Saint hyacinthe


Download 4.64 Mb.

bet9/38
Sana23.11.2017
Hajmi4.64 Mb.
1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   ...   38
§

M. Claude Jourdain répond en 

publiant le texte de la lettre

■ ■■


QUEBEC. (G.P.) — Le 

député de Beauce a la lé­

gislature, le Dr Fabien 

Poulin, dit faire toute con­

fiance aux vérificateurs 

et officiers du gouverne­

ments chargés de contrô­

ler l'application du pro­

gramme gouvernemental 

des travaux d’hiver.

Il n’est d’ailleurs pas le 

seul. Les articles publiés

par LA PRESSE sur les ir­

régularités qui ont prési­

dé à la construction du 

chalet du club de golf de 

St-Georges et à l’aména­

gement de l’aqueduc de 

ville St-Georges-Est n’in­

firment en rien la compé­

tence et l’intégrité des of­

ficiers du gouvernement.

Dans le cas bien parti­

culier du chalet de golf,



Le désir du Dr Poulin

Une enquête objective

QUEBEC. (G.P.) — Le déput* de Beauce à la Législature, 

le Dr Fabien Poulin, est d'avi* qu'il vaut mieux laisier les 

enquêteur» continuer leur travail dan» toute la quiétude dont 

il» ont besoin pour analyser la façon dont les conseil» mu­

nicipaux de ville St-Georges-Est et de la paroisse du même 

nom ont appliqué le programme gouvernemental des travaux 

d'hiver.


Ils faisait cette remarque en commentant un article pu­

blié dans LA PRESSE du samedi 12 août dans lequel il est 

question d'irrégularités dans la construction du chalet du club 

de golf de St-Georges et dans l'aménagement du nouveau 

system* d'aqueduc de ville St-Georges-Est.

Voici le texte intégral de la déclaration de M. Poulin :

"J'ai pris connaissance des articles publiés dans LA 

PRESSE du samedi 12 août concernant les travaux de chô­

mage exécutés à ville St-Georges-Est et dans la paroisse.

"Je me doit d'apporter quelques rectifications aux articles. 

J'étais au courant que les inspecteurs du gouvernement 

avaient, avec le consentement des municipalités, apporté les 

livres au bureau du vérificateur, afin de hâter les procédures 

de vérification.

"J* n'étais pas au courant de supposées irrégularités 

dans l'exécution de ces travaux. En ce qui concerne les em­

plois d'hiver, sont acceptés les travaux correspondant é l'en­

tente fédérale-provincial*. Les autres ne le sont pas.

Et d'ailleurs, je crois que les fonctionnaires chargés de 

l'exécution de cette loi ont la compétence pour juger de ces 

travaux et déterminer s'ils correspondent aux ententes fedé- 

rales-provinciales.

"Pour ma part, j'ai une entière confiance en la competence 

d'honnêteté et d'intégrité des fonctionnaire» chargés de la vé­

rification et je crois que mieux vaut leur laisser continuer 

leur travail dans !a quiétude nécessaire."



Carnet mondain

on a déclaré au ministère 

des Affaires municipales 

qu’il s’agissait d’un hôtel 

de ville. A l’origine, les 

officiers du ministère ne 

pouvaient pas savoir ...

La construction d’un hô­

tel de ville peut très bien 

s’inscrire sous l’empire 

du programme gouverne­

mental des travaux d’hi­

ver.

Les choses ont com­



mencé à se corser unique­

ment lorsqu’est venu le 

moment de solder la note, 

et qu’après vérification, 

qui n’a d’ailleurs pas be- 

.

soin d'être poussée, on 



A I 

ni&r

s’est rendu compte qu’il ^ 

ne s’agissait pas du tout 

d’un hôtel de ville. C’est 

justement là qu’est l'as­

tuce. Et c’est peut-être 

un peu pour cela aussi que 

le gouvernement n’a pas 

encore “payé sa part” 

dans la construction du 

chalet de golf.

1! en va de même pour 

l’aqueduc de ville St- 

Georges-Est. Bien sûr que 

les gouvernements fédé­

ral et provincial veulent 

bien défrayer 90 pour 

cent du coût de la main- 

d’oeuvre, mais bien de la 

main-d’oeuvre et non du 

tripotage sur les servitu­

des et les matériaux.

R.. 



QUEBEC. — M. Claude Jour­



dain, député libéral i la légis­

lature du Québec, a répondu 

aujourd'hui aux accusations 

portées contre lui par deux 

organisations ouvrières à l'effet 

desquelles il aurait pris parti 

dans le conflit inter-syndical à 

la Gaspé Copper Mines Ltd, 

en publiant le texte de la lettre 

qu'il avait alors adressé* aux 

mineurs de la Gaspé Copper 

Mines Ltd, â Murdochville.

Le Conseil central des syndi­

cats nationaux de Montréal a 

demandé hier la démission de 

M. Jourdain, et la Fédération 

des travailleurs du Québec a 

demandé au gouvernement de 

M. Lesage de désavouer le dé­

puté de Gaspé-Nord, M. Claude 

Jourdain, "pour ses méthodes 

de type duplessiste, dans ce 

conflit syndical".

Dans sa lettre aux mineurs,

M. Jourdain disait notamment : 

".. . personne, y compris le 

Syndicat des Métallurgistes- 

unis d'Amérique, ne peut en 

aucun* façon prétendre avoir 

l'appui soit du parti libéral, 

soit du gouvernement provin­

cial ou soit d'aucun de ses 

membres".

M. Jourdain ajoutait : "Per­

sonnellement, je n'ai aucun 

parti pris, si ce n'est le bien- 

être des ouvriers et de la popu­

lation : je laisse aux ouvriers

de Murdochville le soin de 

prendre eux-mémes les déci­

sions qui les concernent."

Le ministre du Travail du 

Québec, M. René Hamel, a dit 

que la gouvernement a l'inten­

tion de rester à l'écart de cett* 

dispute.


En parlant des "méthodes de 

type duplessiste", la Fédération 

des travailleurs du Québec fait 

allusion â l'intervention de feu 

M. Duplessis, dans la grève de 

Murdochville.



Après le succès remporté l'an dernier

Deuxième tournoi d'athlétisme 

des jeunes tilles de l'O.TJ.

QUEBEC. — Les jeunes filles blement stimulées par l’exem*

de l’O.T J. de Québec, proba-

DANS SON ELEMENT: IE “GHïSIMN M’

M. Gérard D. Lévesque préside 

au lancement du "Ghislain M”

Un lieu de camping pour les touristes



Rivière-du-Loup offrirait à 

la province un vaste terrain

mmmsmm mm r n

Front uni

Le monde officiel

Monsieur Alcide Courcy, mi­

nistre de l'Agriculture, prési­

dait hier, à Kouyn, l'ouverture 

officielle de l’exposition régio­

nale de l’ouest.

Réception

C’e soir, de cinq à sept, au 

Château Frontenac, M. Daniel 

Johnson donnera une réception 

pour les journalistes et les 

commentateurs de la région.

Monsieur et Madame Fran­

çois Poulin étaient les invités 

de M. et Mme Léopold Poulin 

à l’heure du diner, mardi le 15 

août, a l'occasion de leur anni­

versaire de mariage.

Théâtre d* La Feniér*

La Fenière présentera "Le 

cocotier” de Jean Guitton, sa­

medi le 19 août a neuf heures. 

La première aura lieu a leur 

théâtre, situé rue St-Paul à 

l’Andenne-Lorette.

Deplacements

Madame Alphonse Dcsilets 

est partie récemment pour Chi­

coutimi ou elle visitera son

CFCM — TV (4)

AUJOURD'HUI

I lJ-MIrt

4:15—Stmslns a» Il coniélatlsn

4  30—Mire at musiqos 

5:35—L


a

 Jardinière 

4:00—Le» nouvelle»

é 15—Le météo

é,20—Le» nouvelle» sportive»

é 30—Cinéfeuületon

é 45— Kermeise

7 15—Panorama

7:30-—Sherlock Holmes

5  00—Clé de loi

•  30— En ouéte de chansons

•  00—Rendez-vous avec Michelle 

é;30—Téléiournal

ê 44—La météo 

é:4é—Bulletin sportif 

30:04—Ciné Club "Nazarln*

11 4J—Bulletin sportif 

11:47—Fin des émissions

DEMAIN

M 5—Mire


3.15—Mire et musique 

4 15—Semaine de la conoélation 

4 30—Caravane

5:30—J'ai fait un beau vovaee

é 00— Les nouvelles

a 15—La météo

é 20—Nouvelles sportives

4:30—Cinéfeuilleton

4 45—Guillaume Tell

7 15—Panorama

7.30—La scienca et la vit

7 45—Pouf elle

•  00- A vous Paris

•  30— Une étoile m a dit

é OO -Cinéma international

10  45—Revers de le médaille

11  00—Téléiournal 

11 14—La maté©

11 If—Bulletin sportif 

11 24—Commentaire 

11 33—La boite aux imaoes 

1 00—Fin des émissions.

CKMI — TV (5)

AUJOURD'HUI

4

 00— Test pattern 

4 25—Opening

4  31—Junior Roundup

5  30-«Western Theatre 

é:30—Dateline Quebec 

7 01—7 0 1

7 30—The Californians

•  01—Summer Circuit 

I 30—Checkmate

4:30—Parade

10  00—A!! Star Golf

11  00—C BC TV News 

11

 14—Viewpoint



11 20-»ien Off

DEMAIN


4 00—Test Pattern (with music)

4 24—Opening

4  30—Caravan

5  30—Mack Sennet

4 00—Governinent Aeents vs 

Phantom Laeion 

415—Noddv 

é 30- Dateline Quebec 

7 01 —7 0 1

7:30—Jefferson Drum

•  00— Red River Jamboree

•  30—Perry Mason 

f 30—Oanger Man

10 00 -Have Gun Will Travel

10  30—The Burns and Allen Show

11  00- CBC TV News

11 14- Movies at Midnivht :

"Cardinal Richelieu'

It 34— Sion Off.

boau-frère ot sa soeur M. et 

Mme Léonidas Gagnon.

Mademoiselle Michelle Dus­

sault, de Sullivan, Que,, est pré­

sentement de passage a Qué­

bec.

Naissances



Monsieur et Madame Ray­

mond Rivard annoncent la nais­

sance d’un fils, baptisé sous le 

prénom de Denis. Le parrain et 

la marraine furent. M. et Mme 

Ernest Rivard. Mme Fernand 

Grenier portait l’enfant sur les 

fonts baptismaux.

Monsieur Lucien Langlois et 

Mme Langlois, née Rita Va- 

chon. font part de la naissance 

d’une fille baptisée rous le pré­

nom de Lise, La tante de l’en­

fant Mme André Lemieux agis­

sait comme marraine et M 

Arthur Vachon, grand-père rie 

l’enfant comme parrain. Mme 

René Langlois était la porteuse 

lors de la cérémonie.

Discrétion demandée 

envers des services 

de téléscripteurs

Q D EBE C. 

La 


Chambre de commerce de Que­

bec recommande à ses mem­

bres. dans la dernière livraison 

de “Réalisons”, la plus grande 

circonspection a l’endroit de 

certains services de téléscrip­

teurs.

"Plusieurs de nos membres 



se sont plaints d’avoir souscrit 

a des présumés services de 

téléscripteurs dans le but de 

réduire leurs comptes de télé­

phone interurbain”, est-il dit 

dans la note.

"Après quelques jours d’opé­

ration, les services furent dis­

continués et les membres 

avaient souvent, souscrit de 

fortes avances qui n’ont jamais 

été remboursées”.

Les conseils municipaux de 

ville St-Georges-Est et de la pa­

roisse. de même que le bureau 

de direction du club de golf 

de St-Georges ont tenu à pré­

senter un front commun dans 

cette affaires.

Ils se sont réunis à huis clos 

pour se défendre d’un seul trait. 

Il avait été entendu qu’à l’issue 

de cette rencontre, un commu­

niqué serait remis aux jour­

naux pour clarifier la situation. 

Ce communiqué, les grands 

journaux de la province ne 

pourront en prendre connais­

sance que dans l’hebdomadaire 

de St-Georges, le seul journal 

auquel les signataires ont dé­

cidé de le remettre.

Me Clovis Thibaudeau, qui 

a annoncé cette intention à des 

journalistes de Québec qui le 

pressaient de questions, a en­

suite conclu que ce document 

constituera la seule réponse aux 

accusations portées contre les 

administrations municipales de 

l’endroit et celle du club de 

golf.


Il avait besoin d’un 

chèque: ça lui coûte 

trois mois de prison

QUEBEC. (MF.) — Un bû­

cheron de 18 ans, Etienne Si­

mard, de Matane, a été con­

damné hier a trois mois de 

prison après avoir été trouvé 

coupable d’avoir forcé un indi­

vidu a lui faire un chèque de 

*75

L’accusé qui comparaissait 



devant le juge Achille Petti­

grew s’cM servi d’un révolver 

pour amener la victime a lui 

signer le chèque.

Le président du tribunal en 

rendant la sentence a pris en 

considération l’absence de dos­

sier judiciaire antérieur de Si­

mard.

Un autre inculpé, Claude 



Fournier de la rue Beaucage, 

a Québec-Ouest, a écopé d’une 

peine d'un mois de prison après 

avoir admis sa culpabilité à une 

accusation de vol d’un moteur 

de frigidaire, à la laiterie Ar­

tie. Le jeune homme qui avait 

choisi d'etre jugé devant un 

magistrat sans jury, a comparu 

devant le juge en chef Thomas 

Tremblay, de la Cour des ses­

sions de la paix.

QUEBEC. 

(B.R.) 


- Le mi­

nistre de la Chasse et des Pê­

cheries, Gérard D. Lévesque, a 

présidé, hier matin, au lance­

ment du navire "Ghislain M.” 

aux chantiers maritimes de la 

Davie Brothers, à Lauzon. Le 

sous-ministre des Pêcheries, M. 

Arthur Labrie, le député de 

Lévis, M. Roger Roy, ainsi que 

le gérant général de la Davie 

Brothers, Paul Gourdeau et le 

sénateur Cyrille Vaillancourt 

étaient aussi présents a cette 

inauguration.

Le "Ghislain M.’’ est un des 

trois chalutiers construits a 

Lauzon depuis le mois de mai 

dernier. Le capitaine du “Ghis- 

lain M” est M Fernand Marti- 

eotte. de Cloridorme, dans le 

comté de Gaspé Nord. Les deux 

autres chalutiers : la "Comète” 

et le “Gaétan C.” auront res­

pectivement pour capitaine M. 

Léopold Lelièvre de Ste-Thé- 

rèse, Gaspé Sud et M. Urbain 

Coulombe, de Cloridorme.

Les trois chalutiers navigue­

ront dans les régions de pèche 

situées dans le golfe St-Laurent 

soit : Côte Nord, Terre-Neuve, 

Anticosti, Nouvelle-Ecosse, Gas- 

pésie et les Iles de la Made­

leine.

La capacité de la cale à pois­



son est de 60,(XK) livres chacune, 

répartie dans 9 divisions de ca­

le. Chaque chalutier a une lon­

gueur de 59’ 11 pieds, une lar­

geur de 16 pieds et une pro­

fondeur de 8'3. La quille, l’étra­

ve, l’étambot, les membres et 

les varangues sont faits de 

chêne el le pont, de sapin de 

Colombie.

La Régie entendra les 

parties en cause au 

sujet du transbordeur

RIMOUSKL 

gie des transports du Canada 

siégera à Rimouski, mardi, le 

22 août, alors qu'elle entendra 

les parties en cause dans la 

question du transbordeur de­

vant relier Rimouski a Baie- 

Comeau,

Comme on le sait déjà, une 



compagnie formée d'hommes 

d'affaires de la région a fait 

l’achat d’un transbordeur, le 

Vacationiand, de l'Etat et elle 

a demandé à la Régie l'autori­

sation de mettre ce bateau en 

service entre les deux rives du 

fleuve. Par ailleurs, certaines 

compagnies s'opposent a ce 

que le Vacationiand fasse le 

trajet demandé et c’est mardi 

que la Régie entendra les rai­

sons de ces dernières.

La climatisation

(PO — Ce fut le Dr Willis 

Carrier qui en 1902 inventa le 

premier appareil pour climati­

ser l'air, c'est-à-dire en régler 

la température et le degré 

d'humidité et l'épurer de tou­

tes poussières.

Le “Ghislain M.” et le “Gaé­

tan C.” ont un engin propulseur 

de 228 forces et la “Comete", 

206 forces.

Perspectives encourageantes

Le sous-ministre Labrie, qui 

a annoncé que seize chalutiers 

seraient construits sur la Rive 

Sud en 1962, a déclaré que la 

construction des trois navires a 

coûté $60,000 et qu’elle s’est 

faite selon des critères bien dé­

finis. D’abord les besoins d’ap­

provisionnement des usines est 

plus grand que l'an dernier et 

les statistiques prouvent que la 

quantité de livres de poisson 

recueillie cette année est plus

élevée qu’à la même date l’an

passé.

Par ailleurs, même si le 



gouvernement assume 90 pour 

cent du financement des unités 

construites dans les chantiers 

maritimes du Québec, il faut 

procéder à l'attribution de ces 

unités. “Et, dit M. Labrie, nous 

exigeons un personnel qualifié. 

Par exemple, pour qu’un marin 

soit nommé capitaine d'un de 

ces chalutiers, il doit posséder 

une formation professionnelle 

complète, c’est-à-dire que ses 

connaissances doivent s'éten­

dre de la navigation à la tech­

nologie, aux grandes pêches et 

même à la biochimie, la bac­

tériologie et l'oceanographie.”

RIVIERE-DU-LOUP. (PC) - 

A la dernière séance du conseil 

municipal, il a été résolu que 

la cité de Rivière-du-Loup of­

frirait à la province un vaste 

terrain qui appartient à la vil­

le, afin qu’elle y aménage un 

lieu de halte et de camping 

pour les touristes.

Le maire, Rosaire Gendron, a 

souligné le site merveilleux de 

ce terrain qui se trouve tout 

près de l’eau et donne en même 

temps une superbe vue pano­

ramique sur la ville.

Le premier magistrat en a 

profité pour rappeler les impor­

tants travaux effectués par la 

cité à la grève de la Pointe 

depuis qu’elie en a acquis les 

droits, disant que grâce à ces 

travaux, la grève municipale 

avait connu cette année une 

vogue sans précédent.

“Mais, ajoute-t-il, il faudrait 

faire encore davantage et j’in­

vite les corps publics : Cham­

bres de commerce et autres or­

ganismes, 

à 

nous faire des sug­



gestions”.

Grâce à un groupe d’artistes



Spectacle de variétés 

au profit des orphelins

La mort de M. C.-E.

 Boillorgeon

La solutioa du problèaie est 

la bombe seloa les policiers

par 


Rémy d'Anjour

MONTMAGNY — Selon toutes 

apparences, la solution du mys­

tère qui entoure la mort de M. 

Charles - Eugène Baillargeon, 

survenue mardi dernier à St- 

Pierre de Montmagny, réside 

dans la reconstitution de la 

bombe qui a causé la mort du 

cultivateur de 53 ans.

En effet, la Sûreté provincia­

le ne pourra probablement pas 

suivre de piste sérieuse avant 

que le rapport des chimistes du 

laboratoire de médecine légale 

de Montréal, qui tenteront, à 

l’aide de morceaux trouvés sur 

les lieux, de reconstituer la 

bombe, ne soit connu.

Expertises

Des experts en balistique et 

des chimistes ont travaillé ar- 

dument toute la journée d’hier 

afin de recueillir toutes les 

pièces de la bombe et tous les 

indices pouvant mettre les li­

miers provinciaux sur une piste 

sérieuse qui mènera à l’arres­

tation de l’auteur de ce sauvage 

attentat, La grenade qui a été 

employée pour commettre le 

crime serait une grenade dont 

on se servait contre les chars 

d'assaut, au cours de la der­

nière guerre. Les experts ont 

retrouvé plusieurs morceaux de 

la grenade.

Ces morceaux sont en acier 

de trois quarts de pouce 

d'épaisseur, ce qui explique 

pourquoi la toiture de la remi­

se où était la jeep a été trans­

percée en maints endroits.

On a retrouvé des pièces pro­

venant de la bombe, jusque 

derrière l’église, sise à quelque 

800 pieds du lieu de la tragédie. 

On a aussi découvert, sous un 

tas de planches, des os prove­

nant du crâne de la victime, et, 

on a recueilli, sur le siège 

avant de la jeep, certains ob-



*

LE LOGEMENT A QUEBEC

SUITE DE LA PAGE 11

tendant de part et d’autre de la rue Verdun, au 

nord de la rue St-Vallier entre les avenues du 

Pont-Scott et St-Luc, est d’environ 2,900 person­

nes; il faudra donc trouver hors de ees aires une 

superficie d’au moins 65 acres pour la loger.

Or cette population a exprimé l’intention, 

si elle devait se loger ailleurs, de s’établir tout 

d’abord dans le quartier St-Sauveur et ensuite, 

par ordre de préférence, dans le quartier Limoi- 

lou, dans Charlesbourg, Bcauport et Ste-Foy.

Si le niveau de revenu de ce secteur n’est 

pas le plus bas de la ville, il est l’un des plus bas; 

il faudra donc prévoir qu’une partie de la popu­

lation devra être logée dans des logements sub­

ventionnés, peut-être 50 pour cent des familles. 

Il faudra aussi prévoir que plusieurs ménages 

voudront avoir leur propre maison, 30 pour cent 

des ménages de cette aire étant actuellement pro­

priétaires et 13 pouF cent désirant le devenir.

Dans ces aires, il n’est pas question de con­

server la majorité des maisons d'habitation. Les 

édifices publies devront servir à une autre fin 

et nombre d'immeubles industriels et commer­

ciaux devront être démolis. On ne devra pas tou­

tefois toucher a l’ilôtel-Dieu-du Sacre-Coeur.

T*

f



A LA BONNE ECOLE — Le junior québ.-ce:s Jacques Hérlsset 

a l’occasion celte semaine d* rencon . 

or, 

a i c' b de tennis 



Sillery, les meilleures raquettes 

ea-* 


s un tournoi-

rotation â 12 joueurs qui servira a 

les 

quatre


représentants du Canada à la série pe r ! 

Divis junior

a Forest Hills. Hérisset (â gavehe) r 

n compagnie

d André Tielemans dont I* choix sur Icq j s pratiquement 

assure après deux des trois journées d* la competition,

jets dont on ne peut encore 

déterminer la nature. Les résul­

tats de l'expertise ne seront 

vraisemblablement pas connus 

avant la fin de la soirée. Les 

policiers pourront alors pousser 

plus loin leurs investigations 

dans cette affaire mystérieuse.

Le drame

La tragédie qui a coûté la 

vie a M. Charles-Eugène Bail­

largeon, un cultivateur de 53 

ans, père de 11 enfants, s'est 

déroulée mardi matin dans le 

paisible village de St-Pierre-de- 

Montmagny, situé à quelque 40 

milles de Québec. M. Baillar­

geon a été mis en pièces par 

une grenade qui avait été dé­

posée sur le siège avant de sa 

jeep. Il était accompagné d’un 

cousin, Georges Baillargeon. 14 

ans, lorsque la déflagration 

s'est produite. Le jeune Baillar­

geon a subi des blessures et un 

violent choc nerveux à la suite 

de cette tragédie. Il a dû être 

hospitalisé a l'Hôtel-Dieu de 

Montmagny mais son état n’ins­

pire cependant pas de crainte. 

C’est lui qui a pu renseigner la 

Sûreté sur les circonstances en­

tourant le drame.

Mobil* du crime

La vengeance serait tout vrai­

semblablement le mobile du 

crime. Cependant, la police ne 

peut pas déterminer qui aurait 

eu avantage à agir de la sorte, 

car M. Baillargeon était un 

homme très estimé de toute la 

petite population de St-Pierre.

Par ailleur, la théorie que LA 

PRESSE exprimait hier n'a pas 

encore été rejetée par la po­

lice. La pègre montréalaise au­

rait pu se venger de M. Bail­

largeon, à la suite de l'arres­

tation de trois de ses membres 

qui avaient perpétré un vol à 

main armée a la succursale de 

la banque Provinciale de St- 

Pierre le 30 janvier dernier.

Cependant, selon la Sûreté 

provinciale, M. Baillargeon n’a 

eu absolument rien à faire avec 

l’arrestation de ces individus et 

le seul motif qu’on aurait eu 

do le faire disparaitre est le 

fait que l’automobile de.» vo­

leurs était stationnée en face 

de sa demeure au moment du 

vol à main armée et que l’on 

aurait pu croire par la suite 

qu'il l’avait vue.

Crime parfait ?

La possibilité que des enfants 

aient déposé l’engin de mort 

dans la jeep de M. Baillargeon 

a été complètement éeartee par 

les agents de la Sûreté provin­

ciale qui sont d’avis que la 

personne qui a placé la bombe 

était experte et connaissait le 

maniement d'engins de ce gen­

re. Le type de bombe qui a 

été employé explose a la moin­

dre friction, une fois que le mé­

canisme qui sert au déclenche­

ment du percuteur a été ins­

tallé.

La police ne croit pas au cri­



me parfait et possède même 

deux ou trois pistes qui pour­

ront peut-être aboutir à certains 

résultats Le corps de M. Bail­

largeon qui était exposé chez- 

lui en cercueil clos a été trans­

porte a la morgue provinciale 

hier après-midi, afin de per­

mettre au médecin légiste de 

pratiquer une autopsie.

QUEBEC. — Une trentaine 

d'artistes des postes de télé­

vision de Québec et Montréal 

présenteront un spectacle de va­

riétés au profit des jeunes or­

phelins, samedi le 26 août, de 

2 h. p.m. à 5 h. p.m., à l’orphe­

linat d’Youville de Giffard.

Parmi ces artistes, il faut 

citer Hervé Brousseau, Nicole 

Fortier, Marius Delisle, Mme 

Léonce-Andrée Bertrand el ses 

jeunes, Claudette Avril, la cé­

lèbre danseuse Sévérine Simo­

ne!, de même que l'accordéo­

niste Gloria Marcon et Jean- 

Louis Vocelle avec son orches­

tre composée de 12 musiciens.

De 3 h. p.m. à 4 h. p.m., ce 

sera l’heure du fan-club, ra­

diodiffusée par le poste CHRC 

et animée comme toujours par 

Jacques Boulanger.

Cette fête champêtre, à la­

quelle le public peut assister 

gratuitement, est une initiative 

de MM. Roch Perreault et Paul

Bédard, et ils espèrent la répé­

ter à tous les ans avant la ren­

trée des classes des orphelins. 

Ils organisent cette manifesta­

tion bénévolement avec l’aide 

de Miss Fan Club CHRC. Joyce 

Hewood, et Mlle Renée Lantai- 

gne.

A cette occasion, des liqueurs 



douces et des friandises, de 

même que plusieurs prix, seront 

distribués aux enfants, dons de 

plusieurs compagnies.

S’il pleut, le spectacle sera 

remis au lendemain le 27 août.

pie des garçons, ont décidé, 

pour la deuxième année consé­

cutive, d’organiser elles aussi 

un grand tournoi d'athlétisme.

Le tournoi se déroule aujour­

d'hui dans la cour de l'école 

secondaire Marie-de-l’lncarna- 

tion. Les épreuves sont à peu 

près les mêmes que celles dos 

garçons : courses de 50 verges 

et de 110 verges, saut en lon­

gueur, saut en hauteur et, en­

fin, le lancer de la balle.

Les équipes féminines sont 

divisées en quatre catégories : 

les Maringouins, de 8 à 10 ans : 

les Mosquitos, de 10 à 12 ans; 

les Pee Wee, de 12 à 14 ans et 

enfin les Juvéniles, de 14 à 16 

ans.


L'an dernier, les jeunes filles 

ont épaté plusieurs spectateurs 

par leur performance sur la 

piste et pelouse. Elles ont en­

registré des résultats dignes 

d’envie de la part des garçons. 

Un saut en longueur de 116 

pieds et une course de 75 ver­

ges en 9 9 secondes, exécutés 

par une jeune fille, laissent ré­

fléchir même les meilleurs 

athlètes masculins ...

Les compétitions de cette an­

née promettent d'être encore 

plus enlevantes, car toutes les 

concurrentes ont subi, un en­

traînement sérieux sous la di­

rection de la monitrice d’athlé­

tisme, Mlle Jocelyne Taillon.



Do'stlaringiz bilan baham:
1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   ...   38


Ma'lumotlar bazasi mualliflik huquqi bilan himoyalangan ©fayllar.org 2017
ma'muriyatiga murojaat qiling