Direction départementale des territoires


Download 37.56 Kb.

Sana24.11.2017
Hajmi37.56 Kb.

Direction départementale des territoires

Service Protection et Gestion de l’Environnement

l’Unité Politique de l’Eau

PRÉFET DE L’AIN



A R R E T É

fixant des prescriptions particulières applicables aux travaux de restauration de la continuité

piscicole au droit de l'ouvrage de franchissement de la RD15c ROE 80889 – PontD15c

sur le cours d’eau le Journans

sur la commune de CESSY

réalisés par le conseil départemental de l'Ain

Le préfet de l’Ain

Vu  le   code   de   l’Environnement,   et   notamment   ses   articles   L.211-1   et   suivants,   L.214-1   et   suivants,

L.216.1 et suivants, R.211-1 et suivants, R.214-1 et suivants ;

Vu   le   Schéma   Directeur   d’Aménagement   et   de   Gestion   des   Eaux   du   bassin   Rhône   Méditerranée

approuvé le 3 décembre 2015 par le Préfet coordonnateur de bassin ;

Vu le Plan de Gestion des Risques d’Inondation du bassin Rhône Méditerranée approuvé le 7 décembre

2015 par le Préfet coordonnateur de bassin ;

Vu l’arrêté préfectoral du 31 mai 2013 relatif à l’organisation administrative de la police de l’eau dans le

département de l’Ain ;

Vu la déclaration au titre de l’article L.214-3 du code de l’environnement reçue  le 16 février 2017  et

complété le 24/05/2017 par le conseil départemental de l’Ain, représenté par son Président, relative à la

restauration de la continuité piscicole  au droit de l'ouvrage de franchissement de la RD15c, ROE

80889 franchissant le cours d’eau le Journans sur la commune de CESSY ;

Vu le récépissé de déclaration délivré le 24 février 2017 ;

Vu l'avis de l’Agence Française pour la Biodiversité (AFB) en date du  01 juin 2017 ;

Vu l’avis du Service Risques de la DDT de l'Ain en date du 20 mars 2017 ;

Vu l'avis de l'Agence Régionale de Santé du 9 juin 2017,

Vu le projet d’arrêté de prescriptions particulières adressé au conseil départemental de l’Ain et l’invitation

lui ayant été faite de présenter ses observations sur les prescriptions envisagées, par lettre recommandée

du 27 juin 2017 ;

Vu la réponse du conseil départemental de l'Ain du 13 juillet 2017 ;

Vu   l’arrêté   préfectoral  du   19  septembre  2016  portant  délégation   de  signature  à  M.   Gérard   PERRIN,

directeur départemental des territoires de l’Ain ;

VU l’arrêté préfectoral du 12 septembre 2008 relatif à la lutte contre les bruits de voisinage ;



VU l’arrêté préfectoral du 3 juin 2013 relatif à la lutte contre l'ambroisie dans le département de l'Ain ;

Considérant que des prescriptions relatives à la réalisation des travaux sont nécessaires ;

Considérant que les installations décrites dans le dossier de déclaration, leurs modalités d’exploitation et

les prescriptions du présent arrêté permettent ensemble la protection des éléments visés à l’article L211-1

du code de l’environnement ;

Sur proposition de Monsieur le directeur départemental des territoires de l’Ain ;



ARRÊTÉ

Article 1 – Objet

Le   présent   arrêté   fixe   des   prescriptions   particulières   applicables   aux   travaux   de   restauration   de   la

continuité piscicole  au droit de l'ouvrage de franchissement de la RD15c (ROE 80889) franchissant le

cours d’eau  le Journans,  sur la commune de  Cessy,  pour la protection des éléments visés à l’article

L.211-1 du code de l’environnement. Cet ouvrage est référencé sous le numéro 80889 – Pont D15c dans

le référentiel national des obstacles à l’écoulement de l’agence française pour la biodiversité.



Article 2

 

    : prescriptions particulières

Le pétitionnaire est tenu de respecter les prescriptions du présent arrêté sans préjudice de l’application

des prescriptions fixées au titre d’autres législations.

Le pétitionnaire prend toutes dispositions utiles à faire cesser une éventuelle pollution constatée.

Si des  espèces invasives  sont  déjà  présentes  sur  le  site,   le  maître  d’ouvrage  doit   mettre   en  œuvre

l'ensemble   des   dispositions   nécessaires   pour   éviter   la   dissémination   (arrachage,   plantation   dense

d’espèces indigènes inféodées à la ripisylve et arrachage des repousses des plantes invasives). Les

précautions doivent être prises pour que les engins de chantier soient exempts de plantes invasives.

Durant  le chantier, les terres contaminées par des espèces invasives (renouée du Japon, ambroisie)

doivent   être   évacuées   vers   un   centre   agréé.   Les   surfaces   travaillées  durant   le   chantier   doivent   être

réensemencées de façon à éviter le développement d’espèces xénophytes. Les prescriptions de l'arrêté

préfectoral du 3 juin 2013 relatif à la lutte contre l’ambroisie dans le département de l'Ain doivent être

respectées.

Les dispositions de l'article 16 de l'arrêté préfectoral du 12 septembre 2008 seront respectées, à savoir

que les travaux susceptibles d’être source de nuisances sonores pour le voisinage sont interdits tous les

jours de la semaine de 20 h à 7 h, toute la journée les dimanches et jours fériés.

Le dispositif doit être réalisé de manière à assurer en tous temps, toute l'année, la libre circulation des

espèces piscicoles, en particulier la montaison des espèces suivantes la truite fario et le chabot.

Les travaux directs sur les cours d'eau sont proscrits pendant les périodes de reproduction des espèces

présentes dans le milieu. La période autorisée est du 1

er

 juillet au 31 octobre.



Pendant la durée des travaux, le pétitionnaire veille à ne pas entraver l'écoulement des eaux.

Un suivi systématique des prévisions locales doit être mise en  œuvre. En cas de crue, une capacité

d'intervention rapide de jour comme de nuit doit être garantie afin d'assurer le repliement des installations

de chantier.  Un retrait du chantier le week-end selon les prévisions météorologiques doit être assuré.

L'intégrité de la strate imperméable sur laquelle repose le lit mineur du Journans doit être conservée.

L’imperméabilité du lit mineur doit être restaurée le cas échéant.

La  qualité  des  matériaux  alluvionnaires  décaissés  doit  être  contrôlée  pour  s'assurer  de  l'absence  de

pollution. Les matériaux retirés doivent être remplacés par des matériaux sains.

L'intégrité   de   la   canalisation   d'eaux  usées  apparente   située   dans   le   béton   du   radier  sera   conservée

impérativement.

La parfaite étanchéité de cette canalisation doit être assurée après travaux.

Les matériaux mis en place sur le chantier et notamment les enrochements doivent être inertes et non

susceptibles de relarguer des substances risquant de dégrader la qualité de la ressource captée en aval.

Un calendrier des interventions est à communiquer au moins 1 mois avant le démarrage des travaux à la

CCPG et à l'ARS.

2/4


Les plans d’exécution et  la rugosité de fond sont à faire valider techniquement par la direction régionale

de l’AFB préalablement à l’exécution des travaux.

La DDT de l’Ain est destinataire de l’avis de l’AFB validant les dispositions techniques détaillées.

Les sites d’intervention seront nettoyés et remis en état. L’ensemble des déchets sera évacué y compris

les inertes.

Article 3 – Non-respect des dispositions

En cas de non-respect des dispositions du présent arrêté, le conseil départemental de l’Ain est passible

de sanctions administratives prévues à l’article L216-1 et suivant du code de l’environnement

Article 4

 

    - Conformité au dossier et modifications

Les installations, ouvrages, travaux ou activités, objets de la présente déclaration, sont situés, installés et

exploités conformément aux plans et contenu du dossier de déclaration sans préjudice des dispositions

du présent arrêté.

Le maître d’ouvrage tiendra à disposition du service police de l’eau une note technique descriptive et les

plans de récolement des ouvrages.

Toute modification apportée  aux ouvrages, installations, à leur mode d’utilisation, à la réalisation des

travaux ou à l’aménagement en résultant, à l’exercice des activités ou à leur voisinage et entraînant un

changement notable des éléments du dossier de déclaration doit être portée, avant sa réalisation, à la

connaissance   du   préfet   (DDT),   conformément   aux   dispositions   de   l’article   R.214-40   du   code   de

l’environnement.

Article 5

 

    - Déclaration des incidents ou accidents

Le maître d’ouvrage est tenu de déclarer, dès qu’il en a connaissance, au préfet (DDT) les accidents ou

incidents intéressant les installations, ouvrages, travaux ou activités faisant l’objet du présent arrêté qui

sont de nature à porter atteinte aux intérêts mentionnés à l’article L.211-1 du code de l’environnement.

Une procédure d'alerte et de gestion, incluant l'alerte des services de la CCPG et de l'ARS doit être

prévue en cas d'incident et/ou de pollution sur le site lors des travaux.

Sans préjudice des mesures que pourra prescrire le préfet (DDT), le maître d’ouvrage devra prendre ou

faire prendre toutes dispositions nécessaires pour mettre fin aux causes de l’incident ou accident, pour

évaluer ses conséquences et y remédier.

Le maître d’ouvrage demeure responsable des accidents ou dommages qui seraient la conséquence de

l’activité ou de l’exécution des travaux et de l’aménagement.

Article 6 – Accès aux installations

Les agents chargés de la police de l’eau et des milieux aquatiques auront libre accès aux installations,

ouvrages, travaux ou activités déclarés, dans les conditions fixées par le code de l’environnement. Ils

pourront demander communication de toute pièce utile au contrôle de la bonne exécution du présent

arrêté.

Article 7

 

    - Droits des tiers

Les droits des tiers sont et demeurent expressément réservés.



Article 8

 

    - Autres réglementations

Le présent arrêté ne dispense en aucun cas le maître d’ouvrage de faire les déclarations ou d’obtenir les

autorisations requises par d’autres réglementations.

3/4


Article 9

 

    - Publication et information des tiers

Une copie du présent arrêté sera transmise à la commune de CESSY pour affichage pendant une durée

minimale d’un mois. Procès-verbal de l’accomplissement de cette formalité sera adressé à la DDT par le

Maire.


L’arrêté sera mis à disposition du public sur le site internet des services de l’État durant une période d’au

moins six mois.



Article 10

 

    - Voies et délais de recours

Cette décision est susceptible de recours devant le TA de Lyon, dans les conditions fixées par l'article

R.514-3-1 du code de l'environnement :

dans les 2 mois par le demandeur à compter de la notification du présent arrêté ;



dans   les   4   mois   par   les   tiers   à   compter   du   1er   jour   de   la   publication   ou   de   l’affichage   du

récépissé.

Les   recours   gracieux   et   hiérarchiques   qui   peuvent   être   déposés   dans   les   2   mois   à   compter   de   la

notification ou de la publication de la décision prolongent les délais de recours contentieux de 2 mois.

Article 11 – Exécution

Le directeur départemental des territoires de l’Ain est chargé, en ce qui le concerne, d’assurer l’exécution

du présent arrêté dont un exemplaire sera adressé au conseil départemental de l’Ain à titre de notification.

Copie sera transmise :

- à l’agence française pour la biodiversité (AFB) ;

-au délégué départemental de l'Ain de l'agence régionale de santé Rhône-Alpes ;

- à la commune de CESSY.

Fait à Bourg en Bresse, le 19/07/2017

Le préfet,

par délégation du préfet,

le directeur départemental des territoires,

Pour le directeur départemental des territoires

la directrice adjointe

Signé


Ninon LEGE

4/4


Do'stlaringiz bilan baham:


Ma'lumotlar bazasi mualliflik huquqi bilan himoyalangan ©fayllar.org 2017
ma'muriyatiga murojaat qiling