circulation (collision engin-piéton) 

 

Compostage déchets verts 

Déchets verts des Collectivités et des industriels, broyage et mise en andains, contrôle du suivi des 

températures,  aération  pour  maintenir  des  conditions  aérobie  OK,  criblage,  suivi  par  rapport  à  la 

norme 


 

Compostage des boues 

STEP urbaines ou industrielles 

Structuration des boues pâteuses avec le bois classe A broyé pour créer un espace solide 

Fermentation en casier, criblage 

Suivi selon la norme NFU 44-095  

Suivi de la qualité des boues en fonction de la norme voir avec une périodicité plus importante 

Risques incendie : fermentation et montée en température. Risque environnemental odeurs (portes 

fermées,  biofiltre,  CA,  tours  de  lavage),  SST :  biologique,  engins,  gaz  –  H2S,  NH3  et  CO  –  hygiène, 



Chronologie 

 



janvier 1995 : stockage de 

déchets non dangereux, 

 

1996 centre de tri,  



 

1999, traitement des 



lixiviats,  

 



2001 compostage des 

boues,  


 

2007 nouvel AP avec le 



TMB,  

 



2011 valorisation électrique 

du biogaz produits,   

 

2013 nouvel AP : 



méthanisation CSR,  

 



2016 cogénération 

 


vêtement, accès piétons réglementé, gazbadge portatifs , risques gaz liés essentiellement aux périodes 

de mouvement des andains 

 

Tri Mécano Biologique (TMB) 

Objectif : valorisation de la fraction fermentescible de nos poubelles 

Déchets acceptés : OM résiduelles, refus de fabrication (agro alimentaire), produits déclassés (idem), 

sous produits animaux de catégorie 3 

Les déchets arrivent dans un tube fermenteur de 40 m de long (durée de passage 3 j, température 50 

à 60°C)  action de tri et pré-fermentation accélérée, puis criblage et tri balistique. Les métaux sont 

valorisés, les plastiques enfouis ou incinérés, matière organique en mélange avec du structurant bois 

puis fermentation, maturation et affinage, on arrive à un produit conforme à la NFU-44-051 vendu 

aux exploitants dans un rayon de 50 km. 

Pas d’ensachage pour mise en vente aux particuliers. 

Points d’autocontrôle et de surveillance tout au long du process, suivi qui a permis de ne pas avoir de 

lots non conformes depuis 2009 

A noter, la norme précise les teneurs max en petits morceaux de verre, de plastique dur et souple.  

Sur 100 entrant 55 % refus, 25 % compost et 5 % métaux et le reste est volatile (eau, COV…) 

Captage des poussières au plus près des équipements, un traitement d’air avec mise en dépression 

de l’usine, tour de lavage acide, biofiltre, charbon actif. Débit 70 000 m3/h. 

Risques incendie : déchets, process, fermentation, détection incendie par différentiel de température, 

étude  en  cours  sur  DI  et  protection  de  la  fosse,  sonde  de  température,  caméra,  contrôles  et 

déclassement.  

 

ISDND (installation de stockage des déchets non dangereux) 

Deux barrières pour isoler le déchet. Un casier découpé en 6 alvéoles 

-

 



Barrière passive : l’argile du site (5 m avec une perméabilité de 10

-6

 m/s – minimum 



réglementaire + 1 m d’argile avec une perméabilité inférieure à 10

-9

 m/s) 



-

 

Une barrière active, une géomembrane + un géotextile + 50 cm de matériaux drainants 



À noter : L’autorité préfectorale autorise le site mais c’est le préfet qui donne l’autorisation d’exploiter 

l’alvéole, avec un dossier de  recollement beaucoup plus complet sur la qualité  de  la réalisation de 

l’alvéole. 

Les  derniers  textes  réglementaires  prescrivent  une  diminution  du  stockage  de  ISDND  qui  sont  par 

définition des déchets ultimes non valorisables dans des conditions économiques acceptables (ce qui 

évolue année après année et donc on va vers une diminution de la quantité enfouie) 

Quand la cote maximum est atteinte : 70 cm d’argile du site, membrane et 30 cm de terre. 

La membrane permet de limiter la génération de lixiviat et la diffusion non contrôlée de gaz. 

Quand l’alvéole est fermée, on rentre en suivi long terme : gestion de lixiviat, biogaz, avec objectif de 

résultats (plus de biogaz et plus de lixiviat) et possibilité de prolongement de cette période de suivi à 

long terme par l’autorité de tutelle si le résultat n’est pas atteint. 

Financement par un prélèvement et provisionnement sur chaque tonne de déchet entrant 

Test  ioniflamme  régulier  (test  de  détection  de  CH

4

  pour  voir  si  tout  reste  bien  étanche  après 



réaménagement) 

Piézo amont et aval de l’installation pour vérifier qu‘il n’y a pas d’impact sur la nappe + un réseau de 

drainage sous la barrière passive qui permet un contrôle supplémentaire.  

A noter : géologie idéale sur le site 

A noter : lixiviats relativement peu chargés par rapport à ce qui se passe ailleurs car il n’y a jamais eu 

d’OM dans les alvéoles 

Risque incendie : déchets, engins, pompes GNR et puits biogaz. De la caméra vidéo et des caméras 

thermiques, détecteur IR mobile. Entretien et nettoyage des engins. Extinction par réserve de terre. 

Environnement envols, lixiviats, biogaz : SST : poussières  –  aérosols, chutes de  quai et circulations. 

Traitement : filtration des cabines, barrières de quai, règles de circulation sur le quai. Le risque principal 

reste la chute de plain-pied 


Valorisation du biogaz par une cogénération 

Risque  incendie  biogaz :  Détection  gaz  ,  alarme  technique,  torchère,  environnement :  contrôle 

légionnelle sur la tour aéroréfrigérante.  

Nombreuses analyses (1200/an) 

Effarouchage 

 

La STEP : BAAP, dénitrification, post nitrification, ultra filtration, OI, et charbon actif en finition. 



NH

3

 : 100° mg/l, DCO 1000 à 1500 mg/l, capacité 4,5 m



3

/h maxi, en général tourne à 4 m

3

/h. 


Soit environ 25 000 m

3

/an 



Le coût si externalisé 35 €/m

3

 



 

Valorisation de l’eau issue du traitement par taillis très court production (saules irrigués qui serviront 

de biomasse énergie) 

 

Demain : méthanisation, création d’un combustible solide de récupération (préparation) à partir de 



déchets d’encombrants de déchèteries ou de DIB industriels.  

 

Merci à Hervé Barbault pour l’accueil et l’organisation 

 

 

 



 

 

 




Download 36.06 Kb.

Do'stlaringiz bilan baham:




Ma'lumotlar bazasi mualliflik huquqi bilan himoyalangan ©fayllar.org 2020
ma'muriyatiga murojaat qiling